AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266315470
576 pages
Éditeur : Pocket (01/04/2021)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4/5 (sur 753 notes)
Résumé :
" Je crois que quelqu'un est en train d'agir comme s'il se prenait pour Dieu... "
Un appel au secours au milieu de la nuit.
Une vallée coupée du monde.
Une abbaye pleine de secrets.
Une forêt mystérieuse.
Une série de meurtres épouvantables.
Une population terrifiée qui veut se faire justice.
Un corbeau qui accuse.
Une communauté au bord du chaos.
Une nouvelle enquête de Martin Servaz
Le nouveau t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (173) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  24 mai 2020
Oui. Mais non. Lorsque Bernard Minier a fait son apparition dans le paysage littéraire, j'ai apprécié sa trajectoire personnelle, son ton, son style, sa singularité, son flic sympathique, son amour des Pyrénées, surtout cet amour de la montagne que je partage avec lui. J'ai lu avec plaisir les premier, second, troisième tomes des aventures de Martin Servaz ; j'ai adoré le quatrième, celui qui se déroule outre-atlantique – le plus original selon mes critères -, puis j'ai calé complet sur le cinquième que j'ai considéré comme la resucée de trop d'une même histoire éternellement touillée et diluée. Et puis là, je ne sais pas si c'est un effet du confinement, j'ai eu envie de prendre un bol d'air dans les Pyrénées avec La vallée et de découvrir comment Martin Servaz a évolué depuis ma rupture. Bon... Il est toujours gentil le Martin, il est désormais famille monoparentale, et suspendu de ses fonctions en attendant un conseil de discipline, il n'a toujours pas oublié Marianne disparue depuis des années. Ah ben tiens, justement Marianne, c'est bien elle au téléphone qui l'appelle au secours ? Et hop, en deux temps et trois mouvements, Martin enfile ses pataugas, fonce sur ses traces et se retrouve retenu dans un village isolé par un éboulement.

Oui. Mais non. Grosse déception ! On prend les mêmes, on recommence et on fait du neuf avec du vieux, en laissant soigneusement les portes entrebaillées pour un énième recyclage des personnages dans un opus ultérieur. On rappelle toutes les 10 pages une anecdote d'un roman précédent, dont le titre et l'éditeur sont scrupuleusement notés en bas de page, il ne manque que le prix. On utilise ici ou là quelques mots compliqués pour faire genre documenté : paraphilie, pygmalionisme, hiérophilie ou dermatoglyphe, dont on peut trouver les définitions sur wikipedia. On dit tétranitrate de pentaérythritol au lieu d'explosif ou sclérose latérale amyotrophique au lieu de Maladie de Charcot. Mais ce vernis très superficiel ne masque pas les truismes tels que «une route inondée de soleil » ou « des cimes tutoyant l'azur » on encore l'excellent «une voix aussi coupante qu'un couteau entrant dans du beurre» qui marquent la faiblesse du style. Mais ce qui m'agace le plus, ce sont les phrases en italiques, cette manière de prendre le lecteur pour un crétin en soulignant en rouge ce qui est important comme par exemple : « Cette femme lui faisait penser à un reptile ou à un squale : un animal à sang froid », ou « le gnou a beau fuir devant le danger, espérer une vie paisible à brouter son herbe, un jour ou l'autre le léopard le rattrape »... Pour ne pas accabler un auteur en qui j'ai placé beaucoup d'espoir et à qui j'ai accordé, à tort, ma confiance, je n'insiste pas sur les lieux communs habituels sur le bien et le mal, ou sur Dieu contre Satan, ou encore sur ses réflexions simplistes et démagogiques sur l'évolution de notre société.

Pourtant, tout était en place pour que ma première randonnée post-confinement soit vivifiante : il y avait la montagne, il y avait un monastère, il y avait un village coupé du monde, il y avait des meurtres. Tous ces éléments auraient pu donner un excellent roman, moi aussi j'avais chaussé mes pataugas et retiré mon masque.
Oui. Mais non !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12927
ODP31
  19 juin 2020
Il n'y a pas que des ours dans les Pyrénées. Il y a aussi une invasion de tueurs en série.
Pendant que Baloo et ses copines slovènes confondent troupeaux de brebis et bars à tapas sous l'oeil attendri des bisounours, Bernard Minier décime dans ses romans les aborigènes pyrénéens en introduisant un nombre incalculable de psychopathes passablement chafouins.
Depuis « glacé », Martin Servaz, son brave flic éprouvé par la vie, se charge de les pister. Servaz, c'est du miel à assassins. Vous l'envoyez dans n'importe quel patelin paumé qui n'a pas connu d'homicide depuis la période cathare et c'est l'hécatombe. Il traverse un village comptant moins de 10 âmes et vous pouvez déjà prévoir quelques vols pour l'au-delà. Il peut vous transformer la Belle des champs en maîtresse sadomasochiste, un chercheur de champignon nonagénaire en empoisonneur sadique, un éleveur de brebis en pédophile et un chasseur de sanglier du dimanche en sniper surentraîné. Chez lui, la famille Ingalls court dans les herbes hautes et se transforme en secte sataniste dès le tomber du jour. Même les foetus sont suspects.
Je suis un brin moqueur et pourtant j'ai lu tous les romans de la série sans y être forcé ou payé. En fait, cette lecture, c'est un peu comme une réunion de famille. On est content de revoir tout le monde une fois par an mais on ne peut pas s'empêcher de raconter toujours les mêmes histoires et de lancer des commentaires désagréables pendant le trajet de retour. Je pourrai mentir et dire que mon assiduité s'explique par la qualité du style - comment dit-on déjà quand il n'y en pas ? ah oui - sec et ciselé, ou que c'est en raison des intrigues haletantes, mais l'issue est à peu près toujours la même. L'humour ? Il est si bien caché que je le cherche encore dans la forêt. Je n'irai pas jusqu'à oser mettre en avant les digressions caricaturales sur le mal être de la police, les dangers des réseaux sociaux ou le malaise général de la société, qui semblent puisées dans des brèves de comptoir. Non, je crois que je lis surtout ces romans par chauvinisme parce qu'ils se passent par chez moi (mon piteux pseudo de cibiste est révélateur de ce petit défaut) et que je me suis attaché aux personnages.
Cet opus est un huis clos au grand air qui multiplie les références aux précédentes enquêtes, ce qui flatte les habitués mais peut dérouter des lecteurs de passage.
Pour isoler une vallée montagneuse du reste du monde, rien de mieux qu'une explosion pour ensevelir la seule route qui permet d'y accéder. Servaz est coincé sur place car il a reçu un appel au secours de Marianne, mère de son fils, compagne disparue et kidnappée à répétition. Parti à sa recherche dans une vallée de montagne, il doit faire face à plusieurs crimes ritualisés. Marques de fabrique chez Bernard Minier, les scènes de crimes sont des tableaux horrifiques digne de Jérôme Bosch, qui laissent plus de souvenirs que les scénarios de ses romans. Entre un monastère isolé, une forêt dense et sauvage, une petite commune où la révolte populaire gronde et le retour d'Irène Ziegler, gendarmette du premier tome de la série, pâle copie de Lisbeth Salander, l'écosystème est favorable aux randonnées meurtrières.
Voyage en terrain connu, la corde de la série est de plus en plus effilochée et l'histoire s'use avec un héros qui semble aussi fatigué par ses enquêtes que le lecteur.
Malgré tout, le roman se laisse lire sans déplaisir, le rythme est adapté à l'intrigue, les personnages féminins sont davantage travaillés et dominent les débats de façon intéressante. L'idée d'isoler toute une vallée pendant l'enquête permet aussi de décortiquer les rouages du soupçon en milieu confiné.
J'ai avalé la vallée comme une glace à l'eau du robinet ! C'est frais mais cela manque de saveur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11317
Tostaky61
  27 juillet 2020
Bernard Minier aurait-il pompé toute mon énergie de chroniqueur avec les 520 pages de son dernier roman ?
L'angoisse de la page blanche me saisit au moment de rédiger quelques lignes pour parler de la vallée.
Serait-ce d'avoir été prisonnier dans ce village de 4000 âmes, comme tous les protagonistes de son histoire ?
Serait-ce d'avoir eu peur, avec eux, que le ou les coupables des crimes horribles perpétrés dans la région ne soient jamais arrêtés ?
Ou bien le stress de ne pas savoir lequel, de ces gens que l'on croise chaque jour, avec qui l'on échange avec courtoisie parfois, qui sont nos amis, nos proches peut-être, lequel donc, parmi eux, est aussi démoniaque pour commettre de pareilles atrocités ?
Je n'étais pas retourné chez cet auteur depuis son glacé. le tout premier, la première enquête de Martin Servaz. Il en a coulé de l'eau sous les ponts depuis. Il a fait son bonhomme de chemin notre écrivain.
Mais voilà, nos routes ne s'étaient plus croisées depuis cette lecture que j'avais pourtant particulièrement appréciée.
Les récents commentaires, parfois dithyrambiques, sur ce nouveau volet des aventures de Servaz m'ont logiquement poussé à replonger dans l'univers de l'un des rares auteurs de polars avec qui je n'ai jamais eu l'occasion d'échanger à ce jour sur un salon. (Visiblement, pour 2020, ça me paraît compliqué...).
Bref, parlons-en de ce roman.
Martin Servaz, est mal barré.
Ex -commandant, rétrogradé Capitaine, il est en attente de passer en conseil de discipline et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il n'est pas très confiant. Bien que blanchi par la justice, il est dans le collimateur de sa hiérarchie, qui, excédée par ses façons peu conventionnelles de pratiquer son métier, et malgré des antécédents et des résultats probants, pourrait bien le virer.
En pleine nuit, alors qu'il est suspendu, Martin reçoit un appel.
Il n'en croit pas ses oreilles. C'est impossible.
L'appel au secours vient d'une personne qu'il croyait à jamais disparue.
Alors, tant pis, quitte à tout perdre, il fonce.
Une abbaye mystérieuse.
Une forêt dense.
Une montagne qui tremble.
Une ville au fond de la vallée, Aiguesvives.
Là, commence l'angoisse.
Là, la tension monte.
Là une communauté, jusqu'ici paisible, apeurée, se révolte.
Dans l'ombre de la gendarmerie, sous les ordres d'Irène Ziegler qu'il croisa  jadis, Servaz mène  l'enquête.
Minier est un manipulateur.
Machiavélique.
Il séquestre son lecteur.
Il le ligote.
Il le torture, même.
J'imagine son sourire carnassier quand il écrit.
Son talent ?
Aucune séquelle.
Quand il vous libère, vous ne portez aucune trace de ce que vous venez de vivre.
Seuls les maîtres du thriller sont capables de vous offrir ce genre de sensations.
Bernard Minier en fait incontestablement partie.
Ma plume, enfin libérée, à trouver des mots pour exprimer mon ressenti.
Il ne me reste désormais qu'à lire d'autres ouvrages de cet auteur et surtout à aller à sa rencontre dès que j'en aurai l'occasion.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          508
celine85
  07 juillet 2020
Martin Servaz reçoit un coup de téléphone qui va le perturber de Marianne, la mère de son fils qui a été enlevée et qui a disparue depuis 8 ans. Elle lui dit qu'elle a réussi à s'échapper et lui demande de l'aide. Avec les indications qu'elle donne, il pense reconnaitre l'endroit. Il se retrouve dans une vallée des Pyrénées coupée du monde près d'une Abbaye. C'est dans cette vallée que vont également avoir lieu des meurtres épouvantables. Il va résoudre l'enquête avec Irène Ziegler qu'il connait déjà.
Pas besoin je pense de vous présenter cet auteur, il fait partie des auteurs incontournables du thriller français. Personnellement je n'ai jamais été déçu par ses romans. Une nouvelle fois tous les éléments sont là pour avoir un bon thriller. Dès les premières pages, l'auteur arrive à capter l'attention du lecteur et faire en sorte qu'il n'est plus envie de lâcher le roman. le fait de retrouver des personnages récurrents comme Martin Servaz permet aussi de se plonger facilement dans l'histoire. Quand on passe un bon moment lecture et que l'on ne trouve rien de négatif à dire, on peut parler d'un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
coquinnette1974
  09 juin 2020
Je suis les aventures de Martin Servaz depuis de nombreuses années, et c'est toujours pour moi un immense plaisir de découvrir un nouveau Bernard Minier. D'ailleurs, je me le suis offert le jour de sa sortie même si j'ai attendu mes vacances pour le dévorer.
Cette nouvelle enquête intitulée La vallée commence avec un appel au secours au milieu de la nuit...
Conséquences : Une vallée coupée du monde.
Ajoutez à cela : Une abbaye pleine de secrets ; Une forêt mystérieuse ; Une série de meurtres épouvantables. ; Une population terrifiée qui veut se faire justice ; Un corbeau qui accuse ; Une communauté au bord du chaos....
Secouez le tout et vous frissonnez avec Martin Servaz, qui se demande bien où il a mit les pieds...
La vallée nous permet de retrouver des personnages chers à l'auteur (mais je ne vous dirais pas qui, pour ne pas spoiler).
Âmes sensibles s'abstenir car c'est un roman violent, certaines scènes sont vraiment très fortes.
Il y a beaucoup de surprises, énormément de suspense, des fausses pistes, des personnages forts et une histoire machiavélique.
En résumé, La vallée est un très bon Bernard Minier et il ne m'a pas du tout déçu avec ce nouvel opus.
Une seule chose à rajouter : Lisez-le !!!
Ma note : un énorme cinq étoiles
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471

Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
morinmorin   09 mai 2021
Il remonta l'allée latérale vers l'endroit où il avait laissé la veille une échelle double - celle qu'utilisait un des frères pour changer les ampoules. La lumière du soir entrait lourdement par une haute fenêtre percée dans le pignon ouest.
L'échelle en aluminium était toujours là, à la même place, dépliée, dressée. Il trouva ensuite ce qu'il cherchait dissimulé derrière le piédestal d'une statue.

p.465
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
pandarouxpandaroux   08 mai 2021
Il avait Gustav, il avait Léa, il avait Margot, il avait un petit fils, il avait une famille. Il n'était plus ce vieux chien solitaire que personne ne veut adopter...
Commenter  J’apprécie          10
fabien2830fabien2830   11 décembre 2020
L’horloge digitale du tableau de bord indiquait 3 h 45 quand il entra
dans la ville thermale plongée dans le sommeil, tel un chat blotti près d’un
poêle. Ses façades qui, autrefois, par une nuit aussi clémente, auraient gardé
leurs fenêtres grandes ouvertes, étaient cadenassées comme un coffre de
banque suisse.
Il traversa la ville sans s’arrêter en direction de la montagne sombre qui
fermait la vallée dans le fond.
En cette heure douteuse, elle semblait aussi morte que s’il avait
débarqué sur une planète sans vie. Au sortir d’un virage, il faillit louper
l’embranchement. Sur le bas-côté, la flèche « ABBAYE DES
HAUTSFROIDS » était presque entièrement dissimulée par le feuillage
d’un noisetier. Il freina, effectua une rapide marche arrière sur la route
déserte et vira à droite pour engager la Volvo dans la forêt. Il gravit la
colline au milieu des arbres aux troncs serrés et des tapis de fougères qui
creusaient un tunnel végétal, et bascula de l’autre côté, découvrit par une
grande trouée les bâtiments du monastère en contrebas, au creux d’un val
boisé : l’abbatiale du XIIe siècle, typiquement cistercienne avec sa tour et
son plan en croix latine, le cloître ceint d’arcades, les bâtiments des moines
– réfectoire, dortoirs – dont l’architecture massive semblait avoir été conçue
pour résister aux rigueurs de l’hiver et pour dissuader le curieux. Le tout,
caverneux, hostile, monumental. Il y avait des pelouses le long de la rivière,
dans le fond plat du vallon éclairé par la lune, mais les flancs des
montagnes qui entouraient le monastère étaient intégralement boisés.
Marianne… C’était de ces bois qu’elle avait appelé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
fabien2830fabien2830   11 décembre 2020
Un bruit insistant s’insinua dans son esprit, et il mit quelques
secondes à comprendre ce que c’était.
Son téléphone – il l’avait laissé sur la table de chevet.
Il retourna rapidement dans la chambre. La sonnerie avait réveillé Léa,
qui, dans le lit, se tournait à présent vers lui, dans le coaltar.
Sur la table de chevet, le téléphone continuait de se plaindre et de
réclamer son attention comme un enfant qui a faim.
1 h 30.
Quand un téléphone sonne au beau milieu de la nuit, c’est rarement
pour de bonnes nouvelles, se dit-il.
Le cœur battant, il marcha jusqu’à l’appareil, consulta l’écran : il ne
connaissait pas le numéro.
— Tu aurais au moins pu mettre une musique, plaisanta Léa, les
cheveux en désordre, le visage bouffi de sommeil.
Elle souriait – mais la tension perçait dans sa voix. Il hésita. Elle le
regarda, sourcils levés.
— Bon, alors, tu réponds ou pas ?
Il fit glisser le bouton vert, colla l’appareil à son oreille.
— Martin ! Martin, tu es là ?
Cette voix… Il tressaillit.
Il remarqua à peine que Léa l’observait. Cette voix… Il ne l’avait pas
entendue depuis huit ans, et pourtant il la reconnut immédiatement. Comme
si c’était hier la dernière fois. Le temps aboli, les années envolées, le passé
qui ressurgit comme une comète dans la nuit.
Il s’assit au bord du lit, ferma les yeux.
C’était impossible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
fabien2830fabien2830   19 décembre 2020
Il cliqua sur l’un des symboles, et une nouvelle page s’ouvrit. Les
quatre symboles apparurent : alignés verticalement à gauche, sur un fond
d’un noir intense, comme une portion d’espace dépourvue de lumière. En
face de chacun, un portrait. Un visage souriant, juvénile, innocent. Des
enfants… Entre dix et quinze ans, estima Servaz. Son regard glissa sur les
jeunes visages et son cœur tambourina, son cerveau se mit à gémir, empli
d’effroi : il en connaissait au moins deux. Il les avait croisés quelques
heures plus tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Bernard Minier (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Minier
À l'occasion de la sortie de son nouveau roman "La Chasse", Bernard Minier, auteur de polar français aux multiples récompenses, est l'invité de la Fnac pour une nouvelle rencontre digitale en livestream sur La ClaqueFnac.com. Durant une heure, Bernard Minier nous fait plonger dans son univers à travers les échanges menés par le journaliste et animateur Nicolas Carreau : le parcours, les inspirations et influences, les derniers projets de cet auteur devenu incontournable.
Découvrez toutes les vidéos sur la plateforme dédiée de la Claque Fnac : https://www.laclaquefnac.com#bl=YTFnac
Retrouvez-nous également sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#LaClaqueFnac #RDVFnac #BernardMinier #LaChasse
+ Lire la suite
autres livres classés : pyrénéesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

N'éteins pas la lumière

A quelle saison se déroule l'intrigue ?

Printemps
Eté
Automne
Hiver

10 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : N'éteins pas la lumière de Bernard MinierCréer un quiz sur ce livre

.. ..