AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B086WMJBG1
Éditeur : 12-21 (16/04/2020)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Des mots par la fenêtre

Jérôme ATTAL • Laetitia BALLY • Frédéric BAPTISTE • Catherine BARDON • Alain BENTOLILA • Ariane BOIS • Xavier-Marie BONNOT • Françoise BOURDIN • Françoise BOURDON • Michel BUSSI •Cécile CABANAC • Virginie CAILLÉ-BASTIDE • Annabelle COMBES • Jean-Paul DELFINO • Joseph DENIZE • Isabelle DÉSESQUELLES • Victor DIXEN • Samuel DOUX • Julien DUFRESNE-LAMY • Jim FERGUS • Isabelle FILLIOZAT • Sophie FONTANEL • Lorraine FOUCHET • Anne-Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  03 août 2020
Une très belle initiative, et comme le dit très justement Mohammed Aïssaoui [Le Figaro ],avec « Un casting impressionnant »; 64 auteurs des maisons d'édition du groupe Editis. Ce collectif dont chaque écrivain a écrit un texte inédit pour apporter leur soutien aux équipes soignantes... en mars 2020...

Je débute par un extrait de ce recueil de textes qui m'agrée au plus haut point… et d'où peuvent partir moult réflexions, retours sur soi, nos rapports à la vie et aux autres, après cette période déstabilisante de confinement…
Isabelle Filliozat --- s'évader ou découvrir la liberté
(…) même notre travail, les rencontres avec les collègues, nous ressourcent. Avec le confinement, ce n'est plus possible. La porte vers l'autre compartiment est fermée. Plus d'échappatoire.Heureusement, nous ne sommes pas des rats et nous avons d'autres solutions pour "sortir de la cage". Comme le soulignait Viktor Frankl : "Nous ne choisissons pas toujours les circonstances, mais nous pouvons choisir notre façon de les vivre". Ce psychiatre a vécu dans les camps de concentration des circonstances autrement plus difficiles que la nôtre aujourd'hui. Il nous rappelle qu'être cloîtré entre les quatre murs de notre appartement, non seulement n'a pas le pouvoir de limiter notre liberté, mais pourrait être l'occasion de la reprendre. (p. 122) [ "Des mots par la fenêtre" ]
En revenant dans une librairie d'une ville voisine, Clamart, Mémoire7, où j'allais fureter régulièrement, alors que j'y avais un travail dans le social, je n'y étais pas revenue depuis un bon moment. J'ai pris plaisir à re-fouiner dans leurs fonds littéraire très fourni, et je suis repartie , toute joyeuse, avec deux petits formats très attractifs : ce recueil de textes réalisé par une floppée impressionnante d'auteurs : entre fictions, réflexions philosophiques, poésies…et un recueil de textes de Nicolas Bouvier, « du coin de l'oeil- écrits sur la photographie" (2019)
Vraiment ravie de cette lecture que je vais achever sur la route de mes vacances… en commanderai plusieurs à la rentrée, pour les offrir autour de moi, pour le double réconfort de la lecture et du modeste geste de solidarité à nos soignants, puisque les bénéfices seront reversés à la Fondation des Hôpitaux de Paris…
De bien nombreux textes appréciés, savourés mais j'ai une sympathie particulière pour la « Lettre écrite dans un souterrain » de Bernard Minier :
« Mais nous voici confinés, chers lecteurs, frères humains: enfermés dans des espaces clos, irrémédiablement séparés les uns des autres, condamnés à nous claquemurer, le monde physique, désormais interdit, aboli, reste celui des mots...(...)
En attendant, que de trésors dans nos bibliothèques ou en ligne...Que d'émerveillements, de voyages, de possibilités d'îles et d'évasion, de lectures pleines de mystère et de surprises ! Que de cavernes d'Ali-Baba !
Dehors le monde s'est arrêté. mais, dans les romans , la vie continue et, comme dans la vie, des personnages apparaissent et disparaissent (...) Nous les aimons ou nous les détestons, nous nous attachons à eux ou pas, parfois même ils nous manquent un peu ou beaucoup une fois le livre refermé. Ils sont nos amis, ils sont nos compagnons, ils peuplent notre solitude, notre isolement de leurs voix singulières. » (p. 257) “
Un moment très, très précieux de lecture et de réflexion, de méditations sur ce confinement et le monde d'après… que nous avons à « re-penser »… En introduction, un mot amical d'Alain Rey : « Confinement est sans aucun doute le mot du jour un peu long, à notre regret, mais qui incite ou qui invite à la réflexion. (…)
Acceptons d'être confinés » mais au sens que ce mot eut à la fin du Moyen-Age : « aller jusqu'aux confins »
Or, les confins de la langue française, c'est le monde. » - 24 mars 2020---
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Giraud_mm
  01 mai 2020
Un recueil de textes, presque tous écrits pour l'occasion, publié au bénéfice des hôpitaux ; cela ne se refuse pas !
C'est assez hétérogène : beaucoup de nouvelles, quelques poèmes, d'autres formes. La qualité est variable, mais l'urgence à publier cet ouvrage explique sans doute beaucoup d'inégalités littéraires...
Pour ma part, j'ai particulièrement apprécié quelques textes, dont :
- L'autre monde de Jim Fergus : en liberté dans son Amérique sauvage ;
- Sentence de Karine Gienel : mesurons notre chance de vivre en liberté, loin du "confinement" des traditions et religions ;
- À qui tu pense, Philo ? de Anne Icart : confiné dans son handicap, mais libre de rêver ;
- Lettre à mon inconnu de Yasmina Khadra : en recherche de l'autre ;
- Libre dans la jungle de Louison : le "déconfinement" vécu par un chimpanzé ;
- le type le plus prévisible du Centre Commercial de Charlie Ménétrier McGrath : un temps d'enfermement peut-il rendre imprévisible ?
Un bon moment de lecture solidaire, sans ennui !
Recueil disponible uniquement en version numérique.
Lien : http://michelgiraud.fr/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
gruz
  18 avril 2020
Le groupe Editis qui regroupe de nombreuses et prestigieuses maisons d'édition a monté un projet en un temps record qui regroupe 64 textes courts d'écrivains tout aussi prestigieux.
L'ensemble des bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.
Il y a de tout dans ces textes de quelques pages. Des fictions, des billets d'humeur, de la poésie… Des textes qui parlent de confinement ou au contraire d'évasion. Voyager à travers les sentiments et les mots.
Pour ma part, en grand amateur de fictions courtes, j'ai adoré lire celles de Karine Giebel et Fabrice Papillon. J'ai aussi beaucoup apprécié l'extrait d'un des prochains romans de Michel Bussi. Et été touché par plusieurs autres écrits.
Une bonne action pour un monde soignant qui a besoin de vous !
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
Commenter  J’apprécie          221
Raffoo
  02 mai 2020
En achetant « Des mots par la fenêtre », vous ne balancerez pas votre argent par la fenêtre ! Car les bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.
C'est principalement pour cette raison que je me suis procuré ce recueil de textes (nouvelles, extrait de roman en cours d'écriture, poèmes, lettres, etc…) mais aussi par envie de découvrir des auteurs contemporains dont pour beaucoup, je ne connaissais que le nom. Tous les textes sont inédits et ont été écrits pendant le confinement. La qualité littéraire est très hétérogène mais c'est normal pour un livre regroupant soixante-quatre auteurs qui ont répondu à une sollicitation très rapidement.
Je retiendrais les textes de Victor DIXEN, Jim FERGUS, Karine GIEBEL, Henri LOeVENBRUCK, Bernard MINIER, Tatiana de ROSNAY, Erik ORSENNA, et quelques autres…
Le double avantage avec ce livre est de participer à une noble cause et de découvrir la plume de nombre d'écrivain(e)s.
Commenter  J’apprécie          80
Metisse17
  28 avril 2020
L'évasion face à la morosité

Ce livre est un recueil de textes (poèmes, lettres, nouvelles, journaux de confinement...) de 64 auteurs différents, certains que j'ai déjà lu et d'autres dont je connais uniquement le nom, voir pas du tout... J'ai découvert ce roman sur la page Facebook de mon auteure préférée, Tatiana DE ROSNAY, elle fait partie des 64 auteurs. Ce livre a la particularité d'être sorti uniquement en version e-book car il est paru pendant et à cause du confinement dû au COVID 19, tous les profits iront aux Hôpitaux de France. C'est aussi un peu pour cette raison que je l'ai acheté.

Par contre, je n'ai pas eu une grande envie de le lire, je me suis même demandé si j'allais le finir... Est-ce le côté e-book? Peut-être, car le fait de lire sur un écran me donne des maux de têtes et d'yeux insupportables. Ou est-ce parce qu'il y a des auteurs que je ne connais pas ou n'apprécies pas? Je ne pense pas car j'ai l'habitude de lire ce genre de recueil comme par exemple 13 à tables!, au profit des Restos du Coeur.

Les thèmes abordés par les auteurs sont: la liberté, le confinement... Certains artistes du passé sont cités: Andy WARHOL, Victor HUGO... Certains auteurs parlent trop du confinement, on ne s'évade pas avec ces lectures or, c'est ce qu'on recherche en ce moment, l'évasion qu'on ne peut pas avoir à cause du confinement! D'ailleurs quand on lit le titre du recueil on s'attend à cette évasion, Des mots par la fenêtre suggère que ceux-ci sortent et s'en vont. Certains auteurs l'ont d'ailleurs un peu mieux compris, on a des textes sur la liberté et le voyage qui nous éloigne pour un moment de la morosité actuelle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   03 août 2020
Bernard Minier ---- Lettre écrite dans un souterrain

Mais nous voici confinés, chers lecteurs, frères humains: enfermés dans des espaces clos, irrémédiablement séparés les uns des autres, condamnés à nous claquemurer, le monde physique, désormais interdit, aboli, reste celui des mots...(...)
En attendant, que de trésors dans nos bibliothèques ou en ligne...Que d'émerveillements, de voyages, de possibilités d'îles et d'évasion, de lectures pleines de mystère et de surprises ! Que de cavernes d'Ali-Baba !
Dehors le monde s'est arrêté. mais, dans les romans , la vie continue et, comme dans la vie, des personnages apparaissent et disparaissent (...) Nous les aimons ou nous les détestons, nous nous attachons à eux ou pas, parfois même ils nous manquent un peu ou beaucoup une fois le livre refermé. Ils sont nos amis, ils sont nos compagnons, ils peuplent notre solitude, notre isolement de leurs voix singulières. (p. 257)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   31 juillet 2020
Aux livres, j'ai compris que je pouvais tout offrir. Ma tête, mon coeur et ma peau.
La littérature est ma branche d'arbre et je suis son hibou, ce joyeux poilu qui la nuit s'agrippe à elle en dégustant le noir. Depuis toujours, la littérature me déguise, me protège, comme un petit parapluie. Et elle permet tout.Mettre une odeur sur le camphre, une image sur la Renaissance. Fréquenter des hommes dangereux, visiter des lieux interdits (...) rêver l'Amérique (...) nager chez les sirènes, boire l'aridité et contempler la lune. (p. 110) [ "Dans ma cabane" par julien Dufresne-Lamy ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
fanfanouche24fanfanouche24   31 juillet 2020
Isabelle Filliozat --- s'évader ou découvrir la liberté

Plus de ciné, de resto, de concert ou de boutiques, plus de transports non plus pour aller ici ou là...Sur internet, fleurissent les propositions pour "passer le temps" et "occuper nos enfants", mais est-ce là le sens de la vie ? occuper le temps plutôt que le vivre ? Nous nous sentons privés de liberté, mais étions-nous vraiment libres avant ? Il n'y a pas si longtemps,nous plaignions du manque de temps. Il fallait toujours aller vite de crainte d'être en retard, trop de boulot, trop de choses à faire...nous étions trop occupés pour vivre vraiment... (p. 119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   31 juillet 2020
[Isabelle Désesquelles-Un printemps ]

Les livres ne sont pas un pansement mais ils ont un pouvoir, cher à Pascal, et à tous ceux qui ont trouvé dans la lecture un souffle à même de les divertir du malheur qui "est de ne pas savoir demeurer en repos, dans une chambre." Quand on croit mourir , quand les masques tombent et que cette chambre est celle d'un hôpital, les livres sont là qui parviennent à attendrir une angoisse, à assouplir le temps infiniment long et soudain trop court à y être suspendu plus que de raison. Ils sont un secours. Ils sont un secours. (p. 92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   31 juillet 2020
On a le coeur comme un poing serré, on ne sait pas si on tournera la page, mais notre index, lui, tourne les pages et elles sont pleines de tout ce que l'on n'a pas vu, tout ce que l'on n'a pas connu, tout ce que l'on aura vécu. On dévore des mots que l'on n'a jamais prononcés, on n'en fait qu'une bouchée et on est moins seul, un tout petit peu moins. On ne lève pas son nez d'un Imaginaire, on en a une collection et qui sait elle pourrait nous apprendre. Le métier de vivre. (p. 92) [Isabelle Désesquelles-
Un printemps ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jérôme Attal (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Attal
Découvrez le coup de coeur de Jérôme, libraire au Furet de Lille, qui présente le nouveau roman de Jérôme Attal "La petite sonneuse de cloches" publié aux éditions Robert Laffont. Jérôme Attal est l'un de nos invités de notre soirée "Rentrée Littéraire 2019" : https://www.furet.com/fr/catalog/product/view/id/3160260?q=jerome%20attal
autres livres classés : covid-19Voir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Harry Potter en 20 questions

Quel train prend Harry pour aller à Poudlard ?

Un RER
Thomas le train
Poudlard Express
Le TGV

20 questions
82 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

.. ..