AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738128793
Éditeur : Odile Jacob (03/01/2013)

Note moyenne : 1/5 (sur 1 notes)
Résumé :
À quoi ressemblera le monde en 2030, voire en 2050 ? Qui seront les principaux acteurs de la recomposition en cours ? Celle-ci entraînera-t-elle le déclin définitif des pays occidentaux ou se traduira-t-elle par un élargissement du club de la prospérité ?
Telles sont les questions auxquelles répond ce livre qui postule que les trois géants démographiques mais aussi économiques que sont la Chine, l'Inde et l'Afrique, seront à l'initiative des grands bouleverse... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
YvesParis
  02 septembre 2013
Jean-Joseph Boillot et Stanislas Dembinski se livrent à un exercice ambitieux de prospective. Leur thèse se présente sous la forme d'un néologisme forgé pour marquer les esprits. Pour eux, la Chine, l'Inde et l'Afrique feront le monde de demain.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Dans un monde qui comptera environ 8 milliards d'habitants en 2030, la Chine, l'Inde, l'Afrique en compteront 1.5 milliards chacune. Grâce à la double baisse de la mortalité d'abord, de la natalité ensuite, elles connaîtront l'une après l'autre trois « pics » dans leur population active : la Chine la vit actuellement, ce qui explique sa formidable croissance économique, l'Inde et l'Afrique la connaîtront plus tard dans le XXIème siècle. Les progrès de l'éducation combinés à cette démographie galopante provoqueront un basculement du « capital humain » (mesuré par le nombre moyen d'années de scolarisation de la population active) : Chindiafrique devrait fournir les trois quarts du nouveau capital humain mondial en 2030. La combinaison de tous ces facteurs conduit logiquement sinon à un « renversement » du moins à un « basculement » de l'économie mondiale : la part de Chindiafrique dans le PNB mondial passera de 25 à 45 % d'ici 2030.
le concept de Chindia n'est pas nouveau. Forgé par Jairam Ramesh en 2005, il désigne les deux géants d'Asie les plus peuplés au monde et dont le potentiel de croissance économique est reconnu comme étant le plus prometteur. En revanche, associer l'Afrique à ce duo est plus novateur et ne va pas sans soulever quelques interrogations.
La première est la légitimité à considérer l'Afrique, composée de 54 États souverains, comme un acteur unique, tant économique que politique. Tout en reconnaissant la grande diversité du continent africain (les auteurs y distinguent par exemple quatre modèles selon que la transition démographique y a déjà eu lieu – Ghana, Gabon – ou non – Niger, Tchad), les auteurs soulignent la force du sentiment d'appartenance qui animent les Africains, à l'intérieur et plus encore à l'extérieur du continent. Ils soulignent également la diversité qui caractérise les immenses espaces étatiques chinois et indiens qui sont tous les deux beaucoup moins homogènes qu'on tend à les imaginer.
La deuxième est la capacité de l'Afrique à jouer un rôle économique ou politique similaire à celui de la Chine ou de l'Inde. le postuler, c'est lancer un pari audacieux à la fois sur ses perspectives économiques et sa capacité à dépasser ses rivalités étatiques pour parler d'une seule voix sur la scène internationale. Toutes choses égales par ailleurs, le défi n'est pas sans rappeler celui auquel l'Europe est elle aussi confrontée.
La troisième concerne l'exclusion d'autres géants, le Brésil voire la Russie. Dit autrement, la question posée est celle de la différence entre Chindiafrique et les BRICS. Les auteurs répondent bien à cette objection en soulignant que ni le Brésil ni la Russie n'ont le poids démographique ou l'influence économique de la Chine, de l'Inde ou de l'Afrique.
La quatrième est la signification géopolitique de ce basculement. Que la Chine, puis l'Inde et enfin l'Afrique enregistrent tour à tour une croissance économique qui déplacera l'équilibre mondial de la planète est une chose. Qu'ils constituent un triangle faisant système capable de dominer le monde en est une autre. Certes, leurs échanges s'intensifient comme en témoigne la percée chinoise et aussi indienne en Afrique. Certes encore, ils font parfois front commun sur la scène internationale par exemple lors des négociations sur le réchauffement climatique. Pour autant, on aurait tort d'imaginer qu'émerge un pôle politique unifié tant ce qui les sépare reste plus fort que ce qui les unit : les rivalités sino-indiennes en Asie le montrent à l'envi.
Jean-Joseph Boillot et Stanislas Dembinski ont raison d'y insister : que la Chine, l'Inde et l'Afrique fassent le monde de demain ne signifie pas qu'elles le domineront. La Chindiafrique ne viendra pas se substituer à la Trilatérale Amérique-Europe-Japon autour de laquelle s'est organisé depuis bientôt quarante ans le G7. Peut-être leur émergence compliquera-t-il l'exercice unilatéral de la puissance par des Etats-Unis hyperpuissants ou par un duopole sino-américain. Peut-être contribueront-elles à rendre le monde plus multipolaire – ce dont ni la France ni l'Europe ne se plaindront. Mais ce serait aller vite en besogne que d'imaginer qu'ils substitueront à la domination de l'Occident la leur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
EmericPARIS
  12 janvier 2013
un livre tout à fait original dans la grisaille actuelle si je comprend bien l'intervention d'un auteur sur france culture cette semaine dans le grain à moudre
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
LeMonde   26 février 2013
Leur livre montre comment, dans les décennies à venir, ces trois "géants" vont renforcer leurs complémentarités. Il va falloir leur faire une vraie place, montre le duo, pour qui la crise de l'Europe est celle de son incapacité collective à gérer ce déplacement du centre de gravité de la planète.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LesEchos   16 janvier 2013
L'ouvrage fourmille d'exemples qui tous poursuivent le même but, celui de montrer combien la montée en puissance de ces trois mastodontes va, d'ici à 2030, bousculer le monde.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Lire un extrait
Videos de Jean-Joseph Boillot (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Joseph Boillot
Vidéo de Jean-Joseph Boillot
autres livres classés : prospectiveVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr