AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782358875240
Éditeur : La manufacture de livres (22/08/2019)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 25 notes)
Résumé :
« J'ai toujours eu peur de mon père. Je savais qu'il avait déjà tué au cours de la guerre d'Algérie. J'étais persuadé qu'il pouvait recommencer. »

Thierry grandit dans l'ombre glaçante de Jim, élaborant des scénarios de fuite et se barricadant toutes les nuits dans sa chambre. Quelques années après la mort de ce père menaçant, le fils se plonge dans les photographies et les carnets où Jim ne parle que de la guerre. Il décide de partir à la recherche ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  23 août 2019
°°° Rentrée littéraire 2019 #4 °°°
« Mon père était un tueur ». Cette phrase, nette et forte, est la toute première roman de ce roman autobiographique. Ce n'est pas une métaphore, le père de Thierry Crouzet, surnommé Jim, était chasseur au quotidien et tireur d'élite durant la guerre d'Algérie. Un père que l'auteur n'a toujours connu que d'une extrême violence à la fois physique et verbale, au point d'en avoir eu peur durant toute son enfance.
Cette violence originelle du père, Thierry Crouzet l'a longtemps occulté, des oeuillères pour tracer sa route lui ayant longtemps semblé la bonne solution. Mais la mort de son père lui a donné le droit de se souvenir, de remonter dans l'histoire familiale pour comprendre comment le monde a façonné ce père redouté en un être explosif.
« Si je n'y prends pas garde, cette violence à travers Jim, à travers moi, pourrait modeler mes enfants dans le même sens pas très glorieux. Je dois casser l'hérédité familiale. Reconstruire. Et d'abord je dois entrer en Jim, me mettre à sa place comme je le ferais avec mes personnages de roman. »
Pour casser cette lourde hérédité, Thierry Crouzet a un objectif : ouvrir enfin la lettre posthume laissée par son père. Cela fait trois ans qu'il n'a pas le courage de le faire. Mais avant, pour le comprendre dans toute sa complexité, il plonge dans les récits de la guerre d'Algérie, élément fondateur qui a fait bouillonner, éructer, exploser la violence : ceux des carnets de son père, ceux d'autres appelés. L'auteur n'est pas un historien mais les passages sur la guerre d'Algérie et le vécu du père sont passionnants, à la fois précis et concis. Ils disent tout de l'horreur de cette guerre et de la guerre. Cette plongée en Algérie permet à l'auteur de réinventer la personne du père dans sa dimension psychologique, ce père qui s'est tu sur cette partie de sa vie si déterminante pour le comprendre. Seule la forme romanesque pouvait permettre cela en comblant les lacunes et en hissant le père au rang de personnage littéraire à part entière.
Là où le roman se fait un peu plus lourd, c'est lorsque Thierry Crouzet revient à lui, à cette violence héréditaire redoutée pour lui et ses fils. C'est sans doute un peu trop répétitif pour le lecteur - en tout cas pour moi - mais on sent à quel point l'auteur en a besoin dans sa mise à nu d'une sincérité tellement totale qu'elle en devient très touchante. Les derniers mots sont très beaux, pudiques et plein d'espoir.
Un roman poignant sur la filiation à partir d'une histoire intime et personnelle qui tend à l'universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          872
mariech
  12 octobre 2019
Mon père ce tueur , c'est l'histoire d'un père qui a fait la guerre l'Algérie et qui a côtoyé l'horreur .
Un père fils unique , un peu mythomane , qui a été à la chasse pendant son adolescence et qui va se révéler un tireur hors pair lors de la guerre d'Algérie .
Mais peut on tuer sans conséquence ? , sans effets rebonds qui apparaissent de nombreuses années plus tard ?
Je savais que mon père avait tué et ça me faisait peur quand j'étais enfant raconte l'auteur , je dormais avec une chaise contre la porte de ma chambre car un jour mon père nous a fait des menaces à ma mère et moi .
Et puis dans cette famille , on n'arrive pas à se parler , le langage c'est la violence et c'est le seul que l'on connaît .
Comment faire pour que ne pas hériter de cette violence ? , peut on le faire par l'écriture se demande l'écrivain .
La vieillesse de ce père est très triste , on parlerait actuellement de stress post traumatique , celui ci va revivre indéfiniment sa guerre sans pouvoir effacer les horribles images .
Un très beau livre sur la relation père fils .
Je remercie Babelio pour ce dernier masse critique ainsi que les éditions La manufacture des livres .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Bardani
  27 août 2019
Je viens de finir « Mon père ce tueur », le nouveau roman de Thierry Crouzet paru à La Manufacture de Livres. J'ai tourné la dernière page avec de petites larmes au bord des yeux. de bonnes larmes. Je l'ai lu très vite ce qui est bon signe. La trajectoire de Jim vous attrape au col et ne vous lâche plus. Les réflexions sur la transmission familiale de la violence et le combat du fils pour s'en extraire sont passionnantes et d'une sincérité touchante.
Je connais Thierry depuis quelques années maintenant et ce livre me donne quelques clés pour comprendre cette inquiétude que j'ai toujours perçue chez lui. C'est la preuve ultime pour moi que « Mon père, ce tueur » est un grand livre. En refermant ce roman, vous aurez l'impression de connaître son auteur.
La langue de Thierry y est affûtée comme jamais. Sèche, tendue et généreuse. J'ai été parfois jaloux de certaines de ses phrases, certains de ses paragraphes. Mais d'une jalousie qui élève, qui pousse à l'excellence, invite à travailler davantage encore. Pioché au coeur du livre cet extrait qui m'a coupé le souffle :
« Ma femme tenait le chien en laisse, je tenais ma mère. Nous étions seuls dans la brise tiède. Un train est passé sur la voie ferrée non loin. le silence est revenu. Nous étions épuisés mais heureux, liés, vivants et lui vivait désormais en nous. Trois ans plus tard, je ne retrouve aucun autre sentiment que le bonheur pour décrire ce moment, comme si Jim était entré en nous, comme si nous l'avions avalé, et, soudain dotés de son sixième sens de chasseur, nous étions devenus plus aptes à percevoir le monde »
Ce roman sort aujourd'hui. Tressez lui des couronnes de lauriers. Il les mérite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
djelisaweta
  02 octobre 2019
Tout d'abord merci aux éditions "La manufacture de livres" pour la découverte de ce livre reçu dans le cadre de la masse critique.
Je dois l'avouer, au vu du titre j'ai cru que c'était un roman "noir". Et bien pas du tout, je crois que c'est le premier roman de l'auteur en littérature blanche. Je dis bien roman car bien que ce soit en partie autobiographique l'auteur a dû imaginer des passages sur la vie de son père au vu des éléments qu'il avait en sa possession.
Thierry CROUZET nous parle de son père, Jim, de cet homme qui lui faisait peur, de ce chasseur, de ce tueur.
Parce que Thierry, contrairement à son père et son grand-père n'est pas fait du même bois, il n'aime pas tuer.
Le roman revient en grande partie sur les années de service militaire de Jim en Algérie, de la guerre, période qui apparemment fut déterminante dans la vie de cet homme sombre.
Ce livre parle d'une relation père/fils difficile puisque vécue dans la crainte. Et en même temps on sent de l'admiration, de l'amour pour un homme difficile d'accès.
J'ai beaucoup aimé la plume de l'auteur que je ne connaissais pas. Ce n'est pas du tout le genre de livre que je lis d'habitude et j'ai énormément apprécié. Je le recommande vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
syth
  20 juin 2019
C'est l 'histoire de Jim, le père de l'auteur, et c'est aussi un roman puissant émotionnellement, où Thierry Crouzet tente de retrouver ce père terrifiant et de renouer les fils d'une relation complexe.
Ce texte est bel et bien un roman, car bien que le récit soit largement autobiographique, il a dû inventer certains éléments qui manquaient à l'histoire. C'est aussi un texte sur la violence et son engrenage, mais surtout une histoire d'hommes. J'ai été complètement saisie par l'intensité de cette histoire. Un texte d'une grande qualité littéraire !
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
LeMonde   10 septembre 2019
A partir des notes de son père et d’une ample documentation, l’auteur compose un récit saisissant et restitue un peu d’humanité aux vies minuscules lâchées dans un ­conflit qui les dépasse et dont la violence les hante pour ­toujours.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Calliope2017Calliope2017   21 juillet 2019
Le gouvernement a présenté "l'Algérie française" comme un état de fait, une proposition qui ne se discute pas, alors que toutes les frontières sont arbitraires et qu'à l'échelle de l'histoire du monde elles ne vivent pas plus longtemps que les hommes. Tous ces morts pour déplacer des traits sur une carte.
Commenter  J’apprécie          70
robertkonigrobertkonig   24 janvier 2020
Les militaires adorent les codes et les sigles. PM pour pistolet-mitrailleur, et dans ce cas des MAT 49, de quatre kilos, qui, avec leurs crosses rétractables, ressemblent à des jouets malheureusement capables de cracher des balles de 9 millimètres Parabellum. Les maîtres d'armes ont enseigné la signification des mots techniques. Parabellum en référence d'une devise latine : "Si vis pacem, para bellum", si tu veux la paix, prépare la guerre.
Dire que le gouvernement a envoyé l'armée en Algérie pour maintenir la paix. Le slogan de François Mitterand : "L'Algérie, c'est la France." Pas étonnant que Jim ait toujours détesté ce politicien.
P. 148 & 149
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mailys_babeliomailys_babelio   11 juillet 2019
Mon père était un tueur. A sa mort, il m'a laissé une lettre de tueur. Je n'ai pas encore le courage de l'ouvrir, de peur qu'elle m'explose à la figure.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Thierry Crouzet (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Crouzet
Mon Père, ce tueur - Bande annonce
autres livres classés : guerre d'algérieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
970 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre