AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Editions de l`Olivier

Créées par Olivier Cohen en partenariat avec les éditions du Seuil, les Editions de l`Oliver sont une maison d`édition française, spécialisée dans la littérature française et étrangère. Le premier ouvrage publié par la maison d`édition est Une saison ardente de Richard Ford.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions de l`Olivier



Dernières parutions chez Editions de l`Olivier


Dernières critiques
bichonbichette
  25 mai 2022
Les maisons vides de Laurine Thizy
Je suis le loir qui furète dans la charpente au-dessus de la chambre de Gabrielle. Elle ne me voit pas, mais elle m’entend, je fais un boucan du diable, il me plaît de ne pas la laisser s’endormir le soir.

D’ailleurs, je sais que Gabrielle se sert de moi comme prétexte pour justifier ses yeux cernés.

Malgré ses treize ans Gabrielle porte de lourds secrets, elle ressort la nuit comme une chauve-souris pour aller sur la tombe de son arrière-grand-mère dans le cimetière. Elle se faufile, menue et tremblante dans le froid.

Mais, ne vous y fiez pas, Gabrielle est une forte tête, et au moment où elle l’aura décidé, sa jeunesse et sa beauté vont éclater à la figure de cette famille qui ne sait pas qui elle est. Gabrielle va se dresser devant elle, et ses yeux verts, son port de tête de danseuse, son dos cambré, ses formes naissantes vont bientôt aimanter le regard des hommes.

Gabrielle n’a pas peur du combat, du corps-à-corps, d’ailleurs sa première lutte elle l’a livrée à peine sortie du ventre maternel, seule contre tous, dans sa couveuse, pour sa survie, loin de l’amour et de tendres peau à peau.

Roman sur l’adolescence, les relations avec le corps, tantôt soumis par la gymnastique ou l’anorexie, tantôt corps rebelle lorsque la toux empêche de respirer. Toux, glaires noires, semblables à des araignées qui encombrent la trachée, fils de soie qui cousent la bouche. Mais aussi corps flétri, fatigué, usé, parsemé de taches et de veines de l’arrière-grand-mère.

Un livre étrange, déroutant, très maîtrisé en une boucle parfaite, qui flirte à la lisière du rêve et du cauchemar. Je suis cependant restée un peu sur ma réserve du fait de quelques longueurs, et du procédé narratif par un personnage dont l’identité ne nous est dévoilée qu’à la toute fin. Ce procédé est certes original mais il m’a mis à distance des tourments de Gabrielle.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Tigo
  25 mai 2022
L'éternel fiancé de Agnès Desarthe
Acte manqué.



C'est l'histoire d'un acte manqué. Une petite fille voit un petit garçon lui faire une déclaration d'amour car elle a "les yeux ronds". Ce a quoi elle lui rétorquera qu'elle ne l'aime pas car il a "les cheveux de travers". Ces paroles scelleront leur histoire.



Tout vient d'un regret. Celui de la narratrice. Étienne lui a fait une déclaration d'amour à quatre ans et elle l'a repoussé. Depuis leurs chemins se croisent parfois, mais elle n'existe plus aux yeux de l'être aimé. Quand Étienne rencontre l'amour de sa vie au lycée, la narratrice devra se contenter d'un amour tiède, de circonstance.



Ce roman est certes l'histoire d'un acte manqué, mais c'est aussi l'histoire de plusieurs vies. Des vies qui comportent leurs lots de joie, d'espérance, mais aussi de tristesse et de désillusions. L'espoir de l'enfance fait place au désenchantement de l'âge adulte. L'adolescent qui veut vivre de son art est contraint, une fois adulte, de faire un travail alimentaire vide de sens pour subsister.



Toutefois quelques fausses notes apparaissent. J'ai trouvé que le roman était parfois un peu décousu. De plus, j'ai peu retrouvé le beau style de l'auteure. Enfin, je pense que ce roman aurait gagné a être un peu raccourci.



Au final, un roman que j'ai bien aimé malgré quelques défauts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          104
dunandrichard12
  24 mai 2022
Normal People de Sally Rooney
Une curieuse histoire d'amour entre deux adolescents irlandais, : Marianne, pas très belle, mal dans sa peau, mal aimée dans sa famille riche et dysfonctionnelle et dans son lycée car jugée hautaine et Connell, fils de la femme de ménage (pauvre) des 1ers, beau, sportif et très populaire dans ce même lycée. Et pourtant, ils vont se rapprocher et passer très vite de l'amitié à l'amour, physique également, car ils se comprennent mutuellement, tous deux intelligents, brillants en classe, mais aussi tous deux mal à l'aise dans leur relation aux autres. D'ailleurs, Connell même s'il apporte à Marianne un certain apaisement, n'arrivera pas à dépasser ses complexes vis à vis des autres et à officialiser leur relation tant il craint leur regard et cette dernière, par soumission l'acceptera, acceptant même la rupture à la fin de leur dernière année de lycée.

Leurs relations à l'université où ils se retrouvent les trois années suivantes alterneront périodes d'amitié / amour / rupture / nouveaux partenaires / retrouvailles, le tout compliqué par le fait que les rapports se sont inversés ; Marianne est maintenant populaire parmi les fils de familles dominant en études supérieures et multiplie les expériences sexuelles alors que Connell, toujours pauvre, se sent seul malgré ses capacités intellectuelles, connaissant même une profonde dépression.

Cette histoire, structurée en épisodes chronologiques précis, écrite de façon originale car elle alterne sans marque visible réflexions intérieures, descriptions et dialogues, pudique pour les sentiments et crue pour les épisodes de sexe, arrive à nous faire ressentir de façon prenante le mal être permanent, les maladresses, l'art des non-dit, la souffrance même qui caractérisent nos deux héros et explique la complexité de leur histoire d'amour. Ils s'aiment, couchent et vivent (parfois) ensemble mais n'arrivent pas à formuler tout cela. Elle dépend de lui, il ne peut pas se passer d'elle, mais ils se quittent régulièrement par maladresse. Finalement, ils ne sont pas vraiment des « Normal People »  et réussiront ils à l'être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30