AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782905691880
40 pages
Éditeur : Atelier de Creation Libertaire (01/01/2003)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Les dernières élections municipales furent marquées, entre autres, par la multiplication de listes se réclamant d’une démocratie dite « locale » ou « participative ». Ce phénomène est l’aboutissement d’une longue recherche visant à ’émergence de nouvelles modalités d’action politique démocratique. C’est aussi le sens de ces quelques textes de Murray Bookchin, dans lesquels il revient sur quelques aspects historiques concernant l’émergence de la cité et de l’espace p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Hardiviller
  01 octobre 2017

ARTICLE PUBLIE PAR JEAN-BAPTISTE BEGAT le 10-03-2017 dans les Clefs du Moyen-Orient :
Murray Bookchin , bien que relativement méconnu en Europe , fut l'un des penseurs anarchistes les plus influents et prolifiques du XXème siècle . Né dans le Bronx en 1921 de parents russes juifs exilés aux Etats-unis , il se tourna rapidement vers la pensée anarchiste qui convenait le mieux à ses idées libertaires . De sa jeunesse trotskiste et syndicaliste , il conserva toutefois la conviction que l'anarchisme ne doit pas définir la liberté sur un mode négatif ( rejet de l'autorité ) , mais plutôt sur la compréhension de la relation entre l'individu et sa société . Sa dette non reconnue en ce sens à l'égard de Joseph Proudhon , dont la pensée remarquablement profonde se résume mal dans sa fameuse phrase : " se distinguer pour être , s'unir pour être plus " , est importante .......
Les kurdes du Rojava ( Kurdistan Syrien ) expliquent que leur évolution cruciale d'orientation politique se reconnait principalement dans la redéfinition des enjeux de la lutte kurde synthétisée par Abdullah Öcalan , leader historique du PKK ( considéré comme un terroriste par les états-unis alliés épisodiquement avec la Turquie et aussi par l'union Européenne ) . Emprisonné par la Turquie sur l'île déserte d'Imrali depuis 1999 , celui que les kurdes surnomme affectivement Apo a pu repenser en profondeur la réponse à apporter à la question kurde .
Cette démarche , dont le parcours intellectuel avec celui de Nelson Mandela en prison est relativement proche l'a notamment amené à comprendre que le projet d'un Kurdistan ethniquement kurde était irréalisable et donc que tout projet politique crédible devait prendre en compte et composer avec la pluralité ethnico-nationale intrinsèque de la région . Ce parcours intellectuel doit beaucoup à la lecture en prison par Öcalan de l'oeuvre du philosophe anarcho-libertaire Murray Bookchin .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Arthemyce
  27 mars 2020
Ce texte relativement court (30 p.) est déjà presque un résumé à lui seul, où la concision n'enlève rien à la précision du propos.
En dichotomisant les domaines de l'activité sociale entre lieu de travail et lieu de vie, respectivement usine et commune, Bookchin cible la première comme principal lieu de la domination. Il en tire une critique de « l'Economisme » hérité des penseurs (même Socialistes) du XIXème siècle, prépondérant dans l'analyse politique au détriment de la morale. Ce « désintérêt de l'éthique » servira à lancer la critique d'une sorte « d'embourgeoisement » dans la pensée marxienne et anarcho-syndicaliste ne permettant pas de dépasser la distinction de classe, montrant ainsi la nécessiter de repenser les rapports sociaux avant tout au sein de la communauté - là où l'on vit ensemble - plutôt que par l'intermédiaire de l'usine, circonscrite pour l'auteur à « dresser [les Hommes] aux réflexes de la subordination, de l'obéissance et du labeur abrutissant » et invitant ainsi à replacer la commune en foyer de l'émancipation.
Il prend soin de redéfinir la « Politique » à partir de la « polissonomos » athénienne (gestion de la cité) en pointant la nécessité d'une vision commune de la « civitas » romaine (union des citoyens) et ouvre la discussion quant aux méthodes envisageables pour instaurer une organisation démocratique libertaire hors des cadres de l'État, qu'il qualifie « [d]'artefact particulier produit par les classes dirigeantes, [de] monopole professionnalisé de la violence dont le but est d'assurer l'exploitation et la sujétion de l'humain par l'humain ».
Selon lui, en retrouvant un caractère civique par la Politique, le citoyen passe « d'objet passif à sujet actif » en prenant part à la vie de la cité par son implication dans l'administration de celle-ci, favorisée par l'échange « délibératif, rationnel et éthique ». Judicieusement, Bookchin reprend Rousseau en insistant « sur le fait qu'un pouvoir ne peut se déléguer sans se détruire », incitant de fait à remettre en cause nos systèmes dits « représentatifs ».
Loin des dogmes (et même explicitement contre eux dans le texte), conscient de la complexité inhérente aux sociétés humaines Bookchin expose les concepts généraux et adaptatifs fondamentaux ayant montré leur pertinence dans la concrétisation d'une société horizontalement autodéterminée. Il appelle à une Politique « organique » qui émerge « à partir du niveau de base de la consociation humaine ». Ce faisant, il ne manque pas de critiquer le caractère réfractaire de l'Anarchisme envers le parlementarisme, arguant que le participation démocratique à l'édification d'un sens commun n'est pas contraire aux principes anarchistes dans la mesure où celle-ci est définie « clairement comme allant contre l'Etat » et se fonde sur les outils historiquement présents, comme les conseils communaux, témoignant des « buts associatifs profondément humains qui traversent les âges au fond de l'esprit de l'homme ».
Sans omettre d'aborder la question d'un fédéralisme entre les communes, l'ouvrage propose une réflexion fondée sur un recul historique et critique des divers apports théoriques et pratiques issus des courants socialistes visant à parvenir concrètement au Municipalisme Libertaire.
La postface de John P. CLARK (17 p.) est quant à elle d'une grande pertinence, revenant sur les mots durs de Bookchin envers les marxistes et anarcho-syndicalistes, notamment en évoquant les conquis sociaux des luttes passées ; mais surtout offrant des perspectives concrètes à la pensée de l'auteur en abordant les différentes expériences contemporaines des Zapatistes du Chiapas, des Kurdes du Rojava ou encore des Boliviens d'El Alto, toutes inspirées, avec quelques nuances, des concepts libertaires défendus par Bookchin.
Ce texte de 1984 témoigne beaucoup de force dans ce qu'il cherche à apporter une réponse programmatique libertaire concrète aux enjeux de la fin de siècle ; enjeux qui sont toujours les nôtres en ce XXIème siècle : repenser notre organisation sociale dans une perspective Écologique, entendue dans son sens le plus complet, c'est-à-dire « systémique ».
Il vient en parfait complément avec le précédent opus de 1982 dans lequel Bookchin définit l'Ecologie Sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ErnestLONDON
  20 mars 2018
Peu lu et peu connu en France, Murray Bookchin met au centre de ses écrits la démocratie participative qui alimente justement beaucoup de débats et réflexions notamment lors des différents « mouvements des places », et se trouve mise en pratique de façon radicale par les zapatistes et les kurdes du Rojava par exemple.

Article complet en suivant le lien :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          131
ZeroJanvier79
  10 février 2020
Un plaidoyer du penseur anarchiste américain Murray Bookchin pour ce qu'il appelait le municipalisme libertaire, c'est-à-dire une forme de démocratie participative et communale. Intéressant.
Commenter  J’apprécie          40
eterlutisse
  11 décembre 2011
Lire ce fascicule ne m'a pas apporté plus que lire le titre qui est très évocateur. Les arguments sont là mais peu développés. Il ne faisait que précher une convaincue sans apporter de solution sur comment y arriver.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ErnestLONDONErnestLONDON   20 mars 2018
L‘État, nous le savons, est un artefact particulier produit par les classes dirigeantes, un monopole professionnalisé de la violence dont le but est d’assurer la sujétion et l’exploitation de l’humain par l’humain.
Commenter  J’apprécie          151
ErnestLONDONErnestLONDON   20 mars 2018
Le lieu civique, que ce soit la polis, la ville ou le quartier, est littéralement le berceau du processus de civilisation des êtres humains au-delà de la socialisation accomplie par la famille. 
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   20 mars 2018
Un des buts nécessaires du socialisme sous la forme libertaire et utopique sera l’abolition de l’usine par une technologie écologique, par le travail créatif, et, affirmons-le, par des dispositifs cybernétiques créés pour satisfaire à des besoins humains.
Commenter  J’apprécie          10
AnnaDelRioAnnaDelRio   05 novembre 2019
[...] ce qui est nécessaire c'est, comme le disent les zapatistes, mandar obedeciando, de "commander en obéissant".
Commenter  J’apprécie          20
ErnestLONDONErnestLONDON   20 mars 2018
Les mots de l’expression « démocratie représentative » se contredisent mutuellement. 
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Murray Bookchin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Murray Bookchin
Débat entre Pinar Selek, sociologue et militante féministe, et Aurélien Bernier, essayiste et défenseur de la démondialisation. Tous deux discutent des thèses de Murray Bookchin concernant le « communalisme », et des expériences qu'elle nourrissent.
Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement Toutes les vidéos de Mediapart :https://www.mediapart.fr/studio/videos Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
autres livres classés : anarchismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox