AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.96 /5 (sur 527 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 05/08/1946
Biographie :

Marie Gaultier de la Ferrière, dite Marie de Hennezel, est une psychologue, psychothérapeute et écrivaine française.

Ancien élève des maisons d’éducation de la Legion d’honneur, diplômée de l’ISIT (1966) elle est titulaire d'une maîtrise d’anglais. Après un diplôme d'études supérieures spécialisé - DESS de psychologie clinique à Paris IV puis - ainsi que d'un DEA de psychanalyse (Paris VII), elle est également diplômée du Centre International de recherche et de développement de l’Haptonomie (CIRDH).

De 1975 à 1984, elle exerce comme psychologue clinicienne au sein de plusieurs bureaux d’aide sociale. De 1984 à 1986, elle exerce la pratique de psychologue clinicienne au sein d’un service de psychiatrie au Centre Hospitalier régional de Villejuif.

En 1987, elle intègre la première unité de soins palliatifs créée en France, à l’hôpital international de l’Université de Paris, par François Mitterrand. Elle relate cette expérience auprès de personnes en fin de vie dans le livre préfacé par Mitterrand : "La mort intime" (1995).

En 1992, elle fonde avec Jean-Louis Terrangle l'Association Bernard Dunant - Sida et Ressourcement. Elle partage son temps entre l'unité de soins palliatifs et celle de soins Sida, à l’Hôpital Notre dame du Bon Secours.

De 1996 à 2002, elle transmet son expérience acquise auprès des personnes en fin de vie au cours de conférences et de formations destinées aux professionnels de la la santé.

En 2002, le ministre de la Santé, de la famille et des personnes handicapées, Jean-François Mattei, lui confie la mission de rédiger un rapport sur la fin de vie. Celui-ci, intitulé "Fin de vie - le devoir d’accompagnement" (octobre 2003) est à l'origine de la mission parlementaire sur le même thème et le vote de la loi du 22 avril 2005 - "Droits des malades et fin de vie", qui en est l'aboutissement.

Elle anime depuis 2010 des "parcours l'aventure de vieillir" au sein des résidences service Domitys.

Depuis 2015, elle est membre de la chorale "Les Compères" fondée par madame Raffarin.

Depuis 2016, Marie de Hennezel est administratrice de la Fondation Korian du Bien Vieillir.
+ Voir plus
Source : wikipedias
Ajouter des informations
Bibliographie de Marie de Hennezel   (34)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Marie de Hennezel vous présente son ouvrage "Vivre avec l'invisible : rêves, intuitions, anges gardiens... : notre relation à l'invisible est essentielle" aux éditions Robert Laffont Versilio. Entretien avec Catherine Quenisset. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2547226/marie-de-hennezel-vivre-avec-l-invisible-reves-intuitions-anges-gardiens-notre-relation-a-l-invisible-est-essentielle Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (419) Voir plus Ajouter une citation
castabea   28 juillet 2009
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Comme je lui demande ce qu'elle [Sœur Emmanuelle] aimerait dire à tous ceux qui entrent dans le troisième âge et qui ont peur de vieillir, elle conclut d'une voix qui me frappe par sa fermeté et sa douceur :



- N'ayez pas peur ! La vieillesse, c'est comme un couronnement. J'arrive à la cime de ma vie et je regarde le monde et les autres avec une infinie tendresse. Je les ressens dans mon cœur. Cette contemplation tendre me procure une immense joie. Pour moi, c'est comme du champagne ! La joie fuse dans mon cœur !

Vous pouvez, vous aussi, donner autour de vous cette joie. On devient vieux le jour où l'on ne croit plus en l'homme et en la valeur de chacun, quel qu'il soit. Faites vôtre cette parole d'un poète musulman que j'aime tant : "Fends le cœur de l'homme et tu y trouveras un soleil !"



Mais pour cela, il faut un peu s'oublier soi-même, s'intéresser aux autres !



Il faudrait que les personnes âgées prennent conscience que c'est leur mission d'aimer. Quel que soit l'état dans lequel on vieillit, on peut regarder, sourire, tendre la main, bénir. Et cela transfigure la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Marie de Hennezel
Jean-Daniel   20 juin 2022
Marie de Hennezel
L'être humain ne se réduit pas à ce que nous voyons ou croyons voir. Il est toujours infiniment plus grand, plus profond, que nos jugements étroits ne peuvent le dire. Il n'a enfin, jamais dit son dernier mot, toujours en devenir, en puissance de s'accomplir, capable de se transformer à travers les crises et les épreuves de sa vie.
Commenter  J’apprécie          300
castabea   22 juillet 2009
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Le philosophe Robert Misrahi, comme nous le verrons plus loin, estime qu'il faudrait éduquer les personnes âgées. C'est dire à quel point il croit à la capacité d'apprendre jusqu'au bout de sa vie. Olivier de Ladoucette est du même avis. Prenons par exemple la capacité de regarder le bon côté des choses. On sait maintenant que l'optimisme prolonge la vie. Une étude américaine, conduite pendant vingt-trois années auprès de six cents personnes, a montré que celles qui avaient une attitude positive au début de l'étude ont vécu en moyenne sept ans de plus que les autres. Tout se passe comme si le corps avait besoin de signaux d'espoir pour récupérer, s'adapter et rester en forme. Olivier de Ladoucette pense que "l'optimisme peut s'apprendre, y compris tard". On peut apprendre à être positif, à regarder la vie du bon côté à soixante ans même quand on a pas acquis cette aptitude dès l'enfance. On peut apprendre à remettre en question ses pensées négatives, on peut apprendre à faire confiance à l'existence. Bien sûr, cela suppose de le vouloir et de chercher de l'aide.

Il existe toutes sortes de méthodes pour développer une pensée positive et changer ses comportements. On connait la méthode Coué, la visualisation positive, les techniques de l'hypnose, les techniques de programmation neurolinguistiques, dites PNL. En psychologie comportementale des protocoles d'entraînement à l'optimisme ont fait leurs preuves et des thérapies qui développent la "sécurité de base" des personnes leur permettent progressivement de s'appuyer sur leurs ressources internes (c'est, notamment le cas de l'haptonomie)

Mais toutes ces stratégies, toutes ces clés pour une vieillesse réussie ne sont efficaces que si l'on accepte de vieillir, donc de se transformer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
1967fleurs   10 juin 2017
Sex and sixty de Marie de Hennezel
La révolution narcissique, c'est celle que Woody Allen définit ainsi : "Je ne me regarde plus jamais dans la glace, car c'est désespérant, je regarde à l'intérieur de moi parce qu'à l'intérieur je suis jeune". C'est aussi valable pour les femmes (....) je me fiche pas mal de voir mon corps vieillir, me dit une amie de mon âge, je me sens bien à l'intérieur. Cette femme là cherche d'abord à être bien avec elle-même, à se faire du bien. Elle a compris que les changements de son corps n'ont rien à voir avec la force de son désir. Elle estime plus important d'être radieuse que ridée.
Commenter  J’apprécie          429
Marie de Hennezel
milamirage   12 avril 2013
Marie de Hennezel
L'être humain

ne se réduit pas

à ce que nous voyons

ou croyons voir.

Il est toujours infiniment

plus grand, plus profond

que nos jugements étroits

ne peuvent le dire.

Il n'a, enfin, jamais dit

son dernier mot,

toujours en devenir,

en puissance de s'accomplir,

capable de se transformer

à travers les crises

et les épreuves de sa vie.
Commenter  J’apprécie          410
calamitysab   03 août 2010
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
Les médecins ne sont partisans de la vérité. Ils se contentent d'informer les familles qui se voient par là même condamnées au secret. Les infirmières aussi subissent la même condamnation. Quel inconfort de devoir soigner des mala des qui vous lancent des regards anxieux et interrogateurs, et voius demandent pourquoi celà ne va pas mieux! Coincées entre l'angoisse des malades et la lâcheté des médecins, elles n'ont pas les moyens d'accompager leurs patients et rentrent souvent chez elles avec le sentiment de ne pas avoir été humainement à la hauteur de la situation.
Commenter  J’apprécie          380
kathy   28 avril 2013
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Montrer le vieillesse, c'est montrer des personnes âgées qui sont habitées d'expériences et d'émotions. Il y a toute une profondeur de vie sur leur visage. On y lit leur vie affective, leur solitude, leur fatigue, mais aussi leur sérénité, leurs élans, leurs désirs. Car les désirs sont toujours là. Simplement, ils se sont transformés. La tendresse a pris le relais de la séduction.
Commenter  J’apprécie          350
calamitysab   03 août 2010
La mort intime : Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre de Marie de Hennezel
La pire solitude pour un mourrant est de ne pas pouvoir annoncer à ses proches qu'il va mourir.
Commenter  J’apprécie          350
Tomie   18 juin 2012
La chaleur du coeur empêche nos corps de rouiller de Marie de Hennezel
Mais on peut aussi vieillir avec intelligence, accepter ce que l'on ne peut pas changer, et se tourner vers tout ce qui reste à découvrir.
Commenter  J’apprécie          300
moranivero   20 mars 2009
La sagesse d'une psychologue de Marie de Hennezel
Je ne peux conformer ma vie à un modèle, ni ne pourrai jamais constituer un modèle pour qui se ce soit, mais il est tout à fait certain en revanche que je dirigerai ma vie selon ce que je suis, advienne que pourra.... Je ne défend aucun principe, mais quelque chose de bien plus merveilleux-quelque chose qui est en nous, qui brûle du feu de la vie, qui exulte et cherche à s'échapper (Lou Andréas Salomé, lettre à Gillot) Cette citation, je la gardais vivante en moi. Elle était mon axe, ma force, ma liberté.(p15))
Commenter  J’apprécie          280

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Avez vous bien lu "En finir avec Eddy Bellegeule" ?

Par combien de garçons Eddy se fait-il brutaliser dans les couloirs du collège ?

2
3
4
5
6

10 questions
218 lecteurs ont répondu
Thème : En finir avec Eddy Bellegueule de Édouard LouisCréer un quiz sur cet auteur