AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.89/5 (sur 302 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Valence , 1971
Biographie :

Jordi Llobregat est un écrivain espagnol.

il est le co-créateur et directeur du festival "Valencia Negra".

"Le Huitième Livre de Vésale" est son premier roman. Thriller historique salué par la critique.

Facebook : https://www.facebook.com/Jordi-Llobregat-320675564625205/

Ajouter des informations
Bibliographie de Jordi Llobregat   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Il y a dans ce roman tous les ingrédients que j'aime, en tant que lecteur et en tant qu'auteur. » Bernard Minier Dans une petite station de ski des Pyrénées, située à la frontière de l'Espagne et de la France, un homme est retrouvé mort au fond des eaux glacées d'une piscine. Il est menotté et ses paupières sont cousues. Alex Serra, inspectrice aux homicides de la police de Barcelone, est envoyée sur place pour mener l'enquête aux côtés de Jean Cassel, un lieutenant de police français. Les investigations prennent un tour imprévu lorsqu'un lien est établi entre la victime et une grande famille de la région, propriétaire des terres de la vallée, dont l'héritière vit recluse dans un manoir isolé. C'est en effet dans l'histoire tourmentée du village, lieu de passage des fugitifs pendant la Seconde Guerre mondiale, que semble se trouver la clé de l'affaire. D'une ancienne colonie industrielle perdue dans la montagne jusqu'à un mystérieux monastère, Alex et Jean vont devoir réveiller bien des vieux fantômes pour découvrir la vérité. Et le temps leur est compté : alors qu'une tempête sans précédent s'abat sur la région, la liste des victimes ne cesse de s'allonger. Après le Huitième livre de Vésale, salué par une critique unanime, Jordi Llobregat nous entraîne une nouvelle fois dans les arcanes de l'Histoire. Secrets de famille, personnages aux ambiguïtés multiples, construction d'une redoutable efficacité : un thriller hallucinant ! À propos du Huitième livre de Vésale : « Au gré des rebondissements, ce roman au suspense constamment renouvelé, qui se plaît à manipuler le lecteur et à déjouer ses hypothèses, est un voyage absolument trépidant dans une Barcelone gothique au seuil de la modernité. Dépaysement garanti. » Historia En savoir plus : https://bit.ly/3azEFbx Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherchemidiediteur

+ Lire la suite

Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
« Oui, monsieur, c'était mon père.
- Ah, fit-il, pensif. Un excellent médecin, Gilbert, excellent. Comme vous-même auriez pu l'être. Dommage que vous soyez une femme.
- Dommage que vous, vous soyez des hommes. »
Commenter  J’apprécie          162
Les femmes ne peuvent... ne peuvent pas être médecins, et encore moins chirurgiens, s'écria-t-il, la voix vibrante d'indignation. C'est... c'est proprement inconcevable. Dieu du ciel ! Votre caractère n'est pas préparé, votre entendement clairement limité. Votre place est à la maison, à prendre soin de votre famille. Mais à quoi songez-vous donc ?
Commenter  J’apprécie          110
C'est étrange comme ce sont souvent les personnes que nous aimons le plus que nous font le plus de mal.
Commenter  J’apprécie          120
Le landau, quittant l’atmosphère animée des Ramblas, descendait à bonne vitesse vers le port. En bas de l’avenue, les chevaux durent contourner l’échafaudage du monument à Christophe Colomb.
La voix du cocher s’éleva.
« Je parie ma paye d’un an que ce machin se cassera la figure avant l’inauguration de cette fichue colonne. »
Daniel ne prit pas la peine de répondre et se cantonna à admirer la complexe structure en fer conçue par l’architecte Juan Torras. [...]
Ils avaient mis six ans à ériger ce monument pour l’Exposition et pendant tout ce temps l’ingénieux système imaginé pour monter les lourdes pièces en fonte avait beaucoup fait parler de lui. Les rumeurs pronostiquant un désastre étaient si nombreuses que le maire de la ville lui-même était allé voir l’architecte dans son atelier pour lui demander de lui garantir que cet échafaudage incroyable n’allait pas s’effondrer sur les têtes de ses concitoyens. Torras répondit en se plaçant en personne sous le pont roulant le jour où les six tonnes de la statue du navigateur furent hissées.
Commenter  J’apprécie          40
Il sentit d'abord la présence de ceux qui par le passé avaient été étendus dans cette même position ; l'esprit des cadavres, subtilisés dans les cimetières, qui cédaient leur repos éternel au progrès de la science. Ils défilèrent l'un après l'autre dans une interminable succession de souvenirs. Il sentit leur force moribonde, les vestiges d'une vitalité perdue qui calmaient sa souffrance. Un gémissement s'échappa de ses lèvres. Son corps se tendit en sentant la présence des corps à venir : cette nouvelle essence vitale se déversa, torrentielle, sur chaque centimètre de sa peau nue. Ceux-ci étaient différents des précédents : leur présence, presque physique, irradiait une énergie telle qu'elle submergeait ses sens. Des femmes jeunes, à peine pubères, qui, allongées sur la dalle froide, étaient encore en vie.
Commenter  J’apprécie          30
- "Tu entends?
- Quoi? Non je n'entends rien.
- Exactement. Quand il neige, tout devient silencieux."
[...]
- "Les flocons de neige sont constitués de cristaux de glace microscopiques qui forment des structures géométriques ...., en tombant, les flocons attrapent des particules qui flottent dans l'air et qui amplifient les ondes sonores, ce qui élimine tout le bruit ambiant.
- Mmm.
- Le plus beau, poursuivit Alex, étrangère au regard sceptique de son collègue, c'est que le silence persiste quand il a fini de neiger. Cela vient du fait que les milliers de flocons de neige qui se sont accumulés au sol ne deviennent pas compacts : ils retiennent de l'air, de sorte qu'ils absorbent le bruit qui les entoure. Quand la neige durcit, la magie est finie."
Commenter  J’apprécie          20
- Alors tu me racontes ? Si on doit devenir copines, autant que tu me déballes ton histoire tout de suite.
- C'est que c'est une longue histoire.
- Peu importe, ma belle, j'ai plus de temps libre dans mon agenda qu'un ministre.
Commenter  J’apprécie          30
Adel agita la main comme quelqu'un qui veut se débarrasser d'un moustique.
Et que voulez-vous que cela me fasse? Que Dieu les garde. Leur mort ne fait que leur épargner plus de souffrances. A dire vrai, si ce n'était à cause de ces fichus journaux comme celui de votre ami Bernat Fleixa, pour moi, ça ne ferait pas beaucoup plus de différence que si on retrouvait le cadavre d'un chien crevé. Mais en l'occurrence une mauvaise presse pourrait porter préjudice au grand projet de ma vie et je n'ai pas l'intention de laisser faire.
- Et pourquoi devrais-je suivre vos... conseils?
Commenter  J’apprécie          20
La brise se leva et l’eau frémit. Les yeux du vieux, plissés par les rides, parcoururent l’embarcation, de la proue, où somnolait son fils, jusqu’à la voile de coton – solidement fixée au mât – qui se mit à faseyer. Il borda en marin expérimenté et, après avoir constaté avec satisfaction que la toile recommençait à se gonfler, bloqua l’écoute. Il serra les poings et ses doigts recouverts de gants de laine protestèrent comme de vieux cordages. L’humidité le pénétrait jusqu’aux os, malgré les lourds vêtements qu’il portait. Il soupira.
Commenter  J’apprécie          20
Daniel Latour ouvrit la porte et, une fois entré dans la cellule, la claqua derrière lui. Il le regretta immédiatement, non pas parce qu’il voulait respecter le silence du séminaire : il y avait passé deux ans et détestait ce calme sépulcral. Ce qu’il voulait, c’était éviter d’attirer l’attention sur lui. Mais il était si enthousiaste, après avoir reçu ce mot, qu’il avait oublié toute prudence. Maintenant qu’il avait réintégré cette fichue chambre, il avait hâte de vérifier que tout était toujours à sa place.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs de Jordi Llobregat (413)Voir plus

Quiz Voir plus

Des poètes par eux-mêmes

Il est triste et il marche au bord des flots profonds, courbé comme celui qui songe. Il a devant les yeux les ténèbres. L'abîme. Il est l'être incliné qui jette ce qu'il pense, qui demande à la nuit le secret du silence.

Baudelaire
Hugo
Nerval
Verlaine

12 questions
112 lecteurs ont répondu
Thèmes : poète , poésie francophone , 19ème siècle - 20ème siècleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..