AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782711802012
383 pages
Éditeur : Ministère de la Culture, Réunion des Musées Nationaux (23/04/1992)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Catalogue d'exposition sur les écritures hiéroglyphique, cunéiforme et alphabétiques orientales. Abondamment illustré et commenté, avec des notices explicatives précises sous chaque photo.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  20 octobre 2015
Suite à l'exposition du même nom qui se tint en 1982, ce livre-catalogue demeure une référence et un bel objet pour se familiariser avec l'écriture hiéroglyphique ou cunéiforme. On n'apprendra pas à lire ces écritures ni à les manier, mais à travers l'abondance documentation textuelle et iconographique, on voyagera dans le temps et l'espace et l'on aura l'idée de systèmes écrits totalement étrangers et fascinants.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   22 octobre 2015
Reflet des traditions, les hiéroglyphes continuent à reproduire des formes ayant disparu depuis des millénaires : ainsi le signe servant à écrire le mot "scribe" présente jusqu'à la fin de l'époque pharaonique une écritoire dont la forme était déjà abandonnée à l'époque des pyramides ! Au même titre que les statues et les reliefs, les hiéroglyphes avaient pour les Egyptiens une valeur magique. Ce sont des images conçues comme vivantes, et qui à ce titre peuvent se révéler dangereuses. Aussi sur les parois des tombes et des sarcophages, le scribe prend-il parfois la précaution de rendre inoffensifs les hiéroglyphes qui pourraient nuire au mort : l'artiste mutile ou larde de couteaux des signes évoquant les animaux féroces, des hommes armés. Parois il remplace ces signes inquiétants par d'autres, plus neutres.

p. 136
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   22 octobre 2015
Le concept d'histoire est inconnu des Mésopotamiens mais ils avaient une idée arrêtée sur l'évolution de leur société dans le temps. Elle est foncièrement pessimiste. L'homme a reçu la civilisation tout achevée des dieux mais depuis la révélation, le monde s'éloigne de cette perfection qu'aucun effort ne saurait maintenir. Archivistes et bibliothécaires, collectionneurs d'antiques à l'occasion, les Mésopotamiens connaissaient trop bien leur passé tumultueux et étaient des témoins trop attentifs de leur présent pour juger que tout décidément allait de mal en pis. L'histoire est alors enseignement d'une morale sociale dont l'archaïsme fondait la valeur : la connaissance des crises passées sert, sinon à en éviter le retour, du moins à le retarder ou à en atténuer les effets. Après chaque catastrophe, les Mésopotamiens, énergiques et désabusés, se remettaient à la tâche.

Daniel Arnaud, p. 196
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : hiéroglyphesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
484 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre