AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B084Q1JG8T
Éditeur : Hachette (03/06/2020)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 241 notes)
Résumé :
A dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.
Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d ‘Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ca tombe bien, elle a tendance à les déclencher…
Lui recherche l’assas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (126) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  01 avril 2020
Lastyanax est un mage de génie. Alors seulement âgé de 19 ans, il devient ministre d'Hyperborée après la mort énigmatique de son mentor. Au moment de choisir son disciple pour compléter sa candidature, il sera marqué par sa rencontre avec Arka, jeune fille de 13 ans, très débrouillarde et au caractère bien trempé qui semble ne pas avoir été éduquée dans le moule très protecteur de la ville sans vent. Alors que Lastyanax enquête sur la mort de son mentor, les deux nouveaux comparses que tout oppose ne s'attendaient pas à se retrouver autant mêlé dans des problèmes politiques et des complots dont ils ne connaissaient pas du tout l'ampleur.
La ville sans vent d'Éléonore Devillepoix est un roman de fantasy adolescent très prometteur. L'univers dépeint, bien que très politique, est décrit avec fluidité. Ma première déception est d'ailleurs le fait de très peu sortir de la ville d'Hyperborée. L'univers d' Éléonore Devillepoix semble très complet et plein de finesse politique, mais on ne fait que de l'entrevoir ici et cela m'a un peu frustrée je l'avoue alors que l'intrigue l'aurait permis. le début du roman est très addictif et je suis rentrée très rapidement dans la dynamique de l'intrigue cependant au fur et à mesure, j'ai trouvé que l'on tourné un peu en rond. le roman peut être très lent à certains moments et l'intrigue a vraiment du mal à décoller.
Malgré ces quelques petits reproches, je n'arrive pas à ne pas aimer ce premier tome car, oui, il reste un premier tome et je peux lui pardonner ces deux petits points noirs. Lastyanax et Arka sont deux personnages que j'ai vraiment su apprécier. Avec chacun leur personnalité et leurs défauts, ils sont vraiment attachants et avec une petite dose d'humour bienvenue. La magie a ici une place importante et j'ai beaucoup apprécié les passages concernant l'apprentissage d'Arka, bien qu'elle ne suive pas grand-chose en classe !
La ville sans vent est un roman vraiment divertissant et avec un univers vraiment plein de promesses. Je reste très curieuse de la suite qui, au vu de la fin, saura grandement me ravir et me faire oublier les maladresses de ce premier tome !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
florencem
  31 mars 2020
Cela faisait un petit moment que je n'avais pas autant apprécié un nouveau roman fantaisie. La couverture m'a tout de suite charmée entre le choix des couleurs qui donne une ambiance tout à fait en accord avec l'histoire et tous ces détails. J'avais hâte d'en apprendre plus sur cette ville cloîtrée dans cette bulle de verre.
J'ai tout de suite apprécié le fait que Éléonore Devillepoix prenne le parti de nous narrer l'histoire à travers les yeux de différents personnages. Surtout en fantaisie où nous entrons dans des univers uniques et inconnus, je trouve que cela donne une vue plus globale et plus facile à intégrer pour le lecteur. Connaître de surcroît les sentiments et les pensées des protagonistes est, pour moi, quelque chose d'assez essentiel. J'adore comprendre un personnage et cela donne une autre dimension à ce dernier avec ce procédé. Et puis, le dynamisme que cela apporte au récit est un bonus supplémentaire.
Arka et Lastyanax sont nos deux héros. Je les ai aimés tout de suite. Ils sont tous les deux à l'opposé l'un de l'autre. Arka est une jeune amazone débrouillarde, pleine de vie, fonceuse et qui après de nombreux malheurs, décide d'aller chercher son père en Hyperborée. Lastyanax est un jeune mage, tout juste diplômé. Il est intelligent, indépendant, sérieux et intègre. En plus de leur différence d'âge (treize et dix-neuf ans), je sentais que ce duo allait produire des étincelles. Il faut un petit moment avec qu'ils se rencontrent, mais je n'ai pas été déçue de leur alchimie. Leur évolution est d'ailleurs l'une des choses qui m'a le plus plu. On sent, petit à petit, l'affection et la tendresse apparaître. Ils se complètent parfaitement.
