AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020251264
Éditeur : Seuil (21/11/1996)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 8 notes)
Résumé :
"Je sus que ma parole atteindrait les deux horizons, celui d'Occident et celui d'Orient", déclare Ibn Arabî à la suite d'une vision survenue dans sa jeunesse.
L'histoire lui a donné raison. Depuis plus de sept siècles, son oeuvre n'a cessé d'être lue, méditée, commentée dans toutes les langues vernaculaires de l'islam; il a exercé une influence majeure sur le "soufisme", la dimension mystique de l'islam. La vindicte persistante des oulémas (docteurs de la Loi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
miriam
  09 janvier 2018
Après de nombreuses visites touristiques de zaouias, tekke, de l'Albanie à la Tunisie jusqu'au Senegal, j'étais intriguée par la pensée et la mystique soufie. Lire les textes originaux vieux de 7 siècles, poésie ou exégèse, n'est pas à la portée de n'importe quel lecteur moderne.
Une mince étude d'une universitaire contemporaine m'a paru plus accessible.
Le contexte historique est très bien rendu, l'histoire de l'Andalousie au Maghreb est passionnante. le personnage, encore controversé de nos jours est passionnant. Il a traversé le monde musulman de Cordoue à Konya jusqu'à la Mecque....Son ouverture d'esprit est fascinante, se réclamant aussi bien de Jésus que de Mohammed, il loue aussi la beauté féminine.
Mais j'avoue que je n'ai pas été capable de tout lire; Avec les textes mystique, j'ai du mal et j'ai lu en diagonale plutôt que d'y plonger toute entière.
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean
  01 avril 2016
Textes inspirants monument de la sagesse soufie, et synthèse de l'enseignement d'Ibn Arabi, philosophe qui a marqué la culture musulmane depuis le XIIe siècle et reste la principale référence de la majorité des maîtres du soufisme.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   26 décembre 2015
À son degré extrême, la « générosité héroïque » n’est qu’un autre nom de la ubûdiyya, la « servitude », en tant qu’elle est pleinement assumée et actualisée par l’homme.

Il ne s’agit pas en effet d’acquérir la « servitude » ; elle est le statut imprescriptible de toutes les créatures. Ce qui distingue foncièrement le « héros » du commun des croyants, c’est qu’il a en permanence conscience de son indigence ontologique, que plus rien en lui ne tend à masquer : « Rien n’est plus éloigné du seigneur que son esclave ; la condition servile n’est pas en soi un état de proximité ; mais la connaissance qu’il a de sa servitude rapproche l’esclave de son seigneur. » (...) dans l’aveu de sa servitude, dans l’éradication de toute prétention à l’autonomie, l’homme atteint la walâya, terme que l’on traduit communément par « sainteté » mais qui signifie littéralement la proximité avec Dieu. Ayant brisé l’idole de l'ego, il découvre qu’il n’agit que par Dieu, ainsi que l’énonce un hadîth qudsî (un « propos divin » transmis par le Prophète mais qui n’appartient pas à la révélation coranique) qu’Ibn Arabî affectionne : « Mon serviteur ne s’approche pas de Moi par quelque chose que J’aime davantage que par les œuvres que Je lui ai prescrites. Et il ne cesse de s’approcher de Moi par les œuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Et lorsque Je l’aime, Je suis son ouïe par laquelle il entend, sa vue par laquelle il voit, sa main par laquelle il saisit, son pied avec lequel il marche... » La seule métamorphose qui se soit produite, constate Ibn Arabî, est celle de la perception du serviteur, qui, grâce à la pratique des actes surérogatoires, a désormais conscience que Dieu est - et n’a jamais cessé d’être - son ouïe, sa vue... (...) chez le « serviteur pur », la possibilité d’un choix a disparu. Il s’en tient par conséquent aux œuvres que Dieu lui impose, au moment où Il les lui impose. L’« abandon du gouvernement de soi-même » (pour reprendre le titre d’un admirable traité mystique d’un saint égyptien du XIVe siècle, Ibn Atâ Allâh) est son état permanent (...) définitivement éteint à lui-même dans l’éblouissante Présence divine, éperdu dans la contemplation de Ses noms, il ne sait plus qu’il est : « Lorsque le serviteur s’est dépouillé de tous ses noms, ceux que lui confère sa servitude ontologique et ceux que lui octroie son théomorphisme originel, il ne lui reste plus que son essence sans qualité et sans nom. Alors il est d’entre les Rapprochés [...]. Rien ne se manifeste en lui, par lui, qui ne soit Dieu. » (...) on n’est guère surpris dans ces conditions qu’Ibn Arabî assimile les « héros » aux malâmiyya, les « hommes du blâme » qui, selon lui, « ont revêtu le plus haut degré spirituel » (...) contrairement aux ascètes, dont le renoncement, par les efforts qu’il leur coûte, révèle que le monde a encore du prix à leurs yeux, contrairement à certains soufis dont les charismes sont trop visibles, les malâmiyya s’effacent dans l’anonymat le plus obscur, celui qui constitue l’épitaphe de tout homme : « serviteur de Dieu ».(pp. 40-43)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   01 avril 2016
La raison qui m’a conduit à proférer de la poésie (shi’r) est que j’ai vu en songe un ange qui m’apportait un morceau de lumière blanche ; on eût dit qu’il provenait du soleil. « Qu’est-ce que cela ? », demandai-je. « C’est la sourate al-sh'u’arâ (Les Poètes) » me fut-il répondu. Je l’avalai et je sentis un cheveu (sha’ra) qui remontait de ma poitrine à ma gorge, puis à ma bouche. C’était un animal avec une tête, une langue, des yeux et des lèvres. Il s’étendit jusqu’à ce que sa tête atteigne les deux horizons, celui d’Orient et celui d’Occident. Puis il se contracta et revint dans ma poitrine ; je sus alors que ma parole atteindrait l’Orient et l’Occident. Quand je revins à moi, je déclamai des vers qui ne procédaient d’aucune réflexion ni d’aucune intellection. Depuis lors cette inspiration n’a jamais cessé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Claude Addas (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Addas
Claude Addas, symposium à Istanbul
>Religion comparée. Autres religions>Islam et religions dérivées>Vie et pratique religieuses (44)
autres livres classés : islamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1156 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre