AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.02 /5 (sur 61 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 09/10/1939
Biographie :

Pierre Mertens est un écrivain belge de langue française.

Menant de front son activité littéraire et ses exigences de juriste-citoyen, Mertens continue à s'intéresser au droit international et à la sociologie (il est docteur en droit et licencié en droit international de l'Université libre de Bruxelles).

Professeur de littérature comparée à l'Institut national supérieur des arts du spectacle (I.N.S.A.S.) et chroniqueur littéraire au Soir depuis 1971, critique dans diverses revues françaises et étrangères, chargé de nombreuses missions d'observateur au Proche-Orient, en Europe de l'Est et dans le bassin méditerranéen, Pierre Mertens ne renonce ni à ses activités dans le siècle, ni à l'écriture.

En 1989, il est élu membre de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et nommé chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de la République française.

En 2009, il reçoit le Prix Prince-Pierre-de-Monaco pour l'ensemble de son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Mertens   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Pierre Mertens


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Krout   27 juillet 2017
Terre d'asile de Pierre Mertens
l'indifférence des gens, c'est comme une grippe qu'ils auraient contractée une fois pour toutes dans un courant d'air de l'Histoire et contre lequel il n'y aurait pas de remède connu.

- Précisément, ajouta-t-il aimablement, nous nous disions qu'avec votre arrivée cela changerait... Mais considérez donc ce qu'il en est de l'Argentine : n'est-ce pas bien pire encore ?
Commenter  J’apprécie          170
Krout   04 août 2017
Terre d'asile de Pierre Mertens
Il se demanda ce qu'il avait retenu de la Belgique depuis son arrivée. Il se dit que dans les rues et les squares, on rencontrait moins de jeunes que de vieux, et beaucoup de chiens, de chiens biens nourris. Dans les ascenseurs, les gens ne se parlaient pas et prenaient un air grave. [...]

Il se demanda si les Belges aimaient la Belgique.
Commenter  J’apprécie          152
Krout   03 août 2017
Terre d'asile de Pierre Mertens
Merde, pense Jaime, ce môme est déjà plus ici chez soi que je ne pourrai jamais le devenir.

-De quel Vietnam vient-il donc ? demande un étudiant derrière lui, comme si l'octroi de sa sympathie allait dépendre de la réponse.

Le con.
Commenter  J’apprécie          150
aleatoire   07 mai 2011
Perdre de Pierre Mertens
Quand l'intelligence n'intervient pas pour formuler ce que le coeur porte en lui de meilleur, il ne reste du coeur que la viande. Je me dis, non sans emphase : en vérité, on n'a pas encore appris à aimer. Nous n'utilisons qu'une fraction infime de nos possibilités dans ce domaine. L'amour est indivisible. Il parle toutes les langues de Babel. Mais, à chaque instant nous en faisons l'économie. Nous lésinons. A certaines heures de notre vie, sans doute les plus désespérées parce que nous y sommes acculés, nous acceptons d'aimer enfin...
Commenter  J’apprécie          90
aleatoire   13 mars 2016
Les éblouissements de Pierre Mertens
Tournant le dos à l'horizon, il vit les vagues qui se reflétaient dans les vitrines des hôtels, au loin sur la digue. On les eût cru photographiées. Ce faste lui crocheta le coeur, et il s'étonna de ne pas s'être plus souvent baigné les yeux dans le lait du monde.



"Il faut s'accommoder et, de temps à autre, regarder la mer." Gottfried Been
Commenter  J’apprécie          80
aleatoire   06 mai 2011
Les éblouissements de Pierre Mertens
"Il s'est rappelé les fauves. Ce qu'il leur restait de mémoire, d'instinct, de réflexes, ne se déchargeait plus que dans les muscles qui roulaient sous leur pelage : la forme la plus archaïque, la plus noble d'une conscience captive qui ne s'avouait pas encore vaincue. Il semblait que d'un instant à l'autre, une pensée allait surgir de là, dans sa pureté élémentaire. Dans cette attente, on ne ressentait que l'acuité d'une souffrance et, pour peu, on se fût étonné que la terre ne tremblât pas, et que là, au fond de la cage, ne s'ouvrît pas un cratère... Qui délivrerait jamais le Créateur de la douleur de ses créatures ?
Commenter  J’apprécie          70
aleatoire   07 mai 2011
Perdre de Pierre Mertens
En un sens, on ne regagne jamais qui l'on a commencé de perdre. Mais on peut rencontrer l'autre qui se cache derrière.
Commenter  J’apprécie          80
aleatoire   07 mai 2011
Perdre de Pierre Mertens
Tandis quelle s'empale sur lui, les yeux fermés, que la tête en arrière, elle ne sait déjà plus qui elle prend,

qui il est

qu'elle n'est plus qu'à son plaisir,

et ne le rend, ne l'impose que par hasard,

même si c'est l'infini qu'elle offre, doucement il l'adjure :

Dis-moi ce que tu me fais,

dis-moi ce que tu me donnes,

dis-moi ce que je suis...

Mais là où elle est transportée,

hors d'atteinte de toutes ces questions,

seul son plaisir répond :

Tu es celui pour qui, dans un instant,

je vais être tout.

Et tu ne seras plus que cela :

Ce néant comblé.
Commenter  J’apprécie          60
aleatoire   03 juillet 2011
Perdre de Pierre Mertens
Imaginera-t-on quelqu'un qui aurait éprouvé toutes les difficultés d'être un homme et ne serait jamais tout à fait parvenu à en devenir un, mais aurait, ce faisant, montré plus d'humanité que la plupart des hommes.
Commenter  J’apprécie          50
paulotlet   06 mars 2012
Une paix royale de Pierre Mertens
Cela fait un certain laps de temps que les gens de cette contrée ne s'aiment plus, qu'ils ne savent qu'inventer pour se déprendre les uns des autres. Que le pays s'est désamouré de lui-même. Dieu, pourquoi nous y avoir fait naître? Il n'est pas jusqu'à la vie quotidienne qui, ici, n'atteigne un certain niveau d'incompétence. Ceux du Nord voudraient bien conquérir la capitale. Couper, ou à peu près, les autres de l'accès de la mer. [...] Ils veulent sauvegarder "l'intégrité du territoire" et "purifier la langue qu'on y parle". Ceux du Sud aimeraient "oublier" la Capitale. Se replier jalousement sur leurs provinces. Jouer la carte de l'étroite autarcie. Nous sommes entre ceux-ci et ceux-là. Entre deux feux, entre deux eaux. Qui sait? Peut-être la ligne de démarcation passera-t-elle, demain, au milieu du square? Ma maison natale d'un côté, l'appartement de Joy et Samuel de l'autre? La nouvelle frontière linguistique tombera en travers... On pourrait même édifier là, en plein milieu de la pelouse et à la place des monuments qui s'y trouvent, un mur de béton.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le journal d'Anne Frank

De quoi ça parle ?

De la premiere Guerre Mondiale
D'amour
D'horreur
De trahison

10 questions
88 lecteurs ont répondu
Thème : Le journal d'Anne Frank (Roman graphique) de Ari FolmanCréer un quiz sur cet auteur