Nous rencontrons de nombreux autres personnages durant notre découverte de l'Hyperborée. Cela ne m'a pas le moins du monde gênée, bien au contraire, car j'avais l'impression d'un monde plus étoffé avec cela. Certains m'ont bien entendu marquée plus que d'autre comme les meilleurs amis de Lastyanax ou Symare. Ce dernier a une place très importante dans l'histoire malgré ses quelques apparences et j'ai tout de suite été attirée par lui. Il y a tellement de tristesse autour de lui qu'il est difficile de ne pas être touchée. C'est aussi un des gros points positifs de la ville sans vent. Ses personnages sont nombreux mais aussi très variés au niveau de la psychologie. Il y a un gros travail, même si certains sont un peu caricaturaux. Complexe et riche, cette diversité donne encore plus de poids au monde créé.
Concernant l'intrigue. Elle aussi a de quoi nous accaparer. On sent tout de suite que la superbe ville d'Hyperborée cache bien des secrets. Elle a peut-être une réputation de cité merveilleuse, mais c'est loin d'être le cas. Il y a tellement de complots, de recherche de pouvoir, de magouilles en tout genre… La politique est au coeur de la tempête qui va secouer nos héros, cela va de soi, mais on y découvre aussi une société si inégale avec des citoyens dont les droits sont bafoués à cause de leur sexe et de leur pauvreté. La ville sans vent est loin d'être parfaite.
Chacun essaye de trouver sa place, de chercher un but à sa vie et d'améliorer sa condition. Certains le font avec bienveillance, d'autres n'hésitent pas à écraser ceux qui sont sur leur chemin. S'ajoute à cela de la magie et des créatures légendaires. Il y a un rouage immense qui se met en branle et le voir prendre vie est vraiment intéressant. Pas de faux pas pour moi. Il y a un sens à tout avec cette touche de réalisme qui ne gâche rien, bien au contraire. Il est facile d'imaginer cette ville, ce monde.
La fin est spectaculaire. Impossible de lâcher le livre car on arrive à un point culminant qui va ébranler le destin de tellement de personnages. Une page se tourne, et c'est un nouveau monde qui se profile. Reste à savoir si nos héros prendront les bonnes décisions. Sans surprise, j'ai hâte de découvrir la suite de la ville sans vent.

Lien : https://loticadream.com/la-v..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Saiwhisper
  23 novembre 2020
J'ai lu peu de chroniques sur ce titre cependant, elles ont toujours été positives ! Alors, lorsque j'ai constaté que cet ouvrage à la superbe couverture prétendait au PLIB, j'ai voté pour lui sans hésiter. Or, « La ville sans vent » a totalement sa place dans le podium. Quelle imagination ! Je me suis régalée et j'ai adoré les deux héros !
Le début fut pourtant un peu difficile, car le monde était hyper riche et il y avait beaucoup d'éléments à prendre en compte. Ainsi, j'étais un peu perdue par la narration plurielle qui donnait la parole à une multitude de protagonistes, principaux comme secondaires. Puis, je m'y suis faite. C'est en réalité une bonne chose d'avoir le point de vue du tandem principal, de leur entourage ou des antagonistes. On a une meilleure vision d'ensemble. de ce fait, la sensation d'être un peu perdue n'a duré qu'une cinquantaine de pages. C'était surtout le temps d'appréhender tout l'univers fantastique, avec ses créatures incroyables, ses technologies originales, son fonctionnement ou encore la magie (ici appelée « anima ») mise en avant. La ville d'Hyperborée est tout simplement impressionnante ! Aux côtés de Lastyanax et d'Arka, on a sans cesse envie de la découvrir en détails, d'arpenter d'autres quartiers ou de rencontrer les habitants. Ces derniers ne sont d'ailleurs pas forcément sympathiques ! Loin de là… On notera par exemple les Triplés Titanesques, qui m'ont rappelé certains membres du groupe des Tantalas dans Final Fantasy 9… Leur bêtise n'a d'égal que leur cruauté ou leur soif de richesse… Il y a aussi le groupe de Ponèria qui en fera voir de toutes les couleurs à la pauvre Arka…
Durant le premier tiers, Lastyanax et Arka vont vivre des aventures chacun de leur côté. le quotidien du jeune mage sera bouleversé par le décès étrange, brutal et inquiétant de son mentor, le Maître Palatès. Très vite, Lastyanax va découvrir qu'il ne s'agit pas d'une mort naturelle : Palatès a été assassiné et il compte bien en découvrir les raisons ! Malheureusement pour lui, l'enquête patine et il est contraint de faire attention, car à Hyperborée, les mensonges, les secrets, les complots et la manipulation règnent ! de son côté, Arka est en pleine quête identitaire : elle cherche à retrouver son père. Or, malgré ses treize ans, l'adolescente est très dégourdie, vive, combattive, déterminée et autonome. Elle va progressivement tisser des liens et s'adapter à cette immense ville. Les chapitres où elle va participer à une course de chevaux ou au concours de magie m'ont grandement plu ! C'était dynamique et addictif. Dès que les deux héros se sont rencontrés, je n'ai plus voulu lâcher ce livre. J'ai été séduite par la relation disciple-mentor du tandem principal. Il y a des piques savoureuses, ce qui rend certains passages très drôles ! C'est un duo complémentaire, sympathique, drôle, attachant, tolérant et ouvert d'esprit. J'espère sincèrement retrouver cette complicité dans le second tome.
La plume de l'auteure est superbe : belle, parfois poétique, fluide, pleine d'humour, sensible, travaillée, ni trop facile pour de la jeunesse, ni trop compliquée, … Une fois l'enquête commencée, on se laisse porter par cette aventure effrénée et palpitante ! le scénario est très intéressant, efficace et maîtrisé. Pour un premier roman, je tire mon chapeau à Éléonore Devillepoix. En plus de ses personnages géniaux et bien développés, j'ai pris plaisir à découvrir cet univers titanesque. L'idée d'Amazones et de Lémures fut originale et bien creusée ! Il me tarde d'en savoir plus grâce à la suite. Je recommande sans hésitation « La ville sans vent » qui vaut le détour que l'on soit un grand adolescent ou un adulte. On a là un premier roman fantasy complet, prenant, spectaculaire et prometteur ! Une pépite qui échappe de peu au coup de coeur en raison du début un peu long à assimiler et de quelques moments parfois trop lents. À découvrir d'urgence !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Mladoria
  06 janvier 2021
Une ville, 7 niveaux, un dôme qui la protège du froid : voilà pour le cadre.
Une jeune apprentie tête brûlée aux origines nébuleuses, un mage tout frais émoulu à l'esprit aiguisé, des politiciens véreux aux ambitions sourdes à la prudence, une élite magique, un souverain immortel, des personnages féminins fort agréablement charismatiques dans un monde qui ne les prend pas au sérieux, voilà pour le panel de figures.
Des complots politiques, de la magie alliée à la mécanique et des relents nécromantiques, des scènes aériennes stupéfiantes, des amitiés chaotiques, et des aventures palpitantes voilà pour l'intrigue.
Vous dire à quel point j'ai aimé ce premier opus serait délicat car ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman jeunesse de fantasy d'aussi bonne qualité stylistiquement parlant déjà (le vocabulaire employé est riche, varié, intelligent), scénaristiquement décoiffant par ses nombreux rebondissements et la complexité de ses implications, des décors somptueux, des moyens de transport originaux, une magie à double tranchant, des personnages fouillés et ambivalents.
Tout, je dis bien tout est ciselé et à sa juste place dans ce roman et c'est avec une joie non dissimulée que le deuxième et dernier tome du diptyque fera partie de mes prochaines lectures parce qu'on ne peut décemment pas rester sur cette fin de tome, les pieds dans la neige à l'entrée du dôme d'Hyperborée sans savoir la suite !!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
LageEnder
  08 septembre 2020
C'est avec un service presse généreusement proposé par Babelio et Hachette éditions que je reviens aujourd'hui, pour vous parler de « La Ville Sans Vent », roman fantasy d'Eléonore Devillepoix, paru aux éditions Hachette en avril 2020.
Autant ne pas cacher mon enthousiasme plus longtemps, j'ai beaucoup aimé ce livre ! 😀 Moi qui ne suis pas particulièrement portée sur les romans étiquetés « magie », j'ai tout de suite été séduite par le résumé.
« À dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s'attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d'Hyperborée.
Son chemin, semé d'embûches politiques, va croiser celui d'Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d'un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ça tombe bien, elle a tendance à les déclencher…
Lui recherche l'assassin de son maître, elle le père qu'elle n'a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé. Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s'apprivoiser. »
Pour commencer, la couverture est du plus bel effet, avec ses dorures et son coup de crayon efficace. Nous voilà immédiatement plongés dans un univers mystique où l'opulence côtoie la nature glaciale, recroquevillée sous son dôme magique ✨
Sur ce point, j'ai beaucoup apprécié le principe d'une ville coupée du monde extérieur grâce à la magie, pour se protéger de conditions climatiques extrêmes 🌬 L'idée d'un dôme était audacieuse et semble crédible grâce aux innombrables descriptions de l'auteure. Sans en faire trop, elle nous dépeint une réalité possible, puisque le plafond du dôme est toujours à portée de vue, tout en semblant inaccessible.
Concernant l'intrigue, j'ai trouvé vraiment très intéressant le parti pris de l'auteure de mêler deux personnages principaux avec une telle différence d'âge. Non qu'elle soit exceptionnelle, mais elle place les deux protagonistes sur des échelons différents. Au-delà de cela, chacun d'entre eux porte une histoire propre et poursuit un but. Leur mode de vie sont totalement opposés, jusque dans leurs manières, leur éducation, leur vision des choses 👁
Et pourtant, leur complémentarité frôle l'évidence. Si elle ne saute pas aux yeux de prime abord – tout d'abord parce que les personnages ne se rencontrent pas immédiatement et ensuite parce que leurs rapports initiaux ne sont pas placés sous les meilleurs auspices –, elle s'impose avec force dès que la situation se complique.
Arka est une jeune fille de 13 ans haute en couleur. Eléanore Devillepoix a cherché, à mon sens, à créer un paradoxe avec ce personnage. Son jeune âge et son manque d'éducation – son orthographe est déplorable, au plus grand dam de Lastyanax 😁 – sont en parfaite contradiction avec son discernement, son intelligence, son ingeniosité. Celle que l'on pourrait s'attendre à tomber dans le premier piège venu fait preuve d'une volonté hors du commun et se donne les moyens pour atteindre ses objectifs 💪
Ignorante des préoccupations de son âge – et parfois même ingénue sur certains sujets –, elle fait montre d'une maturité qui dépasse celle de certains adultes. Arka possède également ce petit côté espiègle et fonceur qui, s'il lui confère un certain courage dans pas mal de situations, la heurte à un Lastyanax rigide qui la voit plus comme un poids qu'autre chose.
En effet, le jeune mage de 19 ans porte déjà un poids énorme sur ses épaules, une fois son mentor, Palatès, assassiné. le voilà à devoir siéger au Conseil des Ministres, tout en assumant à son tour son rôle de mentor 📚 Alors, lorsqu'il se retrouve, par un concours de circonstances, avec Arka pour disciple, son monde lui tombe sur la tête. La jeune fille sait à peine écrire et souhaite s'immiscer dans son enquête pour découvrir le meurtrier de Palatès.
L'évolution de la relation entre ces deux personnages est très intéressante. Si Lastyanax éprouve des difficultés avec la jeune fille, il reconnaît cependant son utilité et son efficacité. Et lorsque leurs deux destins s'entremêlent autour de complots, il réalise son attachement pour elle.
En tant que lecteurs, nous nous retrouvons plongés au coeur d'une véritable enquête 🕵️‍♀️ Moi qui ne suis pas fan de politique, j'ai trouvé le système décrit efficace et simple à comprendre. Et contrairement à ce que j'ai pu lire dans d'autres chroniques, je ne me suis pas ennuyée. La résolution ne m'a pas semblé de toute évidence puisque le doute s'immisce tout le long de l'histoire. Les événements qui se sont enchaînés étaient intéressants et assez originaux.
Par exemple, le principe même de l'existence du Basileus – en quelque sorte, le gouverneur de la ville – était astucieux. Les termes employés pour décrire la magie et les inventions fonctionnaient très bien.
Fait à souligner, l'intrigue ne s'articulait pas autour d'une histoire d'amour, ce qui, là aussi, change de d'habitude. Bien sûr, quelques allusions sont faites ici et là concernant Lastyanax, mais rien de cette nature ne relie nos deux personnages principaux. Même si cela est en partie dû à la différence d'âge entre les deux protagonistes, ce fait amène une limpidité absolue dans l'évolution de leur relation 😌
Outre la politique, l'auteure a souhaité aborder la place de la femme dans la société, ici magique, mais surtout de manière générale. Par petites touches subtiles en la personne de Pyrrha, l'élue du coeur de Lastyanax, des messages sont déposés, sans que cela ne soit dérangeant. La référence ne revient que deux à trois fois dans le livre, mais tisse doucement un fil supplémentaire à la toile de fond 🕸
D'ailleurs, il ne s'agit pas de l'unique clin d'oeil à apparaître. Lastyanax est né dans les bas-fonds de la ville et s'est construit tout seul, à l'encontre de la volonté de son père, au prix de tous les efforts du monde, au point d'être propulsé malgré lui trop loin dans un univers qu'il convoitait tant. Arka, quant à elle, est une étrangère et la politique d'Hyperborée (la ville sans vent) a une vision bien définie de tout étranger à la ville. La drogue, la corruption, le meurtre, la différence de classes, sont autant de sujets mis en avant sans jamais dépasser les bornes.
En d'autres termes, j'ai beaucoup aimé ce livre, dont j'attends la suite avec impatience 🙌 La plume de l'auteure a totalement su me convaincre, grâce à un vocabulaire extrêmement recherché, pointu et surtout juste. Il ajoute selon moi à l'ambiance de l'histoire, exposant Hyperborée comme une ville évoluée, au-dessus de tout, réservée à une élite. D'ailleurs, la construction de la cité en « niveaux » vient appuyer le principe de différences de classes et métaphorise finalement assez bien notre société.
Au fil de ma lecture, je ne pouvais m'empêcher de visualiser les personnages gravitant entre les niveaux comme les flocons d'une boule à neige que l'on aurait agitée, pour finalement les voir lentement retomber tout en bas, au dernier niveau ❄ C'est l'image que je garderai de cette ville sous son dôme et de cette histoire. Un moment de magie qui se termine par un grand silence, un moment de calme avant une probable future tempête...
-----
🌫🛕
-----
Le petit mot de la fin 🖋
Même si je risque de ne pas faire dans l'originalité, je voudrais rappeler que je n'exprime ici qu'un avis personnel sur le roman "La Ville Sans Vent - Tome 1". Loin de moi l'idée d'en faire une référence en la matière ou d'estimer que cette opinion est universelle ☝
Je prendrais toujours soin de mesurer mes remarques, dans la mesure où elles seraient négatives, puisque mon but n'est aucunement de faire du tort aux ouvrages ou aux auteurs. J'ai conscience du travail que représente l'écriture d'un roman, du coeur et du temps investis dans son élaboration. Je suis avant tout une lectrice qui souhaite partager, avec tous ceux qui le voudront, son amour pour la littérature 💛
Lage
Lien : https://everytrickinthebooks..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
ColibrilleColibrille   10 mai 2021
- Écoute, je préfère tout de suite étouffer tes faux espoirs, ce n'est pas dans mes habitudes d'accorder plus de 3 secondes d'attention à une clocharde dans ton genre. [...]
- Tu t'es retourné onze fois pour regarder la place d'Arka, ce matin, commenta Cacique avec son exactitude habituelle en rejoignant ses condisciples.
Il venait de sortir de Magisterium. Un dégrade vermeil, digne d'un fabuleux coucher de soleil, embrasa l'acné de Phréton.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
florencemflorencem   28 mars 2020
La vie est si fantasque qu’on s’étonne parfois de la voir se conformer, malgré les hasards et les incertitudes, à un plan décidé des années auparavant.
Commenter  J’apprécie          250
ChronosAlleChronosAlle   01 juillet 2020
Au loin se dressait Hyperborée, dont le dôme surgissait de la neige comme une gigantesque bulle dorée. Si Arka n'avait pas été affamée, elle aurait pu passer des heures à contempler la ville. Derrière la surface transparente où se reflétaient les nuages, une multitude de tours rondes, plus hautes les unes que les autres, frôlaient par endroits la paroi intérieure du dôme. Du vert, du bleu, de l'ocre, du rose : cette débauche de couleurs semblait irréelle au milieu des nuances grises de la lande, du ciel et de la montagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
florencemflorencem   01 avril 2020
- C’est fermé à clé. Vous savez forcer une serrure, Maître ?
- Je suis mage.
- Y a rien d’incompatible.
Commenter  J’apprécie          170
LivresdAvrilLivresdAvril   09 décembre 2020
- C'est quoi, cette histoire d'invention ? demanda Arka.
- L'achèvement de cinq années d'études et une tâche insurmontable, numéro 43, répondit Pétrocle. Pour mettre fin à sa servitude, chaque disciple doit inventer un objet magique utile, qui sera ensuite stocké en ce haut lieu pour y prendre la poussière, dit-il en brandissant un bras fataliste devant lui. (p. 157)
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Éléonore Devillepoix (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éléonore Devillepoix
Talents Cultura Jeunesse 2020 : La ville sans vent d’Éléonore Devillepoix
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Éléonore Devillepoix (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz : La ville Sans Vent (tome 1)

Pour quelle raison Arka se rend-elle à Hyperborée ? (Dans le tome 1)

Pour améliorer ses capacités au combat
Pour améliorer ses compétences magiques
Pour retrouver son père
Pour trouver de la nourriture

15 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : La Ville sans vent, tome 1 de Éléonore DevillepoixCréer un quiz sur ce livre

.. ..