AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.14 /5 (sur 820 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Garmisch-Partenkirchen , le 12/11/1929
Mort(e) à : Stuttgart , le 28/08/1995
Biographie :

Michael Ende est principalement connu pour ses romans pour la jeunesse bien qu'il ait également écrit du théâtre, de la poésie et de la littérature adultes. Il est l'un des auteurs allemands les plus connus en littérature jeunesse et son œuvre, adaptée au cinéma, à la télévision et au théâtre, lui a valu de nombreux prix en Allemagne et à l'étranger. Les romans de Michael Ende ont été traduits dans plus de quarante langues et se sont vendues à plus de 30 millions d'exemplaires à travers le monde.

Il est le fils d'Edgar Ende, peintre surréaliste, et de Luise Bartholomä, bijoutière. Il grandit à Münich et son enfance est marquée par la répression national-socialiste - les peintures de son pères sont décrétées "dégénérées" et de nombreux amis de la famille sont déportés. Son école, où il était, selon ses propres dires, un "mauvais élève", fut évacuée en 1943 et Michael Ende fut renvoyé dans sa commune de naissance, Garmisch-Partenkirchen. Il rejoignit l'organisation de résistance "Action de libération bavaroise" (Freiheitsaktion Bayern) la même année.

En 1948, il entre à l'Otto-Falckenbergschule à Munich, où il entame une formation d'acteur ; par la suite, il joue dans plusieurs pièces de théâtre. En 1953, ses parents se séparent. En 1954, Ende travaille comme critique de cinéma pour le Bayerischen Rundfunk. Dans le même temps, il écrit des sketches et des chansons pour des cabarets politiques.

En 1956, sa carrière d'acteur s'effondre et il traverse une période de doute et de remise en question. Il écrit sans trop y croire Jim Bouton et Lucas le chauffeur de locomotive, qui est refusé par plus d'une douzaine d'éditeurs, puis finalement accepté par les éditions Thienemann, qui le publient en 1960. Le livre reçoit le Deutschen Jugendbuchpreis (Prix allemand du livre pour la jeunesse) et s'est imposé comme une référence incontournable. Ende écrit une seconde aventure de Jim Bouton, Jim Bouton et les Terribles 13, qui paraît en 1962. Le succès des aventures de Jim Bouton assura désormais son autonomie matérielle.

En 1964, Michael Ende épouse l'actrice Ingeborg Hoffmann avec laquelle il s'installe d'abord près de Munich (au début des années 1970, le couple partira s'installer en Italie). En 1965, Edgar Ende, son père décède. Sa mère décède huit ans plus tard.

En 1966, Michael Ende entreprend la rédaction de Momo, qui paraît six ans plus tard, en 1972 et remporte un prix allemand et un prix européen de littérature pour la jeunesse. L'année suivante,
+ Voir plus
Source : Wikipedia Allemagne
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Adaptation #42 : L'histoire sans fin
Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
TwiTwi   02 août 2009
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Qui n'a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore, oublieux du monde alentour, insensible à la faim et au froid -

Qui n'a jamais lu en cachette, sous la couverture, à la lueur d'une lampe de poche, parce qu'un père ou une mère ou quelque personne bien intentionnée avait éteint la lumière, dans l'idée louable que le moment était maintenant venu de dormir puisque demain il faudrait se lever tôt -

Qui n'a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu'il allait falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d'aventures, que l'on aimait et admirait, pour qui l'on avait tremblé et espéré, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens.

Commenter  J’apprécie          450
Daniella13   04 août 2018
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Quand on veut aller trop vite, on n’arrive à rien du tout.
Commenter  J’apprécie          390
Endea54   27 février 2010
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Je voudrais bien savoir, se dit-il, ce qui se passe réellement dans un livre , tant qu'il est fermé. Il n'y a là, bien sûr,que des lettres imprimées sur du papier, et pourtant -il doit bien se passer quelque chose puisque, quand je l'ouvre, une histoire entière est là d'un seul coup.
Commenter  J’apprécie          370
Daniella13   03 août 2018
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Pour moi, les gosses ne sont que des braillards idiots, des casse-pieds qui démolissent tout, qui barbouillent les livres de confiture, qui arrachent les pages et du diable s’il se préoccupent de savoir si les adultes n’ont pas aussi leurs soucis et leurs tracas. Je te dis ça simplement pour que tu saches où tu te trouves
Commenter  J’apprécie          300
Stelphique   29 septembre 2018
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Je désire qu'à présent, vous vous endormiez, et que demain matin, quand vous vous réveillerez, vous rampiez hors de votre enveloppe, que vous soyez devenus des papillons. Vous serez de toutes les couleurs, vous serez très gais, vous ne ferez que rire et vous amuser!
Commenter  J’apprécie          240
MarcBibliotheca   17 février 2010
L'Histoire sans fin de Michael Ende
- Je m'invente des histoires, j'imagine des noms et des mots qui n'existent pas.

- Et tu te racontes tout cela à toi-même? Pourquoi?

- Eh bien, c'est qu'il n'y a personne d'autre que ce genre de choses intéresse.

Commenter  J’apprécie          220
Missbouquin   30 janvier 2013
L'Histoire sans fin de Michael Ende
« C’était une nouvelle naissance. Et le plus beau, c’était qu’à présent il voulait justement être celui qu’il était. Si une infinité de possibilités s’étaient offertes à lui, il n’en aurait pas choisi d’autres. Désormais il savait : il y avait dans le monde des milliers et des milliers de formes de joie, mais au fond toutes ces joies n’en faisaient qu’une : celle du pouvoir d’aimer. »
Commenter  J’apprécie          180
MarcBibliotheca   17 février 2010
L'Histoire sans fin de Michael Ende
C'est une chose bien mystérieuse que les passions humaines et il en va de même en cette matière pour les enfants et pour les adultes. Ceux qui sont atteints ne peuvent pas s'expliquer, et ceux qui n'ont rien vécu de semblable ne peuvent pas les comprendre. Il y a des hommes qui risquent leur vie pour venir à bout d'un pic de montagne. Personne, pas même eux, ne pourrait vraiment expliquer pourquoi. Il y en a qui se ruinent pour conquérir le cœur d'une certaine personne, qui ne veut rien entendre. D'autres courent à leur perte parce qu'ils sont incapables de résister aux plaisirs de la table - ou à ceux de la bouteille. D'autres encore renoncent à tout ce qu'ils possèdent dans l'espoir de gagner à un jeu de hasard ou sacrifient tout à une idée fixe qui ne se concrétisera jamais. Certains croient ne pouvoir être heureux qu'ailleurs que là où ils sont et passent leur vie à courir le monde. Il y a des gens, enfin, qui n'ont de cesse de devenir puissants. Bref, il y a autant de passions différentes que d'individus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
GalaxioN   25 janvier 2016
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Les désirs ne sont pas des choses que l'on peut susciter ou réprimer à sa guise. Il viennent du fond de nous-mêmes, de bien plus loin que toutes les intentions, fussent-elles bonnes ou mauvaises. Et ils se forment sans qu'on s'en rende compte.
Commenter  J’apprécie          160
Jumax   02 août 2017
L'Histoire sans fin de Michael Ende
Certaine croient ne pouvoir être heureux qu'ailleurs que là où ils sont et passent leur vie à courir le monde. Il y a de gens, enfin, qui n'ont de cesse de devenir puissants. Bref, il y a autant de passions différentes que d'individus.

La passion de Bastien Balthasar Bux, c'était les livres. Qui n'a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore, oublieux du monde alentour, insensible à la faim et au froid. Qui n'a jamais lu en cachette, sous sa couverture, à la lueur d'une lampe de poche, parce qu'un père ou une mère ou quelque personne bien intentionnée avait éteint la lumière, dans l'idée louable que le moment était maintenant venu de dormir puisque demain il faudrait se lever tôt. Qui n'a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu'il va falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d'aventures, que l'on aimait et admirait, pour qui l'on avait tremblé et espéré, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens.

Celui qui n'a pas lui-même l'expérience de tout cela ne comprendra visiblement pas le geste de Bastien.

Il regardait fixement le titre du livre et il se sentait alternativement bouillant et glacé. C'était bien là ce dont il avait tant de fois rêvé, ce qu'il souhaitait depuis le jour où la passion des livres s'était emparée de lui : une histoire qui ne finit jamais ! Le livre des livres !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les auteurs jeunesse

Quel livre n’est pas de René Goscinny ?

Le petit Nicolas
Astérix et Obélix
La guerre des boutons
Lucky Luke

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , écrivainCréer un quiz sur cet auteur