AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.44/5 (sur 1001 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Moscou , le 23/12/1964
Biographie :

Iegor Gran est un écrivain français.

D'origine russe, le futur Iegor Gran arrive en France à l'âge de dix ans. Il publie son œuvre sous le nom de sa femme.

Auteur de plusieurs livres remarqués, il obtient en 2003 le Grand Prix de l'humour noir pour "ONG !", récit de la guerre picrocholine entre deux ONG - une s'occupant d'enfants malades, l'autre d'environnement - qui occupent le même immeuble.

En 2006, il publie "Les trois vies de Lucie", livre qui relève de la littérature sous contrainte, puisque trois histoires différentes apparaissent selon que l'on lit la page de droite, la page de gauche ou les deux.

À partir de 2011, il travaille chez Charlie Hebdo.

En 2015, il publie "La Revanche de Kevin" avec un personnage qui vit mal le fait de se prénommer Kevin. En 2017, il coécrit avec Nicolas Fargues "Écrire à l'élastique".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Iegor Gran   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Iegor Gran vous présente son ouvrage "L'entretien d'embauche au KGB" aux éditions Bayard récits. Rentrée Sciences-Humaines 2024. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2993521/iegor-gran-l-entretien-d-embauche-au-kgb Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (189) Voir plus Ajouter une citation
Le complexe de supériorité, dont souffrent pas mal de peuples, produit parfois un poison mental subtil qui se manifeste chez les Russes dans la certitude qu'ils ont été désignés par quelque puissance divine pour accomplir de grandioses et tragiques desseins - le complexe d'unicité historique. Que sont précisément ces desseins, on l'ignore. On sait seulement qu'ils sont monumentaux, qu'il y a pas mal de souffrance à la clé, et qu'ils dépassent de loin les aspirations très ordinaires des Occidentaux. Ce n'est pas que les Russes sont supérieurs aux autres en force, en intelligence ou en talent, mais cette prédestination occulte les a marqués de son sceau et justifie leur place particulière sur un piédestal.
Commenter  J’apprécie          399
Pendant ce temps, Ivanov, comme tous ses camarades de bureau, s'occupe à imiter la démarche chaloupée de Yul Brynner dans Les Sept Mercenaires, l'autre carton du box-office. Un concours officieux a été organisé. C'est Koulakov qui gagne - pour arriver à ce roulement des fesses, il s'est coincé une pièce de 5 kopecks près du trou de balle.
Le numéro est une franche rigolade qui contribue à l'esprit de corps.
Puis ces pitreries cessent. Le colonel Volkov, averti on ne sait trop comment, a trouvé l'exercice indigne des services et moralement douteux.
- Quand vous tortillez ainsi du cul, on dirait des vers de terre après une averse. Laissez ces pitreries aux dégénérés de Hollywood et occupez-vous à montrer l'exemple.
Commenter  J’apprécie          350
Le manuel russe du KGB "n’est pas de la haute littérature. Les phrases ont la légèreté du char d’assaut coincé dans un couloir".

(page 16).
Commenter  J’apprécie          171
Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la plupart des zombies sont des gens bien. Ils aiment leurs proches autant que nous. Certains sont impliqués dans des œuvres de charité, d'autres sont des puits de culture ambulants. Une femme zombie, que je ne connaissais pas plus que ça, est venue exprès de Russie pour s'occuper de ma mère gravement malade, avec abnégation et sourire; comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. J'en ai fait l'expérience: on peut prendre le thé avec un zombie et rire ensemble aux souvenirs d'une vieille comédie romantique. Mais dites un mot contre la guerre en Ukraine, osez une moue sur Poutine, le zombie se fige, la gueule ouverte, la mâchoire crispée. À cet instant, il vous boufferait le crâne. Il n'y a plus d'amitié qui tienne, il n'y a plus de famille. Ses propres enfants ne sont plus que viande pour lui.
Vous pensez que j'exagère ? Que je surjoue le mélodrame facile?
Commenter  J’apprécie          334
Les transes zombies retranscrites ici, aussi démentes qu’elles paraissent, sont absolument avérées. Rien n’a été exagéré et beaucoup a été omis. Certes, « tous les Russes ne sont pas comme ça », comme le clame la sagesse du bistrot de gare – à laquelle je souscris volontiers. Il n’empêche. La mutation de la Russie en un Zombieland toxique est ce qui a rendu la guerre possible. Il s’agit maintenant de comprendre les rouages de cette folie, ou, à défaut, de s’en approcher, pour pouvoir nous en prévenir, et, éventuellement, soigner les sujets atteints.
[Exergue du livre]
Commenter  J’apprécie          325
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la plupart des zombies sont des gens bien. Ils aiment leurs proches autant que nous. Certains sont impliqués dans des œuvres de charité, d’autres sont des puits de culture ambulants. Une femme zombie, que je ne connaissais pas plus que ça, est venue exprès de Russie pour s’occuper de ma mère gravement malade, avec abnégation et sourire, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. J’en ai fait l’expérience : on peut prendre le thé avec un zombie et rire ensemble aux souvenirs d’une vieille comédie romantique. Mais dites un mot contre la guerre en Ukraine, osez une moue sur Poutine, le zombie se fige, la gueule ouverte, la mâchoire crispée. À cet instant, il vous boufferait le crâne. Il n’y a plus d’amitié qui tienne, il n’y a plus de famille. Ses propres enfants ne sont plus que viande pour lui.
Commenter  J’apprécie          2712
il se rappelle: à une soirée, on faisait les cons et l'on jouait à inventer des journées commémoratives improbables. Dans le calendrier soviétique, il y avait bien une Journée du garde-frontière (le 28 mai), une journée de l'inventeur et du rationalisateur (le dernier samedi de juin), et une flopée d'autres, plus ou moins incongrues. Alors Monocle a crié : "Et pourquoi pas la journée des meurtres autorisés ?"
" En cette journée, tous les citoyens d'Union soviétique âgés de seize ans et plus obtiennent le droit de tuer n'importe quel autre citoyen, à l'exclusion des personnes mentionnées au point un des annexes au présent oukase."
p-155
Commenter  J’apprécie          262
En attendant, la perquisition commence. Il est 15h30. Que de livres dans cette pièce! Un mur entier, du sol au plafond, est blindé par une gigantesque bibliothèque. Pas un centimètre de libre! De toutes les fentes dépassent des papiers, des journaux, il y a des piles par terre, sous la table, sous le lit, partout. Le lieutenant ressent comme de l'admiration mâtinée de terreur. Il en faut du temps pour lire toutes ces pages!
Il se souvient alors que la bibliothèque personnelle de Lénine comportait dix mille ouvrages, comme il l'a appris en visitant la dernière demeure du grand leader aux Collines léniniennes.
Commenter  J’apprécie          250
« les faits sont souvent désagréables, contrairement à la vérité, qui est toujours du bon côté, à flatter la croupe de la Russie. ».
... la « télévision à la botte du Kremlin. Seule source d’information pour des millions de citoyens » qui diffuse « du gros fake qui tache », petit écran aussi appelé en russe « zombocaisse » une « boite qui sonne creux et rend bête ».
« Ah que Dieu ne lui a-t-il pas donné un deuxième fils ! Elle l’aurait illico envoyé poursuivre la sainte mission du premier. ».
« l’esprit en cuvette de WC pour accepter de bouffer de la merde. ».
Commenter  J’apprécie          250
Apprivoiser la solitude

En plus du triomphe de la Russie, Svletana rêve d'un mari.

( p.120)
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Iegor Gran (1148)Voir plus

Quiz Voir plus

Fleurs, fruits, livres, chansons 🌸🍓📘🎶

Quelle chaleur!😓 Heureusement, j'ai gardé une ... pour la soif.

pomme
poire

10 questions
279 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..