AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 366 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Thamesville , le 28/08/1913
Mort(e) à : Toronto , le 02/12/1995
Biographie :

Robertson Davies est un romancier, dramaturge, critique, journaliste et professeur canadien.

Il étudia au Upper Canada College à Toronto entre 1926 et 1932 et continua ses études à l'Université Queen's à Kingston (Ontario) entre 1932 et 1935. Il quitta ensuite le Canada pour étudier au Balliol College, à Oxford, où il obtint un baccalauréat en littérature en 1938. En 1940 il se produisit avec la compagnie théâtrale Old Vic à Londres et réalisa du travail littéraire pour le directeur de cette compagnie. Il épousa cette même année l'Australienne Brenda Mathews.

Ils retournèrent au Canada en 1940, où Davies accepta le poste de directeur littéraire à la revue Saturday Night Magazine. Rédacteur en chef de l'Examiner de 1942 à 1955, puis éditeur du même journal de 1955 à 1965, il écrivit des pièces de théâtre qu'il monta, ainsi que des articles pour des revues.

En 1951, il publie son premier roman, "Tempest Tost", le premier tome de "La Trilogie de Salterton" (1951-1958).

En 1960, il intégra le personnel enseignant du University of Trinity College à l'Université de Toronto, où il restera et enseignera la littérature jusqu'en 1981. L'année suivante, il publia un recueil de textes sur la littérature, "A Voice From the Attic", et se mérita la Médaille Lorne Pierce. En 1963, il devint directeur du Massey College, le nouveau collège d'études supérieures de l'Université de Toronto.

Davies s'inspira de la psychologie de Jung pour créer ce qui devint peut-être son meilleur roman, "Fifth Business" (1970), (publié en français sous deux titres différents : "Cinquième emploi" et "L'objet du scandale"), le premier tome de "La Trilogie de Deptford" (1970-1975).

Au début des années 1980, Davies prit sa retraite de l’Université. Sa retraite coïncidait avec la publication de son septième roman, "Les anges rebelles" (The Rebel Angels, 1981). On donna à ce livre et aux deux qui le suivirent le surnom "La Trilogie de Cornish" (1981-1988).

Ensuite parurent deux autres romans "Fantômes et Cie" (Murther and Walking Spirits, 1991) et "Le maître des ruses" (The Cunning Man, 1994) de sa dernière trilogie inachevée, "La Trilogie de Toronto".

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
Robertson Davies
isajulia   23 juin 2014
Robertson Davies
Le mal n'est pas quelque chose que l'on fait : c'est quelque chose que l'on est et qui contamine tout ce qu'on fait.
Commenter  J’apprécie          440
Sachenka   26 juin 2017
Les anges rebelles de Robertson Davies
- J'ai l'impression que ces appartements n'ont jamais été nettoyés, dit McVarish. Votre oncle avait la phobie des femmes de ménage. Je me souviens qu'il disait : "Vous avez vu les ruines de l'Acropole? Des pyramides? De Stonehenge? Du Colisée de Rome? Qui les a mis dans cet état? Des imbéciles vous affirmeront que c'étaient des armées d'invasion ou l'effet d'érosion du temps. Pas du tout! C'étaient des femmes de ménage!" Selon lui, celles-ci employaient des chiffons à poussière garnis de boutons pour fouetter tout ce qui pouvait avoir une surface délicate.
Commenter  J’apprécie          200
Sachenka   03 septembre 2017
Les grands esprits de Robertson Davies
Le Canada a besoin de fantômes, comme une sorte de supplément alimentaire, de vitamine, pour se préserver de cette infâme maladie moderne, la rachitisme de la raison.
Commenter  J’apprécie          170
Sachenka   03 septembre 2017
Les grands esprits de Robertson Davies
L'édifice du collège Massey est magnifique, et rien ne sied mieux à une belle architecture que le parfum du passé et le délicat arôme de l'étrange.
Commenter  J’apprécie          120
Sachenka   05 septembre 2017
Les grands esprits de Robertson Davies
Je ne saurais dir epourquoi un édifice neuf, dans un pays neuf - ou, en tous cas, un pays qui prétend être neuf alors qu'il est en fait extrêmement ancien - est touché à ce point par ce que les sociologues de l'université appellent la «densité spectrale». Selon moi, cela tient sans doute au fait que tout le monde ici, doctorants et professeurs, réfléchit avec tant de concentration à des problèmes intellectuels. La nature recherche toujours l'équilibre [...]

Ou alors, tout simplement, il y a une crise du logement dans l'au-delà, parallèle à celle que nous connaissons ici-bas. Nous savons tous la vitesse inquiétante à laquelle s'accroît la population de la Terre.
Commenter  J’apprécie          80
bilodoh   20 mai 2020
Les anges rebelles de Robertson Davies
De même que pour Calvin l’humanité est divisée entre élus, choisis pour être sauvés. et réprouvés, de même pour moi le savoir l’est également : il y a ceux auxquels il vient naturellement et ceux qui doivent peiner pour l’acquérir. Avec les élus du savoir, on a moins l’impression de leur apprendre quelque chose que de leur rappeler des connaissances qu’ils ont déjà.



(Points, p.62)
Commenter  J’apprécie          70
EffeLou   25 octobre 2014
Fantômes et cie de Robertson Davies
Quand j'étais enfant, Mère me disait souvent, et surtout le jour de la Fête Nationale, que je devais aimer le Canada. Mais je ne pouvais pas aimer le Canada, bien que je m'y sois appliqué de mon mieux jusqu'à mes quatorze ans. On n'aime pas le Canada, on en fait partie, voilà tout.
Commenter  J’apprécie          70
bilodoh   23 juin 2020
Les anges rebelles de Robertson Davies
Nous sommes enclins à penser que le savoir humain est en progrès constant ; parce que nous en savons de plus en plus, nous croyons que nos parents et nos grands-parents ne sont plus dans le coup. Mais on pourrait avancer la théorie contraire, dire que nous connaissons simplement des choses différentes à des périodes différentes et de manière différente. Ce qui jette un jour nouveau sur la mythologie : les mythes ne sont pas morts, ils ne sont que compris et appliqués différemment.



(Points, p.229)
Commenter  J’apprécie          60
EffeLou   25 octobre 2014
Fantômes et cie de Robertson Davies
Je n'ai jamais été aussi abasourdi de ma vie qu'au moment où le Flaireur sortit l'arme dissimulée dans son fourreau et m'expédia au tapis, raide mort.

Comment ai-je su que j'étais mort? Il me semble que j'ai repris connaissance tout de suite après le coup et entendu le Flaireur chevroter: "Il est mort! Mon Dieu, je l'ai tué!" Ma femme, agenouillée près de moi, l'oreille sur mon coeur, cherchait mon pouls; elle dit, avec ce qui me parut en l'occurrence un flegme exceptionnel: "Eh oui, tu l'as tué."
Commenter  J’apprécie          50
gaillard1   25 mars 2014
Lire et écrire de Robertson Davies
Dans ce pays [les E-U.] et dans le mien [le Canada], j'ai connu trop d'étudiants diplômés qui, à peine dotés du parchemin qui garantit leur intelligence, entreposent leur cerveau dans une chambre froide et ne s'en servent plus jusqu'au jour où on les conduit au cimetière.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..