AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.87 /5 (sur 369 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Aix-en-Provence , le 01/08/1964
Biographie :

Jean-Paul Delfino est un romancier et scénariste français.

Après un début de carrière dans le journalisme, il n’a cessé, depuis, dans de nombreux ouvrages, de se consacrer à ses trois passions : la littérature, le Brésil et sa musique.

Après la parution de plusieurs romans policiers et l’écriture de pièces radiophoniques pour Radio France, Jean-Paul Delfino a entamé la publication d’une série romanesque consacrée à l’histoire du Brésil, intitulée "Suite brésilienne", qui compte neuf romans.

En 2005 a paru "Corcovado" (Métailié, Prix Amerigo Vespucci 2005, Prix Gabrielle d’Estrées 2005), qui initie la série, et met en scène un jeune Marseillais des années 1920 découvrant Rio de Janeiro. À partir de 2009, Jean-Paul Delfino enrichit sa "Suite brésilienne" et revisite les origines de cette nation.

Jean-Paul Delfino a aussi publié plusieurs anthologies de la musique brésilienne : "Brasil bossa nova" (1988), "Brasil : a musica" (1998), "Couleurs Brasil, une histoire de la musique brésilienne en 40 chanson" (2014), et "Bossa nova, la grande aventure du Brésil" en 2017.

Son roman, "Les Pêcheurs d’étoiles", Prix des Lycéens du Salon du livre de Chaumont, paraît en septembre 2016 pour la rentrée littéraire. Jean-Paul Delfino est lauréat du Prix des Romancières 2019 pour "Les voyages de sable" paru le 23 août 2018 pour la rentrée littéraire.

page Facebook : https://www.facebook.com/jeanpauldelfinoromancier/
+ Voir plus
Source : France culture
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean-Paul Delfino   (31)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vous ne savez que choisir dans tout ces coups de coeur ? Ne vous en faites pas ! Chaque semaine vos libraires vous proposent ici les 3 livres indispensables « la crème de la lecture fouettée acidulée piquantée » en format poche ou grand format ! • Les Aveux de John Wainwright et Laurence Romance aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1063408-nouveautes-polar-les-aveux.html • Je ne vis que pour toi de Emmanuelle de Boysson aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/1055160-romans-historiques-je-ne-vis-que-pour-toi.html • Les Pêcheurs d'étoiles de Jean-paul Delfino aux éditions le Passage https://www.lagriffenoire.com/95709-divers-litterature-les-pecheurs-d-etoiles.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #rentréelittéraire2019 #éditionsseuil #éditionsxo #éditionsbuchetchastel #éditionspocket #éditionsflammarion #éditionsfleuve #éditionsactessud #éditionsgallimard

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (237) Voir plus Ajouter une citation
migdal   02 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Dans le silence recueilli qui suivit ses propos, il ajouta, la lippe molle: «On va perdre tout ça. Le petit noir du matin, le blanc du midi, le rouge taquin d'après la sieste et le jaune du soir. Quelle misère... » Madame Jouve, parigote pur jus née en Alsace mais accueillie par la capitale dès le lendemain de sa naissance, promena un regard désolé sur sa maigre clientèle du matin, celle des fidèles, des amis, des piliers. Outre La Guigne et Petit Pois, Cothurne et Gégène étaient là, eux aussi. Installés sous la verrière, les yeux collés aux colonnes de chiffres de Paris Turf, le cœur déjà sautillant à l’idée de toucher le quinté dans l'ordre, au moins une fois dans leur vie. ils avaient la tristesse pudique. L'inéluctable était aux portes. Le billet vert serait le fossoyeur de leurs années de jeunesse. Ils le savaient. Le jour fatidique de la fermeture du rideau n'avait pas encore été arrêté. Mais il viendrait. En attendant, ils ruminaient leur malheur en solitaire. Ils préféraient désapprouver en silence plutôt que de rajouter du mal au mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
migdal   07 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Anselme (...) martela, saisi par une fièvre renouvelée: « Si vous savez trouver les mots, les mots justes, ceux qui savent toucher au cœur, vous séduirez votre inconnue lorsque le moment sera venu de lui parler. Choisissez avec intelligence les bons vocables, traduisez en termes bien sentis toutes les finesses de vos sentiments, et vous verrez. Votre inconnue ne vous considérera plus comme un prétendant semblable à tous les autres, à tous ceux qui vous ont précédé. Pour elle, et par l'unique magie de vos mots, vous deviendrez une possibilité d'amour, une porte d'entrée conduisant vers une grande histoire.



⁃ Vous croyez ?



- Non. J'en suis certain. Car, voyez-vous, mon jeune ami, c’est bien là tout le grand drame de notre siècle. Nous ne savons plus parler. Et, si nous n’en sommes plus capables, c'est parce que nous abandonnons notre langage pour nous contenter de la facilité. En bons moutons de Panurge gros et gras, bêlants et soumis, nous acceptons notre sort et disons oui à tout. Nous parlons en acronymes, en anglais de basse extraction, en phrases toutes faites qui, à force d'avoir été utilisées à tort et à travers, ne signifient plus rien. Ce faisant, hélas, nous ne savons plus parler d'amour.



- Donc, si je parle mieux, vous dites que mon inconnue sera...



- Évidemment! Cela ne fait aucun doute ! ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
migdal   06 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Vous n'approfondissez jamais la chose. Et c'est une erreur. Une erreur que je qualifierais même de funeste.



- Ma foi... Je ne m'en suis pas si mal sorti, jusqu'ici. Pourquoi j'approfondirais ?



- Mais pour être plus fort, que diantre ! Si le dictionnaire dispose de tant de mots, de tant de nuances, c'est parce que c'est dans le détail que se cache le diable. Il s'y niche et s'y repaît avec extase ! Savoir désigner une chose ou exprimer un sentiment, c’est tenir le monde entier entre ses mains. Maîtrisez le langage et vous maîtriserez le monde ! Pataugez dans l'à-peu-près, et vous n'avancerez pas d'un pouce. Regardez votre généraliste ou votre neurologue.



⁃ Quel rapport ?



- Lorsque vous êtes allé les voir, ils vous ont submerge, enseveli sous un jargon dont vous n'avez pas compris la première lettre. Et c’est parce que vous étiez ignorant que vous avez accepté leurs discours sans rechigner ni réclamer. Vous êtes allé les consulter avec la même innocence qu'un veau se rendant à l'abattoir. Il en va de même avec la majorité des politiciens qui, eux, ont saisi depuis longtemps l'impérieuse nécessité de savoir parler afin de mieux mentir. Laissez-vous déposséder des mots et vous ne serez, au final, qu'un ignare à qui l'on pourra faire prendre des vessies pour des lanternes... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
migdal   04 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
- Monsieur Sentiero, vous m'emmerdez à faire votre péronnelle. Si je vous assure que ce livre a été écrit pour vous, c’est parce que c'est la vérité, qu'elle vous plaise ou non. Alors, prenez-le et lisez-le.



- Et si je n'y arrive pas ? Je ne lis que les journaux, moi. Et encore, que les journaux de sport, de temps en temps. »



D'un revers de main définitif, le vieux balaya l’argument. Puis, il gronda : « Ce livre vous appartient. Et ceux qui ne lisent pas, ceux qui n'ont jamais lu, c'est simplement parce qu'ils n'ont jamais eu entre les mains l'ouvrage qui leur convenait. C'est l'histoire de la clé. Je vous l'ai déjà racontée. Et c'est une formidable responsabilité, pour un libraire, que d'ouvrir les portes de la littérature à des gens qui, comme vous, sont encore vierges du frisson romanesque. Alors, embarquez-moi ce foutu bouquin et ne venez plus me casser mes vieilles roubignoles. »
Commenter  J’apprécie          310
migdal   05 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Théo avait fini par s'habituer à ces coups de grisou qui frappaient sans prévenir dans le silence et faisaient trembler jusqu'aux poutres noircies au brou de noix des plafonds. Ainsi, ce jour où, bien malgré lui, il avait ânonné le dernier mot d'un titre d'ouvrage traitant de religion et de spiritualité. Sous les tâches de moisissure noires et violettes, il avait déchiffré de son mieux: « Vie de saint Antoine le Grand, patri.. . patria...



-Patriarche.



- C'est ça : Vie de saint Antoine le Grand, patriarche des céno... des cénobites ? »



Le rire, à son corps défendant, était monté dans sa gorge, et le libraire, subitement ulcéré, s'était exclamé: « Qu'est-ce qui vous prend ? Pourquoi riez-vous ?



Je ne ris pas !



~ Si. Je vous ai déjà dit que j'étais aveugle et pas sourd, non ? Alors ? »



Luttant de son mieux contre cette hilarité qui lui saisissait le ventre, Théo articula de son mieux: « C'est vrai que c’est un mot qui n'est pas banal : cénobite. Et son auteur, en plus...



- Quoi, son auteur ?



- II s'appelle Verge ! »



Aussitôt, la main d'un Anselme exaspéré s'abattit sur le plateau du bureau, faisant tanguer sur leur base les tours de Pise qui y étaient disposées. Les lèvres secouées par de petits tics d’indignation, il s'emporta: «Verger, pas Verge ! Triple buse ! Espèce de sybarite de l'ignorance ! Imbécile heureux ! C'est La Vie de saint Antoine le Grand, patriarche des cénobites ! Par l'abbé Verger ! 1890 !



Vous êtes un pornocrate doublé d'un érotomane aux petits pieds, laissez-moi vous le dire! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
migdal   03 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Après un long sifflement censé marquer une surprise matinée d'une pointe d'inquiétude, le conducteur insista: « Tu m’étonnes que t’y aies rien compris. Et c’est grave ?



- Tu connais les docteurs. Tu vas les voir pour un mal de tête et tu ressors avec un cancer du cerveau. Ils ont volontiers le discours inquiétant. Parfois, tu as même l'impression que, s'ils ne t'ont pas foutu la trouille, ils n'ont pas bien fait leur boulot.
Commenter  J’apprécie          311
migdal   04 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Tout en bourrant sa pipe, celui-ci reprit : « Etre cocu, on en fait toujours tout une histoire. Les hommes comme les femmes. Et ensuite ? C'est tout de même moins grave que d'attraper la diphtérie, le tétanos ou d'être amputé d'un bras, vous ne pensez pas ?



- Vu comme ça...



- Mais dites-moi, ce dénommé FIingot, comme vous l'appelez, c'est quel genre d'olibrius ? Un bas du front ? Un jocrisse ? Un ilote, peut-être ? »



S'apercevant que son commis écarquillait les yeux pour marquer son incompréhension, Anselme précisa aussitôt : « En d'autres termes: est-ce que c’est un abruti ? Un anchois sans envergure ? Ou un matamore ? J'entends, l'un de ces fiers-à-bras, de ces tranche-montagnes qui se vantent de tout ce qu'ils ont accompli pour mieux taire ce qu'ils n'ont jamais eu le courage d'entreprendre ?



- Non. C'est plutôt un bon gars. Bien sûr, il n'a pas fait les grandes écoles. Mais c'est le genre toujours prêt à rendre service.
Commenter  J’apprécie          302
migdal   06 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Mais je vais vous expliquer ce qu'est un cénobite, petit aliboron infatué. C'est un moine qui s'est retiré du monde. Un peu comme moi, à la différence près que je ne place pas tous mes espoirs de salut dans un dieu, mais bien dans le Verbe et ses secrets inépuisables. »



D'une voix plus feutrée, Anselme Guilledoux raconta alors non pas toute son existence — car celle-ci avait été tumultueuse et se perdait dans des tours et des détours infinis -, mais bien les raisons pour lesquelles, un jour, il avait décidé d'ouvrir les Bonheurs d'Antioche.



« Je l'ai fait, expliqua-t-il, pour vivre avec les mots. Les mots, et non les histoires. Qu'importe que cela vous semble bizarre, pour ne pas dire douteux. Tel fut mon choix, et je le fis en pleine conscience.



- Les histoires ne vous intéressent pas ?



- Après une existence passée à les parcourir, je peux affirmer quelles se ressemblent toutes. Prenez Roméo et Juliette de Shakespeare d'un côté, Titanic de l'autre. Les histoires sont identiques. À quelques détails et un naufrage près, je vous l'accorde. Mais ce sont les mêmes ressorts, et personne de sensé ne devrait se lancer dans l'écriture d'un roman sans être conscient de cela : toutes les histoires ont déjà été racontées. Elles n’ont donc qu'un intérêt mineur et se résument le plus souvent à des prétextes. Les mots, en revanche... »



Comme Théo s asseyait sur un carton pour l'écouter, le vieux libraire, en alchimiste s’apprêtant à révéler le secret de la pierre philosophale, confia: « Les mots, mon jeune ami, c'est là que réside le pouvoir véritable. D'ailleurs, Dieu lui-même ne s'y est pas trompé. La première phrase de la Bible dit, en effet, ceci : "Au commencement était le Verbe." Est-ce que vous percevez bien tout le poids de cette assertion ? "Au commencement était le Verbe..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
migdal   07 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Le vieil homme, alors, se rencogna dans son assise. Pour la première fois, une pointe de nostalgie affleura sur son visage. Sa voix se fit murmure et il finit par confier: « J'ai écrit pour elle. Mal, sans doute. Mais j'ai écrit.



— Et ça n’a pas marché ?



— C’est plus compliqué que cela. Disons que j’ai écrit, mais qu'elle n'a pas su, ou qu'elle n'a pas voulu me lire. Avec les femmes, allez comprendre. Comme disait en substance Jules Muraire*, le plus grand acteur de tous les temps , les femmes sont des animaux très compliqués. Elles sont pires que les montres suisses. Et la mienne, il faut croire qu elle était valaisanne. »



Nb : Jules Muraire = Raimu
Commenter  J’apprécie          280
migdal   03 mars 2021
L'homme qui marche de Jean-Paul Delfino
Si seulement les hommes pouvaient regarder le monde comme ils regardent les femmes dont ils tombent amoureux... Si cela arrivait, il n’y aurait certainement pas assez d'encre ni de papier pour relater toute la beauté de ce petit caillou bleu que nous piétinons du lever au coucher, en armées imbéciles et sans but.
Commenter  J’apprécie          262

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
4446 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..