AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.64 /5 (sur 127 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Cannes , le 02/03/1961
Biographie :

Ancien élève de l'Ecole normale supérieure, Frédéric Boyer est écrivain, traducteur et éditeur.
Il a enseigné la littérature comparée dans les universités de Lyon III et de Paris VII et a été professeur à la prison de la Santé.
Ancien directeur aux éditions Bayard, où il dirigea une nouvelle traduction de la Bible.
Il est également le traducteur de Saint Augustin, avec Les Aveux, prix Jules Janin de l'Académie française et et de Shakespeare avec Tragédie de Richard II et Sonnets.

Auteur d'une trentaine de livres, tous publiés aux éditions P.O.L, romans, essais, poèmes et traductions, il reçoit le prix du Livre inter en 1993 pour son roman "Des choses idiotes et douces" , et le prix Jules Janin de l'Académie française pour sa nouvelle traduction des "Confessions de saint Augustin" (Les Aveux , P.O.L 2008).
En 2018, à la suite du décès de son ami Paul Otchakovsky-Laurens, il prend la direction des éditions P.O.L.
+ Voir plus
Source : www.pol-editeur.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Frédéric Boyer   (60)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Clotilde Hesme & Irène Jacob Dans cette lecture musicale, Maud Lübeck met en résonance son nouvel album « 1988, chroniques d'un adieu » inspiré du journal intime de son adolescence, exhumant un drame survenu durant l'été de ses quinze ans, avec des fragments de journaux de deuil amoureux issus de la littérature, parmi lesquels ceux de Joan Didion, Frédéric Boyer ou encore Jean-Claude Grumberg. Elle sera accompagnée par deux comédiennes qui figurent au casting de son album imaginé comme un roman musical, la BO du film d'une époque, Irène Jacob et Clotilde Hesme. À écouter – Maud Lübeck, « 1988, chroniques d'un adieu », Finalistes, 2022.

+ Lire la suite
Podcasts (17) Voir tous


Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
berni_29   28 mai 2018
Peut-être pas immortelle de Frédéric Boyer
à présent oui tu es cet esprit



crieurs criez



elle est morte



certains soirs vous pourrez la voir

à la recherche des choses qui ne sont pas



j'essaie de faire un vœu moi

qui ne suis qu'humanité



comme le bourdon et

la minuscule abeille



dissoudre les gouffres de l'horreur



faire revenir pour toi les martinets de Rome



et les roses

et tes miroirs



oh à présent oui je sais

rien ni personne ne vit longtemps

que la terre et le ciel

pour quelques temps



mais tout de même humanité demeure là



oh demeure



je t'en supplie
Commenter  J’apprécie          180
Herve-Lionel   26 juillet 2016
Quelle terreur en nous ne veut pas finir ? de Frédéric Boyer
Car j’observe que ce sont toujours les pauvres, les plus pauvres d’entre nous, les plus malheureux, les plus faibles du monde, que nous repoussons, et sur le dos de qui nous bricolons et recollons nos déchets de morale, et sur le dos de qui nous faisons porter le fardeau de notre identité malheureuse.
Commenter  J’apprécie          150
fbalestas   14 juin 2020
Yeux noirs de Frédéric Boyer
Peut-on oublier ce qu’on cherche depuis toujours dans jamais le trouver ? Oublier ce qui n’a jamais été un souvenir pour nous et qui pourtant nous appelle comme une présence inconnue depuis le passé .
Commenter  J’apprécie          130
berni_29   30 avril 2018
Peut-être pas immortelle de Frédéric Boyer
tout renaît disaient les Anciens tout recommence



les feuilles le jour les abeilles



la nuit aussi



et toi non



peut-être pas immortelle
Commenter  J’apprécie          130
Herve-Lionel   26 juillet 2016
Quelle terreur en nous ne veut pas finir ? de Frédéric Boyer
On ne bâtit pas une civilisation sur le thème hallucinatoire de l'invasion et du remplacement. On ne fonde pas une communauté sur la suspicion d'autrui.
Commenter  J’apprécie          120
Frédéric Boyer
pgremaud   08 janvier 2021
Frédéric Boyer
Le langage, nous dit la Bible au commencement, est cette force de contemplation active du monde qui s'arrache de l'effroi du néant et de la solitude. L'humanité trouve sa place en parlant aux autres étants du monde. Parler, dit le texte saint, c'est prendre soin de chaque être silencieux qui attend le nom que nous lui donnerons pour être reconnu et appelé. Si l'humanité parle, c'est pour que le monde soit et commence, chaque jour, chaque nuit. Le monde autour de nous sollicite notre "reconnaissance". La Création n'a pas eu lieu une fois pour toutes selon un calendrier mythologique. La Création est devant nous comme une chose à réaliser, à reconnaître. C'est chaque fois que je parle. Chaque fois que je m'adresse à la solitude et au silence, je deviens plus humain. C'est aussi cela "peupler le monde" et se multiplier. Chaque véritable communauté est le commencement de la grande communauté de l'humanité avec le monde.

(Dans La Croix L'Hebdo no 63 1er janvier 2021)  

Commenter  J’apprécie          100
Arthore   23 avril 2021
Le lièvre de Frédéric Boyer
Si on savait quelque chose de ce qu'on va vivre, avant de le vivre, je crois qu'on en perdrait la vie. J'ai pourtant comme vous tous mes amis, toujours tenté de savoir ce que je vivrais, ce qui allait se passer pour moi. Sans me douter que c'était la question la plus dangereuse. Ce que la vie nous réserve.
Commenter  J’apprécie          100
patatarte2001   10 décembre 2016
En prison de Frédéric Boyer
En prison, on marche. On n'a même parfois que ça pour rendre à son corps un semblant de vie, de dignité.
Commenter  J’apprécie          110
Marti94   31 juillet 2015
Kâmasûtra: Exactement comme un cheval fou de Frédéric Boyer
Ni inventaire

ni enseignement écrit



de l’acte sexuel

tout arrive

dans la passion



même en rêve

tu ne peux imaginer

les émotions

ni les fantasmes



qui surgissent

en un instant

d’érotisme

extrême



exactement

comme un cheval fou

qui s’emballe

aveuglé par sa vitesse



ne voit ni les trous

ni les fossés

ni les barrières



deux amants aveuglés

par leur passion

et le combat du sexe



prisonniers

de leurs violentes pulsions

ne voient plus les dangers

Commenter  J’apprécie          90
MarianneL   19 août 2016
Yeux noirs de Frédéric Boyer
J’aurais depuis ce soir-là la conviction qu’une véritable attention à la sexualité, désirer ce fruit qui n’était plus si défendu, aliment parfois miraculeux, me tiendrait à jamais hors du sérieux pathétique de la plupart des vies, et serait sûrement le meilleur moyen d’échapper à l’ennui profond de l’existence.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Vrai ou faux ? (trop facile)

Le coeur d'une crevette est logé dans sa tête.

Vrai
Faux

11 questions
959 lecteurs ont répondu
Thèmes : Devinettes et énigmes , humour belge , méduse , mésolithiqueCréer un quiz sur cet auteur