AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782812711138
95 pages
Les Presses du Midi (01/10/2019)
3.92/5   6 notes
Résumé :
"Les bonnes nouvelles sont rares" est un recueil de 21 nouvelles courtes et intenses, premier opus de Bruno Gillet, également journaliste et parolier. Paru il y a moins d'un mois aux Presses du Midi, le livre a spontanément connu un beau succès par le simple bouche à oreille, et de toute évidence est venue l'heure d’accéder à un plus large public.


Les thèmes
Des hommes, des femmes, se prennent les pieds dans le tapis de la vie. Quelques... >Voir plus
Que lire après Les bonnes nouvelles sont raresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un grand merci à Bruno Gillet pour sa confiance… Il m'a confié son recueil, Les bonnes Nouvelles sont rares pour lecture et avis…
C'est le premier livre de cet auteur, journaliste et parolier.

21 nouvelles… Très courtes. Un peu trop courtes pour être vraiment qualifiées de « nouvelles », d'ailleurs.
« Des personnages gentiment dépressifs et légèrement décalés se débattent dans des historiettes à la fois pleines d'ironie et portant à réfléchir, sous une formulation qui attaque directement à l'os ». C'est ainsi que se présente ce recueil.

Immédiatement, les épigraphes attirent mon attention car il y a du beau monde ! Des classiques, des écrivains célèbres, des « peoples », des chansonniers, des artistes, des cinéastes, des spécialistes… Un bel univers référentiel.
La narration est le plus souvent à la première personne, des monologues où prennent la paroles un mari cocu, un chauffard, un moustique, un maitre chanteur, un candidat au suicide…, où s'égrènent les souvenirs d'enfance, les passages érotiques et libertins, les passions automobiles ou mécaniques, les pannes sexuelles, les virilités en berne, les questions existentielles, les remords de l'écrivain…
Bruno Gillet propose aussi des dialogues où se règlent les scènes de ménages, les crises de jalousie, les rivalités de toutes sortes, où s'affirment les brèves de comptoir, où les pères expliquent la vie à leurs fils…

Les historiettes sont plutôt bien écrites et, finalement, suffisamment courtes pour que je prenne souvent le temps de les relire pour savourer pleinement mes préférées. J'ai pu relever quelques coquilles dans la version Word en ma possession qui, j'en suis sure ont disparu dans la version publiée.
Je n'ai pas tout aimé, loin de là, car l'ensemble est essentiellement viril et la place des femmes souvent réduite à une vision simpliste et machiste. En outre, quelques passages relèvent d'un humour sans doute trop « couillu » pour moi.
Si certains textes sont très parlants et redoutablement efficaces, d'autres m'ont laissée perplexe… Ainsi que les différents cintres sur la tringle de la couverture, il y en a presque pour tous les goûts,
Bruno Gillet reconnaît et assume « un style volontairement vif », « l'écriture comme un coup de poing », pour marquer un instant de vie où l'approche cocasse finit par faire sens. Il faut lire ce recueil comme « une échappée, un dérapage » et garder à l'esprit que le second degré, s'il a un côté audacieux, n'en est pas moins efficace et révélateur.
Je crois que j'apprécierais de voir et d'entendre quelques-unes de ces historiettes lues et interprétées à voie haute ou même sur une scène de théâtre.

Un court moment de lecture, assez plaisant bien que parfois un peu déroutant.


https://www.facebook.com/piratedespal/
https://www.instagram.com/la_pirate_des_pal/
Commenter  J’apprécie          100
Bonjour les livrophiles !
Je vous emmène à la découverte d'un recueil de nouvelles de Bruno Gillet, Les bonnes nouvelles sont rares. Un, ou plutôt devrais-dire des moments agréables puisque j'ai lu cet ouvrage en plusieurs fois.
Attention, certains passages sont parfois un peu osés et les mots assez crus.
Accroche : Des hommes, des femmes, se prennent les pieds dans le tapis de la vie. Quelques écrits qui frôlent la folie, ou serait-ce l'ordinaire des existences rêveuses, manoeuvrées par un hasard malicieux et un destin narquois ?
Des personnages gentiment dépressifs et légèrement décalés se débattent dans des historiettes à la fois pleines d'ironie et portant à réfléchir, sous une formulation qui attaque directement à l'os.
Chaque nouvelle est précédée d'une citation audacieuse choisie par l'auteur.
*******
L'auteur : Journaliste, parolier, et désormais écrivain, Bruno Gillet a rédigé ces textes saisissants, osés, cocasses et éloquents. Son credo ? Des personnages gentiment dépressifs et légèrement décalés dans des nouvelles pleines d'ironie. En cela, il se montre fidèle au grand mot de Charlie Chaplin : « La vie est un drame en gros plan et une comédie en plan large.
*******
Les nouvelles sont courtes, voire même très courtes. Un peu trop parfois peut-être pour que l'on puisse vraiment entrer dans leurs univers. Cependant, la narration est souvent à la première personne, ce qui permet de rentrer un peu mieux dans l'histoire.
Comme je vous l'ai dit ; je n'ai pas lu ce livre d'une traite. C'est l'avantage de ces courts récits. On « pioche » une histoire de temps en temps, en laissant l'ouvrage à portée de main.
Parfois noires, parfois plus crues, ces nouvelles ont pour personnages des maris trompés, des chauffards, des candidats au suicide, des personnes banales. On rencontre même un moustique ! Tout un panel.
Le style est agréable à lire, même si je n'ai pas été convaincue par toutes les nouvelles. Mais c'est un peu normal. C'est tour à tour ironique, loufoque, sarcastique, plus ou moins réaliste. L'auteur essaye de faire passer des messages, parfois en utilisant l'exagération, parfois en se servant d'un côté plus « sensible ».
En bref une lecture loin d'être désagréable, avec des atmosphères parfois assez particulières. Des nouvelles à lire au gré de vos envies.
Je vous souhaite une bonne lecture
Commenter  J’apprécie          20
Je remercie l'auteur pour m'avoir fait parvenir son recueil pour lecture et avis ce que je m'empresse de faire

Bruno Gillet propose un recueil de 21 nouvelles très courtes, plus proche de la saynète d'ailleurs. La narration est la plupart du temps à la première personne, monologues de loosers magnifiques : mari trompé, pilier de bars… Chaque historiette est précédée d'une citation souvent d'auteurs mais pas que puisqu'y figure un certain Pythagore plus connu pour ses théorèmes qui font la hantise des élèves de quatrième.
Quand l'auteur s'attaque aux dialogues c'est pour régler des problèmes du quotidien : affaires de couples, brèves de comptoir et transmission d'un certain art de vivre.

Les propos sont souvent non conformistes, loufoques, ironiques, sarcastiques et suivant les récits parsemés d'humour. Je me dois toutefois de prévenir le futur lecteur de la présence de scènes érotiques et de langage parfois obscène.
Bruno Gillet met en scène des personnages dépressifs, tristes, en mage d'une société où ils ne trouvent pas forcément leur place. Au travers d'une certaine folie, l'auteur évoque des problèmes de société avec un regard acerbe

Voyons cela de plus près avec en particulier : « verres de tango-limonade » qui évoque les pensées d'un écrivain à succès, se sentant en décalage par rapport à son public puisqu'il le nourrit de « nouvelles stupides sur l'incongruité humaine » et qu'il veut « faire de sa vie une belle histoire » mais au final il se retrouve seul, triste et malheureux. Par un détour, il se rend compte de l'importance de la notion de famille et de la fatuité de certains de ses propos qui peuvent causer des dégâts irréversibles.
J'ai également apprécié le côté suranné de « Pininfarina » : un père qui bichonne sa 404, ça sent bon les années 60. Cela sert surtout de toile de fond à la relation père/fils, aux blagues potaches et au vide laissé par la disparition d'un proche.

Tout n'est pas égal dans ce recueil comme très souvent dans ce genre d'exercice. Certains pourront regretter un côté masculin très assumé et un humour clivant. Pour ma part, je note surtout, sous couvert d'une écriture qui peut paraître absurde par moment, une volonté de faire passer des messages tantôt de manière vive, tantôt en jouant sur la corde sensible, et parfois en forçant le trait. Lecture aisée de par son format, insolite parfois, mais agréable par nombre des thèmes abordés.
Commenter  J’apprécie          10
Retour SP sur: "les bonnes nouvelles sont rares" de Bruno Gillet.

Un recueil de nouvelles de 95 pages?
Oh non ce n'est pas que ça..
C'est 95 pages de textes prenants, drôles, acérés et parfois osés..
Des textes vrais et parfois crus.
A de nombreuses reprises j'ai souris et même ris. .
Tous les personnages sont gentils parfois décalés et certains complètement à l'ouest.
Des nouvelles ironiques et saisissantes.
Ma phrase préférée se trouve dans le texte "fan de Travolta":

➡ "Dieu du ciel, j'ai le paprika qui me monte au bulot!!!" (Phrase à dire en pleine orgasme...sinon c'est moins drôle.. )

La nouvelle qui m'a touché le plus: "Pininfarina".

J'ai passé un très bon moment de lecture. .
Commenter  J’apprécie          10


autres livres classés : nouvellesVoir plus

Lecteurs (6) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20501 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..