AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.82 /5 (sur 470 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tokyo , le 7/03/1924
Mort(e) à : Tokyo , le 22/01/1993
Biographie :

Kōbō Abe est un romancier, dramaturge et scénariste japonais.

Il passe son enfance à Mukden en Mandchourie, où son père travaille comme médecin. Il possède alors une collection d'insectes, ce dont il se souviendra dans son roman La Femme des sables. Il développe un grand intérêt pour les mathématiques, la philosophie (Heidegger, Jaspers, Nietzsche) et la littérature (Dostoïevski et Edgar Allan Poe).

Il doit revenir à Tokyo en 1941 pour effectuer son service militaire, expérience qui le rend profondément antimilitariste. Il fait ensuite des études de médecine, de 1943 à 1948, tout en écrivant des nouvelles. Échouant à plusieurs reprises, il abandonne ses études pour se consacrer totalement à la littérature, sa femme Machi, une dessinatrice connue, illustrant ses œuvres.

Son premier roman, "Les Murs", obtient en 1951 le prix Akutagawa, le plus grand prix littéraire japonais.

Écrivain, mais aussi militant communiste, il participe au groupe Littérature populaire, organise un cercle littéraire dans un quartier d'usines et publie dans d'innombrables revues.

En 1962, paraît "La Femme des sables" qui obtient en France le prix du Meilleur Livre étranger et qui fait l'objet d'un film, mis en scène par Hiroshi Teshigahara en 1964, réalisateur avec lequel il signe les scénarios de quatre films qui obtiennent une audience internationale.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Kôbô Abe   (10)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Rendez-vous secret Marque-page 23-06-2011


Citations et extraits (118) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   14 avril 2015
La Femme des sables de Kôbô Abe
Au fond, vois-tu, c'est l'aveugle et imaginative innocence des femmes qui fait de l'homme leur pire ennemi...!
Commenter  J’apprécie          370
Zebra   20 avril 2013
La Femme des sables de Kôbô Abe
page 236

[...] Oh non, de quelque façon que l'on s'y prenne, ce n'est pas la force de l'intelligence qui fait tourner la vie humaine... Cette existence-ci, cette existence-là, l'évidence, c'est qu'il y a beaucoup de manières d'exister... et qu'il arrive parfois que l'autre versant, celui qui fait face au côté où l'on se trouve, vous apparaisse un tant soit peu plus désirable... A vivre ma vie comme je la vis, de me demander ce qu'il en adviendra est bien pour moi, en vérité, la chose du monde la plus insupportable ! Et quant à savoir ce qu'est au juste la nature de mon existence, ça, c'est une impossibilité de condition : aucun moyen d'en rien saisir... Mais quand même, si, sur ce chemin-là, il se trouve quelque côté plus clair où l'esprit aperçoive de quoi le distraire, si peu que ce puisse être... eh bien, j'ai beau ne pas savoir pourquoi, je finis par me persuader que c'est encore là la meilleure direction... [...]
Commenter  J’apprécie          320
joedi   04 février 2016
La Femme des sables de Kôbô Abe
Non, à la vérité, que le temps coure à la vitesse d'un cheval au galop, ça, on ne peut le dire. Ni davantage qu'il se traîne avec plus de lenteur encore qu'une charrette à bras. Le temps va son rythme à lui.
Commenter  J’apprécie          290
Iansougourmer   23 avril 2013
La Face d'un autre de Kôbô Abe
La souffrance de l'emprisonnement réside dans le fait que l'on ne peut, à aucun moment, s'évader de soi même.
Commenter  J’apprécie          270
joedi   03 février 2016
La Femme des sables de Kôbô Abe
Chez l'homme de vingt ans, c'est l'idée-imagination qui provoque l'excitation sexuelle. Chez l'homme de quarante ans, l'excitation part de la surface même de la peau. Mais chez l'homme de trente ans, l'excitation naît de la représentation qu'il se donne de la femme en tant que silhouette, que contours : et pour cet homme-là, c'est là qu'est le danger ...
Commenter  J’apprécie          180
Iansougourmer   24 avril 2013
La Face d'un autre de Kôbô Abe
la liberté ne consiste pas seulement à suivre sa propre volonté, mais aussi parfois à la suivre.
Commenter  J’apprécie          192
joedi   03 février 2016
La Femme des sables de Kôbô Abe
Toutes choses qu'on laisse derrière soi sont déjà choses mortes !
Commenter  J’apprécie          180
le_Bison   03 janvier 2013
La Femme des sables de Kôbô Abe
Son visage s’était raidi, comme enduit d’empois ; son souffle, on eût dit, était un vent de vingt mètres à la seconde ; sa salive avait pris le goût du sucre brûlé. Impitoyablement, ses forces s’en allaient. Il venait de perdre encore en sueur l’équivalent d’un grand verre d’eau.

La femme n’était pas moins touchée. Gardant le visage baissé, elle se redressa, très lentement, et sa tête, imprégnée de sable, arrivait juste à la hauteur de ses yeux à lui. Nerveusement, elle se moucha avec les doigts, puis, faute de papier, prit une poignée de sable pour se frotter les mains ; dans le mouvement qui la penchait en avant, son pantalon lui glissa des reins.

L’air gêné, l’homme avait d’abord détourné les yeux. Au vrai, cependant, n’était-ce chez lui que de la gêne ? A la pointe de la langue, il sentait s’attarder, bien différente de celle que lui donnait la soif, une étrange excitation.
Commenter  J’apprécie          150
joedi   06 février 2016
La Femme des sables de Kôbô Abe
la Solitude, c'est une soif qu'on ne peut apaiser ; la soif d'une illusion que l'on poursuit, et qui sans cesse se dérobe ...
Commenter  J’apprécie          160
RChris   02 novembre 2017
La Femme des sables de Kôbô Abe
...ce sable qui, à force de réfléchir la lumière étincelait comme de l'asphalte mouillé, et qui pourtant, à considérer sa nature élémentaire, est chose plus sèche encore que la farine que l'on fait griller dans un poêlon de terre cuite , chose particulièrement une et pure, chose d'un huitième de millimètre : cela, et rien d'autre!...
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
818 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur cet auteur