AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.02 /5 (sur 917 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le Juillet 1978
Biographie :

Johana Gustawsson est une romancière française, auteure de thriller et de roman policier historique.

Diplômée de Sciences Politiques, Johana Gustawsson a été journaliste pour la télévision et la presse françaises.

Elle a publié trois romans mettant en scène les enquêtrices Emily Roy et Alexis Castells ("Block 46", "Mör" et "Sång").

Elle vit aujourd’hui à Londres, en Angleterre.
Après avoir vécu 7 ans à Paris, elle part vivre à Londres en 2009, et y vit avec son fils et son mari suédois.

Source : http://johanagustawsson.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Johana Gustawsson   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez le premier extrait de Block 46 de Johana Gustawsson en livre audio chez Hardigan. Et n'oubliez pas, vous pouvez télécharger GRATUITEMENT votre premier livre audio sur audible.fr ! ? http://bit.ly/2k3iNZi Sortie en AVRIL 2016 ! --------------------------------------------------------- ? de quoi ça parle : ? Falkenberg, Suède. le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d'une femme. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d'enfants dont les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie... En Suède, Emily retrouve une vieille connaissance : Alexis Castells, une écrivaine pleine de charme spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, ces deux personnalités discordantes se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu'aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944. --------------------------------------------------------- Pour retrouver tous nos ouvrages chez Audible c'est par là : ? http://bit.ly/AudibleHardigan --------------------------------------------------------- Passez nous dire bonjour sur Facebook : http://facebook.com/playhardigan Suivez nous sur Twitter : http://twitter.com/playhardigan Rejoignez le cercle sur Google+ : http://google.com/+HardiganFrance --------------------------------------------------------- Les musiques utilisées, le contenu des livres audio est copyright Hardigan et nécessité une autorisation pour diffusion. Hardigan est une marque protégée.

+ Lire la suite

Citations et extraits (140) Voir plus Ajouter une citation
Verdorie   02 juillet 2017
Mör de Johana Gustawsson
Une relation secrète a toujours l’arrogance de prétendre échapper à la réalité. C’était la première fois qu’un tiers lui parlait de sa liaison avec [...]. La première fois qu’on jetait une lumière crue sur les faits ; que l’on mettait des mots sur ses actes. Le secret devenait mensonge. L’amour, sexe. Le fantasme, infidélité.
Commenter  J’apprécie          310
Verdorie   29 juin 2017
Mör de Johana Gustawsson
Le miroir sur pied lui renvoie un reflet décevant, pour ne pas dire tragique. Pattes d’oie, ride du lion… tout le règne animal s’en donne à cœur joie sur son visage. Et ses seins… En dix ans, ils sont passés d’une rotondité arrogante à un ovale triste. L’âge étale… Comme si on avait choisi d’étirer le corps à défaut d’étirer le temps.
Commenter  J’apprécie          270
le_Bison   23 octobre 2019
Sång de Johana Gustawsson
- Lennart souhaiterait, nous souhaiterions, précisa Emily, que tu nous parles des conflits et des tensions qui existaient entre vous, ou avec des tiers.

Elle s'avança sur sa chaise et posa ses mains près de celles d'Aliénor.

- Tu t'en sens capable ?

- Je commence par qui ?

- Qui tu veux.

- Je commence par moi, alors. J'ai causé beaucoup de problèmes à ma famille avant qu'on découvre mon autisme. Mes parents ne comprenaient pas pourquoi je réagissais différemment. Je n'étais pas comme mon frère et ma soeur, ni comme mes camarades de classe, les enfants des amis de mes parents ou ceux des voisins.

Aliénor pencha la tête sur le côté ; ses yeux voyageaient dans le temps.

- Mon père m'a beaucoup grondée lorsque j'étais enfant, parce que je ne comprenais pas ce qu'il me demandait. Ni ce qu'il me reprochait. Maman me supportait difficilement. Si elle était là, elle dirait que je mens. Mais c'est vrai. Ma soeur me défendait. Elle tolérait ma différence. Louise aimait cette différence. Et elle m'aimait malgré ça. Lorsque, à mes douze ans, Owe Edwardson, mon professeur d'histoire, a suggéré que je souffrais du syndrome d'Asperger, puis que les médecins ont corroboré ce diagnostic, mes parents se sont montrés bien plus patients. Comme m'a dit Louise, ils avaient enfin un manuel qui leur expliquait comment interagir avec moi. Ça devenait plus facile pour eux. Mon autisme a crée beaucoup de tensions et de disputes dans notre famille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          209
sagesse66   12 février 2021
Sång de Johana Gustawsson
La neige estompait les contours de la plage, lui donnant des airs d'aquarelle.

Elle avait coiffé le sable, les galets et drapé la jetée.

Sous la neige, le paysage devenait à lui seul un conte.

Ses paillettes immaculées arrondissaient les angles et gommaient les différences, propageant une beauté douce et rassurante.

Le silence ouaté transformait les cris en murmures et le vent en musique ...
Commenter  J’apprécie          210
le_Bison   27 octobre 2019
Sång de Johana Gustawsson
Cette putain de dictature, quand même ! On n'aura jamais fini de laver le sang qu'a fait couler Franco. Et ce putain de pacte du silence... Gauche comme droite, à poser des couches de béton sur les cadavres, à oublier les crimes de guerre, alors qu'il aurait fallu creuser, punir, réparer. Et pas seulement le pays, mais toute notre histoire, tout notre héritage. On n'a pas eu notre Nuremberg, nous, ici ; Franco est mort en serrant la main de Juan Carlos. Le roi est mort. Vive le roi.
Commenter  J’apprécie          194
le_Bison   24 octobre 2019
Sång de Johana Gustawsson
Olofsson détailla les jambes de Birgit moulées dans un legging en vinyle.

- Eh ben ! Madame a déjà retrouvé la ligne, dis donc !

- Te fais pas d'illusions, Olofsson, je porte une gaine. Dès que je me mets à poil, ma peau ressemble à de la glace fondue qui s'échappe d'un cornet : mon ventre fait tablier et je pourrais me passer les nichons en écharpe. C'est pas l'éclate.

- Oh, putain, l'angoisse ! Faut te remettre au sport illico.

- Pour l'instant, le seul sport que je pratique est en chambre, et c'est déjà une sacrée prouesse, crois-moi.

- T'as chié trop de mioches, Pedrén.

- Ne m'en parle pas. Je t'en file un, si tu veux. Ou deux.

- Tu me fais tellement de peine que je pourrais presque dire oui !

La légiste sourit et lui tira la joue comme à un enfant polisson.

- Hej, Birgit ! Comment tu vas ? lança le commissaire en déboulant dans la salle d'autopsie.

Olofsson se redressa, bomba son torse bodybuildé et scella ses lèvres pour effacer toute trace de sourire.

- Ah, merci, Lennart ! Enfin quelqu'un qui se préoccupe de la mère ! On me demande toujours comment vont les gamins, en oubliant qu'accessoirement c'est moi qui les ai pondus par un trou pas plus gros qu'un dé à coudre. Quelle idée à la con, quand même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Srafina   25 février 2018
Block 46 de Johana Gustawsson
Et soudain elle les entendit. Tous ces enfants. Leurs hurlements. Sombres et sauvages. Des lamentations pétries de chagrin et de désespoir. Elle posa sa main sur celle de l'enfant qui gisait à côté d'elle, une menotte glaciale et maigre et elle lui dit de pleurer, de pleurer avec tous les autres jusqu'à ce que sa peine ne pèse plus sur son cœur, jusqu'à ce que la douleur s'évanouisse. Elle lui dit que, maintenant, elle les entendait tous, et qu'ils n'étaient plus seuls.
Commenter  J’apprécie          170
le_Bison   29 octobre 2019
Sång de Johana Gustawsson
La neige escomptait les contours de la plage, lui donnant des airs d’aquarelle. Elle avait coiffé le sable, les galets, et drapé la jetée. Sous la neige, le paysage devenait à lui seul un conte. Ses paillettes immaculées arrondissaient les angles et gommaient les différences, propageant une beauté douce et rassurante. Le silence ouaté transformait les cris en murmure et le vent en musique.
Commenter  J’apprécie          155
florilegedelivres   19 juillet 2021
Block 46 de Johana Gustawsson
Le gars du train avait raison. C'était bien l’enfer qui les attendait au bout de ce long voyage. Mais un enfer organisé. (p. 18)
Commenter  J’apprécie          10
le_Bison   30 octobre 2019
Sång de Johana Gustawsson
Olofsson dissimula un bâillement derrière son poing.

Une réu à sept heures du mat’, c’était violent. Surtout lorsqu’on avait fermé l’œil à quatre heures passées. Il fallait vraiment qu’il s’accorde une nuit de sommeil en solo ; sinon, il ne tiendrait pas le choc, vu la tournure des évènements.

Il n’avait jamais assez de Mona. C’était bizarre, d’ailleurs. Il n’avait jamais ressenti ça, ce besoin irrépressible d’être avec une fille. Toute la journée, il luttait pour ne pas penser à elle, pour ne pas revisiter les images qu’ils créaient ensemble, la nuit. Il pourrait passer tout son temps à contempler Mona. A la regarder jouir. Sourire. Rire. Manger. Se préparer, se vêtir, se dévêtir, et même dormir. Ouais, dormir : il adorait le pli boudeur qui ourlait ses lèvres et la ride qui apparaissait entre ses yeux. Bon sang… il devenait complètement fleur bleue. Mou du cerveau. Mais toujours dur du…
Commenter  J’apprécie          122

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez le prénom

C'est un auteur (italien), ....... Eco, qui a écrit le roman "Le nom de la rose".

Roberto
Alberto
Pier Paolo
Umberto

12 questions
0 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..