AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marie-Claude White (Traducteur)
EAN : 9782246441014
179 pages
Grasset (30/09/1990)
4.13/5   30 notes
Résumé :
Depuis quelque temps, l'idée mûrissait dans mon esprit d'une virée au Japon, qui serait un pélerinage géopoétique de plus : un hommage aux choses du Japon (choses précieuses et précaires) et un voyage-haïku dans le sillage de Basho, un récit rêveur de routes et d'îles, un plongeon elliptique dans le Vide – bref, un petit livre nippon extravagant, plein d'images et de pensées zigzaguantes, écrit dans le « style blanc volant », comme disent les peintres.
A... >Voir plus
Que lire après Les Cygnes sauvagesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Quand un poète écossais parcourt les routes du Japon sur les traces d'un compositeur de haïku du XVIIème siècle…

La plupart du temps, la littérature d'une langue ou d'un pays est née par la poésie et de la poésie. Ce fut le cas en Grèce antique, à Rome, en Chine, en Arabie, en Inde. Au Moyen-Âge la France eut Rutebeuf, l'Allemagne Walter von den Vögelweide, l'Angleterre Chaucer, l'Italie Dante et Pétrarque, la Perse Saadi. Plus tard, le Portugal eut Luis de Camoes et les ‘Luisiades', la Russie Pouchkine, l'Ecosse Robert Burns... Bien souvent, elle est également la première à mourir ; et sa fin annonce celle d'une littérature entière, en d'autres termes celle d'une civilisation.

Le Japon fut l'un des plus grands pays de poésie. Les haïkus, ces drôles de petits poèmes en trois vers qui à l'origine célébraient uniquement les saisons, est son style le plus connu. Kenneth White, chantre de la poésie géographique itinérante, part à la suite de l'un des pères fondateurs du style : Matsuo Basho, maitre zen du XVIIème siècle, auteur de plus de 2000 haïkus. L'un de ces personnages qui fait fantasmer les occidentaux, énigmatiques par leur simplicité, jamais avares de bons mots et d'ironie ; fascinants par leur ascétisme éclairé, sortes de Diogène à la recherche d'un équilibre plus que du dénuement.

Kenneth White, animé par sa conviction du lien indéfectible entre poésie et géographie, part sur ses traces. On ne sait pas trop comment il se déplace. A pied, en stop peut-être. le lecteur qui le souhaite peut prendre la route à ses côtés. Un chemin pour s'extirper de la facilité ; de ce brouhaha permanent qui endort l'intellect comme une sauce trop onctueuse noie un plat. Juste suivre un homme qui, s'appuyant sur son intelligence et ses grandes connaissances, trace sa voie…

Il n'y en a plus tant.
Commenter  J’apprécie          323
Après pas mal d'années passées à Annecy, les cygnes font partie de votre paysage. le titre du livre de Kenneth White a donc attiré mon regard, puis ma main, puis ….

Récit d'un voyage au Japon, vers le nord du Japon et ses chemins, ses lacs, ses cygnes sauvages.
Pour Kenneth White il s'agit d'un pèlerinage géopoétique dans les pas de Bashô pour « rendre hommage aux choses précieuses et précaires » mais aussi pouvoir observer les fameux « cygnes sauvages venus de Sibérie s'abattre avec leurs cris d'outre-terre sur les lacs du Nord où ils viennent hiverner »
Le type même de livre qui vous laisse un souvenir magique, la nature, la poésie, des clins d'oeil vers la philosophie zen, tout le voyage est sous le signe de l'érudition, de celle qui vous donne envie d'ouvrir d'autres livres, de faire d'autres voyages virtuels ou bien réels.

Après un petit tour à Tokyo au marché des libraires où les livres s'entassent partout, un peu comme Alan Booth, c'est un Japon profond que propose Kenneth White, petit ryokan, rencontres hasardeuses, saké et poisson.
ll en profite pour nous faire faire connaissance avec des auteurs japonais inconnus comme Nagai Kafû ou des peintres comme Kobayashi Kiyochika.
Mais Bashô me direz-vous, et bien il emplit tout le livre, une même perception de la beauté, un goût certain pour le voyage, l'amour des paysages de la Sumida, partout Bashô est présent et Kenneth White nous invite à nous « laisser aller avec les feuilles et le vent » sur cette 'île d'Hokkaido, île aux paysages enchanteurs.
n se promène dans les paysages d'Hiroshige « Je me sens vraiment dans le vieux Japon du nord, je sens toute la conjugaison du riz et de la glace, la présence des maisons aux épais toits de chaume du pays de neige »

Il s'enfonce de plus en plus vers le nord, longtemps considéré comme le pays des Aïnous, il va aborder un lac où sa patiente sera récompensée.
« Un miroitement et un frémissement sur les eaux bleu sombre, le vent dans les herbes dorées… (…) Je restais tapis au milieu des roseaux, à les regarder, à les écouter — Puis l'un deux s'est levé dans l'air (…) Je les ai
suivi des yeux et de l'esprit »
J'ai aimé ce livre alliance de poésie et de récit de voyage qui ouvre vers des espaces infinis. Un livre qui incite au rêve.



Lien : http://asautsetagambades.hau..
Commenter  J’apprécie          94
Doux voyage poétique et érudit...
Kenneth White, en partant au Japon dans les années 90, a plusieurs buts : partir sur les traces de Bashô, maître du haïku, rencontrer le peuple Aïnou, en voie de disparition sur Hokkaïdo, et observer les cygnes sauvages à l'extrême nord du pays. Il part de Tokyo, grande ville où seul le quartier des libraires trouve grâce à ses yeux et suit la route du maître vers le Nord, à travers la nature japonaise, les montagnes, le long du Pacifique, en stop ou à pied. Il s'arrête dans des auberges campagnardes, goûte la gastronomie locale, rencontre d'autres voyageurs. ...
Ce journal, entremêlé de poésies et d'informations sur la culture classique japonaise est le récit simple, naturel et érudit de ce voyage. C'est extrêmement dépaysant à lire.
Commenter  J’apprécie          80
Le récit d'un voyage singulier sur les traces et l'itinéraire d'un grand poète des haïkus du 17ème siècle Basho. le paysage se déroule devant nos yeux dans le Japon contemporain, mais l'esprit du poète traverse cette oeuvre que j'affectionne particulièrement car elle m'a inspiré dans mes pérégrinations par la suite.
Commenter  J’apprécie          40
Magnifique balade vers le nord du Japon avec les haïkus de Bashô en toile de fond
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Le lendemain matin, je monte par la route 279 à travers la forêt, où la tempête
d'hier a pris son tribut de branches cassées, jusqu'à Osorezan, la montagne de la
Peur.
On se sent dans un autre monde, là-haut. On marche parmi des roches jaune
et blanc qui sentent le soufre, et le long de petits cairns de pierres dont certains sont
revêtus de haillons de couleur avec des capuchons en tissu blanc. Pour « mourir »,
dans toute cette région, on dit « aller dans la montagne », ce que faisaient les vieux
quand ils sentaient que leur heure était venue. Il y règne une atmosphère religieuse
qui remonte, non seulement au-delà du bouddhisme, mais aussi au-delà du shinto.
On se trouve ici en territoire chamanique : sur cette montagne, parmi ces pierres,
des médiums, des femmes aveugles, invoquent les esprits des morts. p.107- 108
Commenter  J’apprécie          10
Le huit, je gravis le Gassan. La corde de coton sur l’épaule, la tête enveloppée
de la « Coiffe précieuse », guidés par un de ces porteurs que l’on appelle gôroki,
dans les nuages, dans la brume, dans l’air frais des montagnes, foulant aux pieds
glace et neige, nous montons huit lieux, à croire que nous allons franchir la barrière
nuageuse des routes du soliel et de la lune ; quand, le souffle coupé, raidis par le
froid, nous arrivons au sommet, le soleil est couché, la lune est levée. Sur le lit de
bambou nain, du bambou pour appuyer la tête, étendus nous attendons l’aube...
Arrivés sur un rocher je me reposais un instant quand j’aperçus un cerisier de
trois pieds dont les boutons étaient à moitié ouverts. Quelle admirable leçon donne
la fleur du cerisier tardif qui, enseveli sous les neiges, n’oublie pas le printemps (...)
Ah, la fraîcheur
sous le pâle croissant de lune
le Mont Hagur

Bashô, Journaux de Voyage,
Commenter  J’apprécie          00
Quand aux environs de minuit j'ai quitté l'auberge et suis retourné à la ruelle
des Chats, j'ai vécu cinq minutes d'amour avec une petite beauté aux yeux d'or et à la
fourrure noire qui, me voyant arriver, s'est laissée choir sur le flanc et s'est mise à
ronronner.
Je devais sentir le saumon
Commenter  J’apprécie          00
Clair automne le long de la piste du Gassan, un torrent qui cascade, des
corbeaux qui croassent, le vent du nord qui souffle, et moi qui pose un pied
devant l’autre, trois pas sur l’inspiration, trois sur l’expiration... marche haïku...
Soleil
brillant sur une cascade
oshra shonara p.92
Commenter  J’apprécie          00
Soleil
brillant sur une cascade
oshra shonara
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Kenneth White (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth White
Cioran Un homme heureux
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : japonVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (72) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..