AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812600678
67 pages
Editions du Rouergue (31/08/2009)
3.7/5   20 notes
Résumé :
"Rien ne s'est passé comme je le rêvais à cette rentrée des classes. Quand je suis arrivé, tous les regards étaient tournés ailleurs. Vers un drôle de spectacle : un vieux très très grand était planté au milieu de la cour. Il ressemblait à un bananier à l'écorce misérable, parce que ses habits étaient tout rapiécés."

A l'école de Tsévo, il arrive que des bêtes sauvages perturbent la classe et que les héros ne sachent pas lire...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 20 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

bookpass
  22 avril 2021
Cette histoire est un joli conte autour de l'école, de la tolérance, de la différence, de la solidarité.
Dans un village du Kenya, le jour de la rentrée, John découvre un homme bien plus âgé au milieu de la cour qui semble patienter et ne pas trop savoir quoi faire. Des élèves de la classe de John chahutent cet homme qui se laisse faire.
Lorsque la maîtresse rassemble les élèves pour les faire rentrer en classe, John découvre que cet homme les suit. La maîtresse le présente : il s'agit de Zéfania un nouvel élève.
Bien qu'adulte, Zéfania n'a jamais eu l'opportunité d'aller à l'école, car jusqu'ici elle était payante. Or, l'école est devenue gratuite et ouverte à tous.
Zéfania souhaite apprendre à lire et rêve de devenir policier.
Beaucoup d'élèves se moquent de cet homme mais John est plutôt intrigué et prend sa défense.
Jusqu'au jour où un évènement qui aurait pu être dramatique va changer le regard des enfants.
C'est un très joli récit encourageant la tolérance, la solidarité, l'apprentissage et le respect de tous. Chacun porte en lui des compétences, des valeurs et une singularité qui le rend unique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Jangelis
  19 mars 2014
Rentrée des classes au Kenya.
L'école est devenue gratuite, et un père de famille vient suivre les cours avec les enfants, il veut pouvoir lire le journal, et devenir policier.
Au début, certains se moquent de lui, jusqu'à un événement qui va changer l'attitude des enfants.
Ils découvrent que "le plus vieux" a aussi des choses à leur apprendre, notamment sur la nature.
Une jolie découverte d'un petit coin d'Afrique, une jolie morale, un petit livre court (70 p.) tendre et facile à lire malgré des passages tristes.
Commenter  J’apprécie          112
lirado
  16 juin 2019
La collection dacOdac, dernière née du Rouergue (septembre 2009) propose des récits pour les 9/12 ans de manière à favoriser le passage vers la lecture des plus "grands". le plus vieux de la classe d'Irène Cohen-Janca se situe dans un pays dont on ne parle pas beaucoup en littérature jeunesse, le Kenya. Il prend pour toile de fond le problème de l'accès à l'éducation dans ce pays (et plus globalement ceux de l'Afrique) et propose une histoire comme un conte, qui plaira aux plus jeunes d'entre nous.
Le vieux, qui est un père de famille et s'appelle Zéfania intrigue tout de suite John, d'abord parce qu'il le perçoit comme un "ennemi", ensuite parce qu'il le surprendra par sa bravoure lors d'une folle aventure que nous tairons ici pour ne pas briser l'enchantement de la lecture...
Le style est direct, parfois ironique ou violent sur la situation du vieux dans l'école et sur l'attitude des élèves.
Autour d'une péripétie unique, Irène Cohen-Janca offre une leçon d'amitié et de respect des différences et de l'âge, rappelant que nous ne sommes pas tous égaux et que l'éducation dans le monde n'est pas encore en place pour tous, rompue par les contraintes du quotidien. Un roman sur la tolérance, le courage et la volonté de réussite qui insuffle un vent d'espoir dans le devenir de ces pays africains.
Outre cette dimension, le rythme rapide de l'histoire, les réflexions sur la vie scolaire et le caractère de John, rêveur intrépide, captiveront le lecteur le temps de cette lecture courte et facile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
6abDourgne
  19 mars 2015
Bonjour, je vous conseille de lire "Le plus vieux de la classe" : il y avait Rebecca Lolosoli, c'est la plus belle de la classe, Zefania, c'est le plus vieux de la classe . C'est drôle car Zefania est un adulte et il vient à l'école. Je vais vous lire un petit paragraphe : "Rebecca Lolosoli pense à Zefania et elle espère que il aura réussi à vaincre les lions".
claire

Commenter  J’apprécie          42
Sharon
  12 octobre 2010
Ce roman a beau être bref (et je me plains souvent de la brièveté des oeuvres de littérature jeunesse), il est pourtant très complet, et devrait plaire aux enfants dès l'âge de neuf ans.

D'abord, il a le mérite de leur faire découvrir la vie, au Kenya, sa beauté (l'énumération des plantes, des animaux) mais aussi ses dangers, qui ne peuvent pas être imaginés par nos petits écoliers (ou alors, c'est qu'ils ont une imagination débordante). Ensuite, il leur est facile de s'identifier au narrateur. Même si John est kényan, ses désirs (plaire à la plus belle fille de l'école) et ses problèmes (une petite soeur casse-pied) sont ceux d'un enfant de leur âge qui voit sa rentrée des classes idéale bouleversée par la présence d'un nouvel élève très particulier.

Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Pierre_CRTICE81Pierre_CRTICE81   29 août 2014
Le rêve de Zéfania est cassé.
Souvent je regarde son pupitre vide au fond de la classe.
Personne ne s'assied jamais à cette place, comme s'il était interdit de prendre sa place.
A l'école, tout le monde parle encore de lui.
C'est devenu une vraie légende.
On se rappelle tous le jour du buffle.
Commenter  J’apprécie          50
SharonSharon   15 mai 2013
- La mort a pris ma petite Sarah. Son corps s'est mélangé à la terre, mais son âme est restée libre, elle s'est envolée au pays des ancêtres.
Et pointant l'endroit du cœur sur sa chemise, il s'est donné un coup de poing violent, comme pour se faire mal, comme pour empêcher les larmes qui voilaient ses yeux de couler. Et il a prononcé ces mots :
- Elle vit ici, pour toujours.
Commenter  J’apprécie          30
MATISSECM1CM2MATISSECM1CM2   14 juin 2015
Rosa porte un vilain petit bob sur sa tête
Et un bob footballeur dans son cœur !
Rosa est amoureuse !
Rosa est amoureuse !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Irène Cohen-Janca (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Irène Cohen-Janca
A partir de la BD "Blanc autour" de Wilfried Lupano et Stéphane Fert, et d'autres lectures mettant en scène des élèves noir.e.s confronté.e.s au racisme, à la ségrégation et à la haine, je vous invite à (re)découvrir un pan de l'histoire américaine, en ce dernier jour de Black History Month.
autres livres classés : kenyaVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz "Les arbres pleurent aussi"

Le narrateur est un :

chêne
marronnier
sapin

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Les arbres pleurent aussi de Irène Cohen-JancaCréer un quiz sur ce livre