AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709628619
Éditeur : J.-C. Lattès (22/08/2007)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.87/5 (sur 3006 notes)
Résumé :
Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semble qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiple les expériences domestiques et les théories fantaisistes.

Jusqu’au jour ou elle rencontre No, une jeune fille a peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (458) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
24 octobre 2012
Déjà plus de 150 critiques sur ce roman, il va donc être difficile pour moi d'être originale.
J'aime beaucoup Delphine de Vigan et son écriture, sa manière de décrire la misère et la souffrance de monsieur et madame tout le monde. J'ai retrouvé ça dans No et moi malgré le fait que j'ai lu ce roman en anglais (et qu'il avait subi une traduction).
S'agit-il ici d'un livre pour ado pas sur car Lou est d'une maturité incroyable et tous les adultes peuvent a mon sens apprécier ce livre. L'histoire nous montre le quotidien d'une SDF, ses souffrance et ses difficultés. J'ai été touché par ce thème car malheureusement les sans domicile font partis de notre quotidien, on les voit chaque jour dans les rues et le plus souvent on les ignore ou on tourne le regard en préférant très vite les oublier!
Commenter  J’apprécie          1470
Eve-Yeshe
17 août 2013

C'est l'histoire de Lou Bertignac, âgée de 14 ans. Intellectuellement précoce, elle est en classe de seconde avec des adolescents plus âgés qu'elle et notamment Lucas qui s'est mis en échec scolaire car personne ne s'intéresse à lui. Lou est différente des autres de la classe, elle ne pense pas de la même façon, se livre à des expériences bizarroïdes dans sa chambre, essaie de tout maîtriser par le mental. Elle est loin des préoccupations des filles de sa classe.
Un jour, un professeur demande de faire un exposé et Lou brillante à l'écrit peine à s'exprimer oralement et devant les sourires plutôt moqueurs des autres, elle se lance encouragé du regard par Lucas dont elle est sous le charme, elle fera son exposé sur les SDF car elle en croise une le matin en venant en cours.
Le professeur est surpris par ce choix difficile et promet de l'aider.
Paralysée par le trac elle va à la rencontre de No (Nolween en fait) et lui dit qu'elle veut l'interviewer pour son exposé et pour cela mieux la connaître autour d'un café, c'est tout ce qu'elle peut lui offrir avec son argent de poche.
Peu à peu elle entre dans la vie de No, qui dort dans la rue la nuit, fait la manche dans l'indifférence générale, elle est sale, mal habillée mange quand elle peut… entre elles, un lien fort se noue, No arrive à faire confiance à Lou car elle est différente et accepte de la suivre un jour chez ses parents.
Après être passées chez Lucas, pour se laver et se montrer sous un jour plus propre dans la famille de Lou qui en fait ne raconte qu'une partie de la tragédie de No, sinon ils auraient dit non, elle va entamer une autre vie. Au début elle dort des jours entiers car elle dormait d'un oeil jusqu'ici, participe aux travaux de la maison..
La mère de Lou est dépressive depuis qu'elle a perdu son deuxième enfant (mort subite du nourrisson) et depuis elle est en mode survie, les rôles sont inversés, c'est Lou qui la protège, qui joue la maman alors que le père fait ce qu'il peut comme il dit. La mère de Lou se réveille au contact de la détresse de No, enfin elle s'intéresse à quelqu'un (et ce n'est pas Lou) donc sort de la torpeur où la plongent ses médicaments. No finit par trouver un travail, très dur et peu à peu commence à boire. Et d'autres problèmes vont commencer….
Ce que j'en pense :
Delphine de Vigan nous raconte l'histoire de 3 solitudes : celle de Lou enfermée dans son « surdouement » qui intellectualise tout, raisonne sans cesse mais est incapable de nouer ses lacets et qui pense pouvoir sauver No parce que rien ne doit être impossible. Elle est seule dans sa famille, face à la dépression, aux silences, au manque d'intérêt de sa mère qu'elle défend pourtant quand la famille ne supporte pas qu'elle ne fasse pas d'effort. Elle est enfermée dans un monde sans émotion, les adultes et les autres lycéens ne comprennent pas son mode de pensée.
