AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le chant des sans repos tome 1 sur 2

Thibaud Eliroff (Traducteur)
EAN : 9782378761363
471 pages
De Saxus (25/11/2021)
3.72/5   86 notes
Résumé :
Une princesse en deuil et un réfugié désespéré doivent s'entretuer malgré leur attirance mutuelle. Un choc fantasy inspiré par les mythes et légendes ouest-africains.

Malik a fui la guerre avec ses deux soeurs pour commencer une nouvelle vie dans la cité prospère de Ziran où va se tenir le somptueux festival de Solstasia. Mais quand un esprit vengeur kidnappe sa petite soeur, il est contraint d'exécuter une sombre besogne pour la récupérer : tuer Kar... >Voir plus
Que lire après Le chant des sans repos, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 86 notes
|Instagram : @blogdelyosa|

Avant de commencer à vous expliquer notre ressenti de cette lecture, il est important que vous sachiez deux choses. Premièrement, en lisant ce livre, on voulait sortir de notre zone de confort, découvrir de nouvelles choses, avec un univers qui promettait de nous éblouir. Cela a marché parce qu'on a réussi à sortir de notre zone de confort et qu'en plus de ça, on a bien aimé découvrir cette histoire. Cependant – et c'est la deuxième remarque que vous devez savoir –, nous n'avons pas exactement le même avis. En effet, si Isabelle est sortie beaucoup plus satisfaite de l'histoire, ce ne fut pas le cas d'Héléna qui a été déçue par quelques éléments. Mais le roman, en général, nous a plu à toutes les deux.

Le point pour lequel on est le moins d'accord, c'est le début du roman. Effectivement, Isabelle a trouvé le début un brin trop lent et donc, a eu du mal à plonger totalement dans l'histoire, mais nécessaire pour tout bien comprendre et mettre en place l'univers. Cependant, du côté d'Héléna, ça n'a pas eu le même effet. En effet, elle a plutôt trouvé le début ennuyant et beaucoup trop lent ce qui a selon elle, brisé le côté addictif de l'histoire et elle a vraiment dû atteindre la page 230 pour commencer à apprécier sa lecture.

Il faut le souligner : nous sommes face à des personnages à l'opposé l'un de l'autre. Malik et la princesse n'ont pas grand-chose en commun, au niveau du caractère. Malik est plutôt timide, réservé et peureux. Si à beaucoup de lecteurs, ça peut ne pas plaire, on a trouvé ça plutôt original. le fait que pour une fois, le héros de l'histoire n'a pas une force surhumaine et est courageux, même devant la mort. Puis, il y a la princesse qui est le personnage auquel on a le plus réussi à nous attacher. Elle a vécu des choses horribles, des deuils qui ont fait qui elle est et malheureusement, en tant que princesse, elle a des responsabilités qui lui privent de toute liberté. On a ressenti ses sentiments, son désir de s'envoler, mais par après, de sauver son peuple et d'aider.

Du côté de l'intrigue, Héléna a eu du mal à comprendre, au début, vers quoi l'auteure voulait nous diriger. Elle naviguait complètement dans le brouillard, ce qui n'a absolument pas été le cas d'Isabelle qui a eu plus facile à comprendre et à apprécier l'histoire dès le début. Cependant, on s'accorde toutes les deux pour dire que les 250 dernières pages sont incroyables, au niveau de l'intrigue. L'auteure a réussi à nous couper le souffle à plusieurs reprises et à tordre nos petits coeurs. Elle s'amuse à nous maltraiter dans cette fin en jouant avec nos émotions. C'est à la fin qu'on comprend qu'elle avait tout planifié depuis le début de l'histoire, que chaque personnage est un pion judicieusement positionné et dispersé ayant un rôle défini dès le début.

Si on devait décrire en un seul mot l'univers, ce serait : époustouflant ! L'auteure a vraiment créé son propre monde et c'est réussi ainsi qu'original. Mais malheureusement, pour Héléna, l'univers aurait mérité des explications plus poussées. L'auteure nous promet de la mythologie africaine, mais ne connaissant absolument pas ce domaine, il y a certains éléments qu'elle a eu plus de mal à comprendre.

En ce qui concerne la romance, nous nous accordons pour dire qu'elle partait d'une bonne idée, mêlée à une intrigue finement établie. Cela promettait des étincelles. Seulement il y a un manque de développement, selon nous. En effet, les personnages ne se voient que très peu et se rencontrent déjà tard dans l'histoire et cela cause ce manque de développement. Ils sont amoureux l'un de l'autre d'un claquement de doigts, mais nous, en tant que lecteurs, n'avons même pas le temps de ressentir les frissons des personnages, les moments de complicité entre eux. Peut-être que cet aspect sera davantage développé dans le deuxième tome !

Pour finir, la plume de l'auteure est incroyable. Elle a réussi à nous transporter et même si le début a été plus difficile, la fin nous a laissé bouche ouverte.

Merci infiniment à la maison d'édition pour l'envoi et leur confiance !
Commenter  J’apprécie          10
Le Chant des sans repos est un roman de fantasy à inspiration africaine. C'est un roman que j'ai trouvé plutôt inégal qui fait cohabiter de très bonnes choses et d'autres qui m'ont particulièrement énervée. J'ai trouvé que c'était vraiment bien écrit, il y a quelque chose dans cette plume qui m'a convaincue, c'est à la fois fluide et vraiment beau. Au niveau des personnages, il y a une galerie plutôt bien fournie et variée même si on en suit principalement deux. La construction des personnages en particulier des personnages principaux apporte quelque chose par rapport aux stéréotypes majoritaires dans ce genre de roman. Tous les aspects autour de la mythologie, de la croyance, du monde matriarcal… sont intéressants et dépaysant. du côté de ce qui ne m'a pas du tout convaincue, il y a le gros soucis de construction. Quel dommage d'avoir construit un univers aussi original et des personnages bien nuancé pour se contenter d'y coller un schéma narratif usé jusqu'à la corde.
Niveau histoire, c'est très classique avec un petit jeune qui voyage avec ses deux soeurs vers une grande ville pour fuir la pauvreté. Sa différence sentant la magie fait qu'il a toujours été rejeté par tous. Si son don aurait pu être pris comme une force, il est plutôt un répulsif. A l'autre extrémité sociale, on a l'héritière par défaut, celle qui ne devait pas avoir le trône mais avec la disparition de l'ainée, elle va devoir si faire ou pas car ça sera synonyme de sacrées contraintes qu'elle ne souhaite pas du tout. Sur destin vont se croiser lors d'une compétition organisée pour célébrer les dieux. Et c'est à partir de cette partie de l'histoire que je m'agace : chacun des temples (maisons) a un candidat qui va subir trois épreuves. Chaque épreuve rappelle vraiment un certain tournoi avec aussi trois épreuves et même le comportement des participants ressemblent fortement à ce fameux tome de saga avec un tournoi. Est-ce qu'on était obligé de choisir exactement ce schéma là ? Surtout que l'autrice via beaucoup d'éléments a une écriture aboutie, elle en avait assez sous le pied pour ne pas opter pour une telle facilité scénaristique et c'est rageant. J'ai apprécié l'équilibre entre aventure, action et manigances politiques. L'univers se complexifie petit à petit. Un lecture en demi teinte mais qui devrait plaire aux personnes qui pourront faire abstraction de la facilité de construction de la compétition.
Commenter  J’apprécie          33
Difficile d'écrire un résumé sans spoiler des évènements clés car finalement ceux-ci surviennent assez rapidement dans l'histoire de nos deux protagonistes. Ainsi d'un côté nous avons Malik qui arrive à Ziran avec ses deux soeurs, à la recherche d'un avenir meilleur étant donné qu'il fait parti d'un peuple quelque peu réprimé et méprisé par Ziran. Ensuite nous avons Karina, fille de la sultane de Ziran qui souhaite plus que tout fuir cette vie.

Bon. Je dois dire que je n'ai pas compris. Je n'ai pas aimé et je suis la première désolée d'avoir été déçue par cette histoire pour laquelle finalement j'avais beaucoup d'attentes mais pas tant que ça. On m'a vendu un roman fantasy axé sur la culture africaine et donc je m'attendais à découvrir les légendes de l'afrique subsaharienne. La première chose qui m'a donc déstabilisée ce sont les prénoms. Malik, Leila et Nadia, ce sont des prénoms arabes. Karina c'est d'origine grecque. Bon tant pis, s'il n'y avait que ça, c'est pas bien grave. Mais alors nous avons droit aux pharaons et aux bimaristan (hopitaux perses). Finalement les seuls éléments qui font « africain » ce sont les Arkwasiens, le chipekwe et leur couleur de peau. Parlons des personnages. C'est une des premières fois ou je ne m'attache pas du tout aux personnages. Karina à 18 ans mais ce comporte comme si elle en avait 13, elle est colérique, immature, imbue de sa personne, exécrable envers les autres et crédule par dessus le marché. Son seul point fort, son caractère et son entêtement. En ce qui concerne Malik, j'ai l'impression qu'on a voulu en faire un homme sensible mais finalement je l'ai trouvé peureux, braillard, mou du genou et facilement influençable, heureusement son personnage évolue et il s'améliore. Son élastique, très peu pour moi, merci ! Ses points forts sont sa gentillesse et son empathie. Malgré ma déception le monde dans lequel évoluent nos personnages est bien construit et très intéressant. J'ai adoré Nyeni. le point fort du roman ; les actions ! Les actions sont super et s'enchaînent tellement à un moment que les personnages ne font que subir ce qui nous épargne leur mauvais caractère et leur jérémiades. La fin donne envie de lire le tome 2 mais j'ai tellement eu du mal à venir à bout du 1er que je vais en rester là.

Notons également que le livre comporte des erreurs de traduction. Un moment il y a également une erreur dans les noms des concurrents.
Commenter  J’apprécie          20
Quand j'ai commencé ma lecture du premier tome du Chant des sans repos, je ne savais pas trop dans quoi je mettais les pieds si ce n'est ce que nous indique le résumé. A savoir, Karina, une princesse qui n'a que faire de son titre et préfère vagabonder la nuit incognito jusqu'à un terrible événement et Malik, un jeune accompagné de ses deux soeurs dont l'une d'entre elles va être kidnapper par un esprit vengeur. Pour obtenir sa liberté il doit tuer la princesse avant la fin de Solstasia.

Les points forts de ce premier tome sont clairement son univers inspiré par le folklore africain et les quelques éléments originaux par-ci, par-là. L'ambiance que dégage le livre est en effet très réussi. On découvre un univers assez différent de ce à quoi on a l'habitude (car peu exploité encore!) ce qui est vraiment appréciable. de plus, j'ai aimé ce mélange entre magie, culture et croyances mais aussi les défis avec les champions pour célébrer Solstasia. le roman peut se découper en deux parties à mes yeux. La première, nous pose les bases de l'histoire et je vous avoue que celle-ci est la plus grande et la plus longue. Si ce qu'on apprend est intéressant, c'est aussi beaucoup, beaucoup de longueurs. Il ne se passe pas grand chose et il est vrai que cela peut rebuter un peu. Il faut dire que nos deux personnages principaux n'ont pas vraiment d'interactions et ça ne joue pas en sa faveur. Mais la suite est bien plus convaincante alors il faut s'accrocher.

Clairement, un résumé comme celui-ci annonce un Ennemies-to-lovers digne de ce nom et je misais donc beaucoup dessus parce que autant l'avouer, c'est un schéma auquel je ne peux résister. C'est sans doute là où est ma plus grosse déception avec cette lecture... Déjà, j'ai trouvé que nos personnages mettait un temps fou à se rencontrer véritablement et à se parler pour le première fois. Moi qui m'attendais à de l'animosité (notamment du point de vue de Malik) vu la situation avec sa petite soeur, je l'ai trouvé bien docile. Même du côté de Karina, je suis restée sur ma faim. En fait, on est plus sur un coup de foudre immédiat et peu approfondi qu'autre chose. C'est dommage car je sentais un bon potentiel à ce niveau et finalement, je n'ai pas ressenti de danger, de passion au niveau de leurs interactions. Après, je me dit que peut-être que cet aspect sera plus développé dans le prochain tome mais pour le coup, à l'heure actuelle je reste sur ma faim.

Après, les personnages sont tout de même intéressants individuellement. Et notamment Malik. En effet, celui-ci s'émancipe totalement des personnages masculins du genre. Malik a toujours vécu dans la pauvreté. Avec ses soeurs, il a toujours du fuir et se cacher. le fait qu'il voit des choses que personne d'autre ne voit, n'a fait qu'accentuer cette solitude. Seule la présence de ses soeurs est pour lui un réconfort. Et devoir tuer une princesse pour sauver la petite dernière, est une tâche d'autant plus difficile pour lui. Pour tout vous dire, j'ai mis beaucoup de temps à l'apprécier à sa juste valeur. Il faut dire qu'il apparait comme faible et manquant de courage... et ce, jusqu'au début des défis, qui le font évoluer et changer pour devenir meilleur. Mais du coup, cela permet de voir une belle évolution de son personnage. Karina, de son côté m'a laissé un peu plus perplexe. En digne princesse qu'elle est, je l'ai trouvé assez égoïste et cela donnait la sensation d'une enfant pourrie-gâtée. Elle s'attend a avoir ce qu'elle veut en un claquement doigts et agit comme bon lui semble, persuadée que sa souffrance est plus importante que celle des autres. Après, comme pour Malik, elle finit par évoluer et s'améliorer au fil des chapitres mais contrairement à ce premier, un peu trop tardivement pour que je l'apprécie pleinement dans ce premier tome.

La seconde partie débute donc une fois les défis des champions commencés et je dois dire que je me suis enfin sentie embarquée dans l'histoire. Je trouve ces énigmes plutôt réussies et le suspense s'ajoute à l'histoire ce qui était parfait. Cette seconde moitié est donc bien plus entrainante et intrigante. Car même si la romance ne m'a pas convaincu, elle reste malgré tout sympathique et les rebondissements finaux donnent envie d'en savoir plus. Autant vous dire que les révélations finales m'ont beaucoup surprise et pour cela je dois dire que l'autrice a su tirer son épingle du jeu quand on s'y attend le moins.

En conclusion, le chant des sans repos est un bon premier tome de fantasy. L'univers est intriguant et prometteur tout comme ses personnages. La fin de celui-ci laisse présager une suite encore plus prenante et avec beaucoup de potentiel. Je regrette que la première moitié du récit ait été si lente et que la romance n'ai pas réussi à me convaincre comme je l'espérais... Une lecture agréable mais pas sans défauts. Je suis curieuse malgré tout de découvrir la suite.
Lien : https://my-bo0ks.over-blog.c..
Commenter  J’apprécie          00
La première chose que j'ai à dire sur ce bouquin c'est que bordel, l'univers est bien expliqué même s'il est complexe et ça, ça fait plaisir ! J'ai beaucoup aimé la culture mise en avant et l'Histoire de la ville de Ziran dans laquelle évolue les personnages. C'est bien amené, c'est intéressant, et tant mieux, parce que toute l'intrigue repose là-dessus !
Au milieu de tout ça, on a nos deux personnages principaux : Malik, qui doit cacher son appartenance à un peuple opprimé afin de survivre avec ses soeurs, et Karina, la princesse de Ziran qui n'a qu'une envie : quitter la ville. En apparence tout les oppose : Malik est de nature calme, effacé et sujet depuis sa plus tendre enfance à des crises hallucinatoires. Tandis que Karina est fière, presque hautaine, mais ravagée par la disparition de son père et de sa soeur aînée.
L'intrigue prend place lors d'un grand festival qui va réunir nos personnages (même s'ils passent la première moitié du roman chacun de leur côté), chacun avec la même mission : tuer l'autre pour sauver un être aimé. C'est là qu'arrive le principal problème de l'être humain qui a un minimum de moralité : comment tuer quelqu'un qui n'a rien fait de mal ? Les pensées de chacun d'eux à ce sujet sont super pertinentes et j'ai beaucoup apprécié les voir se confronter à ce dilemme.
Le rythme est parfait puisqu'on alterne les POV à chaque chapitre donc il est impossible de s'ennuyer. L'univers est riche et bon, la divinité reliée à Malik est une hase donc que demande le peuple ? 😬 Je ne vais pas trop rentrer dans les détails mais la dimension magique m'a beaucoup plu ! Puis le final... Que dire à part que j'ai hâte de lire le second et dernier tome ! Pas loin d'un coup de coeur pour moi je pense ❤
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
"Malik s'interrompit, se maudissant silencieusement d'avoir laissé échapper tant d'informations à son sujet. Les nobles avaient les moyens de se payer les services d'un véritable guérisseur, ils ne se soignaient pas avec des remèdes de grand-mère.

- Des poils de chameau, répéta la fille, songeuse. Donc vous cousez et vous dispensez des conseils médicaux. Qui êtes-vous, exactement ?

- Quelqu'un qui ne devrait pas être là, répondit Malik. Il arrivait maintenant au point le plus haut de la déchirure, en s'efforçant de ne pas penser à la douceur de la peau brune juste sous des doigts.

- Et vous ?

- Quelqu'un qui ne devrait pas être là."
Commenter  J’apprécie          10
"Sais-tu ce que ta mère m'a dit, le jour où je suis arrivé au palais ?"
Karina secoua la tête. Ses parents avaient fait de Fatid leur pupille longtemps avant sa naissance ; à ses yeux, Ksar Alaharo était indissociable de lui.
Il soupira. "Que les gens que nous perdons ne nous quittent jamais tout à fait, mais qu'il nous appartient de définir la nature de leur présence."
Commenter  J’apprécie          10
— Imagine ce qui se passerait si l’on apprenait que la princesse héritière de Ziran était morte quelques heures avant Solstasia. Oh, je sens que mon ulcère s’aggrave.
— Tu n’as pas d’ulcère, Farid.
— J’en aurai bientôt un, à ce rythme !
Commenter  J’apprécie          20
Leila s’était plusieurs fois demandé à voix haute ce que leur calme de mère avait trouvé à leur bravache de père, mais Malik préférait y voir un signe que les opposés s’attirent bel et bien. Cela lui avait donné l’espoir de trouver un jour quelqu’un à même de compenser ses propres insuffisances (...)
Commenter  J’apprécie          10
Mais tu es bon, Malik Hilali. Ne sous-estime pas la force d’âme qu’il faut pour l’être dans un monde aussi cruel que le nôtre.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (379) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2431 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..