AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.28 /5 (sur 82 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 28/02/1964
Biographie :

Guillaume Lecointre travaille au Muséum National d'Histoire Naturelle depuis 1988. Assistant, puis maître de conférences au Laboratoire d'Ichtyologie générale et appliquée, il est maintenant professeur au Département « Systématique et évolution ». Sa spécialité : chercheur en systématique.
Sa recherche, telle qu’il la définit lui-même, « concerne les relations évolutives entre les êtres vivants. En d’autres termes, elle consiste à préciser, dans le « grand arbre de la vie », les relations d’apparentement entre les espèces. Elle est divisée en deux parties. La première partie consiste à s’assurer que l’on ne se trompe pas lorsqu’on recherche « qui est plus proche de qui » entre les espèces ; c’est-à-dire lorsque l’on construit la phylogénie. La seconde partie consiste à appliquer ce travail aux « poissons modernes », les téléostéens, dont le nombre d’espèces (25 000) constitue la moitié des espèces de vertébrés vivant aujourd’hui »

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Podcast (1)


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
SciencesInfuses   28 novembre 2016
Descendons-Nous de Darwin ? de Guillaume Lecointre
Le grand flux généalogique passé s'est divisé longitudinalement en raison d'évènements variés, engendrant des rameaux frères, dont chacun est constitué de populations d'individus se croisant entre eux. Maintenus séparés suffisamment longtemps, ces rameaux ont fini par ne plus pouvoir se reproduire entre eux à nouveau. La raison en est que les changements subis par les individus de part et d'autre de l'obstacle ne sont pas les mêmes. Dès qu'on cesse d'échanger, on diverge. Dans la nature, il n'y a donc pas d'espèces, mais seulement des barrières à la reproduction, dont on se sert conventionnellement pour constituer des espèces dans nos têtes pour les besoins de notre langage.
Commenter  J’apprécie          60
Belem   13 mars 2013
Classification phylogénétique du vivant de Guillaume Lecointre
« Entre Darwin et Hennig, on a conservé comme valides dans les classifications à la fois les groupes monophylétiques et paraphylétiques. (...) En fait, fonder un taxon sur son devenir, comme le font l'échelle des êtres et les groupes paraphylétiques (de Linné), est une grave faute logique en sciences de l'évolution, parce qu'aucun devenir n'a de sens : les organismes vivants ne sont porteurs que de leur passé. (...) Cette esquisse historique explique pourquoi la classification telle qu'elle est produite par les scientifiques est totalement laïcisée, tandis que celle qui est utilisée par le public subit encore le poids d'une histoire anté-évolutionniste. »
Commenter  J’apprécie          30
museumdetoulouse   17 mai 2012
Charlie ramène sa science de Guillaume Lecointre
Le travail de la science, comprise comme une approche rationnelle et expérimentale du monde réel, génère des connaissances objectives. Les connaissances objectives sont celles dont les expériences ont été reproduites et les résultats vérifiés par des observateurs indépendants.
Commenter  J’apprécie          30
Belem   13 mars 2013
Classification phylogénétique du vivant de Guillaume Lecointre
« Les groupes ne prennent pas leur sens par rapport à une utilité quelconque, mais par rapport au déroulement de l'évolution biologique, cause de la hiérarchie observée dans la distribution de ces attributs. »
Commenter  J’apprécie          30
PhilOche   01 octobre 2015
Les sciences face aux créationnismes : Ré-expliciter le contrat méthodologique des chercheurs de Guillaume Lecointre
Le rôle des sciences est de dire ce qui est du monde réel, et de l’expliquer par les moyens de la raison et d’un rapport à la nature appelé expérimentation. La science explique la nature avec les seuls moyens de la nature, comme le postulèrent les encyclopédistes. Cela signifie que, par contrat, on exclut tout recours à un principe extra-naturel (providence, miracle…) lorsqu’il s’agit d’expliquer scientifiquement une manifestation du monde réel. Cette exclusion n’est pas nécessairement une négation ; elle est une garantie méthodologique.
Commenter  J’apprécie          20
museumdetoulouse   17 mai 2012
Charlie ramène sa science de Guillaume Lecointre
La science est d'abord réaliste : indépendamment de nous, il existe un monde qui nous est extérieur. Ce réalisme est matérialiste. Matérialisme et spiritualisme s'opposent depuis l'Antiquité grecque. Le premier postule que tout ce qui existe est matière ou propriété de celle-ci. Le second qu'il existe deux substances, la matière et l'esprit, ce dernier étant immatériel par définition.
Commenter  J’apprécie          20
Mirpoint   01 juin 2015
Classification phylogénétique du vivant de Guillaume Lecointre
Il convient encore pour beaucoup de primatologues ou paléanthropologues très en vue, de réserver une boîte à part pour notre espèce, boîte qui n'a pour effet que de masquer sa parenté avec son espèce sœur. Ainsi, le groupe des pongidés au sens classique est un grade qui comprend orang-outan, gorilles, chimpanzés. L'homme est ailleurs, dans une famille à part, en dépit de sa parenté avec les chimpanzés. Une classification objective des primates impliquerait de mettre homme (Homo sapiens) et chimpanzés (Pan troglodytes et P. paniscus) dans une boîte, la famille des hominidés, voire dans la sous-famille des homininés en étendant les hominidés au gorille. M. Goodman ou E. Watson, sur des critères de grande proximité génétique, proposent même de mettre l'homme et les chimpanzés dans le même genre Homo. Ainsi, le nom scientifique du chimpanzé deviendrait Homo troglodytes. Cette proposition n'est sans doute pas prête d'être retenue ! L'un de nos collègues remarquait pour plaisanter qu'il serait plus amusant de faire de l'homme un Pan sapiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Belem   13 mars 2013
Classification phylogénétique du vivant de Guillaume Lecointre
"... la généalogie est un arbre dont les branches sont des liens génétiques d'ancêtres à descendants reliant des individus identifiés ; dans la phylogénie, les branches portent des arguments, qui sont des transformations anatomiques ou bien moléculaires produites par des ancêtres hypothétiques. »
Commenter  J’apprécie          20
SciencesInfuses   28 novembre 2016
Descendons-Nous de Darwin ? de Guillaume Lecointre
[...] le gène est passé du statut de notaire tout-puissant, régissant à la fois tout ce qui se passe dans l'organisme présent et tout ce qui allait être légué à la descendance, au statut de partenaire ne générant que des impulsions.
Commenter  J’apprécie          20
museumdetoulouse   17 mai 2012
Charlie ramène sa science de Guillaume Lecointre
Définir la science, c'est un service rendu au citoyen, un acte de salubrité publique. A l'heure où le citoyen se soucie de protéger ses enfants des multiples sectes, un peu de culture scientifique ne peut pas être totalement inutile pour échapper aux mirages scientistes de certaines d'entre elles, ou aux discours violemment anti-scientifiques d'autres.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Éléments chimiques

Qui n'est pas un gaz rare ?

Argon (Ar)
Xénon (Xe)
Chlore (Cl)
Radon (Rn)

12 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : chimie , périodique , élémentsCréer un quiz sur cet auteur