AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.24 /5 (sur 100 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paimbœuf (Loire-Atlantique) , le 14/08/1958
Biographie :

Pierre-Louis Basse est un journaliste, passionné de sport et de football, et un écrivain français.

Il a fait l'essentiel de sa carrière au service des sports d'Europe 1 ; il est remercié par Jérôme Bellay en 2004. Il a été est ensuite chroniqueur à Canal+, a aussi collaboré à Marianne et au Figaro. Il a été rédacteur en chef de l'émission Cult sur France 5.

À partir de septembre 2007, il anime la tranche d'information de la mi-journée du week-end et le magazine de débat Faites comme chez vous ainsi que Bienvenue au Club jusqu'en mai 2009, une émission d'échanges avec des invités sur l'actualité du football, le lundi soir.

À la rentrée 2009, il anime sur Europe 1 Le Temps de le Dire, un talk show culturel et philosophique, le samedi et le dimanche de 12 h à 13 h.

Pierre-Louis Basse est également écrivain. Longtemps journaliste sportif, il est l'auteur d'une biographie d'Eric Cantona, Un rêve modeste et fou, et de plusieurs ouvrages sur le football et sur des événements sportifs comme Séville 82 France-Allemagne : le match du siècle, sur la célèbre demi-finale de coupe du monde entre la France et l'Allemagne de 1982 ou en octobre 2007 de 19 secondes 83 centièmes, un livre qui raconte la finale du 200 mètres des Jeux olympiques d'été de 1968 avec les athlètes américains Tommie Smith et John Carlos qui protestèrent sur le podium contre les discriminations des noirs aux États-Unis.

Il est également l'auteur de Guy Môquet, une enfance fusillée en 2000. Pierre-Louis Basse est le fils d'Esther Gaudin qui, jeune militante communiste, s'était vu confier la mission en 1941 d'aller récupérer les planches sur lesquelles les fusillés de Châteaubriant, dont Guy Môquet, avaient écrit, en plus de leurs lettres, leurs dernières volontés. Son grand-père maternel, Pierre Gaudin, également militant communiste fut interné dans le même camp que Guy Môquet dont il s'évada le 23 novembre 1941. Repris, il fut déporté à Dachau, puis au Loibl Pass.

Romancier, Pierre-Louis Basse a écrit Ma ligne 13, un roman remarqué, croisant le reportage, la poésie et l'introspection. Son deuxième roman, Ça va mal finir, écrit après avoir été licencié de son poste de grand reporter à Europe 1, raconte la vie d'un journaliste connu qui se retrouve au chômage et qui n'a plus rien à faire qu'à se sentir vivant. À l'automne 2007 il publie un pamphlet : Guy Môquet au Fouquet's.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
SMEP 2016 - Pierre Louis Basse
Citations et extraits (63) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   27 décembre 2018
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
Décidément, il faudra revenir aux lettres parfumées, aux départs sur les quais de gare. À la lenteur des amants qui ne sauront jamais se quitter. Aux conversations sous la lampe.
Commenter  J’apprécie          352
hcdahlem   16 janvier 2019
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
Pierre,

Mon projet à ce jour est de vivre ma vie sans avoir à me justifier. Je n’ai pas changé à ton égard, je suis seulement arrivée au bout de ce que je pouvais supporter. Je ne vivrai plus comme j’ai vécu jusqu’à présent. C’est mon vœu pour 2018. Nous avons tenté avec plus ou moins de conviction, selon les périodes, de construire une vie ensemble ; nous avons échoué. À ce jour, je renonce à notre histoire. Je t’aime, te respecte, t’admire, mais je ne suis pas heureuse. Or, si je ne peux pas être heureuse avec celui que j’aime, c’est que cet amour n’est pas supportable. On peut aimer, certes ; on peut aussi mal aimer. Je veux être honnête, Pierre : je ne crois plus à notre histoire. Ta vie ne sera jamais la mienne, malgré toute ma bonne volonté, et tu n’as jamais eu envie de faire concrètement partie de la mienne. C’est comme ça. On ne va pas revenir indéfiniment là-dessus. Je suis en train de me reconstruire. Sans toi. C’est vital. Vital que je me retrouve. Vital que je m’occupe de moi. Il y a une seule photo chez moi : celle de mes enfants. Dans d’autres temps, d’autres lieux, avant eux, il n'y en avait pas.

Je t’embrasse

Ana
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Bazart   22 mars 2019
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
« Les smartphones avaient pris le pouvoir sur la réalité. Tout un monde d’images fixes, vidéos, texto, possédait désormais cette puissance capable de fracasser l’humanité toute entière. Le geste électronique avait triomphé. Le monde des adultes ressemblait à un champ de bataille. On pouvait apercevoir les blessés se relevant péniblement, mais toujours avec assez de force pour avancer vers la lumière. »
Commenter  J’apprécie          130
Ladybirdy   27 décembre 2018
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
Les lieux traversés, les villes, les paysages n’en finiront jamais de résister à la disparition de l’être aimé.
Commenter  J’apprécie          142
Nastie92   03 juin 2014
Gagner à en mourir de Pierre-Louis Basse
Il fut question un moment d'embarquer sous la bannière nazie près d'un million d'Ukrainiens susceptibles de combattre l'Armée rouge. C'était trop pour Hitler. On n'allait tout de même pas offrir un uniforme allemand à une bande d'Untermenschen !
Commenter  J’apprécie          130
litolff   07 mai 2012
Gagner à en mourir de Pierre-Louis Basse
C'était sans doute ce savant équilibre du jeu et de la mort qui ne cessait de les motiver. Ils filmaient tout. Y compris leurs crimes de masse. Les derniers moments, en sous-vêtements, des familles condamnées. Les pendus, dans les villages, qui faisaient dans l'hiver comme de gros épouvantails, pris dans la glace. Les partisans fusillés. On peut s'étonner qu'ils n'aient pas filmé le match du 9 août 1942.
Commenter  J’apprécie          120
Nastie92   20 mai 2014
Gagner à en mourir de Pierre-Louis Basse
Sur les corners, Kolya ne se contentait pas de chiper tranquillement le ballon aux attaquants qui venaient se bagarrer dans les airs. En passionné de billard, c'était un homme de trajectoire et d'anticipation. Au passage, son plaisir consistait assez doucement à caresser le cuir chevelu de l'adversaire, histoire de lui montrer avec une pointe d'humour que c'était lui qui dominait le ciel.
Commenter  J’apprécie          110
Ladybirdy   28 décembre 2018
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
Les smartphones avaient pris le pouvoir sur la réalité. Tout un monde d’images fixes, vidéos, textos, possédait désormais cette puissance capable de fracasser l’humanité tout entière. Le geste électronique avait triomphé.
Commenter  J’apprécie          100
Ladybirdy   27 décembre 2018
Je t'ai oubliée en chemin de Pierre-Louis Basse
Les oiseaux et les papillons se font de plus en plus rares dans notre ciel : ainsi des cartes postales qui ont disparu avec le Net.
Commenter  J’apprécie          100
fannyvincent   17 décembre 2014
Mes seuls buts dans la vie de Pierre-Louis Basse
Le geste le plus beau du monde. La Panenka. Sa folie est sérieuse. Si le geste est réussi, il est sublime ; mais s’il échoue, il est grotesque. Quelle prise de risque ! Sa réussite n’existe que dans son éclat et sa fragilité. Dedans, et c’est la classe olympienne. Dehors, et c’est la commedia dell’arte.

Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-47927

Quelle était la profession d'André-Charles Boulle (1642-1732) à la cour du roi Louis XIV?

jardinier
ébéniste
médecin

7 questions
21 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms propres , guerre mondiale , littérature française , sport , artisanatCréer un quiz sur cet auteur