AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Delcourt

Delcourt est une maison d'édition française de bande dessinée, de comics et de mangas fondée en 1986,. D'abord consacrée à la publication de traductions, d'ouvrages épuisés et d'albums collectifs, elle se diversifie ensuite avec des revues Pavillon Rouge, Aspen, Top Comics et Les Chroniques de Spawn.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Delcourt



Dernières parutions chez Delcourt


Dernières critiques
Hippolyte78
  19 juillet 2018
De Cape et de Crocs, Tome 6 : Luna incognita de Alain Ayroles
Ce sixième tome, marque pour nos héros, le début d'une nouvelle aventure. En effet les voici qu'ils débarquent sur le satellite naturel de la terre, ou vivent les sélénites, peuples étranges vivant dans le partage et l'altruisme. Ils vont alors faire connaissance avec le souverain de ce peuple, qui leurs explique qu'un complot pèse sur son trône. Nos héros vont alors devoir partir en quête du maitre d'arme, pour sauver le peuple sélénite.

Toujours d'aussi bonne facture, les scénario est excellent, les dialogues très travailler, et une bonne dose d'humour textuel, et visuel.
Commenter  J’apprécie          30
parmilesrecits
  19 juillet 2018
Une case en moins - La Dépression, Michel-Ange et moi de Ellen Forney
Comment vous parler de ce livre... Il m'a vraiment touchée au plus profond de moi, je me suis reconnue dans le personnage, et ça m'a fait du bien. C'est une lecture importante pour moi, avec un superbe style graphique qui suit les émotions de l'autrice. Une exellente BD sur la bipolarité, l'art, et les maladies psy en général.
Lien : https://www.youtube.com/watc..
Commenter  J’apprécie          10
Catilina38
  19 juillet 2018
Chant des Stryges Saison 3 - 18 - Mythes de Corbeyran
Niveau édition rien de particulier, la maquette est rodée depuis de nombreuses années et ce dernier album de la série ne change rien aux habitudes. Une page de garde en fin d'album rappelle les intégrales des séries parallèles.



Après les cataclysmes provoqués par la destruction de la grotte les quelques groupes de survivants tentent de résister et ont entamé une mutation physique... L'Ombre et son groupe parcourent ce monde désolé, entre désespoir et survie, alors que leur Némésis n'en a pas terminé de répandre sa haine sur ce nouveau monde...



Le Chant des stryges est entré dans les annales, parmi les quelques séries majeures qui ont su maintenir un niveau d'exigence sans se perdre scénaristiquement dans des aventures commerciales. Le premier responsable de cela est sans aucun doute Eric Corbeyran, grand scénariste dont le Chant fut une des premières séries et le premier gros succès. Cet alliage de conspirationnisme fantastique issu de la mythologie X-files (la série de Chris Carter est diffusée à partir de 1992, le Chant des stryges en 1997) a plu par sa maîtrise scénaristique, par la précision élégante de Richard Guerineau et surtout par la cohérence de l'univers créé, une véritable mythologie puisant dans l'ensemble des mythes humains et de l'histoire occulte pour fabriquer quelque chose de nouveau qui expliquerait nombre d'énigmes de notre histoire et de la science. Structurée en saisons comme pour une série TV (je crois que c'est le premier à avoir eu cette idée en BD...), l'intrigue s'est étalée sur vingt ans avec une régularité de métronome, un album par an, au risque de quelques essoufflements graphiques sur certains albums. Corbeyran a tenté d'élargir le spectre de cet univers en expliquant certains mystères dans trois séries parallèles (une quatrième série SF était prévue) situées à différentes époques de l'histoire, sans grand succès. Mais l'ensemble du projet est allé au bout de ce qui était prévu et permet d'entrer plus ou moins loin dans cet univers sans obligation de sortir de la série mère qui se justifie à elle-même.



Après tant d'années et de véritables ruptures thématiques à chaque saison qui ont permis au Chant de ne pas ronronner, l'on finissait par se demander si la série se finirait... Chacune des trois saisons étant composée de six albums la fin devait arriver au dix-huitième tome et nombre de lecteurs ont été surpris, choqués, retournés à la lecture du dix-septième épisode qui semblait clôturer la série. Un tel apocalypse rendait difficile un dernier album et j'ai fait partie des sceptiques sur la possibilité de clôturer correctement cette formidable série. Et bien la maîtrise d'Eric Corbeyran est toujours là car je peux dire après avoir refermé cet ultime opus que la boucle est bouclée magistralement, avec toujours cette cohérence, des choix difficiles et une fin qui reste ouverte pour l'esprit des lecteurs sans pour autant appeler de suite. L'honnêteté des deux auteurs aura été entière tout le long de cette aventure et je tiens à les remercier pour tout cela.



Et l'album proprement dit? Difficile d'en parler sans spoiler dans une telle série. La force de ces scénarios ce sont les personnages qu'ont su créer les auteurs en se mettant en danger, en changeant notre perception et le traitement fait aux héros. Kevin Nivek, l'un des plus charismatiques héros de la BD a été délaissé progressivement pour le véritable personnage central, l'Ombre. J'ai regretté cela mais ça a permis de tisser une relation ambiguë entre les deux personnages, l'humain et l'anti-héroïne invincible et antipathique. Les acolytes de l'Ombre créés dans le troisième cycle ont tous joué leur rôle, un peu éclipsés par la fascination que semble porter le scénariste sur son grand méchant psychopathe Carson. Cet album se présente comme un ultime voyage à la recherche du dernier stryge, dans des paysages dévastés qui proposent des pages grises et marronnasses. L'album est ingrat pour Guérineau qui s'applique néanmoins sur ses cadrages et dessins de personnages toujours aussi précis. La mutation physique introduite par le scénariste implique des dessins peu esthétiques tendant vers l'effet Zombie... Le cadre de l'album (post-apo) n'est pas propice aux plus belles planches mais le prologue permet à l'illustrateur de montrer une nouvelle fois son très grand talent avec un effet crayon magnifique.



Il semble que le cerveau d'Eric Corbeyran ait eu du mal à freiner ses mille idées malgré la nécessité de terminer son œuvre et cela laisse un peu de frustration lorsque l'on imagine ce qu'aurait pu être un dernier cycle en mode "Akira" post-déluge... Il y a bien sur quelques incohérences mais l'on n'y fait guère attention tant la volonté de rester centré sur les relations de ses personnages est forte et tant l'ensemble est bien pensé, logique. Il est difficile de clôturer une histoire, il est difficile de proposer des évolutions relationnelles de ses personnages et Corbeyran y parvient parfaitement en proposant en cet album une sorte de post-face reliant l'origine du mythe et cette dernière page iconique qui laisse pensif et nous rappelle que l'objet central de la série ont été depuis le début les stryges. Une très bonne fin pour une très grande série.



a lire sur le blog:
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20