AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782360401116
160 pages
Artège (02/10/2012)
4.06/5   9 notes
Résumé :
Quelle idée d’aller passer seule des vacances à la campagne avec une grand-mère que l’on connaît à peine !

À 15 ans, Sophie redoute cette semaine perdue. Elle ignore encore que ces quelques jours vont bouleverser sa vie car le grenier de Grand-Mère Marie recèle bien des trésors et même un secret : sa correspondance avec un jeune soldat de la guerre de 14, son premier mari, dont Sophie ne soupçonnait pas l’existence…

Au fil des lettres e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Villoteau
  25 décembre 2012
Le petit coeur rouge surmonté d'une croix qui sert pour le titre de cet ouvrage est le symbole du Sacré-Coeur de Jésus. Ce symbole religieux trouva effectivement une grande popularité comme talisman auprès des poilus et en particulier de tous ceux provenant du quart ouest de la France resté largement catholique. L'auteure, professeure d'histoire dans l'enseignement secondaire, nous conte la découverte que fit en 1964 la narratrice. Adolescente parisienne elle part en vacances chez sa grand-mère limousine et découvre que celle-ci a échangé pendant neuf mois une correspondance avec un premier mari Rémi décédé au début mai 1915 sur le front aux Éparges (en Argonne). Elle apprendra aussi que son grand-père fut un camarade de combat du premier mari de sa grand-mère. le livre tourne autour des lettres de Rémi à son épouse retrouvées par l'adolescente. La dimension religieuse et le souci de la bonne conduite de la ferme y sont présents à côté de la description sobre de l'univers des combats et de la zone de repos. Ces derniers ne se limitent pas aux tranchées et dans la lettre du 17 janvier 1915 c'est un important combat aérien qui est décrit. Cet ouvrage accrochera sûrement un lectorat féminin car il fait une large place aux sentiments d'affection qui unissent une femme et un homme. Une vingtaine de notes intéressantes, y compris pour un lecteur adulte, parsèment le texte, à titre d'exemple il est signalé que le couturier parisien Paul-Henri Poiret a dessiné plusieurs modèles de capotes pour l'armée françaises durant la Grande Guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
PetiteNoisette
  05 avril 2014
Un magnifique roman jeunesse sur la première guerre mondiale ! Une jeune adolescente part une semaine en vacances à la campagne, chez sa grand-mère Marie qu'elle connaît très peu. Elles vont apprendre à se découvrir et Sophie va en apprendre plus sur le passé de sa grand-mère, sur ce qu'elle a vécu pendant la première guerre mondiale. le roman est composé de trois parties : la première pendant laquelle l'histoire et le contexte s'installent, ainsi que l'élément perturbateur : Sophie trouve une photo de mariage de sa grand-mère, mais l'homme, le marié, n'est pas son grand-père ! La photo est datée du 28 juin 1914 et intrigue Sophie. La deuxième partie est un récit épistolaire composé des lettres envoyées à Marie par premier mari. Celui-ci a été enrôlé quelques semaines après leur mariage et il envoie plusieurs lettres par semaine à sa jeune épouse. Enfin, la troisième partie est l'histoire de ce qui s'est passé lorsque Marie est devenue veuve, et notamment la rencontre avec le grand-père de Sophie. Tout est vraiment très bien raconté ! Si, en tant que prof, je sens bien que l'auteur a voulu faire passer des notions, des dates (les différents mariages évoqués ont lieu le jour de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand et le second le jour de l'armistice), cela est vraiment très bien fait, ce n'est pas du tout lourd comme j'ai pu le voir dans d'autres romans. Ici l'histoire paraît très crédible. Elle est simple et ce que qui fait son réalisme : pas d'actes d'héroïsme, pas de personnages menant une quête comme dans Promenade par temps de guerre par exemple. le Petit Coeur rouge raconte la vie de chaque Poilu, de chaque femme restée au village.
Le seul petit bémol qui m'a très légèrement gênée, c'est le manque de repères temporels concernant l'époque contemporaine du récit. En fait, on a l'impression que Sophie est une jeune fille d'aujourd'hui. Alors qu'en faisant le calcul, on comprend qu'en fait ça se passe dans les années 70. Mais bon, ça ne change pas grand chose !
Et puis, concernant les passages plus contemporains, je me suis beaucoup retrouvée dans Sophie : quand j'étais ado, j'allais moi aussi passer mes vacances chez ma grand-mère Marie, à la campagne, entre les poules et le potager, et les quelques rares confidences sur la guerre (la deuxième!).
Un petit roman facile à lire qui trouvera toute sa place dans un CDI de collège !
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Chrisbookine
  29 octobre 2014
Petit roman sous forme d'échange de lettres entre Marie et son mari Rémi parti au front dès le début de la guerre. Nous suivons l'avancée de la guerre à travers le destin d'un couple séparé par la tragédie et qui essaie de se ménager à distance. On sent beaucoup d'amour et d'attention dans les courriers échangés. La relation de Marie et de Rémi est pleine de pudeur et émouvante. En évoquant des faits de la vie au front et les gestes du quotidien à l'arrière, on sent l'évocation de la solidarité qui s'organise de part et d'autre. En parallèle, nous assistons à la naissance d'une relation bienveillante entre Marie et sa petite fille qui découvre son secret. Bel hommage "aux morts pour la France" à travers cette fiction qu doit rappeler des milliers d' histoires vraies d'anonymes. Et également belle histoire de passation et de mémoire avec ce lien fort entre générations. Pour que l'on oublie pas ces hommes et femmes, ces individus qui ont donnés leur vie, leur coeur, leur jeunesse pour une idée de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
3e2AugustinB
  01 décembre 2016
L'histoire se passe en 1964dans une petite maison de campagne Sophie qui fête c'est 15 ans a été invitée chez sa grand-mère, pour une semaine. Elle pensait s'ennuyer à mourir pendant cette semaine, mais un jour elle monta dans le grenier ou elle y trouva un carton de lettre datent de la première guerre mondiale…
J'ai trouvé ce livre très intérécente à lire et l'histoire et fabuleuse, il nous apprent beaucoup de chose sur la vie des poilus de la premier guerre mondiale. Par contre ce qui ma deça j'ai trouvée l'histoire beaucoup trop courte. Mais ce qui n'anpêche pas que ce livre ma beaucoup plus
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
VilloteauVilloteau   25 décembre 2012
Lundi 31 août 1914

Marie,

Le régiment recule, puis repart à l’assaut, puis de nouveau fait retraite puis se relance contre l’ennemi. (…) Quand on peut, on essaye de penser à autre chose. Il y en a un qui dit son chapelet tous les jours : on le voit qui égraine le chapelet d’une main tout en portant le fusil de l’autre et il le range tranquillement dans sa poche avant de tirer ! Au début certains se sont moqués de lui, mais maintenant on est habitué. (…)

Je pense bien à toi qui dois ramasser les pommes de terre. N’oublie pas de bien les trier au fur et à mesure : sépare bien les Royal des Saucisses. Par contre, mets ensemble toutes les petites, tu peux les mélanger car elles serviront à engraisser le cochon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VilloteauVilloteau   25 décembre 2012
Mardi 6 octobre 1914

Marie,

Nous avons encore changé de coin, mais en face de nous, eux, ils sont toujours là avec leurs casques à pointe, leurs canons qui nous bombardent et leurs zeppelins – des sortes de grandes saucisses volantes- qui nous surveillent (…).
Commenter  J’apprécie          50
3e2AugustinB3e2AugustinB   01 décembre 2016
[…] ‘‘le lendemain matin je me réveiller tôt et je descendais rapidement a la cuisine. Grand-Mère prépara le petit déjeuner.
« Bonjour Sophie me dit -elle, en sourient. Assieds-toi, le lait et chaud »
Et elle me servit un grand bol en poussant vers moi une tartine de pain grillée à point. […]. J’étais très curieuse d’en savoir plus mais avais-je le droit de remuer c’est souvenir, de les sortir du carton ou il en été enfouis depuis si longtemps et de faire souffrir ma Grand-Mère. Alors je proposée presque malgré moi-même :
« si vous y tenez pas, grand-mère je ne retournerai pas au grenier… ».[…].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VilloteauVilloteau   25 décembre 2012
Mardi 24 novembre 1914

Marie,

Nous changeons de coin. (…) Et puis j’ai toujours mon ange gardien, Jean-Baptiste : hier il a retrouvé mon quart que j’avais perdu dans mon tas de foin (…) .
Commenter  J’apprécie          50
VilloteauVilloteau   25 décembre 2012
Le Sacré-Cœur de Jésus : appelé "petit cœur rouge" dans cette histoire, est représenté traditionnellement sous la forme d’un cœur stylisé surmonté d’une croix latine.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : Guerre de tranchéesVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Le petit coeur rouge

A quelle place le nom de Rémi figure-t-il sur le monument aux morts ?

A la cinquième place de la deuxième colonne
A la première place de la quatrième colonne
A la trente-sixième place de la première colonne

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Le petit coeur rouge de Véronique DuchâteauCréer un quiz sur ce livre