AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 418 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tunis , 1954
Biographie :

Irène Cohen-Janca est née à Tunis où elle a vécu son enfance jusqu’au départ vers la France en 1961.

Après avoir obtenu une maîtrise de Lettres Modernes, elle devient conservateur de bibliothèque en banlieue parisienne.

Elle a publié plusieurs romans aux éditions du Rouergue ainsi que chez Actes Sud Junior. .

Source : www.ricochet-jeunes.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dans les petits papiers de... Irène Cohen-Janca La Charte 2017
Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
Shan_Ze   25 septembre 2014
Au moins un de Irène Cohen-Janca
Je souris. Sans raison. Dans certains boulots, c'est un uniforme qu'on enfile en arrivant le matin. Nous, les télévendeurs, c'est un autre prénom et un sourire permanent. Une grimace de sourire.
Commenter  J’apprécie          380
Ziliz   28 mai 2013
Le coeur de l'autre de Irène Cohen-Janca
(...) un beau matin ou presque, on quitte l'enfance et on se réveille, habitant un corps qu'on reconnaît à peine. Un drôle de corps, plein de creux, de bosses et taches d'ombre. Une autre voix aussi pour les garçons. Et pour les filles et les garçons, des désirs non plus de bonbecs, de jouets, mais de peau à caresser, de chaleur à mélanger, de rencontres loin de la maison où personne ne vous connaît sous le nom ridicule de Titou ou de Riri. (p. 55)
Commenter  J’apprécie          260
Ziliz   14 janvier 2013
L'Autre coeur de Irène Cohen-Janca
J'ai dit à ma mère (...) : "Je préférerais que papa soit mort comme le père de Delphine qui s'est noyé l'été dernier et depuis tout le monde est aux petits soins avec elle. Même les professeurs n'osent pas lui mettre de mauvaise note à cause du traumatisme."

Ma mère est devenue toute blanche et m'a balancé une gifle à me dévisser la tête.

(p. 46)
Commenter  J’apprécie          260
angie22   14 janvier 2014
Arrête de mourir de Irène Cohen-Janca
C'est quoi ce bordel, ce désordre, ce foutoir, où les mères retombent en enfance alors que leurs enfants en sont à peine sortis ?

Je te hais.

Je hais le monde entier.

Comment as-tu pu devenir une menace, toi qui étais le rempart, l'abri.
Commenter  J’apprécie          260
lilimarylene   12 janvier 2012
Arrête de mourir de Irène Cohen-Janca
Ton regard s'est mis à changer.

Par moments exalté, comme excité par une fièvre qui te brûle de l'intérieur et rend tes yeux trop brillants.

Par moments éteint, absent.

Comme un regard de cendres, qui ne se pose plus sur rien.
Commenter  J’apprécie          240
Ziliz   13 janvier 2013
L'Autre coeur de Irène Cohen-Janca
(...) quand [Papa] est revenu de l'hôpital, plus rien n'a été pareil chez nous.

Il fallait parler doucement, ne plus jouer, ne plus courir, ne plus sauter, ne plus crier.

Et le plus triste : ne plus recevoir d'amis.

Matthias [sept ans], sans rien comprendre, répétait à tout le monde que c'était à cause de Damoclès et de son épée. Et ses copains croyaient que notre père avait un ennemi terrible qui voulait lui faire la peau.

(p. 21-22)
Commenter  J’apprécie          230
ciloubronte   30 novembre 2011
Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-Janca
J'ai donné à une petite fille de treize ans, captive comme un oiseau en cage, un peu d'espoir et de beauté. A elle qui, dans sa cachette, rêvait de sentir sur son visage l'air glacé, la chaleur du soleil et la morsure du vent, j'ai donné par mes métamorphoses le spectacle des saisons.
Commenter  J’apprécie          220
rabanne   26 octobre 2017
Fils d'Antigone de Irène Cohen-Janca
Je veux qu'on le laisse reposer dans la terre. Je veux qu'on l'enterre. Je veux qu'on laisse le soleil caresser la pierre qui le recouvrira et la pluie battre doucement cette pierre.

Je veux savoir où il est.

Je veux que personne ne lève la main sur son corps pour le livrer à la destruction du feu.
Commenter  J’apprécie          210
ange77   05 mars 2016
Arrête de mourir de Irène Cohen-Janca
Du trou noir de sa bouche surgissent encore, comme des rats noirs, des mots violents, vulgaires, obscènes. Des mots qu'elle n'a jamais dits avec une voix qu'elle n'a jamais eue.
Commenter  J’apprécie          203
ciloubronte   30 novembre 2011
Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-Janca
Dans les jardins, sur les avenues, dans les cours d’école, nous les marronniers, tenons bien notre rôle. Aux garçons, nous donnons nos marrons durs, lisses et brillants pour qu’ils fassent des batailles, aux vieux pour qu’ils les glissent dans leurs poches contre les méchants rhumatismes, aux touts petits pour qu’ils les peignent, les transpercent, les collent. Aux amoureux nous donnons l’ombre de notre feuillage. A tous ceux qui attendent, nous donnons notre tronc pour qu’ils s’appuient sans avoir l’air trop bête. Aux oiseaux le refuge de nos branches pour qu’ils construisent leur nids et abritent leur chant, au vent notre immense ramure pour qu’il fasse entendre son murmure et son sifflement.
Commenter  J’apprécie          180
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Irène Cohen-Janca (473)Voir plus


Quiz Voir plus

Quiz "Les arbres pleurent aussi"

Le narrateur est un :

chêne
marronnier
sapin

10 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-JancaCréer un quiz sur cet auteur