Puis la solitude de No, que sa mère a abandonnée quand elle était enfant car issue d'un viol collectif et qui a eu une vie à peu près normale tant que sa grand-mère a été là. Sa mère qu'elle cherche à retrouver mais qui la repousse toujours comme si elle voulait l'effacer de sa vie. Elle doit essayer de survivre quand les autres vivent, avec la cigarette dans une main la bière dans l'autre, dans le dénuement le plus absolu et l'indifférence générale.
Il y a aussi une troisième solitude, celle de Lucas, jeune homme rebelle de 17 ans qui passe son temps à se faire renvoyer d'un lycée à un autre, qui se fait expulser des cours car il est dans la provocation. Il vit tout seul dans l'appartement d'un de ses parents. Son père est parti à l'étranger et vit sa vie, sa mère habite avec un autre homme et passe de temps en temps remplir le frigo et laisser de l'argent pour se donner bonne conscience.
Delphine de VIGAN nous décrit superbement bien ces trois êtres paumés, réunis par leur vie solitaire et qui trouvent, en aidant No qui est encore plus abîmée qu'eux par la vie, un sens à la leur par l'empathie. Ils sont révoltés par l'indifférence générale vis-à-vis des SDF et refusent de restés passifs devant cette misère.
Un beau livre bien écrit, qui m'a encore plus touchée que « rien ne s'oppose à la nuit » où je trouvais que les émotions étaient bridées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          915
cicou45
03 février 2012
No (diminutif de Nolween) est une fille des rues, une fille à qui la vie n'a rien donné et qui a dû apprendre à se débrouiller toute seule. Elle n'a pas d'emploi, a arrêté ses études très tôt, n'a jamais reçu la moindre attention de la part de sa mère et ne croit plus en rien...elle vit au jour le jour, squatte chez les uns et les autres, est trimbalé de foyer d'accueil en foyer d'accueil jusqu'au jour où elle rencontre Lou Bertignac. Lou est une jeune fille extrêmement intelligente. Elle a 13 ans et est déjà en seconde, elle a un foyer et des parents, même si sa mère est tombée dans une grande dépression suite au décès prématuré de sa toute jeune soeur. Lou est néanmoins une jeune fille ambitieuse, curieuse de tout et secrètement amoureuse de Lucas, le beau gosse rebelle de la classe, de quatre ans son aîné. Lou et No n'ont donc a priori rien en commun, aucun centre d'intérêt qu'elles pourraient partager ni le même âge et pourtant elles ont un point commun qui n'est pas négligeable, celui de la solitude et de l'exclusion. L'une parce qu'elle est une sans-abri et l'autre parce qu'elle est trop précoce et qu'elle n'a donc, par conséquent, pas d'amis. Ces deux jeunes filles sont toutes les deux en marge de la société et entre elles va se créer un lien très fort que rien, si ce n'est la dure réalité de la vie, pourra rompre.
Une très belle histoire d'amitié, d'amour aussi, probablement un peut trop utopiste mais qu'est ce que cela fait du bien de rêver de temps en temps...L'écriture est très simple et le roman se laisse dévorer en un rien de temps. Ouvrage probablement destiné aux adolescent(e)s pour les sensibiliser aux dures conditions de vie lorsqu'on vit dans la rue mais qui se laisse facilement lire, que l'on soit petit ou grand. J'ai acheté ce dernier suite aux conseils d'une amie, que je remercie d'ailleurs, car il s'agit pour moi d'une très belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          770
patrick75
02 juillet 2012
L'amitié entre une adolescente et une...une quoi au juste? sans-abris ? SDF? clocharde?...Enfin un être humain qui ne sait pas ou dormir le soir venu. le sujet est traité de manière réaliste, sans fioritures, sans apitoiements.Une sorte de leçon de vie pour la petite Lou et un sujet malheureusement toujours d'actualité.
Commenter  J’apprécie          701
diablotin0
21 novembre 2015
Très belle histoire d'amitié entre No, jeune fille SDF et Lou, adolescente surdouée. Rencontre peu probable et pourtant elle va se faire et leur relation est belle puisque fondée sur le respect mutuel. Il y a beaucoup d'émotion sans tomber dans le larmoiement. On s'attache à ces deux jeunes filles qui, avec amour, pudeur et respect, vont faire un bout de chemin ensemble.
Cette belle histoire, ces beaux sentiments font beaucoup de bien en cette période bien triste.
Ce livre n'est toutefois pas, loin de là, un roman un l'eau de rose.Je dirais que c'est un livre qui décrit ce qu'est une vraie amitié. L'altruisme est effectivement au coeur de ce roman qui met également en évidence les dégâts que peuvent engendrer un manque d'amour.
Très bon moment passé, merci.
Commenter  J’apprécie          631

