AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 978–2-9193–5802-1
Éditeur : (01/01/1900)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
C’est la grève géné­rale. Sui­vis par les came­ra­men de la triD, les pauvres dépouillent les riches et para­lysent Paris. Les ordures s’accumulent dans les rues. Extase pénètre dans le 6e arron­dis­se­ment aban­donné aux insur­gés pour y retrou­ver son père, le plus célèbre des acti­vistes du réseau.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
MicheleTurbin
  15 février 2015
C'est un texte court au rythme rapide, évoluant dans un futur proche tourmenté et violent. Paris à feu et à sang vit un remake de la Commune. Les Riches sont pourchassés et lynchés. le réseau d'évacuation des déchets de la ville a failli être parfait, il pouvait résister aux éco-terroristes, une partie de la Seine est envahie par une mangrove mutante, les journalistes sont équipés de caméras TriD, les véhicules sont compostables, mais, fait gravissime pour la liberté d'expression, à cette époque les photocopieuses 3D sont interdites. Oui, c'est politique, utopique ou dystopique ou les deux, drôle, prenant et riche… d'idées !
C'est un régal de lire les nouvelles péripéties de l'héroïne Extase. Amusant, ce prénom, il avait servi déjà dans « La quatrième théorie », un thriller captivant du même auteur, mais pour un personnage secondaire.
Extase va tenter de sauver son père, le génial académicien activiste Noam, d'un attentat certain, ou d'un lynchage, qu'il a bien mérité ! Ce serait sans compter sur le génie dudit bonhomme. Sacré malin ! Flux, auto-organisation, super-organisme, transhumanisme, revenu de vie, fablabs, pas mal de thèmes discutés sur le blog de Thierry Crouzet sont abordés et joyeusement interprétés (http://blog.tcrouzet.com/).
Il me semble que le passage sur la traversée de foule par Extase est un hommage aux premières lignes de « Transparences » d'Ayerdhal. C'est superbe.
L'interdiction des photocopieuses 3D est tout simplement géniale. C'est presque une prémonition quand on voit tous les contrôles de l'expression que nous subissons en France, de l'Hadopi au massacre du statut d'auto-entrepreneur, en passant par le prix unique des livres numériques et la nouvelle loi sur l'anti-terrorisme.
La fin est amusante, en cohérence avec le discours de Noam qui, reprenant les idées de Crouzet, est l'armature du texte. La toute dernière phrase est un bijou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetoun
  08 novembre 2010
Fable enlevée, ironique, un style souple et ferme, rapide – histoire d'Extase, l'inclassable, aux grands pouvoirs, histoire de son père, Noam, académicien, adepte de toutes les utopies ou doctrines généreuses, en temps ancien, immergé dans le réseau, le flux, histoire de la tentative d'Extase pour le sauver, au coeur de la révolution, de la ville pleine d'ordures et de bandes, un monde où virtuel et réel s'interpénètrent, interagissent, un monde où Vortex le système de communication est omniprésent, un monde révolté contre la toute puissance des riches, nouveaux esclavagistes (notre monde poussé à l'extrême de ses logiques) où Noam veut intervenir, histoire de son discours devant l'Académie, ou de celui qui le remplace. Descriptions des lieux et des gens savoureuses, aventures, déstabilisation par le mélange des deux univers. Se marient l'agrément de la lecture et l'efficacité de la critique (et tant pis si l'utopie me laisse un peu dubitative)
Commenter  J’apprécie          10
tulisquoi
  22 octobre 2010
On se retrouve dans un Paris futur. Quand exactement, on ne sait pas. Mais on est dans un Paris où c'est la grève générale et même plus que ça encore, on est au bord de la révolution. Les bandes « assiégeaient les immeubles bourgeois. Elles traquaient les riches, les dépouillaient, massacraient leurs téléphones mobiles et leurs ordinateurs, jetaient leurs meubles par les fenêtres. La grève, puis la révolte, avaient gagné toutes les villes occidentales. Plus personne ne gobait la promesse d'une prospérité partagée entre tous. » Seule Extase et son père tente encore d'influencer la situation, en donnant des pistes au peuple pour s'affranchir de la situation actuelle et essayer de mettre en place un autre système politique, une autre manière d'appréhender le monde et nos véritables besoins.
Idée intéressante dans l'ensemble, ce texte pourrait faire un bon roman. Mais présentée ainsi, cette nouvelle est encore un peu brouillonne.
(lire la suite...)
Lien : http://www.tulisquoi.net/la-..
Commenter  J’apprécie          30
juanitocage
  27 novembre 2010
Thierry Crouzet, blogueur, irrévérent et invétéré, a lancé une expérience intéressante dans le domaine du livre numérique permettant d'acheter son livre La tune dans le caniveau par Paypal, l'Apple Store, Amazon, Numériklivres ou encore Immatériel. Il ya aussi possibilité d'acheter en papier. Crouzet permet même de télécharger le livre gratuitement, histoire de faire son avis et de venir acheter le livre plus tard si ça vous plaît. Que Crouzet se voit mal comme une pute community manager, je le comprends. Il sait animer un groupe de lecteurs établissant une relation de confiance avec ses ceux-ci, faisant confiance, la confiance amène la réciprocité.
La suite ici :
http://abracadabibliothesque.wordpress.com/2010/11/27/la-tune-dans-le-caniveau-de-thierry-crouzet/
Lien : http://abracadabibliothesque..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   08 novembre 2010
La tune n’est pas le sang qui irrigue votre corps, ni la sève qui avive vos passions, ni la ferveur qui enflamme vos idées. La tune n’est précieuse que pour celui qui ignore les dimensions non économiques de l’existence et refuse le partage des expériences. La tune n’est qu’un concept de riches; tournez-leur le dos. Ne vous définissez plus dans l’opposition mais par vous-même, par votre unicité.
Commenter  J’apprécie          60
TortoiseTortoise   09 novembre 2010
La grève, puis la révolte, avaient gagné toutes les villes occidentales. Plus personne ne gobait la promesse d'une prospérité partagée entre tous. Les pauvres s'étaient appauvris. Les démagogues leur avaient expliqué que leur pauvreté était toute relative comparée au passé. Les insurgés s'en moquaient. Ils n'avaient pas envie d'être en bas de l'échelle, de s'enfoncer dans les caniveaux de l'humanité. Ils s'attaquèrent aux donneurs de leçons, puis aux frimeurs de la finance, enfin aux arrivistes technophiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun   08 novembre 2010
Officiellement ces zones n’existaient pas. Diverses administrations géraient les réseaux souterrains de Paris sans communiquer entre elles. À la fin des années 1990, le service des carrières avait même bétonné la plupart des entrées de son réseau, s’interdisant d’y pénétrer. De nombreuses salles, accessibles autrement, étaient devenues des espaces en déshérence, des délaissés urbains, des angles
morts où les clandestins s’étaient installés et où les forces de l’ordre ne pouvaient les atteindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TortoiseTortoise   09 novembre 2010
Des lignes qui s'entrelacent, se nouent et se dénouent à travers une multitude d'aiguillages et de gares de triages, dessinent des réseaux, tantôt d'adduction ou de transport, tantôt d'information ou d'énergie. Ils irriguent des sytèmes, des entités, des corps, des villes. Au XIXe siècle, selon cette logique réticulaire, le baron Haussmann avait restructuré les égouts de Paris.
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun   08 novembre 2010
Jamais il n’avait cessé d’écrire et de dialoguer avec ses lecteurs. Il était devenu l’animateur d’un réseau de chercheurs de vie, toujours insatisfaits, toujours en mouvement. Ils ne partageaient aucune
idée particulière, sinon la certitude qu’il ne fallait pas s’enfermer.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Thierry Crouzet (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Crouzet
Mon Père, ce tueur - Bande annonce
autres livres classés : revenu de baseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2956 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre