AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.48/5 (sur 642 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 18/07/1970
Biographie :

Jérôme Attal est un auteur, scénariste, parolier, auteur-compositeur-interprète français.

En 2016 "Les jonquilles de Green Park" reçoivent le prix littéraire La petite cour/L'île aux livres 2016. Et le prix spécial La Griffe Noire / Saint-Maur-en-poche 2016 pour l'ensemble de son œuvre. En 2022, son roman "L'Âge des amours égoïstes" reçoit le prix Amic de la création littéraire décerné par l'Académie française.

Jérôme Attal se définit comme writer, car il aime écrire ! En VF, il est à la fois écrivain, auteur-compositeurinterprète. Il a reçu le grand prix Sacem de la chanson française en 2020 et le prix Amic de la création, décerné par l’Académie française pour son roman L’Âge des amours égoïstes, paru en 2022.

Il publie cet automne 2023 un Petit Éloge des chats, aux éditions Les Pérégrines. Son prochain roman, Neuf Rencontres et un amour, paraîtra chez Fayard le 3 janvier 2024. Côté musique, son nouvel album de chansons, Les Attaches fines, sortira chez Roy Music le 14 février, jour de la Saint-Valentin.

Il est le petit-fils du peintre belge Jacques Collas.




+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jérôme Attal   (36)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dans un Paris fantasmé, Antonin et Anaïs se rencontrent. Tout les oppose et pourtant, tout les attire… Neuf rencontres pour se découvrir leur permettront-elles de construire leur histoire ? Avec ce nouveau livre, Jérôme Attal nous offre un roman doux-amer sur l'amour et ses soubresauts, sur la fidélité à soi-même et aux autres, sur l'engagement et la liberté. Tout cela avec la délicatesse et l'élégance qui le caractérisent. Retrouvez l'émission intégrale sur WebTvCulture

Podcasts (1)


Citations et extraits (447) Voir plus Ajouter une citation
Willie Burroughs je l'adore comme écrivain mais parfois il est tellement en manque qu'il abuse un peu des retours à la ligne.
p187
Commenter  J’apprécie          300
Il repère ses compatriotes à la manière embarrassée dont ils marchent. Cette fâcheuse habitude de cacher de l’argent dans leurs bottes. Voilà ce qu’on leur a conseillé de faire sur le bateau pendant la traversée, avant de prendre la diligence pour Londres, dans la crainte que les six chevaux ne soient arrêtés par le cocher au moment où, émergeant du brouillard, des bandits de grand chemin les rançonnent. Bien sûr, sous ces climats hostiles, il ne faut pas attendre des gredins qu’ils soient nés de la dernière pluie, et la première chose que les bandits demandent aux migrants apeurés qui tombent dans leur embuscade est de se déchausser. Raison pour laquelle ces dames et sieurs de la cour qui ont su se soustraire à la vindicte populaire se retrouvent pour la plupart pieds nus en arrivant à Londres, le cou à l’abri mais la gorge prise. (Nous sommes en 1793).
Commenter  J’apprécie          240
Ce que l'on tolère chez soi paraît souvent inacceptable sur le trottoir d'en face.
Commenter  J’apprécie          251
Jérôme Attal
Isabelle Filliozat --- s'évader ou découvrir la liberté

même notre travail, les rencontres avec les collègues, nous ressourcent. Avec le confinement, ce n'est plus possible. La porte vers l'autre compartiment est fermée. Plus d'échappatoire.Heureusement, nous ne sommes pas des rats et nous avons d'autres solutions pour "sortir de la cage". Comme le soulignait Viktor Frankl : "Nous ne choisissons pas toujours les circonstances, mais nous pouvons choisir notre façon de les vivre". Ce psychiatre a vécu dans les camps de concentration des circonstances autrement plus difficiles que la nôtre aujourd'hui. Il nous rappelle qu'être cloîtré entre les quatre murs de notre appartement, non seulement n'a pas le pouvoir de limiter notre liberté, mais pourrait être l'occasion de la reprendre. (p. 122) [ "Des mots par la fenêtre" ]
Commenter  J’apprécie          220
Et cette fois-là particulièrement, ma chronique avait eu beaucoup de succés. Je recevais des lettres dingues de toute la France, de lectrices et de lecteurs qui m'écrivaient : "Nous aussi on aime l'histoire de France, grâce à vous c'est formidable on peut le crier sur tous les toits, et aussi sur les plages, car quitte à choisir où crier, on préfère le faire sur les plages que sur les toits."
p147
Commenter  J’apprécie          220
Marat cita Baruch Spinoza : "Laisse-nous nos sourires, citoyen, car "La béatitude n'est pas la récompense de la vertu, mais la vertu elle-même"."
En ce temps-là, on mettait la vertu à toutes les sauces, c'était un peu le surimi de la salade du pêcheur.
p73
Commenter  J’apprécie          210
Les baisers que j'ai convoités sans les goûter, les recevoir ou les donner me hantent encore parfois, me chatouillent en négatif, ce sont des baisers fantômes, et je pourrais partir à leur recherche, sur les sentiers du passé envahis de lierre, tenter d'en retrouver la saveur du presque, le surgissement contrariée, le manque d'audace au moment crucial, la piste abandonnée comme on le dit dans les plus beaux westerns.
Commenter  J’apprécie          190
On retient toujours ce qui nous échappe à jamais.
Quel sombre paradoxe.
Commenter  J’apprécie          203
"Le Paradis, si on se débrouille bien, c'est sur terre."
Commenter  J’apprécie          205
Je suis un homme des montagnes !
- Des montagnes d'où ?
- Montparnasse et vous ?
- J'ai passé ma jeunesse au royaume de Yougoslavie.
Il roula les yeux d'étonnement.
- C'est beau et prometteur ! s'exclama-t-il, de passer sa jeunesse dans un royaume dont le nom se termine par LA VIE.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Jérôme Attal (858)Voir plus

¤¤

{* *}