AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.57 /5 (sur 832 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Florence , le 01/04/1959
Biographie :

Sandro Veronesi est un homme au talents multiples. Architecte de formation, il décide assez tôt de se consacrer à l'écriture.

Ses romans sont souvent bizarres, expérimentaux, à la fois fantastique et psychédélique, inspirés de la littérature américaine et en particulier de Thomas Pynchon.

Son premier roman, La force du passé, immense best-seller en Italie, publié en 2002 chez Plon, a été couronné en 2000 du très prestigieux prix Campiello, ainsi que du prix Viareggio Rèpaci.

Mais c'est avec Chaos calme que Sandro accède définitivement à la notoriété. Publié en 2005 en Italie, le livre est très vite adapté au cinéma par Antonello Grimaldi, avec Nanni Moretti dans le rôle principal. Le roman paraît en France en 2008 chez Grasset.

Entre 1997 et 1998, il collabore avec la Rai 3 et est l'auteur et le présentateur du programme télévisé Magazzini Einstein, dirigé par Arturo Minozzi. Il collabore avec de nombreux journaux et magazines littéraires. En collaboration avec Domenico Procacci, il a fondé la maison d'édition Fandango Libri et est l'un des fondateurs de la radio Web Radiogas.

Entre temps, Veronesi a publié un autre roman en 2007, Brucia Troia.

Entre 2014 et 2015, il publie Terres rares, puis l'essai théologique Selon Saint Marc.

En novembre 2015, il quitte avec Umberto Eco les éditions Bompiani pour fonder à Milan La nave di Teseo, une nouvelle maison d'édition
+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net, wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sandro Veronesi   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

FESTIVAL ITALISSIMO MASTERCLASS PAR SANDRO VERONESI « Une idée de Pinocchio » Malgre sa notoriete, Les Aventures de Pinocchio est un livre qui offre encore de nombreux secrets aux erudits et aux passionnes. Les Aventures de Pinocchio ont ete publiees pour la premiere fois dans leur integralite en 1883 par l'ecrivain et journaliste italien Carlo Lorenzino, connu de tous sous le pseudonyme de Carlo Collodi. Cette oeuvre a incontestablement faconne l'un des plus grands mythes de la litterature italienne, a l'interieur du pays et hors de ses frontieres. Reeditee des centaines de fois, traduite en 260 langues, adaptee encore et encore au theatre et au cinema par les plus grands realisateurs et metteurs en scene, l'histoire de Pinocchio est une source inepuisable d'inspiration pour les createurs et un tremplin a la discussion et aux debats pour ses lecteurs. Sandro Veronesi, florentin comme Collodi, interroge ce mythe toujours fertile, qui se derobe a toute notion d'anachronisme. Une lecture tres personnelle qui revele une autre idee de Pinocchio. Dans le cadre festival Italissimo. Voir le programme complet. A lire – Carlo Collodi, Les Aventures de Pinocchio, nouvelle traduction de l'italien par Yves Stalloni, L'école des loisirs, 2020.

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   17 janvier 2021
Le colibri de Sandro Veronesi
Ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre. À vrai dire, personne n’est fait pour personne, et des gens comme Marina Molitor ne sont même pas faits pour eux‑mêmes.
Commenter  J’apprécie          532
Lemna   15 février 2021
Chaos calme de Sandro Veronesi
(...) je n'avais jamais eu l'occasion de me retrouver au milieu du déménagement d'un inconnu. Ca fait froid dans le dos. Malgré le soin avec lequel ils sont emballés, beaucoup d'objets sont reconnaissables à travers la cellophane ou sous le papier journal - queues de casserole, manches, pieds de lampe - et il y a quelque chose de suppliant dans leur façon de dépasser des cartons comme s'ils appelaient à l'aide pour s'échapper. La trace désolée des tableaux sur la tapisserie, les marques de coins de meuble inconnus dans le mur, la brutale suspension de la sollicitude domestique qui, des années durant, a dû rendre cette salle de séjour accueillante, contribuent à donner l'impression qu'on se trouve soudain "ailleurs", dans un espace imaginaire truffé de symboles à interpréter, comme dans les rêves ; (...)
Commenter  J’apprécie          276
Lemna   01 mars 2021
Chaos calme de Sandro Veronesi
"Ah ah ! Ca y est ! crie-t-il à travers la porte. Trente secondes de plus et ils n'étaient plus du tout "al dente" ! "

Par la porte arrive le bruit des opérations qu'il accomplit, si net et précis qu'il me semble voir la scène : les spaghettis qui tombent dans la passoire, la casserole posée dans l'évier, les spaghettis bien égouttés, transvasés dans la poêle avec la sauce et repassés sur le feu resté allumé. Et maintenant, il y a un fumet de sauce tomate qui arrive de la cuisine, me chatouille les narines et sort par la fenêtre, si intense et si délicieux qu'il me semble le voir lui aussi - sous forme d'épais nuage comme un dessin animé.

(...)

Il attaque ses spaghettis bille en tête, à croire que son temps est compté. Il ne les enroule pas : il les fourgue dans sa bouche comme si c'était du foin, et avec sa fourchette, il se contente de les accompagner au fur et à mesure qu'ils montent. Ca aussi, c'est romain, une saine façon de manger populaire - incarnée par Alberto Sordi aux prises avec des "macaronis" - qu'ici à Milan on prend pour une absence de bonnes manières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          258
Lemna   12 février 2021
Chaos calme de Sandro Veronesi
Il est monté dans ma voiture, s'est assis à côté de moi et m'a regardé un moment en s'efforçant de sourire, mais sans rien dire. Son regard, déjà paranoïaque en temps normal, tout en clins d'oeil obliques et en battements de paupières, ressemblait à un vol d'oiseaux après une détonation, s'éparpillant dans toutes les directions avec une frénésie qui avait quelque chose de funeste : le regard d'une personne en grand danger.
Commenter  J’apprécie          213
diablotin0   28 octobre 2018
Terrain vague de Sandro Veronesi
(...) il passait dans la partie alimentation est volait de quoi manger. C'était un jeu d'enfant parce que dans cet endroit on se servait tout seul et qu'on partait payer à la caisse. C'est-à-dire, les cons ou les riches allaient payer : les gens comme lui ou Maddalena se dirigeaient droit vers la sortie, butin dans le slip et personne ne remarquait rien.
Commenter  J’apprécie          150
fabienne2909   17 mars 2013
XY de Sandro Veronesi
... c'est le jour zéro et en conclusion soit on est le voyageur que j'ai toujours été qui accuse le paysan de ne rien savoir soit on est le paysan que je serai dorénavant et qui gentiment et en continuant à piocher lui répond oui monsieur c'est vrai monsieur moi je ne sais rien monsieur mais celui qui s'est perdu c'est vous.
Commenter  J’apprécie          150
viou1108_aka_voyagesaufildespages   16 janvier 2021
Le colibri de Sandro Veronesi
[Adele, qui vient d'accoucher, à son père:]

"Tu as vu, papa? Beau début. L'Homme du Futur est une femme."
Commenter  J’apprécie          160
diablotin0   28 octobre 2018
Terrain vague de Sandro Veronesi
" je n'ai pas envie de dire qu'on vit mieux ici qu'en Calabre.

_ Alors pourquoi tu restes ?

_ Parce qu'on vit mieux ici qu'en Calabre, s'esclaffait Rase-Meche. Sauf que je n'ai pas envie de le chanter sur les toits."
Commenter  J’apprécie          143
BigDream   20 octobre 2014
Chaos calme de Sandro Veronesi
Pommette, commissure de la bouche, lobe de l'oreille, boucle d'oreille...

Je suis en train d'embrasser des détails.

Je garde les yeux ouverts, je veux voir ce que j'embrasse : ce sont des détails d'une blancheur émouvante, des parties du corps marginales, hors échelle, parce que désormais cette femme ne tient plus tout entière dans mes yeux : comme si elle était devenue infinie, imaginaire.
Commenter  J’apprécie          130
zellereb   28 mars 2022
Le colibri de Sandro Veronesi
Un jour, il cita une habitude que Marco trouva éclairante pour comprendre le choix de sa fille : en Occident, pour enfiler le fil dans le chas de l’aiguille, on le pousse vers l’extérieur, tandis qu’au Japon, on fait le contraire, le fil est guidé de l’extérieur vers la poitrine. Toute la différence, dit Miette, était là : Occident = dedans-dehors, Japon = dehors-dedans.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Plus haut que la mer

Lors d’une sortie, avant de se marier, qu’est-ce que Luisa avait demandé à son futur époux?

De regarder l’horizon
De se taire pour écouter le bruit du vent
De courir avec elle
De l’embrasser

4 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Plus haut que la mer de Francesca MelandriCréer un quiz sur cet auteur