AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 113 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bouzy , le 3/01/1916
Mort(e) le : 14/10/1994
Biographie :

Yves Gibeau (3 janvier 1916 à Bouzy, Marne - 14 octobre 1994), est un écrivain français.

Fils de militaire, Yves Gibeau passe une partie de sa jeunesse sous l'uniforme de 1934 à 1939. D'abord enfant de troupe aux Andelys puis à Tulle, il est mobilisé en 1939 et, en 1940, prisonnier de guerre. Il est rapatrié d'Allemagne en décembre 1941 et gagne ensuite sa vie à l'aide de petits boulots.

Il exerce quelque temps le métier de chansonnier, devient à la Libération journaliste à Combat, puis rédacteur en chef du journal Constellation.

Il conserve de son expérience sous les drapeaux des convictions résolument pacifistes et une haine tenace de la chose militaire. Dans son ouvrage le plus connu, Allons z'enfants..., il revient sur son passé d'enfant de troupe en décrivant un milieu caractérisé par la bêtise et la brutalité.

Il réside à partir de 1981 dans un ancien presbytère à Roucy (Aisne).

Fervent amateur de bicyclette et cruciverbiste, il tient pendant plusieurs années et jusqu'à sa mort la rubrique mots croisés du magazine l'Express.

Le prix Yves Gibeau, décerné par un jury composé de collégiens et lycéens volontaires, récompense une œuvre littéraire choisie parmi cinq ouvrages d'auteurs contemporains parus en édition de poche.

Décédé le 14 octobre 1994, Yves Gibeau a tenu à être enterré dans le cimetière de la vieille ville de Craonne qui a été détruite pendant la Première Guerre mondiale.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le Presbytère d'Yves Gibeau (Extraits)


Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
michdesol   10 avril 2019
Mourir idiot de Yves Gibeau
- Fais attention, mon gamin... Sois prudent... Va pas t'exposer pour rien... Ça serait trop bête s'il t'arrivait quelque chose...

C'est ce que je pensais aussi. Et je suis parti pour la gare de l'Est, tout seul, comme un brave. C'était encore direct, par le métro. Je m'en vanterai pas de ma guerre, d'y être allé surtout. J'aurais dû opter pour une autre gare, Austerlitz, par exemple, et un trou du côté de Padirac, plus protecteur et rassurant qu'un trou d'obus. Mais je l'avais toujours pas l'âge de raison. Si fort en théorie et en pratique l'adjudant, il avait quand même des lacunes. Il m'avait pas dit comment on se garait des Stukas qui allaient nous massacrer le jour J et après, qui piquaient avec leurs sirènes à pleins décibels sur les pauvres troufions zigzaguant comme des lapins à travers champs. Pas dit non plus qu'il fallait pas trop s'éloigner, jamais, d'un engin de locomotion, n'importe, bagnole, moto, camion, bicyclette même, pour pouvoir se carapater vivement, avant de se laisser coincer dans la nasse.

- J'espère que tu reviendras de là-bas avec des galons, il m'avait dit, sévère. C'est l'occasion.

J'en étais revenu avec ma peau, seulement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petch   26 novembre 2012
Mourir idiot de Yves Gibeau
Je m'en vanterai pas de ma guerre, d'y être allé surtout. J'aurais dû opter pour une autre gare, Austerlitz, par exemple, et un trou du côté de Padirac, plus protecteur et rassurant qu'un trou d'obus. Mais je l'avais toujours pas l'âge de raison. Si fort en théorie et en pratique l'adjudant, il avait quand même des lacunes. Il m'avait pas dit comment on se garait des Stukas qui allaient nous massacrer le jour J et après, qui piquaient avec leurs sirènes à pleins décibels sur les pauvres troufions zigzaguant comme des lapins à travers champs. Pas dit non plus qu'il fallait pas trop s'éloigner, jamais, d'un engin de locomotion, n'importe, bagnole, moto, camion, bicyclette même, pour pouvoir se carapater vivement, avant de se laisser coincer dans la nasse.

- J'espère que tu reviendras de là-bas avec des galons, il m'avait dit, sévère. C'est l'occasion.

J'en étais revenu avec ma peau, seulement.
Commenter  J’apprécie          61
rkhettaoui   24 janvier 2013
Les dingues de Yves Gibeau
Ayant souvent envie d’une femme, de sa chair plus que de son amitié ou de sa présence, il s’était efforcé de se vaincre, sans toujours y parvenir comme il l’eût souhaité. Il avait eu deux liaisons très brèves avec des filles de rencontre, stupides et vulgaires, mais vite consentantes, qui lui rappelèrent Mathilde et qu’il prenait le cœur fermé, en se reprochant sa faiblesse.
Commenter  J’apprécie          30
michdesol   03 juin 2019
... et la fête continue de Yves Gibeau
L'inutilité de ma présence sur terre m'apparut soudain si fortement que je m'essayai à faire le bilan de mes actions profitables et de celles qui m'avaient conduit au dépotoir des êtres sans amour-propre, sans volonté ou sans courage. Ce bilan était maigre. Mieux valait alors ne pas continuer l'épreuve trop athlétique où aucune chance ne me semblait donnée de me placer tôt ou tard. Même mon amour pour Nathalie n'avait pas lieu d'exister. Elle verrait bien un jour quel pauvre personnage elle honorait de sa sympathie. J'avais cru que cet amour serait une source de rachat, une évolution vers la droiture et le monde clair, inattaquable. Mais cette recherche d'idéal n'était qu'intentions et sursauts. L'apathie primait toutes les velléités. Je rampais devant la moindre menue monnaie, devant la promesse d'une portion de topinambours ou de courgettes mal cuites.
Commenter  J’apprécie          20
michdesol   18 septembre 2017
Mourir idiot de Yves Gibeau
Il est bien aimable ce maire qui m'a en supplément dans son village. On s'est présentés l'un à l'autre pour la règle et la politesse. Il avait entendu parler de moi. Un peu. Ce qui m'a aidé à lui avouer tout de suite qu'il ne fallait pas qu'il m'espère pour l'élection des conseillers et d'autres circonstances. Que j'avais jamais eu de carte d'électeur, jamais été inscrit sur aucune liste, sauf à la D.S.T., comme néfaste au pays, que j'avais jamais voté, forcément, que je répondais même pas aux recensements, et que les inquisiteurs, où j'habitais avant, rappliqués à la charge, m'avaient promis la prison pour refus d'obéissance. J'ai ajouté que je me conduisais à peu près bien, qu'il avait pas à craindre pour la sécurité publique, que j'irais pas jusqu'à enlever les drapeaux de la mairie et du monument les jours avec, et que, plutôt porté sur le whisky, je le remerciais d'avance pour les vins d'honneur. J'emmerderais personne, j'ai résumé.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   24 janvier 2013
Les dingues de Yves Gibeau
Et vous n’êtes pas de ces petits employés stupides, ignares, qui se débarrassent mécaniquement de leur travail, les yeux en permanence sur la pendule, l’oreille ouverte à la sonnerie du « Sauve qui peut, c’est l’heure ! », pour aller se jeter, comme des gosses de la maternelle, dans les bras d’une bonne femme en faction sur le trottoir…

Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   24 janvier 2013
Les dingues de Yves Gibeau
Durant la guerre, il s’était fait une loi, la seule peut-être, de demeurer lucide en toutes circonstances, de ne rien faire qui ne fût consenti ou médité, de juger les êtres et leurs actes objectivement, sachant qu’un dénouement viendrait, tôt ou tard, et qu’il se satisferait plus de sa propre paix que de celle des peuples en présence.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   24 janvier 2013
Les dingues de Yves Gibeau
C’est toute la vie, ça. S’envoyer la bonne place au bon moment, blouser le voisin, et ne pas se laisser intimider…
Commenter  J’apprécie          30
dechosal   17 juin 2019
Mourir idiot de Yves Gibeau
Elle était jeune encore. Trop. Elle pouvait pas comprendre. Se douter qu’un temps arrive où on sait que rabâcher sa vie, ce qu’il vous en reste de bon ou d’estimable. Et qui vous console un peu d’en attendre plus rien, que des remords et des larmes.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   24 janvier 2013
Les dingues de Yves Gibeau
Je ne suis pas un mauvais zigue, un exploiteur, vous le savez bien. Je vous paie largement… Eh bien, je suis prêt à vous donner davantage, à vous permettre de rouler en voiture, comme moi et comme tant d’autres, si vous me montrez une fois pour toutes que la revue vous intéresse, que vous ne vivez que pour elle, ou presque, qu’elle vous tient aux tripes comme… Tenez… Comme une femme qui ne vous refuse rien…

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..