AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.84 /5 (sur 487 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Besançon , le 3/12/1968
Biographie :

Florence Aubry vit dans un village près de Narbonne. Elle est professeur-documentaliste dans un collège. Elle a publié plusieurs romans pour la jeunesse, dont "Mamie en miettes" aux Éditions du Rouergue (2003), "Meurtre au beurre de cacahuète" (2005), "La Main de l'aviateur" (2007), "Le Garçon talisman" (2012" ou encore "Titan noir" (2018).

Source : amazon.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Florence Aubry   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MP 2014-11-14-495-003048BDD2D9.mp4 Payot - Marque Page - Florence Aubry - Nola.


Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
Yggdrasila   01 juillet 2020
Titan noir de Florence Aubry
Mais comment j’ai pu être aussi aveugle ? Comment j’ai pu être aussi stupide, aussi légère ? Maman avait raison. Les autres, avec leurs pancartes, leurs manifestations du rond-point, avaient raison. Ces animaux souffrent. Ils ont mal à en crever. Tout ça pour quoi ? Pour occuper les enfants trois heures un jour où on ne sait pas quoi leur faire faire ? 
Commenter  J’apprécie          292
Yggdrasila   29 juin 2020
Titan noir de Florence Aubry
Toute une vie rongée par la culpabilité, le remords d’avoir ôté cet animal spectaculaire à son milieu de vie, culpabilité réactivée par la douleur de voir à quoi sa vie animale se réduisait. Voir combien l’animal s’était éteint. Constater l’ampleur du désastre, du gâchis. Cet aileron dorsal, autrefois dressé vers le ciel, affaissé comme une chose molle, qui disait à lui seul toute la souffrance de la bête. 
Commenter  J’apprécie          240
Pays_des_contes   16 août 2010
Biture Express de Florence Aubry
L’alcool a pénétré mon sang, directement. J’entends moins bien. Je vois moins bien. Je me sens moins tout. Moins triste moins vulnérable. Je me sens plus. Plus belle plus drôle plus forte. C’était une bonne idée finalement, ce verre obligé. Plus triste plus amoureuse. Je voudrais qu’il soit là. Je m’en fiche qu’il ne soit pas là.

Et soudain c’est fini le ni oui ni non et on y va, tout le monde se lève, on décolle, on part, on bouge. Je voudrais un dernier verre, avant la route. Je n’ai pas envie que l’effet se dissipe. Je veux rester où l’alcool m’a emmenée. Tout y est doux. Il n’y a pas d’angles là-bas. J’y suis bien. Même le chagrin y est doux.
Commenter  J’apprécie          220
rabanne   07 novembre 2019
Titan noir de Florence Aubry
Et alors, l'abominable musique se met en route, toujours la même, de jour en jour et d'année en année (...) ; ils comprennent que c'est d'un instant à l'autre, le show, parce que le grand écran lui aussi est allumé, et qu'est-ce qu'on voit sur le grand écran ? Des images d'orques en liberté. Des orques majestueuses, qui nagent librement dans un océan.

N'est-ce pas le comble du cynisme ? Ne devraient-ils pas tous se dire à ce moment, en les voyant libres sur les écrans, si entières, si vivantes, leurs nageoires toutes droites sur le dos (...) que leur présence ici n'était qu'un moment d'égarement, ne devraient-ils pas en avoir honte, prendre leurs cliques et leurs claques et filer, filer la tête basse, honteux d'avoir failli participer à cette mascarade ?
Commenter  J’apprécie          202
orbe   23 septembre 2014
Nola de Florence Aubry
Je voudrais avoir dix ans et échanger mes cartes Pokémon dans la cour de l'école. Je voudrais avoir cinq ans, qu'il soit l'heure de l'histoire avant de se coucher.

Je voudrais être un garçon avec le torse et le ventre plat pour toujours, et jamais la possibilité d'avoir à faire ce choix.
Commenter  J’apprécie          200
lolols28   19 mars 2021
Zelda et les évaporés de Florence Aubry
Partir. Reconstruire tout de zéro. N'être personne pour enfin devenir quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          200
orbe   24 septembre 2014
Nola de Florence Aubry
Vous me voyez, en mère ? J'ai seize ans, je suis un bébé ! Je n'ai même pas mon bac ni rien ! Et puis, il n y a pas que les études, mais j'ai tout à faire, tout ce que font les filles de seize à vingt-cinq ans et qui les construisent, qui font d'elles des femmes entreprenantes, responsables, amoureuses, les rencontres, les chagrins, les voyages, enfin j'en sais rien, mais j'ai tellement de choses à apprendre et à expérimenter avant pour grandir correctement, c'est dingue !
Commenter  J’apprécie          180
Saiwhisper   17 novembre 2018
Titan noir de Florence Aubry
Je suis terrifiée. Je suis morte de peur. Mais je vais continuer à travailler au parc. Pour lui. Pour Titan. je veux oublier ce qu'il a fait avant. Il a changé, je le sais, je le sens. je sens sa fatigue, je sens sa lassitude. Je ne pense qu'à ce qu'on lui a fait, à lui.

Je ne vois plus l'animal, quand je pense à lui. Je vois juste l'être vivant. L'innocence de cet être qu'on a arraché à la vie sauvage. Je ne vois que les années de souffrance et d'enfermement. L'indifférence, autour de lui. Mon indifférence. Mais comment ai-je pu être aussi aveugle ? Comment j'ai pu être aussi stupide, aussi légère ?

Commenter  J’apprécie          160
thedoc   20 août 2019
Titan noir de Florence Aubry
Alors ils ont fait ce qu'ils avaient à faire. Jeter le filet. Séparer la mère de la fille. Glisser le hamac dans l'eau. Amener le bébé à s'y positionner, en le poussant avec des bâtons pointus, des bâtons qui font mal. Le soulever dans les airs. Et l'emporter loin de sa mère, vers une autre prison sinistre, où elle passerait comme Oscuro sa vie seule mais tellement seule, à faire des singeries devant des hommes qui illuminent l'atmosphère de leurs flashs et la remplissent de leurs cris impudiques, des hommes qui ne se rendent pas compte que ce qu'ils montrent à leurs enfants, ce n'est rien de moins que la souffrance à l'état pur.
Commenter  J’apprécie          140
DarkHawk   15 octobre 2014
Le royaume des cercueils suspendus de Florence Aubry
Le long du champ d'arbres clos, il y a la magnanerie, ses corbeilles plates de bambou où l'on nourrit les vers, alignées sur des étagères. Enfin il y a la maison où femmes et hommes passent de longues heures à dévider avec une fabuleuse adresse les cocons de soie.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox