AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.42 /5 (sur 500 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lyon , le 11/09/1945
Biographie :

René Belletto est un écrivain français.

Il suit des études de lettres au lycée du Parc à Lyon. De 1976 à 1982, il est critique de films pour l'hebdomadaire Lyon Poche sous le nom de François Labret.

Son premier livre Le Temps mort reçoit en 1974 le prix Jean Ray de littérature fantastique. Mais c'est en 1981 qu'il connaît la consécration avec Le revenant, qui obtient le prix de l’Été VSD Radio Monte-Carlo, suivi par Sur la terre comme au ciel qui lui vaut le Grand prix de littérature policière en 1983.

En 1986 L'Enfer, troisième roman ayant pour cadre sa ville natale, est distingué du prix Femina. Avec La Machine, il aborde le thème fantastique des échanges d'identités.

Par la suite, il écrit un scénario pour une série télévisée puis le développe dans deux romans policiers : Régis Mille l'éventreur (1996), Ville de la Peur (1997), pour les conclure par un roman sophistiqué, Créature (2000), qui plonge l'intrigue et les personnages dans un monde parallèle. Il effectue ce faisant la synthèse entre ses talents d'auteur de policiers et de fantastique.

Parallèlement, René Belletto développe une œuvre beaucoup plus sophistiquée et aboutie, voire expérimentale dans certains cas. Cette démarche transparaît dans Coda (2005).
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Péril en la demeure (1985), film de Michel Deville. Le scénario est adapté du roman Sur la terre comme au ciel de René Belletto.
Podcasts (1)

Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
René Belletto
Pavlik   08 janvier 2016
René Belletto
Le mystère de la question est envoûtant, l’explication de la réponse toujours décevante, c’est, hélas! bien connu.
Commenter  J’apprécie          440
oliviersavignat   24 mai 2020
L'enfer de René Belletto
Je le remerciai du fond du coeur.

Si jamais tu étais tué, me dit-il d'un ton léger, je ne m'en remettrais jamais. Je lui répondis que moi non plus.

Les plaisanteries sonnaient décidément mal. Nous devions nous retenir de pleurer comme des veaux.
Commenter  J’apprécie          20
gavarneur   25 mars 2019
Le Livre de René Belletto
Je me levais alors et caressais tendrement son ventre, et même le baisais – et même, dans ma feinte avidité d'imposer silence au gazouillis (plutôt que « gargouillis »), le mordais à pleine lèvres, que serait le monde sans ces gazouillis de Liliane, me disais-je, c'était à l'époque du plus intime et du plus éperdu de notre union – comme est aveuglante l'illusion de l'amour !

Page 64
Commenter  J’apprécie          160
andman   06 juin 2013
Les grandes espérances de Charles Dickens de René Belletto
En anglais comme en français, forger, to forge, a trois sens principaux : 1) "fabriquer", 2) "inventer" (une histoire), 3) "commettre un faux" (inventer faussement, forger de toutes pièces). Forger signifie "forgeur" et "faussaire", forgery "contrefaçon", "faux".

Pip, né dans une forge, fils adoptif d'un forgeron, est destiné (le contrat de travail existe déjà) à être forgeron. Narrateur, il est aussi le forgeron de l'histoire. Privé d'existence, il ne peut que vivre faussement, il commet un faux sous nos yeux dès qu'il s'invente un nom.
Commenter  J’apprécie          120
Herve-Lionel   09 septembre 2014
Le Livre de René Belletto
Vous allez encore me trouver drôle,mais je ne me suis jamais senti aussi bien que depuis que je suis mort ...
Commenter  J’apprécie          110
KrisPy   06 novembre 2015
La vie rêvée et autres nouvelles de René Belletto
La scène de ses adieux avec Antoinette, la veille au soir, lui revint à l'esprit. Elle était debout sur le quai de la gare, lui venait de ranger à grand-peine ses valises dans le filet et s'était accoudé à la fenêtre du compartiment. Tant que le train était resté à l'arrêt, ils avaient réussi à se conduire avec naturel, mais au moment où il s'était ébranlé une gêne insurmontable les avait saisis tous les deux. Ne pas se quitter des yeux dans ces conditions avaient été une véritable épreuve. Après tant de mois passés ensemble, voilà qu'ils n'avaient pas pu se regarder en face. Ils étaient restés immobiles, silencieux, sentant bien que toute parole eut sonné faux. Le malaise s'était dissipé dès qu'une distance plus importante les avait séparés. Ils s'étaient alors adressé de grands gestes en se criant au revoir. Comme cela lui arrivait souvent, Cyril s'était complu à revivre ce départ, l'imaginant ainsi : le train revenait sur le quai, il retrouvait Antoinette et ils s'expliquaient les raisons de leur gêne, ce qui les faisait rire et les soulageait. Quand le train repartait, ils échangeaient des sourires de connivence qui signifiaient : "Nous savons bien ce qu'il en est quand deux personnes se quittent sur le quai d'une gare..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
frikiko   19 mars 2011
L'enfer de René Belletto
J'entrepris d'écrire, à l'intention de ma mère adoptive, une lettre de suicide, que j'enverrais peu avant de me donner la mort, dans trois jours, une semaine, un mois, je ne savais, mais enfin ce serait chose faite, je veux dire écrire cette lettre.
Commenter  J’apprécie          80
Epictete   01 février 2014
La vie rêvée et autres nouvelles de René Belletto
Je me précipite vers la porte (et la main de la folie se referme avec un crissement d'ongles durs à l'endroit précis de l'espace que ma tête occupait un instant auparavant), et j'ouvre.
Commenter  J’apprécie          70
KrisPy   06 novembre 2015
Sur la terre comme au ciel de René Belletto
Après ma séparation d'avec Cécile, je croyais que tout serait bien et que j'allais mener une vie de légende, mais non, depuis deux mois (deux mois déjà !), les vents de la fortune me soufflait en pleine figure et j'étais à prendre avec des pincettes, voire avec un filet et un trident. En voiture, il fallait que je me méfie, je conduisais en dépit des lois de la civilisation, passant ma hargne maussade sur le volant, l'accélérateur et le levier de vitesses, j'avais dû commettre mille imprudences graves pour me retrouver si vite boulevard des Belges.

J'arrivais devant le 27 bis avec un quart d'heure d'avance. La maison ne se voyait pas, ou à peine. Les Tombsthay faisaient partie de ces Lyonnais privilégiés qui ont une façade sur le parc de la Tête d'Or et son zoo. D'un côté c'est la ville, et de l'autre la jungle, ou peu s'en faut, les grandes étendues verdoyantes, un lac, les cris des bêtes les plus diverses, lions, biches, éléphants et tant d'autres.
Commenter  J’apprécie          50
andman   06 juin 2013
Les grandes espérances de Charles Dickens de René Belletto
Dans tous ses livres, et de façon particulièrement précise et impitoyable dans "Les Grandes Espérances ", Dickens règle ses comptes avec une mère non aimante, un père faible, et une sœur, Fanny, qui lui était préférée et prenait des cours de musique pendant que lui, Charles Dickens, âgé de douze ans, gagnait l'argent de la famille en travaillant dans une fabrique de cirage (la couleur noire est présente de façon obsédante dans son œuvre), dix heures de travail quotidien, huit kilomètres de trajet à pied (avant que son père, tout de même apitoyé, ne lui trouve un logement plus proche de son lieu de travail).
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..