AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.74 /5 (sur 152 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Kobe , le 24/05/1902
Mort(e) à : Tokyo , le 28/12/1981
Biographie :

Yokomizo Seishi commence par faire des études de pharmacie.C’est en même temps que son ami Edogawa Ranpo qu’il fait ses débuts littéraires dans la revue Shinseinen (nouvelle génération).

Pendant la guerre, il ne publie pas moins de six séries de torimonochô, catégorie spécifique de la littérature populaire nippone qui marie le roman de déduction et le roman d’époque.

Il abandon cette catégorie dès 1945 et publie, en 1946, un feuilleton intitulé "Honjin Satsujin jiken". Son œuvre a connu un regain extraordinaire dans les années soixante dix.

Source : /www.bibliosurf.com/
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Musardise   11 mai 2020
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Toutes ces personnes se tenaient maintenant aussi raides et silencieuses que des pierres, guettant attentivement le souffle de Sahee qui se faisait de plus en plus court. Chose étrange, on n'aurait pas pu lire sur leurs visages la moindre trace du chagrin que l'on éprouve lorsqu'on assiste aux derniers instants d'un parent. Non, Tamayo exceptée, c'était plutôt une sorte d'irritation qui se peignait sur leurs visages.
Commenter  J’apprécie          130
Tatooa   03 novembre 2016
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Pour les journalistes toujours voraces, l'étrange testament de Inugame Sahee devint un excellent sujet d'articles.

Transmis par une certaine agence de presse, le contenu du testament et tous les détails concernant les froids conflits de la famille Inugami furent dispersés dans tout le Japon.
Commenter  J’apprécie          120
kuroineko   12 janvier 2019
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
C'est ainsi qu'à l'âge de quatre-vingt-un ans, Inugami Sahee acheva une vie bien remplie. Rétrospectivement, cette seconde même fut le point de départ de l'horrible tragédie qui devait ensanglanter la famille Inugami.
Commenter  J’apprécie          120
Tatooa   04 novembre 2016
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Mais, à ce moment-là, Kindaichi Sosuke remarqua quelque chose... Tamayo avait ouvert la bouche, comme pour parler... La seconde suivante, elle avait fermé net et la bouche et les yeux. Elle avait repris son impassibilité de sphinx.

Kindaichi Kosuke ne put alors empêcher une certaine irritation de lui remonter en bouillonnant du ventre.

Qu'est-ce que Tamayo avait voulu dire, qu'elle n'avait pas dit ?
Commenter  J’apprécie          90
Musardise   13 mai 2020
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Ah, vraiment, quel étrange testament !

Oui, quel étrange testament était-ce, rempli de malédictions et de méchancetés !
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1   05 février 2019
Le village aux huit tombes de Seishi Yokomizo
Prologue

Le village aux Huit Tombes est une modeste bourgade au cœur des montagnes, à mi-chemin entre Kyoto et Hiroshima. Dans une région aussi montagneuse, il n’y a guère de terre cultivables : tout juste quelques rizières dispersées, d’une cinquantaine de mètres carrés chacune. Et ces mauvaises conditions climatiques rendent les récoltes difficiles. On a beau réclamer l’augmentation des productions, les habitants du village parviennent à peine à se nourrir.

Si la survie des villageois est malgré tout assurée, c’est qu’ils disposent d’autres ressources : le charbon de bois et bœufs de labour. L’élevage est pratiqué depuis peu, mais la fabrication du charbon de bois est, depuis longtemps, la principale activité, célèbre dans toute la région de Kyoto. Car, la matière ne manque pas au village : les montagnes qui l’entourent et s’étendent jusqu’au nord sont couvertes de différentes sortes de chênes qui poussent à foison.

Mais, quoique récent, c’est maintenant l’élevage qui constitue la principale ressource : le bœuf de la région, le chiya-ushi, sert aussi bien au labour qu’à la consommation, et sa qualité attire lors des marchés du village voisin de Niimi les maquignons de tout le pays.

Chaque foyer du village est chargé d’élever cinq ou six tètes : ce n’est pas la propriété des villageois, mais celle du fermier qui leur cède les veaux et les leur fait vendre une fois adultes. Le prix de la vente revient alors au bailleur de fonds qui leur laisse un bénéfice fixe. Ainsi, comme dans tout village agricole, propriétaires et métayers s’opposent : dans un bourg aussi modeste se manifeste une nette différence de fortune.

Ici, deux riches familles se partagent leurs prérogatives : les Tajimi et les Nomura. En fonction de leurs situations dans le village, on a appelé les Tajimi la « Maison de l’Est » et les Nomura la « Maison de l’Ouest ».

Mais un mystère demeure : l’origine du nom du village. Le village aux Huit Tombes…

Ceux qui sont nés et enterrés là-bas n’ont certes jamais été intrigues durant leur vie, mais on ne peut qu’être surpris la première fois ou l’on entend ce nom. On peut supposer là-dessous quelques énigmes effrayantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tatooa   05 juin 2018
Le village aux huit tombes de Seishi Yokomizo
- Shintarô Satomura est admirable. Depuis que la guerre s'est terminée comme on sait, il vit dans le dénuement. Mais pour ce qui est de ses qualités humaines, elles sont sans commune mesure avec celles de notre frère. Et cela suscitait une grande rancœur chez nos tantes. Et notre frère le jalousait. Les Tajimi étant un ramassis de faibles et d'incapables, ils sont impressionnés dès qu'apparaît quelqu'un de bien. A plus forte raison, en présence d'un être aussi remarquable que Shintarô, ils prennent peur. Au fond la haine de nos tantes et de notre frère à l'égard de Shintarô s'explique par la jalousie d'un médiocre devant un être supérieur.

(Haruyo à Tatsuyo, le narrateur)
Commenter  J’apprécie          80
Tatooa   05 novembre 2016
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Jamais jusqu'à ce jour, Kindaichi Kosuke n'avait vu une femme aussi belle. Vraiment, jamais il n'aurait imaginé qu'il puisse y avoir sur terre une beauté comme celle de Tamayo qui, la tête légèrement rejetée en arrière, maniait les avirons d'un air joyeux.
Commenter  J’apprécie          70
kuroineko   12 janvier 2019
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Quand un homme devient riche et célèbre, il est toujours enclin à se parer d'une belle généalogie. Pour Sahee, il n'y eut rien de tel. Tourné vers les membres de son entourage, il déclarait d'un air désinvolte que l'homme, quel qu'il soit, est toujours nu à sa naissance.
Commenter  J’apprécie          60
IJKLM__P   22 juillet 2018
La hache, le koto et le chrysanthème de Seishi Yokomizo
Chacun a sa place. Les êtres humains doivent tous défendre leur bonheur, et quand on devient mère, ce n’est pas seulement pour son propre bonheur, mais aussi pour celui de ses enfants, qu’on doit se battre.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Seishi Yokomizo (201)Voir plus


Quiz Voir plus

Amateurs de polar ? Qui a écrit quoi ... ?

Mais qui a écrit "Pandemia" ?

Maxime Chattam
Bernard Minier
Franck Thilliez
Olivier Véran

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , policier françaisCréer un quiz sur cet auteur