Les critiques presse (1)
Lecturejeune01 décembre 2007
Lecture jeune, n°124 - Lou, 13 ans, est une enfant précoce qui entre en classe de seconde. Elle va faire alors deux rencontres décisives ; un jeune homme peu préoccupé par ses études, beau garçon et coqueluche des filles de sa classe, et No, une jeune adulte qui vit dans la rue. Un lien très fort unit les trois personnages, tous tournés vers la solitude. Lou se sent isolée au sein de sa famille « disloquée » et rejetée par sa mère qui ne parvient pas à faire le deuil de l’enfant qu’elle a perdu. Lucas est lui aussi l’enfant d’une famille déchirée et se sent délaissé. Enfin, No n’a jamais connu ses parents et se retrouve en marge de la société. Avec beaucoup de réalisme, l’auteur nous livre une histoire juste et sensible, accessible pour un jeune public. Un roman émouvant, bien écrit et facile à lire, qui peut être un « livre passerelle » entre la littérature de jeunesse et le roman « pour adultes ». Cécile Robin-Lapeyre
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations & extraits (422) Voir plus Ajouter une citation
prune42prune4219 juin 2017
Avant de rencontrer No, je croyais que la violence était dans les cris, les coups, la guerre et le sang. Maintenant je sais que la violence est aussi dans le silence, qu'elle est parfois invisible à l’œil nu. La violence est ce temps qui recouvre les blessures, l'enchaînement irréductible des jours, cet impossible retour en arrière. La violence est ce qui nous échappe, elle se tait, ne se montre pas, la violence est ce qui ne trouve pas d'explications, ce qui à jamais restera opaque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
prune42prune4219 juin 2017
Dans les livres il y a des chapitres pour bien séparer les moments, pour montrer que le temps passe ou que la situation évolue, et même parfois des parties avec des titres chargés de promesses, "La rencontre", "L'espoir", "La chute", comme des tableaux. Mais dans la vie il n'y a rien, pas de titre, pas de pancarte, pas de panneau, rien qui indique "attention danger, éboulements fréquents" ou "désillusion imminente". Dans la vie on est tout seul avec son costume, et tant pis s'il est tout déchiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
prune42prune4219 juin 2017
La nuit quand on ne dort pas les soucis se multiplient, ils enflent, s'amplifient, à mesure que l'heure avance les lendemains s'obscurcissent, le pire rejoint l'évidence, plus rien ne paraît possible, surmontable, plus rien ne paraît tranquille. L'insomnie est la face sombre de l'imagination. Je connais ces heures noires et secrètes. Au matin on se réveille engourdi, les scénarios catastrophes sont devenus extravagants, la journée effacera leur souvenir, on se lève, on se lave et on se dit qu'on va y arriver. Mais parfois la nuit annonce la couleur, parfois la nuit révèle la seule vérité : le temps passe et les choses ne seront plus jamais ce qu'elles ont été.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
prune42prune4218 juin 2017
Moi je sais que parfois il veut mieux rester comme ça, à l'intérieur de soi, renfermé. Car il suffit d'un regard pour vaciller, il suffit que quelqu'un tende sa main pour qu'on sente soudain combien on est fragile, vulnérable, et que tout s'écroule, comme une pyramide d'allumettes.
Commenter  J’apprécie          120
prune42prune4219 juin 2017
Je sais maintenant que la vie n'est qu'une succession de repos et de déséquilibres dont l'ordre n'obéit à aucune nécessité.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Delphine de Vigan (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Delphine de Vigan
Son & lumière : Delphine de Vigan et La Grande Sophie .
autres livres classés : sdfVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz No et moi

Où se sont rencontrées No et Lou pour la première fois?

Dans un parc.
A la gare.
Dans un café.
Au lycée.

11 questions
606 lecteurs ont répondu
Thème : No et moi de Delphine de ViganCréer un quiz sur ce livre
. .