AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809439567
Éditeur : Panini France (14/05/2014)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Lorsque la fin du monde arrive, voulez-vous être le premier à partir ou le dernier à survivre ?
Le Rempart de Kasker : une plate-forme pétrolière isolée dans l’océan Arctique. Une équipe de quinze permanents lutte contre l’ennui et la dépression dans l’attente du navire qui les ramènera chez eux. Mais le monde a basculé en enfer. Des villes entières sont frappées par une pandémie qui s’étend peu à peu à l’échelle planétaire et les informations font état d’éme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  28 décembre 2015
Franchement très moyen.
Jane, prêtresse obèse doit veiller sur ses 15 ouilles perdues au milieu de l'arctique dans une plate-forme pétrolière à l'arrêt. Mais lorsque le monde extérieur cesse de communiquer, on comprend vite que tout espoir de rapatriement est compromis. Il va falloir s'organiser pour survivre, compter avec les fortes personnalités et les suiveurs amorphes, ceux qui vont vouloir tout faire pour rentrer chez eux. Il va falloir compter aussi sur la contamination zombie qui va s'inviter sur la plate-forme.
Une idée de base intéressante, même si déjà vue. Un huis clos anxiogène, un environnement hostile, une pandémie mondiale et des personnages qui se révèlent, s'affirment ou s'effondrent sous la pression. Quand on mélange tout cela, deux solutions. Une lecture ultra addictive, une immersion totale ou bien Rempart de Adam Baker.
A part Jane et les détails de son obésité morbide, des personnages très mal différenciés, sans âme, y compris pour le petit groupe de meneurs. Beaucoup de dialogues, souvent creux, un livre assez peu descriptif. Il fait -50°C dehors et je n'ai même pas frissonné un peu en lisant le récit (ni de peur, ni de froid). Un comble non ?
La première partie est brouillonne, la seconde vire au mystique (et je pense que c'est une grave erreur dans la littérature zombie). La transformation de Jane en Rambo musclée (j'exagère, mais c'est l'impression que cela donne) qui se met à faire des bras de fer et courir 15 bornes en une heure par -50 est risible.
Bref, parfaitement dispensable pour tout amateur de littérature zombiesque, de sf post-apocalyptique, amateur de frissons et de sensations. Ou tout autre catégorie de lecteurs un tant soit peu intéressée qui pourra tomber par hasard sur cette critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          727
finitysend
  22 mai 2014
Encore un assez bon Panini ! à lire , pas à manger ... mais bon , à déguster en tout cas ... ( désolé mais je rentre d'Italie ) ...
Voici un bon roman post apocalyptique , avec quelques faiblesses qui font aussi sa force et son intérêt .
La caractérisation est correcte pour ce qui est des personnages principaux . Il y a pas mal de monde sur cette plateforme flottante perdu vers le pôle nord et beaucoup de ces gens sont perdu dans une petite foule d'inconnus qui sont « les autres « une sorte de collectif d'où émerge occasionnellement un personnage utile à la trame narrative .
L'univers est arctique ( en transition vers l'hiver ) donc au menu : froid implacable , nuit polaire , océan qui gèle , pratiquement une autre planète en fait , quasiment inhabitable sans le renfort de la technologie et sans des stocks variés suffisants ( nourriture , pièces détachées ... ) ...
Le monde va sombrer dans l'horreur et progressivement les signaux et les informations en provenance du monde extérieur vont se raréfier , jusqu'à disparaître .
En fait c'est une sorte de huit clôt que le lecteur découvre .
Ils se passe pas mal de choses au grès du texte , des évènements tragiques et spectaculaires , on va clairement de drames en tragédies mais on y va « piano « ...
Un rythme assez « tranquilo « , qui peut fatiguer , même lasser en fait , car il n'y pas réellement de précipitation dans le rythme ou d'intensité nettement accentuée .
Mais c'est un texte agréable à lire parce que l'auteur confère aux personnages une incontestable profondeur .
Alors que ces personnages réagissent differentiellement aux pressions de l'environnement qui sont de plus en plus incroyables .
Il y a une aussi , une petite réflexion sur le sens de la vie , au travers des personnages ( leurs présent , leurs passés , leurs comportements ) , qui est éloquente et quelquefois édifiante et touchante .
Le fond du récit , plus précisément l'univers affiche un petit côté déjà vu ( The Thing et Aliens ... ) , qui sans être pénible , titille un peu et c'est un aspect du texte qui peut clairement être un facteur légèrement lassant ( mais c'est relatif ) .
Mais c'est vraiment un texte qualité , qui est doté un humour britannique assez acide , pince-sans-rire , très ironique qui sert occasionnellement à caractériser certains personnages ou encore qui vient caractériser certaines situations tangentes ou pénibles ....
L'humour n'est pas toujours présent dans ce texte qui n'a d'ailleurs pas vocation à faire rire et qui n'est pas burlesque , mais c'est un texte où l'humour n'est pas absent , même s'il s'estompe progressivement et fortement au grés des pages ....
C'est une histoire qui possède des qualités incontestables et ce roman est aussi une bonne distraction , agréable à lire et c'est clairement aussi , un roman non dénué d'une certaine richesse sur le fond , du point de vue romanesque ...
Même s'il est non moins incontestable aussi , que c'est d'abord une bonne mise en place d'un univers et d'aventures ultérieures .. à suivre et à voir donc ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
TomatoKetchup
  25 août 2014
Un huis clos effrayant (j'avoue, j'ai fait un cauchemar après avoir seulement lu les 20 premières pages !), très bien écrit, avec des personnages surprenants et atypiques.
Le titre est annoncé comme un tome 1 mais on a vraiment l'impression d'une fin et ça peut se lire comme un one-shot (attention, spoiler possible : ).
Ce roman est présenté comme le premier roman de l'auteur, je dis bravo !
Commenter  J’apprécie          100
LeGrandLecteur
  14 juin 2015
Après une catastrophe, un groupe de personnes doit faire face à la fin du monde depuis une plate-forme pétrolière.
Après ma lecture de "seuls au monde" d'Emmy Laybourne, je cherchais quelque chose de semblable mais différents. C'est comme ça que je suis tombé sur "Rempart" d'Adam Baker. Univers semblable mais différents, des zombies étant ajouté dans celui-ci. L'action y est de nouveau bien dosée, alternant entre moment de "rush" à l'extérieur (ou à l'intérieur) de la plate forme et moment de calme lors de discussion et scène de vie. les personnages ont leurs petits caractères mais reste quand même relativement plat dans le sens où je me suis pas forcément attaché à eux. L'action reste cependant très présente et la lecture, fluide. petite déception sur les évènements de la fin pour la partie dans le bunker. Je m'attendais à quelques chose de différent sans pouvoir expliquer quoi.
Lecture plaisante pour ce roman qui m'a permis de lire un nouveau roman avec des zombards. Il ne révolutionne pas le genre, mais tente d'apporter des nouveautés. Je conseille au fans du genre. les autres vont s'ennuyer ou abandonner je pense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
leslecturesdeDoris
  24 mars 2019
En plein ménage de ma PAL, je suis allée chercher les romans qui prenaient la poussière et qui végétaient en attendant d'être lus. J'avais acquis Rempart en août 2015, il était donc grand temps de le lire !
Ce roman est un peu à part, et surtout d'un genre que je lis peu. Il y a tout d'abord une ambiance, glaçante. L'action se déroule dans la mer de Barents, au large du Groenland et de la Russie alors que l'hiver, ses tempêtes brutales et ses températures proches de -50°C, approche. le groupe de personnages que l'on suit travaille sur une plateforme pétrolière qui n'a plus foré depuis longtemps, donc l'équipe est réduite à son minimum. Quand les communications avec l'extérieur se coupent, que le ravitaillement ne se fait plus, ils comprennent que quelque chose de grave est arrivé au reste du monde. Alors que la faim les guette et que les secours ne se montrent pas, la menace qui a chamboulé la planète se rapproche dangereusement de leur recoin isolé…
L'auteur a fait un formidable travail de recherche sur les conditions de vie dans le grand froid et sur les plateformes pétrolières, si bien que le récit est criant de réalisme concernant ces aspects. Il l'est un peu moins sur la « menace » en question, bien qu'Adam Baker ait essayé d'innover sur un thème dont on a déjà beaucoup parlé. Je n'ose rien dire de plus car la découverte fait partie intégrante du roman, dont le but est de faire frissonner, de froid et d'horreur. Ames sensibles s'abstenir car les scènes gores sont nombreuses.
Pourtant, malgré ce contexte angoissant, je me suis globalement ennuyée. Il y a beaucoup de longueurs, beaucoup d'agitation, parfois pour rien, les personnages tentant une approche, puis une autre, sans énormément de succès. En effet, leurs moyens sont plutôt limités mais on aurait pu couper une centaine de pages sans que cela nuise au récit, bien au contraire.
Et puis il y a beaucoup de personnages, certains dont on ne sait rien, ce qui fait qu'on comprend vite qui sont les personnages importants, et comme dans tout survival, on sait donc qui va survivre au carnage… Pas de surprise de ce côté-là. Ce qui m'a aussi gênée, c'est que malgré la peur, le désespoir supposé de ces personnes coincées à l'autre bout du monde face à l'innommable, je n'ai ressenti aucune émotion forte. le récit est assez plat, surtout descriptif, ne me permettant pas d'empathie envers les protagonistes.
Rempart est le premier tome d'une trilogie, et vu mon sentiment (ou mon absence de sentiment), je ne pense pas lire la suite, même si j'aimerais bien savoir d'où est venue cette menace. Tant pis.
Lien : http://dorisbouquine.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fnitterfnitter   29 décembre 2015
Quelques nuits plus tôt, elle et Ghost avaient commencé à envisager l'avenir de la race humaine dans le confort de leur lit.
S'il y a des enfants, lui avait demandé Ghost, tu leur parleras de Jésus ?
Non, avait répondu Jane. Je suis heureuse d'être la dernière chrétienne. Si jamais ils tombent sur une bible, je leur dirai que ce n'est qu'un ramassis de conte de fées et de conneries.
Commenter  J’apprécie          370
fnitterfnitter   30 décembre 2015
Nous devons tous croire que notre vie a une signification fondamentale. En ce qui me concerne, j'ai un rang et des responsabilités. Il n'est pas stupide de vivre ses idéaux jusqu'à la dernière heure.
Commenter  J’apprécie          470
autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2684 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre