AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782402067690
148 pages
Éditeur : FeniXX réédition numérique (Presses universitaires de Valenciennes) (01/01/1992)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
La présence culturelle française en Roumanie dans les années 20 et 30 est liée, selon l'auteur, à un grand dessein politique, celui de favoriser le développement d'une classe moyenne spécifiquement roumaine. Etude sociologique de la diffusion de la littérature française en Roumanie au cours de la période et corpus des oeuvres traduites (classé par genres). « Copyright Electre »
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tandarica
  02 août 2016
Dans le domaine des traductions du roumain, les documents avec repères bibliographiques manquent. Quelle ne fut donc ma surprise de découvrir cet ouvrage qui traite des traductions du français vers le roumain, mais qui établit ainsi nombre de correspondances entre les deux pays, sans se limiter à cela : y figure par exemple une liste de films inspirés par les romans français. Parmi les passeurs de culture figure Ion Pillat, dont j'observe que l'autrice a une opinion particulièrement favorable des travaux.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   16 juillet 2016
Dans ces conditions, il n'est pas étonnant d'assister à une politique des traductions fondée sur la facilité et le rendement commercial. Les éditeurs, ces "tyrans de la littérature actuelle" comme les appelle l'historien Nicolae Iorga ne sont pas des philanthropes et n'ont pas vocation à la faillite. Le malheur de la Roumanie de l'entre-deux-guerres est de disposer d'une élite intellectuelle –universités, journalistes, cercles mondains– assez importante numériquement pour constituer un marché du livre relativement rentable. Les valeurs confirmées et la dernière mode littéraire circulent ainsi dans leurs versions originales. Le lecteur "populaire" est relégué, lui, à une littérature industrielle.
L'élite culturelle roumaine a jalousement conservé sa culture élitaire. La solution était peut-être de rompre les barrières qui séparaient de manière plus ou moins nette et plus ou moins perméable les circuits lettrés des circuits populaires où l'on distribuait unilatéralement une production de série qui permettait quelquefois des actes de lecture littéraire, mais ne donnait aucune possibilité de réponse autre qu'anonyme, mythique et statistique.
p. 70-71
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
TandaricaTandarica   02 août 2016
Les traducteurs des poètes français [en roumain] sont eux-mêmes des poètes, parfois de très grands poètes comme Tudor Arghezi, Ion Vinea, Ion Pillat. Curieusement, ce dernier est le seul parmi eux à publier entre les deux guerres des volumes indépendants de traductions : Anabase de Saint-John Perse, des poèmes de Francis Jammes (avec N.I.Herescu) et des poèmes de Baudelaire. Ses traductions de Perse et de Baudelaire ont recueilli les éloges unanimes de la critique.
(p. 81)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
autres livres classés : roumanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Ecaterina Cleynen-Serghiev (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2323 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre