AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782818045657
96 pages
P.O.L. (05/04/2018)
3.25/5   8 notes
Résumé :
Frédéric Boyer a écrit les trois poèmes qui composent ce livre après la mort tragique de sa compagne, Anne Dufourmantelle, l’été dernier.
Le premier, qui donne son titre au livre, et se construit autour de la lettre A, initiale du prénom de la morte, est une invocation, tout autant qu’une évocation, un texte pour dire la douleur, la stupéfaction, l’incompréhension.
Le deuxième est « Une Lettre » à celle qui a disparu, une lamentation et une interrogati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
berni_29
  30 mai 2018
Le 21 juillet 2017, sur une plage de Méditerranée, Anne Dufourmantelle, écrivaine, se noyait en portant secours à deux enfants.
De ce malheur, nous parvient le très beau livre, Peut-être pas immortelle, écrit par son compagnon inconsolable Frédéric Boyer.
Le deuil est là et lorsqu'on entre dans ce livre, il nous apparaît tout d'abord lourd des larmes qui sont venues et viennent encore dire la douleur et l'incompréhension.
C'est un petit livre de quatre-vingt-sept pages seulement, mais il est rempli de ce chagrin que l'auteur pose dans ces pages, dépose comme un fardeau, sans pour autant vouloir sans défaire. Alors, on le prend à bout de bras, on ne sait pas trop qu'en faire, comment faire avec, et puis une ombre passe de temps en temps, une ombre qui fut vivante, l'est peut-être encore puisque les pages tremblent sous nos doigts, à moins que ce ne soit le vent du large, le vent du soir…
Malgré sa concision, le livre prend le temps de s'étirer sur trois parties. Ce sont trois chants poétiques qui résonnent les uns avec les autres et viennent former une harmonie.
Le premier, qui donne son titre au livre, et se construit autour de deux lettres,- vA qui ponctuent cette variation, dont l'initiale du prénom de la compagne aimée et disparue à jamais, A comme Anne -, est une invocation, ou bien une évocation peut-être seulement, je ne saurais dire, je sais simplement avoir lu un texte qui s'ouvre sur la douleur et l'incompréhension.
vA, comme une incantation.
vA, comme une résignation, ou plutôt l'acceptation résignée du voyage d'Anne vers un lointain inconnu dont on ignore les contours et le dedans.
vA, comme une invitation à revenir de temps en temps parmi les vivants.
vA, comme on pousse une barque vers l'autre rive.
Mais quelle est cette autre rive, où mène-t-elle ? Existe-t-elle vraiment ?
Le deuxième chant est « Une lettre » à celle qui a disparu, une lamentation et une interrogation. Nous entendons les mots d'un dialogue entre elle et lui...
Le troisième chant, appelé « Les Vies », élargit l'interrogation de l'auteur aux autres vies dans laquelle s'insérait sa compagne qui n'est plus.
L'ensemble est le texte d'un homme qui se relève après une épreuve. C'est une adresse poétique bouleversante à sa compagne. Il lui parle et nous sommes là, presque de manière gênée à écouter cette voix. L'écrivain nous ouvre des portes, des fenêtres, son coeur aussi le temps de quelques pages. Il nous fait venir dans l'intime, l'univers de sa compagne, l'intimité de ses robes et de ses miroirs, les oiseaux de Rome. Alors par instant le soleil entre par effraction dans la fissure des mots.
Plus douloureuses que la mort, ce sont parfois les questions qui demeurent sans réponses. Et maintenant, que dire à leur fille, la petite Maud ?
Il porte cette douleur intime vers l'universel, vers nous lecteurs. Cela l'aide sans doute, bien que l'écriture ne soit pas toujours consolatrice. La littérature ne peut pas grand-chose malgré tout ce qu'on lui accorde comme enchantement… Mais peut-être par ce fil invisible qui relie l'écrivain au lecteur, y a-t-il une manière d'alléger un poids trop lourd à porter seul ? Un livre, c'est aussi une oeuvre qui s'écrit à deux voix : celle de son auteur et celle de son lecteur.
Frédéric Boyer nous rappelle qu'écrire, c'est tenir debout, porter une voix qui n'est plus parmi les vivants lorsque la douleur est là, sortir de la nuit, faire mémoire, se relever chaque jour avec le jour suivant qui revient dans les pas, dans les gestes du quotidien, dans un futur où il faut avancer désormais sans l'être aimée.
Écrire pour apprendre à vivre avec les cicatrices que laisse l'absence, une façon d'habiter le vide.
Mais nous, lecteurs, que pouvons-nous faire de ce fardeau de larmes ? Nous sommes devant ce texte, comme devant un trou béant.
Cependant, au fur et à mesure que nous avançons à pieds joints d'un chant à l'autre, comme sur les pierres vives d'un ruisseau, au fur et à mesure que nous passons de l'intime à l'universel, le texte s'éclaire, nous paraît plus chaleureux, non pas que nous parvenons à discerner enfin l'autre rive où nous avons poussé tout-à-l'heure la barque d'un grand coup de pied résigné. Non, tout simplement, parce que nous sommes debout à lire le même texte, peut-être en même temps et c'est un geste rassurant qui nous relie, vous et moi, les uns aux autres…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3615
coco4649
  08 mai 2018
Une ombre passe, si loin si proche.
Un jour de l'été dernier - le 21 juillet 2017 -, Frédéric Boyer perdait Anne,
sa femme aimée, qui s'est noyée en voulant secourir deux enfants.
Trois poèmes composent ce recueil.
Les mots n'ont pas pouvoir de faire revenir les morts.
Interrogation essentielle, où est Anne :
" Oh petite reine dans le trou ?
Deux lettres : « vA » ponctuent cette recherche du lieu, un verbe de deux lettres - dont l'initiale de sa femme envolée.
" vA/va effroi viens/gloire veille à ce que mort/s'enfuie/
quand petite héroïne/repose sur le sable/souffle perdu
Un exil loin de l'être aimé, un monde vide où Anne semble plus vivante
que les vivants :
" sommes sans toi moins vivants que poupées
Mais au final, reste la vie quand même :
" Quelqu'un l'aurait-il vue cette vie qui à jamais ne fut et qui serait pourtant ? À l'époque où la terre s'embrasa quand nous étions les plus solitaires des vivants.
" Et le froid est venu tout à l'intérieur de moi, comme un signe d'impatience messianique quand nous aurions voulu donner à l'autre plus que nous n'avions.
" J'espère malgré tout que nous pourrons avoir de temps en temps des nouvelles l'un de l'autre. Mais ce n'est pas certain, tu t'en doutes, n'est-ce pas ? Par un retournement étrange, souvent, la pensée de la séparation n'éveille en nous que davantage d'attachements. Un bref instant dans lequel disparaissent tous les autres possibles mondes.
" Et tu pleurais doucement
" ces choses que tu appelais de tes voeux en riant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
KarinBayer
  06 avril 2018
J'apprécie énormément l'oeuvre de Anne Dufourmantelle et je me réjouissais de lire ce qui se veut un hommage à sa personne . Hélas, rien ne l'évoque, ne la fait vivre. Rien. Tout est néant et hermétique.
Commenter  J’apprécie          31


critiques presse (1)
LaCroix   13 avril 2018
Le très beau texte de Frédéric Boyer évoque la mort de la femme aimée, le noir du chagrin, l’espérance furtive.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
GeraldineBGeraldineB   21 juin 2022
oh petite reine dans le trou
vA
oh petite sœur voyageuse maculée de boue
vA
je ne sais rien de cette aventure-là
moi survivant devenu
dans combat perdu
toi blottie dans cet immense destin-là
notre devenue
d'un coup ma
vie
seule déracinée
à noircir la lumière que Dieu fait
car tu es et je ne suis pas
tu es où je ne sais pas
es-tu là où tu n'es pas quand je dis tu es
tu es où je ne te suis pas quand tu n'es plus
tout renaît disaient les Anciens tout recommence
les feuilles le jour et les abeilles
la nuit aussi
et toi non
peut-être pas immortelle
(...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
berni_29berni_29   28 mai 2018
à présent oui tu es cet esprit

crieurs criez

elle est morte

certains soirs vous pourrez la voir
à la recherche des choses qui ne sont pas

j'essaie de faire un vœu moi
qui ne suis qu'humanité

comme le bourdon et
la minuscule abeille

dissoudre les gouffres de l'horreur

faire revenir pour toi les martinets de Rome

et les roses
et tes miroirs

oh à présent oui je sais
rien ni personne ne vit longtemps
que la terre et le ciel
pour quelques temps

mais tout de même humanité demeure là

oh demeure

je t'en supplie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
coco4649coco4649   08 mai 2018
 
 
il y a des vies auxquelles il manque à tes yeux une petite chose
 parfois pour être une vie vraiment

il y a des vies auxquelles il manque à tes yeux une lettre ou un
 mot, une parole, une faille, quelque chose quoi

et parce qu’elles manquent à tes yeux de cette lettre ou de ce
 mot, de cette parole, de cette faille, et parce qu’elles manquent
 à tes yeux vivants de cette autre petite chose, autre que la petite
 chose qui fait que certaines vies en les vivant ne sont pas à tes
 yeux une vie vraiment

et il y a des vies qui ne tiennent qu’à une absence toute leur vie
 durant


Et une vie parfois qui te manquera toute la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   08 mai 2018
 
 
Un jour vient où la vie ne suffit plus quand nous perdons le contact
avec ce que nous n’avons jamais vu et que nous espérions. Pourtant
approche le jour où je comprendrai que tu m’as toujours résisté. Et
je ne pourrai m’empêcher de m’accuser tout le temps inconnu qu’il
me restera à demeurer sans toi sinon me souvenir que ton cœur est
un livre peint aussi petit qu’un monde achevé. Et qui ne serait jamais
mien définitivement.

Un petit livre peint dans la nuit totale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
berni_29berni_29   30 avril 2018
tout renaît disaient les Anciens tout recommence

les feuilles le jour les abeilles

la nuit aussi

et toi non

peut-être pas immortelle
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Frédéric Boyer (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Boyer
MAUD LÜBECK – CHRONIQUES D'UN ADIEU
Avec Clotilde Hesme & Irène Jacob
Dans cette lecture musicale, Maud Lübeck met en résonance son nouvel album « 1988, chroniques d'un adieu » inspiré du journal intime de son adolescence, exhumant un drame survenu durant l'été de ses quinze ans, avec des fragments de journaux de deuil amoureux issus de la littérature, parmi lesquels ceux de Joan Didion, Frédéric Boyer ou encore Jean-Claude Grumberg. Elle sera accompagnée par deux comédiennes qui figurent au casting de son album imaginé comme un roman musical, la BO du film d'une époque, Irène Jacob et Clotilde Hesme.
À écouter – Maud Lübeck, « 1988, chroniques d'un adieu », Finalistes, 2022.
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1035 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre