AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 2492 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 25/09/1921
Mort(e) à : Pully, Suisse , le 21/01/2010
Biographie :

Jacques Martin est un auteur de bande dessinée, surtout connu pour ses séries Alix et Lefranc. Il a également contribué à plusieurs albums de Tintin.

Il rejoint la Belgique après la mort de son père, juste avant la seconde guerre mondiale. Après des études contraintes d'ingénieur à l'École Catholique d'Arts et Métiers d'Erquelinnes (il échoua à l'entrée des Beaux-Arts), il est enrôlé et part pour le STO aux usines Messerschmitt d'Augsbourg en Allemagne pendant la guerre.

Juste après la guerre, en 1945, Martin commence à publier ses premiers dessins. Il collabore à l'hebdomadaire belge Bravo ! pour lequel il crée Monsieur Barbichou. Il se marie à Verviers en Belgique et aura avec sa femme Monique deux enfants.

Il souhaite mettre sur pied un journal de bandes dessinées et lance alors un magazine de jeunesse, Jaky, mais c'est un échec, concurrencé par un nouveau magazine Journal de Tintin auquel il décide alors de postuler en 1948. Fort de sa passion et de ses connaissances historiques, y fait naître Alix l'Intrépide, l'histoire du fils d'un chef gaulois adopté par un centurion romain. Le succès est tel que Martin invente la suite : Le Sphinx d'or (où apparaît le jeune Enak).
Toujours pour le Journal de Tintin, il crée le journaliste Lefranc en 1952. Là encore le succès est au rendez-vous et il laissera plus tard à d'autres dessinateurs, continuant jusqu'en 2004 assurer le scénario, les dialogues et un découpage extrêmement abouti de chaque planche, comme il le fera pour chacune de ses autres séries.

Il aurait aimé être architecte, acteur de théâtre, décorateur ou aviateur - comme son père -, confiait-il, en 2001, dans un long entretien accordé à deux journalistes belges intitulé A propos de Lefranc (éd. Casterman). Devenu auteur de deux bandes dessinées parmi les plus connues de la galaxie classique franco-belge (Alix et Guy Lefranc), Jacques Martin a réalisé finalement une grande partie de ces rêves professionnels.

À sa mort en 2010, Jacques Martin laisse des centaines d'albums vendus à quinze millions d'exemplaires et traduits en plus de dix langues, y compris le latin.

+ Voir plus
Source : Wikipedia, Le Monde
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
La chronique de Jean-Edgar Casel - Alix - Lefranc
Citations et extraits (223) Voir plus Ajouter une citation
Jacques Martin
Alfaric   26 mars 2015
Jacques Martin
"Le Dernier Spartiate" illustre un autre thème récurrent dans les aventures d’Alix, celui du peuple déchu ou colonisé qui rêve de retrouver sa grandeur passée.

De tout temps, des hommes ont partagé semblable espoir. Aujourd’hui encore, il a des gens qui espèrent le retour de la grande Prusse, de la grande Lituanie ou de la Grande Grèce ! On aurait tort de se moquer d’eux : l’exemple d’Israël ne démontre-t-il pas qu’un tel dessein n’est pas forcément chimérique ?
Commenter  J’apprécie          330
Nastasia-B   28 décembre 2014
Alix, tome 2 : Le Sphinx d'or de Jacques Martin
{Et si l'inspiration d'un autre héros gaulois de bande dessinée était née quelque part dans ces pages ?Jugez plutôt, nous sommes en 1949, soit dix ans avant l'autre, que vous reconnaîtrez sûrement facilement.}



Incipit de l'album : Par une suite de manœuvres fort habiles, César est parvenu à encercler l'armée de Vercingétorix dans la ville d'Alésia. La situation des assiégés empire de jour en jour, mais ils gardent l'espoir que d'autres chefs gaulois vont lever une armée pour les secourir. Dans un village proche, tandis que la population vaque à ses occupations, une violente discussion s'est engagée entre le chef Aldéric et ses compagnons afin de savoir si les hommes de leur clan doivent se joindre à l'armée de secours.



LE DRUIDE (Ansila) : Il faut se battre contre les Romains, Aldéric ! Si nous restons passifs, la vengeance de Vercingétorix sera terrible. Tu dois te conduire en chef !… Astorix, lui, n'aurait pas hésité.

LE CHEF (Aldéric) : Je t'interdis de prononcer ce nom devant moi. Astorix est mort et je me moque de ce qu'il aurait pu faire !



{C'est étonnant, non ? Tout le canevas d'Astérix est déjà là dès les trois premières images de ce deuxième tome d'Alix : le nom du héros ou peu s'en faut, la situation critique où les Gaulois sont encerclés par un César triomphant, des Gaulois querelleurs, un druide dont la parole compte beaucoup, un chef un peu grande gueule mais assez pleutre dans le fond, et je ne vous parle même pas des éléments graphiques largement réutilisés par Uderzo. Bref les ingrédients de base pour une parodie comique n'avaient plus qu'à être agités par Goscinny et Uderzo avec le succès que l'on sait. Mais encore fallait-il avoir l'idée de le faire.}
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Jacques Martin
Alfaric   24 mars 2015
Jacques Martin
En schématisant, on peut dire que l’affrontement entre César et Pompée illustre l’éternel clivage entre la gauche et la droite. Par stratégie – et non par conviction ou idéal – César utiliser le peuple, dont il se veut le représentant, tandis que Pompée s’appuie sur le parti des possédants. De tout temps, les politiciens ont dû se servir de l’un parti pour parvenir au pouvoir, au risque de devenir prisonniers de leurs alliés.

Une fois au pouvoir, le grand mérité de César fut d’avoir osé prendre des mesures difficiles et impopulaires. Si Pompée avait été vainqueur, il aurait sans doute fait un fort bon chef d’Etat. C’était un général de valeur et un politicien habile.

Malheureusement pour lui, il a trouvé un authentique génie en travers de sa route.
Commenter  J’apprécie          250
Alfaric   02 septembre 2019
Alix Senator, tome 09 : Les spectres de Rome de Jacques Martin
Personne ne doit voir un empereur pleurer.
Commenter  J’apprécie          220
Jacques Martin
Alfaric   21 mars 2015
Jacques Martin
J’ai créé Varius Munda à l’image de certains coloniaux que j’avais connus à leur retour de Djibouti, du Tchad ou du Cameroun. Le soleil, l’alcool et l’isolement avaient fait de la plupart de ces militaires des hommes un peu tordus voire dangereux. Je me souviens de certains officiers devenus authentiquement fous, et notamment d’un haut gradé qui devait exercer d’importantes responsabilités en cas de conflit nucléaire. Varius Munda leur ressemble ; je n’ai rien inventé, et la réalité dépasse la fiction.
Commenter  J’apprécie          190
Jacques Martin
Alfaric   25 mars 2015
Jacques Martin
En matière de récit, il existe, je crois, quelques schémas typiques, un petit nombre de structures établies sur lesquelles on peut broder à l'infini. J'ai parlé, à propos d’"Alix l'intrépide", de l'une d'elles : la course-poursuite, où le héros transporte un objet x d'un point A à un point B, et affronte chemin faisant tous les obstacles dressés par ses adversaires. Une autre de ces structures narratives nous est fournie par le principe de l'objet fétiche que tous les protagonistes convoitent, échangent et cherchent à s'approprier. L'œuvre d'Hergé en offre d'excellents exemples avec "Le Sceptre d'Ottokar" et fétiche Arumbaya de "L'Oreille cassée". Pour ma part, j'avais déjà construit "La Tiare d'Oribal" sur un schéma de ce type.
Commenter  J’apprécie          170
Dionysos89   07 août 2016
Alix, tome 19 : Le Cheval de Troie de Jacques Martin
Malheur à ceux qui ne vivent que pour la vengeance et, aveuglés par la haine, vont jusqu’à faire souffrir un enfant !



Commenter  J’apprécie          180
Jacques Martin
Alfaric   01 janvier 2015
Jacques Martin
Je ne suis pas un homme d’argent, mais j’observe que c’est la motivation essentielle de beaucoup d’individus, et que les gens deviennent féroces dès que leur intérêt matériel est en jeu. Cette avidité m’a toujours choqué.
Commenter  J’apprécie          170
Jacques Martin
Alfaric   25 mars 2015
Jacques Martin
"La Griffe noire" n’avait soulevé aucune protestation dans TINTIN, ni lors de la parution de l’album dans la collection du Lombard. Mais en 1965, le contexte était bien différent.

Trois ans seulement s’était écoulés depuis la fin de la guerre d’Algérie, dont les plaies étaient encore loin d’être cicatrisées. Certains milieux ont voulu voir une analogie entre mes cinq officiers romains et les généraux français Bigeard, Massu, Trinquier et Erulin. Les gens de droit, en particulier, ont perçu dans "La Griffe noire" des attaques contre l’O.A.S., ce qui, bien entendu, était tout à fait étranger à mon propos.

Par ailleurs, l’album était reparu sous une nouvelle couverture assez suggestive où je montrais, perché sur un arbre, un personnage coiffé d’une cagoule et armé de la fameuse griffe. Les gens de gauche ne manquèrent pas d’y déceler une allusion aux cagoulards, ces comploteurs d’extrême droite dispersés en 1937 mais dont ils avaient gardé la phobie.

Bref, il y eut un consensus pour m’interdire. C’était chose facile, puisque la loi de 1949 sur les publications destinés à la jeunesse, loi scélérate s’il en fut, permettait et permet toujours d’interdire tout et n’importe quoi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Jacques Martin
Alfaric   24 mars 2015
Jacques Martin
"La Tiare d’Oribal" contient également la plus importante scène de bataille que j’ai jamais dessinée. Certains critiques ont parlé à ce sujet de ma « période Cecil B. De Mille ». Je leur laisse la responsabilité de ce jugement.
Commenter  J’apprécie          150
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

jhen tome 5 : la cathédrale Ludovic .C

Guillaume II de Diest est l’Évêque de la cathédrale de quelle ville ?

Reims
Chartres
Amiens
Strasbourg
Paris
Tours
Metz
Clermont-Ferrand
Lille

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Jhen, tome 05 : La cathédrale de Jacques MartinCréer un quiz sur cet auteur