AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.2 /5 (sur 346 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Pointe-à-Pitre, Guadeloupe , le 31/05/1887
Mort(e) à : presqu'île de Giens , le 20/09/1975
Biographie :

Saint-John Perse, pseudonyme de Marie-René Auguste Alexis Leger [se prononce Leuger], est un poète et diplomate français.

Par son ascendance maternelle, il est issu d'une riche famille de Blancs créoles implantée aux Antilles de très longue date, alors que son père est d'une famille de juristes installée en Guadeloupe depuis 1815.

Après une enfance idyllique, passée dans un cadre protégé et une nature luxuriante, le jeune créole vit en 1899 l'événement qui marquera à jamais sa psyché de créateur : le départ de toute sa famille vers la France, tournant ressenti fondamentalement comme un exil.

En métropole, les Leger s'installent à Pau, où Alexis, lycéen brillant, s'adapte progressivement à son nouveau cadre de vie. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1904, il débute à Bordeaux des études de Droit, tout en suivant des cours de médecine, de Lettres, de philosophie.

Il publie pour la première fois, à la NRF, en 1909, "Images à Crusoé", variation poétique et évocation de la figure essentielle de l'exilé, autour du mythe littéraire fondé par Defoe. "Éloges", premier recueil publié en 1911 sous le nom de Saint-Léger Léger, marque les esprits par l'originalité du ton.

En 1914, il réussit le concours d'entrée au Ministère des Affaires étrangères et y commence une carrière administrative puis réellement diplomatique à partir de 1916, année où il est nommé secrétaire d'ambassade à la Légation de France à Pékin. Il reste en Chine jusqu'en 1921, occupant divers postes consulaires. C'est en 1924 qu'est publiée, sous le pseudonyme de Saint-John Perse, l'une de ses œuvres majeures, "Anabase".

Entre 1925 et 1932, sa carrière de diplomate s'affirme un peu plus, Saint-John Perse devient le bras droit d'Aristide Briand, forgeant avec lui une politique d'apaisement des relations internationales, par la signature de pactes et d'alliances, dont le fameux pacte Briand-Kellog, en avril 1928.

En 1940, il est mis en disponibilité et choisit de s'exiler aux États-Unis. Il publie respectivement ses autres recueils majeurs "Exil" (1942), "Vents" (1946) et "Amers" (1956).

Il rentre en France en 1957, alors qu'une splendide villa lui est offerte dans le Var, sur la presqu'île de Giens. Il séjourne alternativement en France et aux États-Unis, ayant épousé une américaine en 1958, Dorothy Milburn Russel.

Son œuvre connaît alors une audience internationale croissante et il est lauréat du Prix Nobel de littérature en 1960.
+ Voir plus
Source : www.lehman.cuny.edu
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

SAINT-JOHN PERSE – Un siècle d'écrivains : 1887-1975 (DOCUMENTAIRE, 1996) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 70, diffusée sur France 3, le 1er mai 1996, et réalisée par Jean-Denis Bonan et Jean-Paul Brighelli.

Podcasts (17) Voir tous


Citations et extraits (207) Voir plus Ajouter une citation
Saint-John Perse
Piatka   17 septembre 2013
Saint-John Perse
À la question toujours posée " Pourquoi écrivez-vous ? ", la réponse du Poète sera toujours la plus brève : " Pour mieux vivre. "
Commenter  J’apprécie          820
neimad6891   06 octobre 2010
Vents / Chronique / Chant pour un équinoxe de Saint-John Perse
C'étaient de très grands vents, sur toutes faces de ce monde,

De très grands vents en liesse par le monde, qui n'avaient d'aire ni de gîte,

Qui n'avaient garde ni mesure, et nous laissaient, hommes de paille,

En l'an de paille sur leur erre... Ah ! oui, de très grands vents sur toutes faces de vivants !
Commenter  J’apprécie          610
palamede   05 novembre 2016
Saint-John Perse : Oeuvres complètes de Saint-John Perse
Chant pour un équinoxe



L'autre soir, il tonnait, et sur la terre aux tombes j'écoutais retentir

cette réponse à l'homme, qui fut brève, et ne fut que fracas.



Amie, l'averse du ciel fut avec nous, la nuit de Dieu fut notre intempérie,

et l'amour, en tous lieux, remontait vers ses sources.



Je sais, j'ai vu : la vie remonte vers ses sources, la foudre ramasse ses outils dans les carrières désertées,

le pollen jaune des pins s'assemble aux angles des terrasses,



et la semence de Dieu s'en va rejoindre en mer les nappes mauves du plancton.

Dieu l'épars nous rejoint dans la diversité.





Sire, Maître du vol, voyez qu'il neige, et le ciel est sans heurt, la terre franche de tout bât :

terre de Seth et de Saül, de Che Houang-ti et de Cheops.



La voix des hommes est dans les hommes, la voix du bronze dans le bronze, et quelque part au monde

où le ciel fut sans voix et le siècle n'eut garde,



un enfant naît au monde dont on ne sait la race ni le rang,

et le génie frappe à coup sûr aux lobes d'un front pur.



Ô Terre, notre Mère, n'ayez souci de cette engeance : le siècle est prompt, le siècle est foule, et la vie va son cours.

Un chant se lève en nous qui n'a connu sa source et qui n'aura d'estuaire dans la mort :



équinoxe d'une heure entre la Terre et l'homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
nadejda   23 octobre 2011
Amers de Saint-John Perse
Tu es là, mon amour, et je n'ai lieu qu'en toi. J'élèverai vers toi la source de mon être, et t'ouvrirai ma nuit de femme, plus claire que ta nuit d'homme ; et la grandeur en moi d'aimer t'enseignera peut-être la grâce d'être aimé. Licence alors aux jeux du corps ! Offrande, offrande, et faveur d'être ! La nuit t'ouvre une femme : son corps, ses havres, son rivage ; et sa nuit antérieure où gît toute mémoire. L'amour en fasse son repaire !
Commenter  J’apprécie          462
Saint-John Perse
Piatka   26 octobre 2017
Saint-John Perse
Mais plus que mode de connaissance, la poésie est d’abord mode de vie - et de vie intégrale. Le poète existait dans l’homme des cavernes, il existera dans l’homme des âges atomiques parce qu’il est part irréductible de l’homme.



Discours de réception du prix Nobel de littérature, 1960
Commenter  J’apprécie          462
nadejda   23 octobre 2011
Amers de Saint-John Perse
Du maître des astres et de navigation :

Ils m'ont appelé l'Obscur, et mon propos était de mer.

L'année dont moi je parle est la plus grande Année ; la Mer où j'interroge est la plus grande Mer.

Révérence à ta rive, démence, ô Mer majeure du désir...

La condition terrestre est misérable, mais mon avoir immense sur les mers, et mon profit incalculable aux tables d'outre-mer.

(...)Et ma prérogative sur les mers est de rêver pour vous ce rêve du réel... Ils m'ont appelé l'Obscur et j'habitais l'éclat.

Commenter  J’apprécie          380
palamede   27 mai 2017
Saint-John Perse : Oeuvres complètes de Saint-John Perse
Eloges II



J'ai aimé ce cheval - qui était-ce ? - il m'a bien regardé en face sous ses mèches.

Les trous vivants de ses narines étaient deux choses belles à voir - avec ce trou vivant qui gonfle au-dessus de chaque œil.

Quand il a couru, il suait : c'est briller ! - et j'ai pressé des lunes à ses flancs sous mes genoux d'enfant...

j'ai aimé un cheval - qui était-ce ? - et parfois (car une bête sait mieux quelles forces nous vantent)

il levait à ses dieux une tête d'airain : soufflante, sillonnée d'une pétiole de veines. (p. 34)
Commenter  J’apprécie          341
cathcor   13 mai 2012
Amers de Saint-John Perse
J'ai rêvé, l'autre soir, d'îles plus vertes que le songe...
Commenter  J’apprécie          340
Palmyre   29 juillet 2013
Amers de Saint-John Perse
Ne crains pas, ni ne doute, car le doute est stérile et la crainte est servile. Écoute plutôt ce battement rythmique que ma main haute imprime, novatrice, à la grande phrase humaine en voie toujours de création.

(extrait du discours d'allocution au banquet Nobel du 10 décembre 1960)
Commenter  J’apprécie          320
Saint-John Perse
sabine59   07 octobre 2020
Saint-John Perse
J'ai rêvé, l'autre soir, d'îles plus vertes que le songe.



(" Amers")
Commenter  J’apprécie          316

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poèmes gruyère :))

(Le Corbeau et le Renard) - Maître Corbeau, sur un arbre ......... , Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : Et bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes ........ ! que vous me semblez ......... ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le ......... des hôtes de ces bois

élevé - beau - bien - roi
perché - joli - beau - phénix
feuillu - noir - joli - meilleur
sec - haut - loin - phénix

6 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésieCréer un quiz sur cet auteur

.. ..