AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.71/5 (sur 46 notes)

Nationalité : Belgique
Biographie :

Mony Elkaïm est l’une des principales figures européennes de la thérapie familiale. Neuropsychiatre originaire de Marrakech, il est directeur de l’Institut d’études de la famille et des systèmes humains (Bruxelles), il enseigne également à l’Université Libre de Bruxelles et forme des groupes de psychothérapeutes en Europe, aux États-Unis et au Canada.
Apres avoir fini ses études de neuropsychiatrie en Belgique, Mony Elkaïm a effectué au début des années 1970 un “fellowship” en psychiatrie sociale et communautaire au département de psychiatrie de l’Albert Einstein College of Medicine. Puis il a dirigé un centre de santé mentale dans le Sud-Bronx, à New-York, centre dépendant de l' “Albert Einstein College of Medicine” et a fondé en 1973 le "Lincoln Family Therapy Training Program." En juin 1974, Mony Elkaïm a organisé à New-York une conférence nationale sur le thème "Training family therapists for the urban ghetto". Y ont participé des thérapeutes tels que Jay Haley, Marianne Walters, Ross Speck et des chercheurs tels qu' Albert Scheflen. Peu après, Mony Elkaïm est revenu en Europe.
En 1974, avec Jacques Pluymaekers qu'il rejoint à Bruxelles, ils développent les pratiques de réseau au sein de l'association "la Gerbe" ainsi que les thérapies familiales auprès de populations défavorisées.
Mony Elkaïm organise alors avec l'aide des membres de "la Gerbe" en janvier 1975 à Bruxelles, une rencontre internationale sur le thème "l'Alternative au secteur psychiatrique". Y participent diverses équipes étrangères et des personnalités telles que Franco Basaglia, Giovanni Jervis, Félix Guattari, Roger Gentis, ainsi que Françoise et Robert Castel. Il est alors nommé, et ce jusqu'en 1982, le coordinateur international d'un réseau tentant des solutions alternatives dans le champ de la santé mentale. Les rencontres de ce réseau que rejoindront David Cooper et Ronald Laing se tiendront les années suivantes à Paris, à Cuernavaca, à Trieste et à San-Francisco.
A partir de 1989, Mony Elkaïm devient consultant au département de Psychiatrie de l' Hôpital Érasme. Il est depuis lors le responsable médical de la consultation de psychothérapie de couple et de famille de cet Hôpital appartenant à l’Université libre de Bruxelles. Il est nommé le 7 octobre 1990 président de l' "European Family Therapy Association" qu'il contribue a fonder. Il préside cette association jusqu'en 2001.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Mony Elkaïm   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mony Elkaïm au congrmès international de psychothérapie à Bucarest, en juillet 2010


Citations et extraits (247) Voir plus Ajouter une citation
La logique du "qui a tort ? qui a raison ?" est insidieusement perverse car elle suppose que, si l'un a tort, l'autre a forcément raison : elle fonctionne comme un système binaire. Or, c'est précisément de cette façon de voir les choses qu'il faut s'efforcer de sortir - ce n'est pas parce que j'ai raison que l'autre a tort. Reconnaître qu'il a ses raisons ne revient pas ç me donner tort. Et même si j'ai raison, le vécu de l'autre et sa fouleur me sont importants, et je dois les reconnaître. Je ne peux pas juger l'autre à mon aune personnelle. Si je veux le rencontrer, je dois le faire dans son altérité, dans ce qui constitue sa singularité, et accepter la différence de nos aunes.
Commenter  J’apprécie          50
L'alliance thérapeutique est toujours nécessaire, mais quelquefois insuffisante. Pour qu'une hypothèse puisse déboucher sur une intervention réussie, elle doit non seulement surprendre, mais permettre de vivre autrement la même situation.
Commenter  J’apprécie          50
... le deuil ne doit pas être considéré simplement comme un problème individuel ; c'est aussi, comme je le disais plus haut, un événement qui affecte l'ensemble d'un système humain, et qui contraint ce système à transformer.
Commenter  J’apprécie          50
Comment, d!s lors, l'un des deux peut-il, unilatéralement, interrompre ce processus ? C'est ici que l'intervention de ce tiers qu'est le thérapeute peut s'avérer nécessaire : elle peut débloquer la situation, et l'ouvrir à de nouveaux possibles. Mais ce tiers peut aussi être moi, ou mon partenaire - il n'est pas forcément nécessaire que nous soyons réellement trois ; je peux tenter de prendre cette place même si nous ne sommes que deux. Si je suis convaincu que charité bien ordonnée ne peut commencer que par l'autre, je pourrai peut-être faire surgir du nouveau.
Commenter  J’apprécie          40
Survivre à sa propre famille devient alors survivre à l'idée qu'on s'en fait
Commenter  J’apprécie          60
Mais, se dira peut-être le lecteur, c'est faire peu de cas des responsabilités réelles de l'un ou de l'autre ! Ecouter, d'accord, mais si c'est l'autre qui a tort ? Je lui répondrai que le fait que l'autre "ait tort" n'empêche pas qu'on essaie de comprendre les raisons de son comportement, 'et j'ajouterai que ma pratique me montre que, dans la plupart des cas, les deux, en fait, ont raison - mon partenaires a eu raison d'exploser quand j'ai tenu mes propos, car j'ai déclenché sans le vouloir un ra-de-marée qui l'a envahi, t j'ai eu raison, quant à moi, d'être stupéfait par cette réaction cataclysmique à laquelle ne m'attendais nullement. Dès lors, le problème change de nature - il ne s'agit plus tellement de savoir qui a tort ou qui a raison, mais de créer une situation nouvelle o la paix peut resurgir entre nous?
Commenter  J’apprécie          30
Hommes et femmes, nous sommes tous des assemblages, et notre étoffe intime est un patchwork. Des éléments sociaux, culturels, familiaux, historiques, physiologiques, biologiques, sexuels, déterminés et aléatoires, le tissent, d'une manière complexe, parfois inattendue, et, en dernière instance, toujours individuelle.
J'y insiste; Les éléments qui nous constituent peuvent être déterminés, mais leur  assemblage est toujours imprévisible. C'est ce qui donne à chaque thérapie cette couleur qui n'appartient qu'à elle, et qui force le thérapeute à toujours inventer, sans pouvoir suivre des modèles préétablis.
Commenter  J’apprécie          30
Les tempêtes intérieures qui nous secouent parfois, nous aurions tort de les expliquer uniquement par des éléments liés à notre histoire ; ce sont bel et bien des évènements présents qui les ont entraînées, en entrant en résonance avec des vécus et des croyances enracinés dans notre histoire propre. Dans la naissance de tels raz-de-marée affectifs, le passé et le présent joue donc un rôle - chacun des deux est effectivement nécessaire, mais aucun n'est, à lui seul, suffisant. Le présent, s'il ne réveille rien en nous, est souvent inoffensif ; le passé nous sensibilise, parfois nous fragilise, mais il ne nous condamne que s'il fait résonner le présent. Nos vécu d'autrefois ressemblent à des dragons endormis sous notre lit. Nous pourrions ne pas nous rendre compte de leur présence, mais parfois, un jour, un événement particulier joue la musique spécifique qu'il fallait pour réveiller le dragon... Et le voici qui s'éveille, perturbant tout notre univers.
Commenter  J’apprécie          20
... c'est seulement si je m'exposais qu'autre chose que la répétition pourrait advenir. Je vais au combat, armé, cuirassé et protégé... mais c'est justement cette armure et cette cuirasse qui vont effrayer l'autre, et, quand il se sauve, je m'étonne ("Mais pourquoi se sauve-t-il ?") ; quand il se cuirasse, je m'étonne également ''Pourquoi se protège-t-il alors que je fais un pas vers lui ?"). Mais l'autre n'était pas supposé savoir que j'étais arrivé cuirassé uniquement pour me protéger au cas o il m'attaquerait - lui, tout ce qu'il voit, c'est que je suis un agresseur ! Très fréquemment, nous nous vivons comme attaqués au sein même d'un processus où nous sommes vus comme attaquants. Les armes offensives et les armes défensives sont les mêmes : avec une épée, on peut se défendre contre un agresseur ou attaquer un honnête homme pour lui voler sa bourse !
Commenter  J’apprécie          20
J'appelle résonances ces assemblages particuliers constitués par l'intersection de différents systèmes comportant un même élément. Différents systèmes humains semblent entrer en résonance sous l'effet d'un élément commun, tout comme des corps peuvent se mettre à vibrer sous l'effet d'une fréquence déterminée. [...]
La résonance n'est pas un "fait objectif", il ne s'agit pas d'une vérité cachée que l'on devrait faire apparaître à travers un point commun à différents systèmes ; elle naît dans la construction mutuelle du réel qui s'opère entre celui qui la nomme et le contexte dans lequel il se découvre en train de la nommer.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Mony Elkaïm (101)Voir plus

Quiz Voir plus

Marc Levy ou Guillaume Musso

Où es-tu ?

Marc Levy
Guillaume Musso

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}