AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.05 /5 (sur 88 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Roubaix , le 12/05/1965
Biographie :

Stanislas Dehaene est un psychologue cognitif et neuroscientifique français.

Ancien élève de l'École normale supérieure (1984-1989), de formation initiale en mathématiques puis mathématiques appliquées, il a effectué son doctorat dans le domaine de la psychologie expérimentale.

Il a été élu membre de l'Académie des Sciences le 29 novembre 2005, et est professeur au Collège de France à la chaire de psychologie cognitive expérimentale. Stanislas Dehaene est directeur du laboratoire UNICOG, unité mixte INSERM-CEA de neuroimagerie cognitive au service hospitalier Frédéric Joliot à Orsay.

Le 11 novembre 2008, il est nommé par le pape membre de l'académie pontificale des sciences.

Ses principaux domaines de recherche concernent les bases cérébrales de l'arithmétique et de la numération, la lecture et la conscience, thématiques qu'il explore au moyen d'expériences de psychologie cognitive et par l'imagerie cérébrale, notamment l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.

Depuis le 10 janvier 2018, il préside le conseil scientifique de l'Éducation nationale, créé à l'instigation de Jean-Michel Blanquer, dont il est considéré comme l'"éminence grise". Ce conseil scientifique, mis en place par le ministre de l'Éducation nationale est chargé d'éclairer ses décisions concernant les apprentissages, et la pédagogie à mettre en place pour favoriser ces apprentissages.

Depuis le 18 avril 2018, il enseigne à l'École polytechnique.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Stanislas Dehaene présente son dernier ouvrage : Apprendre ! Les talents du cerveau, le défi des machines. (Interview version longue) Pour en savoir plus sur l'ouvrage : https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences/neurosciences/apprendre-_9782738145420.php
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Walktapus   04 février 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
De nombreuses études chez l'animal montrent que les neurones de l'hippocampe et du cortex s'activent sans relâche au cours du sommeil. Leurs décharges neuronales "rejouent", à grande vitesse, les mêmes séquences d'activité que celles évoquées durant la journée précédente. Un rat court dans un labyrinthe, puis s'endort : les cellules de l'hippocampe qui codent pour les lieux de l'espace se réactivent immédiatement, avec une telle précision que l'on parvient à décoder quels endroits l'animal est en train d'explorer mentalement. Souvent, les décharges oniriques se déroulent plus vite que la réalité, parfois même en ordre inverse. Cette compression temporelle pourrait permettre au cerveau de traiter des informations dispersées dans le temps comme un seul épisode : accélérée, une séquence temporelle se transforme en une carte spatiale de neurones activés ou inhibés, qui permet la détection de régularités cachées, inaccessibles aux mécanisme normaux de l'apprentissage diurne. Quel qu'en soit le mécanisme ultime, il est clair que le sommeil est une période d'intense activité inconsciente qui consolide la mémoire et parfois, dans l'obscurité de la nuit, jette soudain la lumière sur des problèmes demeurés insolubles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          168
deuxquatredeux   10 septembre 2018
Apprendre ! de Stanislas Dehaene
S’il fallait résumer d’un mot le talent particulier de notre espèce, je retiendrais donc le verbe « apprendre ». Plus que des Homo sapiens nous sommes des Homo docens – car ce que nous savons du monde, pour la plus grande part, ne nous a pas été donné : nous l’avons appris de notre environnement ou de notre entourage. Aucun autre animal n’a su, comme nous, découvrir les secrets du monde naturel. Grâce à l’extraordinaire flexibilité de ses apprentissages, notre espèce est parvenue à quitter sa savane natale pour traverser déserts, montagnes, océans et, en quelques milliers d’années seulement, conquérir les îles les plus lointaines, les grottes les plus profondes, les banquises les plus glaciales, et jusqu’à la Lune. Depuis la conquête du feu et la fabrique des outils jusqu’à l’invention de l’agriculture, de la navigation ou de la fission atomique, l’histoire de l’humanité n’est que constante réinvention. À la source de tous ces triomphes, un seul secret : l’extraordinaire faculté de notre cerveau à formuler des hypothèses et à les sélectionner pour transformer certaines d’entre elles en connaissances solides sur notre environnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Walktapus   01 novembre 2015
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
Une fois que nous aurons clarifié comment l'acte de perception transforme certaines des informations qui frappent notre rétine en pensées conscientes, la montagne philosophique que nous nous faisons du caractère ineffable de l'expérience subjective accouchera d'une souris... de laboratoire.
Commenter  J’apprécie          172
Walktapus   02 mars 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
La « matière condensée » du cerveau est l'objet le plus complexe de l'univers. Rien à voir, en effet, avec la structure d'un gaz ou d'un cristal : dans le cerveau humain s'emboîte, comme une série de poupées russes, toute une hiérarchie de niveaux d'organisation. La pensée émerge d'une architecture sophistiquée de routines mentales, un assemblage de processeurs élémentaires interconnectés en circuits distribués dans plusieurs régions du cerveau, eux-mêmes formés de dizaines de types de neurones. Chaque neurone, avec ses dizaines de milliers de synapses, est à lui seul un univers de molécules en interaction permanente, qui donnera sans doute du travail aux modélisateurs pour quelques siècles.
Commenter  J’apprécie          1311
Walktapus   06 novembre 2015
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
Parmi ce foisonnement de découvertes neurologiques et psychologiques, qui démontrent à quel point notre vie est dominée par des mécanismes inconscients, la contribution personnelle de Freud paraît maigre. Il ne serait guère exagéré d'affirmer que dans son oeuvre, les idées solides ne sont pas les siennes, tandis que les idées qui sont les siennes ne sont pas très solides.
Commenter  J’apprécie          133
Walktapus   17 février 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
De nouvelles données chez le singe, le rat et le pigeon font pencher la balance du côté d'une authentique compétence métacognitive. (...) Si cette conclusion s'avère juste (et il faudra certainement d'autres travaux pour la valider), alors le comportement animal porte le sceau d'une pensée consciente et réflexive. Nous ne sommes pas les seuls à savoir que nous savons, et l'épithète sapiens sapiens ne devrait pas être l'apanage du genre Homo. D'autres espèces que la nôtre possèdent une capacité d'introspection et une certaine forme de conscience de soi.
Commenter  J’apprécie          127
Walktapus   15 février 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
[sur le thème poésie et mathématiques ?]

La grammaire diffère de l'arithmétique. Lorsque nous multiplions 24 par 31, nous sommes conscients de nos processus mentaux. Notre introspection parvient à suivre, pas à pas, chacune des opérations intermédiaires, leur nature, leur ordre, et même les erreurs que nous commettons. Le contraste est vif avec la production d'une phrase, situation dans laquelle nous restons paradoxalement muets sur la nature des processus internes qui nous ont permis de l'exprimer. Les problèmes que résout notre processeur grammatical ne sont pas moins complexes que ceux de l'arithmétique, mais nous n'avons pas la moindre idée de la manière dont nous nous débrouillons. Pourquoi cette différence ?



Un calcul arithmétique s'affectue pas à pas sous le contrôle des aires de l'espace de travail global (le cortex pariétal, préfrontal et cingulaire). Cette séquence est codée explicitement par des assemblées de neurones du cortex préfrontal : certains neurones y représentent les intentions, d'autres les plans d'action, les étapes individuelles, leur nombre, leur ordre et même la détection et la correction d'une erreur [là on est dans le modèle proposé par l'auteur]. Ainsi, en arithmétique, le cortex préfrontal, élément clé de l'espace de travail conscient, contient un code neural de toutes les étapes. Les calculs grammaticaux sont bien différents : on pense qu'ils reposent sur des circuits spécialisés du sillon temporal supérieur et du gyrus frontal inférieur (la fameuse « aire de Broca »), en évitant les réseaux du traitement conscient et volontaire qui passent par le cortex préfrontal dorso-latéral. Au cours de l'anesthésie, une partie des aires du langage continue de traiter les phrases de façon autonome, sans conscience. Nous ne savons pas encore comment les neurones représentent les règles de grammaire - mais on peut prédire que leur code neural s'écarte radicalement de celui de l'arithmétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
Orphea   29 mars 2019
Apprendre ! de Stanislas Dehaene
Nous verrons que la métacognition, cette capacité à se connaître soi-même, à s'auto-évaluer, à simuler mentalement ce qui se passerait si nous agissions de telle ou telle manière, joue un rôle fondamental dans les apprentissages humains. L'opinion que nous nous forgeons de nous-mêmes nous aide à progresser ou, au contraire, nous enferme dans le cercle vicieux de l'échec.
Commenter  J’apprécie          110
Walktapus   14 février 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
Les processus inconscients sont donc, dans une certaine mesure, plus objectifs que la pensée consciente. Notre armée de neurones inconscients évalue toute la distribution de probabilité de états du monde, tandis que la conscience la réduit à quelques échantillons. Les processeurs inconscients travaillent avec des probabilités continues, mais notre esprit conscient n'a accès qu'à des symboles discrets dont le contenu bascule soudainement, en tout-ou-rien. L'inconscient quantifie, la conscience discrétise.
Commenter  J’apprécie          102
Walktapus   14 février 2016
Le code de la conscience de Stanislas Dehaene
En paraphrasant la loi autoréférentielle de Douglas Hofstadter (« Un projet prend toujours plus longtemps qu'on ne le pense - même en tenant compte de la loi d'Hofstadter »), on pourrait élever cette observation au rang de loi universelle :

Nous surestimons constamment la conscience - même lorsque nous avons conscience des limites de notre conscience.
Commenter  J’apprécie          104
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..