AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812615974
Éditeur : Rouergue DoAdo (04/04/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Après son bac, Elfie se trouve un job d'été dans un parc océanographique. Très vite, on lui propose de devenir dresseuse d'orques. Un boulot de rêve, croit-elle. Elle croit aussi qu'ils sont amis, Titan et elle. Elle croit que dans ce parc, les animaux sont heureux.
Mais, si vous ouvrez ce livre, vous y lirez des pages noires. Vous y lirez la véridique histoire de cette orque magnifique, Titan, l'histoire très sombre de la souffrance des cétacés en captivité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
mesecritsdunjour
  26 mai 2018
Une belle opportunité s'offre à Elfie cet été : travailler comme caissière au Parc Océanographique de Ponant. Rapidement, elle s'occupe des manchots et des orques. Sans formation, sans diplôme, elle est nommée dresseuse de Titan, une orque magnifiquement noire. Voilà qu'elle décide d'abandonner ses études de langues pour se dévouer à sa nouvelle passion. À ses yeux il n'y a pas plus beau métier que de s'occuper des animaux mais très vite Elfie comprend que l'humain n'est pas assez intelligent et que de faire vivre des animaux en captivité est inacceptable. « Peut-être parce que je me suis rendu compte qu'on ne leur donnait pas suffisamment à manger. Qu'elles avaient faim, tout le temps. Que c'était la condition pour qu'elles obéissent. Que sans ça, jamais elles n'exécuteraient les fichus tours débiles qu'on leur impose. Cette vérité, … »
En parallèle, c'est Oscuro et ses pages noires, de celles qui font souffrir tellement l'horreur et la maltraitance y sont présentées. Oscuro a été arraché à sa famille à deux ans, capturé et donner en ‘joujou' aux parcs océaniques. « le soulever dans les airs. Et l'emporter loin de sa mère, vers une autre prison sinistre, où elle passerait comme Oscuro sa vie seule mais tellement seule, à faire des singeries devant des hommes qui illuminent l'atmosphère de leurs flashs et la remplissent de leurs cris impudiques, des hommes qui ne se rendent pas compte que ce qu'ils montrent à leurs enfants, ce n'est rien de moins que la souffrance à l'état pur. » Sa vie, non, car ce n'en est pas une ! Son parcours, sa soumission et son manque d'amour font de lui une orque tueuse et l'Homme va très vite regretter d'en avoir fait une bête de foire ! « Il m'a regardée, exactement comme un humain aurait regardé un autre humain. Il m'a regardée tout droit dans les yeux et j'ai vu tout ce que je ne voulais pas voir. La solitude. La folie. La colère. La haine. le désespoir. »
Florence Aubry a vu le film documentaire ‘Blackfish' de Gabriela Cowperthwaite consacré à la captivité de Tilikum, orque capturée dans l'océan, ayant tué trois personnes dans différents parcs océaniques. Bouleversée par cette histoire elle a voulu raconter la souffrance de la captivité en s'inspirant de Tilikum.
L'auteure est parvenue à me tenir en haleine avec un récit percutant, bouleversant, qui fait froid dans le dos. La pression monte, et cette boule dans le ventre qui ne m'a pas quittée. Ce texte fort nous interroge sur le rôle de l'Homme face aux animaux et à leur liberté. Faut-il vraiment les capturer, les enfermer et les observer derrière une vitre ? Ce n'est pas une vie, en tout cas sûrement pas celle d'un animal sauvage et Florence Aubry le démontre parfaitement en tapant là où il faut pour nous sensibiliser sur la maltraitance animale. « Les hommes étaient tellement fiers de ce qu'ils avaient fait ! Comment c'était possible ? de regarder ces animaux, ces enfants paniqués, prisonniers dans des bassins minuscules, avec encore dans leur cou la marque sanglante de la corde qui avait servi à les priver de leur liberté, la corde qui les avait arrachés à leur mère, et les traces de coups reçus à droite et à gauche, pendant l'horrible combat, leurs peaux ouvertes ça et là, comment est-ce possible de regarder ça, et de se réjouir ? »
Libre à chacun de penser ce qu'il veut car ce livre ouvre le débat, personnellement ma position est prise depuis longtemps.
www.mesecritsdunjour.com/archives/2018/05/15/36403531.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
saomalgar
  12 mai 2018
Elfie est embauchée au Parc Océanique du Ponant au départ pour un petit boulot de caissière et très vite elle se retrouver dresseuse de manchots puis d'orques. Alors qu'elle adorait ce parc, comme tous les enfants, elle va en découvrir l'envers du décor et surtout comment sont dressés les animaux pour effectuer leurs shows.
Sa famille, réticente à ce travail et les défenseurs de la cause animal qui manifestent aux abords du parc vont peu à peu l'amener à réfléchir à la souffrance des animaux. D'autant plus qu'elle va devenir la dresseuse officielle de Titan noir alias Oscuro, une orque tueuse.
Comme d'habitude, j'adore l'écriture de Florence Aubry, fluide et profonde, qui nous amène à réfléchir sur un fait divers qu'elle transforme en une fiction parfaitement ficelée. On est toujours bouleversée lorsqu'on lit un de ses romans.
L'alternance entre l'histoire personnelle d'Elfie , sur page blanche, et celle d'Oscuro racontée par un mystérieux narrateur, sur page noire, donne de la profondeur à l'histoire.
Un roman à lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Virginie94
  14 mai 2018
Elfie, une jeune adulte, travaille dans un parc aquatique. Elle a commencé par un job d'été puis on lui a confié le soin des manchots et elle est rapidement devenue dresseuse d'orque et elle assure plusieurs fois par jour un spectacle avec Titan un orque mâle très impressionnant. Elfie est heureuse d'entrer dans la vie professionnelle, elle a abandonné ses études et se sent heureuse de ce travail. Mais elle ne connaît pas l'histoire de Titan, l'orque qu'on lui a confié et elle découvre peu à peu l'envers du décors du parc...
Le roman est très fort, il monte en puissance. On a deux narrateurs : Elfie dont on suit la vie personnelle, l'entrée dans le monde du travail et ses premières hésitations et un homme dont on sait peu de choses sinon qu'il connaît à l'évidence très bien l'orque. Cet homme porte la voix de l'orque. Il exprime la vie malheureuse du mammifère et sa colère.
Les pages de l'homme sont noires tandis que celle d'Elfie sont blanches. Ça donne presque un effet de mise en scène et cela souligne surtout au début le contraste entre la vie de l'orque qui n'est que colère et désespoir et celle d'Elfie qui est très heureuse de ce travail. Malgré cet effet de mise en page, le roman n'est pas manichéen. Les personnages réfléchissent, ils ont tous leurs forces et leurs faiblesses. L'histoire du narrateur qui se dévoile peu à peu est particulièrement émouvante en cela.
Par moment, il m'a tout de même semblé que dans cette belle défense des animaux en parc aquatique, il aurait fallu plus de nuances. On assiste le plus souvent dans les pages du narrateur à une plaidoyer à charge. Mais comment pourrait-il en être autrement en suivant la vie de cet orque, capturé bébé et depuis maltraité. D'autant que, Elfie s'occupe aussi de manchots et eux aussi sont maltraités.
Le roman m'a donné envie de mieux me renseigner : j'étais sûre qu'il n'y avait plus dans les parcs d'animaux nés en liberté, qu'il n'y avait pas d'animaux affamés... C'est un documentaire qui a inspirée l'auteure. J'aimerais bien le voir. En tous cas, le livre pousse à réfléchir sur les animaux en captivité. Et d'ailleurs, c'est un roman auquel on repense après la lecture.
L'évolution d'Elfie est intéressante. On s'attache à elle parce qu'on découvre toute sa vie depuis son enfance et qu'on tremble pour elle. Elle prend peu à peu conscience de ce qu'il se passe pour les animaux du parc aquatique.
Après ce roman sans concession, très noir, je ne m'attendais pas du tout à la fin presque idéale qui est proposée mais je l'ai appréciée. C'est apaisant de finir sur une note optimiste.
Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
orbe
  14 mai 2018
Nous connaissons la maltraitance animale et nous savons aujourd'hui que les animaux qui se produisent dans les parcs pour y faire des numéros sont extrêmement malheureux.
Pourtant, ce livre, qui est une fiction s'inspirant d'événements vrais, nous permet de mieux comprendre ce qui se passe vraiment en apportant à la fois un témoignage mais aussi une vision panoramique de la vie de l'un d'eux.
TItan noir est l'attraction phare de son parc car non seulement il est un des plus imposants animaux mais en plus il a la particularité d'être intégralement noir ce qui le rend plus encore plus rare.
Nous suivons d'un côté la voix de sa nouvelle dresseuse qui va passer de l'enchantement de se voir confier cette responsabilité et ses tentatives pour ne pas voir tout de suite la souffrance derrière les paillettes à la consternation puis à l'action.
De l'autre, nous avons la voix d'un homme qui suit l'animal depuis de nombreuses années et qui en plusieurs temps va revenir sur son parcours et ses épreuves.
Nous n'avons donc jamais directement la parole de l'animal, qui ne peut être réellement retranscrite, mais cela rend l'histoire plus forte.
Il y a une véritable construction du récit avec des personnages ambivalents, denses et évolutifs qui vont soutenir le message.
A lire absolument !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lademoiselleauxcerfs
  17 mai 2018
Elfie a trouvé un job dans un parc marin. Quelques semaines plus tard, elle change de poste dans ce même parc. Dresseuse d'orques. Cette idée lui plaît, tisser une amitié avec ces animaux imposants. Pourtant, la réalité n'est pas ce qu'on veut nous faire croire. Les animaux ne sont pas heureux.
Elfie est un personnage très important à l'histoire et très réaliste. Au tout début, c'est une jeune fille qui n'a aucune conscience de la souffrance animale, comme beaucoup de personnes de nos jours. Plus le temps passe et plus elle comprend. Ce changement est significatif, ce n'est pas une simple histoire, c'est un message que souhaite passer l'auteure en permettant au lecteur de s'identifier à Elfie. Cette jeune fille innocente qui ne voyait pas les conditions de vie dans les parcs marins et qui apprend petit à petit ce qu'il se passe réellement. Son personnage est extrêmement bien travaillé.
Le roman est séparé en deux points de vue. Celui d'Elfie et celui d'une autre personne dont l'identité n'est révélée que plus tard dans le livre. J'ai trouvé cela très intéressant de comparer leurs opinions, Elfie qui ne réalise pas encore le malheur des orques et autres animaux et celui de l'inconnu qui a déjà réalisé tout cela. La lecture est rapide, les pages se tournent vite. L'atmosphère est lourde tant le sujet est important.
Lorsque j'ai découvert ce livre, une seule idée m'a traversé l'esprit : celle de le lire. Je n'ai jamais vu de livre jeunesse traitant des conditions animales et de leur malheur. Étant intéressée par cette cause, je ne pouvais passer à côté de cette lecture. le message de l'auteure est tellement important que je devais en parler.
Florence Aubry s'est inspirée d'une histoire vraie, elle nous livre ce que l'on ignore des parcs. Elle traite énormément le ressenti des animaux, car oui, ils ont des émotions. Ce livre m'a bouleversé, il m'a fait mal, il m'a fait réaliser, il m'a fait comprendre des choses que j'ignorais. Je ne suis pas ressortie indemne de cette lecture, loin de là. Elle restera longtemps dans ma mémoire.
Ce livre n'est pas simple à lire lorsque l'on est très sensible ou amoureux des animaux. Cependant il est essentiel de l'avoir entre les mains pour comprendre ce que l'on nous cache, en parler et faire que tout cela s'arrête. La vérité nous tombe dessus, elle n'est pas jolie à voir ni à entendre mais elle est importante et indispensable.
L'histoire en elle-même est bien construite, elle semble réelle. C'est le message dur et fort de l'auteure qui m'a le plus touché et marqué. Je n'oublierai jamais ce livre.
Je tiens à adresser un message à Florence Aubry, merci pour ce roman. Pour ce livre qui désormais fait parti de ma vie. Merci d'avoir osé dénoncer les conditions animales dans les parcs, merci d'osé en parler alors que tant d'autres se taisent. Merci.
Lien : https://lademoiselleauxcerfs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Virginie94Virginie94   14 mai 2018
Ils ne sont pas heureux. Ils souffrent. Ils souffrent le martyr, même, je le sens, je le sais. Les orques et les manchots. Les otaries, les dauphins et les tortues, je ne sais pas. Je n'ai plus trop le temps d'aller les voir.
Commenter  J’apprécie          30
mesecritsdunjourmesecritsdunjour   13 mai 2018
Il montre la souffrance béante. Il exhibe le mal qu'ils lui ont fait. Il se révolte, il se débat, il montre combien il est vivant.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Florence Aubry (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Florence Aubry

MP 2014-11-14-495-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Florence Aubry - Nola.
autres livres classés : orqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox