AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 256 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Glasgow, Écosse , le 28/04/1936
Biographie :

Kenneth White est un poète et penseur contemporain.

Étudiant à l’université de Glasgow, il est inscrit en langues anciennes, langues modernes (français et allemand) et philosophie. Dès ses diplômes obtenus, muni d’une bourse d’études, il part pour Paris où il obtient son doctorat à l'Université de Paris (1959-1963).

Décidé de quitter la Grande-Bretagne, il démissionne de son poste à l’université de Glasgow et vient s’installer en France, dans les Pyrénées-Atlantiques en 1967.

Lecteur d'anglais à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, il y a participé activement aux événements de mai 1968.

En 1979, il soutient une thèse de doctorat d’État sur "Le nomadisme intellectuel", qui est reconnue comme ouvrant un champ de recherches inédit. En 1981, il publie son premier livre d’essais : La Figure du dehors.

Inventeur du concept de "géopoétique", il développe une œuvre fondée sur le rapport à la nature, à la terre et aux animaux, une cosmogonie dans laquelle l’homme n’est qu’un élément parmi d’autres. A la recherche d’un langage pour communiquer avec cette nature, White combine dans son écriture la poésie (des haïkus), récits de voyages et essais.

Kenneth White reçoit le prix ARDUA (ville de Bordeaux) pour l’ensemble de son œuvre en 2002 et le prix Édouard-Glissant décerné par l’université de Paris-VIII pour son "ouverture aux cultures du monde" en 2004.

Il est auteur de plusieurs dizaines d'ouvrages dont "Les affinités extrêmes", pour lequel il reçut le Prix Maurice Genevoix de l'Académie française en 2009.

Naturalisé français en 1979, il réside à Trébeurden en Bretagne depuis 1983. Sa femme Marie-Claude est sa traductrice de l'anglais au français.

site officiel: http://www.kennethwhite.org/accueil/index.php
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Interview Kenneth White.
Podcasts (1)

Citations et extraits (150) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   05 juin 2018
Le grand rivage de Kenneth White
LA BEAUTÉ EST PARTOUT



la beauté est partout

même

sur le sol le plus dur

le plus rebelle

la beauté est partout

au détour d’une rue

dans les yeux

sur les lèvres

d’un inconnu

dans les lieux les plus vides

où l’espoir n’a pas de place

où seule la mort

invite le coeur

la beauté est là

elle émerge

incompréhensible

inexplicable

elle surgit unique et nue –

à nous d’apprendre

à l’accueillir

en nous
Commenter  J’apprécie          391
Kenneth White
sabine59   21 septembre 2018
Kenneth White
J'ai tout retiré de ma chambre

hormis quelques images



il reste trois fois rien



l'aile d'un goéland

un bloc de pierre glacée

la photo d'une fille nue



au centre de ce vide

mon être danse
Commenter  J’apprécie          340
cardabelle   10 novembre 2017
La Maison des marées de Kenneth White
Je ne pense pas que l'attirance pour les lieux déserts , les conditions élémentales et la pierre brute soit inhumaine , je pense au contraire que cela donne à l'être humain une base authentique.

Il existe quelque chose comme un ton de base , parlé, joué ou écrit, que l'on peut entendre tout autour de la terre .

Une fois que l'on s'est accordé à sa longueur d'onde, une grande part de ce que l'on appelle "culture " se révèle de peu d'importance , pour ne pas dire futile ,et sonne creux .

Peut-être toute vraie culture se fonde-t-elle sur ce ton de base et s'élabore-t-elle à partir d'une dimension fondamentale qui est le lieu d'une austère jouissance.
Commenter  J’apprécie          293
Kenneth White
sabine59   20 septembre 2018
Kenneth White
Après-midi d'automne



Grand silence

ici sur la côte

à quelques milles au nord

de la Rivière-au-Tonnerre



je bois ce qui reste de whisky

en regardant les feuilles d'érable

brûler dans la froide lumière



Je dis au revoir à quelque chose

mais je ne sais pas à quoi.



(Golfe du Saint-Laurent)
Commenter  J’apprécie          280
Piatka   08 juin 2018
Le passage extérieur : Edition bilingue anglais-français de Kenneth White
LE PHILOSOPHE SUR LA PLAGE



Le philosophe baroque

marche sur la plage rocailleuse



se parlant à lui-même

comme un lézard détraqué



observe une sterne huppée

et pense : Schopenhauer…



aperçoit un oiseau de paradis

et s’écrie : Nietzsche !



mesure les ondes de son cerveau

tout au long de l’après-midi



met de la métaphysique dans son gin

quand le soleil se couche



quand le soleil existentiel

se couche
Commenter  J’apprécie          240
Kenneth White
sabine59   04 avril 2018
Kenneth White
Merci pour cette poignée de jours d'avril

pour le vent blanc qui souffle

pour la terre sombre et les herbes entremêlées

et la fille qui marche à mes côtés



( au pays des douze collines, Irlande)
Commenter  J’apprécie          223
nadejda   29 janvier 2012
La route bleue de Kenneth White
Ecrire un haïku, c'est sauter hors de soi-même, c'est s'oublier et prendre un bon bol d'air frais.

(...) On dit dans les textes zen : quand tu arrives au sommet de la montagne, continue à grimper. Disons ici : quand tu arrives au bout de la route, continue à marcher. p 122
Commenter  J’apprécie          210
Kenneth White
Annette55   30 octobre 2019
Kenneth White
«  En plein Atlantique

à mi chemin

entre les Bahamas et les Açores

une zone de calme





Immenses étendues d’eau

couvertes d’algues à perte de vue



un navigateur y a beaucoup songé

un poète aussi

le grand songe se poursuit. »
Commenter  J’apprécie          210
nadejda   04 mai 2016
La Maison des marées de Kenneth White
C'est surtout quand la pluie tourbillonne autour de la maison que j'aime lire de vieux livres et consulter d'anciennes cartes. L'autre soir, j'ai sorti d'un rayon La Tempête de Shakespeare – et j'y ai pratiquement lu des descriptions de la réalité qui m'environnait : « Une acre de terrain aride – une longue lande, des ajoncs bruns » ; « encore une tempête qui monte, je l'entends chanter dans le vent » ; « absorbé dans des études secrètes » ; « totalement voué à la concentration » ; « l'île est pleine de bruits » ; « par des chemins droits et des chemins tortueux » ; « la marge marine » ; « églantines épineuses, ajoncs acérés, ronces piquantes » ; « ceci est le dédale le plus étrange que les hommes aient jamais arpenté »...

J'aimerais appliquer à ces mois d'hiver en Armorique, quoique peut-être pour des raisons différentes, le nom que les Kwakiutl donnent à l'hiver dans le nord-ouest de l'Amérique : la « saison des secrets ».
Commenter  J’apprécie          190
nadejda   29 janvier 2012
La route bleue de Kenneth White
l'homme a besoin d'arrimer son savoir

mais il lui faut un espace vide

dans lequel se mouvoir



je vivais et marchais

comme jamais encore

devenais un peu plus qu'humain

connaissais une plus large identité



les traces de caribou sur la neige

le vol des oies sauvages

l'érable rouge à l'automne

mordu par le gel

tout me devint plus réel

plus réellement moi

que mon nom même p 189
Commenter  J’apprécie          190
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poème méconnu du siècle passé 16

De la manière dont finira cette poésie / on ne sait encore rien / Je n'ai encore dit à personne / comment elle finira / c'est pourquoi la foule s'est rassemblée / devant ma fenêtre / personne ne veut rater le final / et chaque habitant de la ville / me regarde à la longue-vue / moi, je me lève je m'habille je bois mon café / je sais que je suis exaspérant / mais je ne peux dire si facilement / comment tout cela finira / même le roi et ses conseillers / sont venus avec leurs fauteuils / ils se sont assis tout devant / et ils attendent de voir / comment finira cette poésie

Guillevic
Boris Vian
Daniel Boulanger
Jean Rousselot
Matéi Visniec

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , littératureCréer un quiz sur cet auteur