AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alain Serres (Adaptateur)
EAN : 9782912084101
28 pages
Rue du Monde (03/09/1998)
3.92/5   36 notes
Résumé :
Une nuit, quatre vingt ans après la fin de la Première Guerre mondiale, des fantômes de soldats sortent du monument aux morts d'une petite ville de province pour faire le point. Ils veulent être sûrs que toutes les morts engendrées par cette terrible guerre ont bien servi à quelque chose, que les peuples ont maintenant renoncé à se faire la guerre. Les patrouilles se dispersent alors dans le noir pour explorer le monde moderne. L'une d'elle rencontre la télévision e... >Voir plus
Que lire après Zappe la guerre - 1914-1918 la première des guerresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 36 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Pef est un auteur-illustrateur de littérature d'enfance et de jeunesse, bien connu pour ses albums illustrés humoristiques tels que « la belle lisse poire du prince de Motordu » ou encore « Rendez-moi mes poux ».

Sorti en 1998 à l'occasion du quatre-vingtième anniversaire de l'armistice de la Première Guerre Mondiale, cet album jeunesse, entre récit fantastique et documentaire, aborde avec subtilité un sujet sérieux, celui de la guerre.
Ce livre est l'occasion de se souvenir des millions de héros anonymes qui ont vécu l'impensable dans l'enfer des tranchées. En revenant sur cet événement historique majeur du XXème siècle, ce récit permet de sensibiliser les plus jeunes à la question de la paix en proposant une réflexion sur la violence et l'utilité des conflits armés.

*
La petite commune de Rezé où se déroule cette histoire existe réellement. Pef y a été invité pour un festival d'écritures de nouvelles.
En se promenant dans la ville, l'auteur a remarqué qu'aucun des deux cent quatre-vingt-huit soldats rezéens morts pour la France n'était gravé sur le monument aux morts. Un hommage leur est rendu sous une autre forme, de nombreuses rues de la ville portant le nom d'un des soldats de 14-18.

« On ne le regardait presque jamais. Sur la place de Rezé, le monument aux morts était sans vie. »

Il a alors décidé de leur rendre hommage à sa manière. Ainsi, les personnages du livre, Sorin, Monnier, Blourde, Monti de Rezé, sont quelques noms de Poilus de Rezé.
Voilà comment est né l'idée de « Zappe la guerre ».

*
Quatre-vingts ans après la Première Guerre mondiale, Pef interroge les enfants sur l'Histoire du monde, grâce au regard que posent ces soldats sur notre époque.
Comment ?
L'auteur imagine ces gueules cassés, portant encore les stigmates de la guerre sur leurs corps et leurs visages, sortant du monument et se déployant dans les rues de la ville pour une mission d'une nuit. Ils veulent savoir si leur mort a été utile à la paix, si cette guerre a servi de leçon aux générations suivantes.

« le temps d'une vie d'homme s'était écoulé et aujourd'hui, ils voulaient enfin savoir. Vérifier qu'ils avaient fait la guerre pour que cela en vaille leur peine. »

Dans les rues plongées dans la nuit, ils découvrent les transformations du monde moderne, les changements opérés dans leur ville, les innovations techniques. Attirés par une maison éclairée, ils découvrent un enfant regardant la télévision. Sur l'écran du téléviseur, les images diffusées témoignent de conflits en cours.

Vous pouvez imaginer leur déception lorsqu'ils voient que, ici et là, hier et encore aujourd'hui, les hommes continuent à se déchirer, se battre, à s'entretuer. Force est de constater que les hommes n'ont pas appris de leurs erreurs passées, que le monde actuel est toujours aussi violent et insécure, voire davantage.

« Pas possible qu'on soit morts depuis si longtemps et qu'on n'ait pas avancé ! »

Leur mission de vérification est certes une déception pour ces hommes qui se sont sacrifiés et sont morts pour la France, mais elle va prendre une autre tournure et va dépasser leurs simples attentes.


Ainsi, dans ce court récit écrit à hauteur d'enfant, l'auteur adresse aux enfants un message fort sur la barbarie et l'absurdité de la guerre, tout en expliquant l'idéologie ambiante et l'état d'esprit des hommes à cette époque, la vie quotidienne en 14-18, celle des milliers de Poilus comme celle de la population civile.
Il est intéressant d'observer également l'évolution de la société, du mode de vie des français.

*
« Zappe la guerre » est donc une première approche très intéressante et accessible pour faire comprendre la réalité de la première guerre mondiale.

Entre mémoire et refus de guerre, ce texte, accompagné de photographies d'archives, de documents d'époque et de petites légendes explicatives, est bien écrit, facile à appréhender pour des enfants à partir de 9 ans.
Succinctement, Pef évoque les raisons de la guerre et les principales batailles, la guerre de tranchées et les premières utilisations de gaz asphyxiants, le pays épuisé par la guerre et le rôle fondamental des femmes durant le conflit, l'entrée en guerre des Etats Unis jusqu'à la victoire qui amène à dresser un bilan terrifiant des pertes humaines dues à cette guerre.

Les illustrations au feutre noir et peintes à l'encre sont sobres, touchantes. Proches de la BD, elles s'amusent avec les anachronismes. Dans les tons sombres, bleu horizon et rouge sang, elles jouent sur la symbolique des couleurs.
Pef a esquissé tout en retenue, les soldats, leurs blessures. En s'attardant davantage sur leur regard que sur le reste de leur corps, les dessins montrent avec subtilité et sensibilité toute l'horreur de la Grande Guerre.

Mais cet album s'ouvre également avec finesse sur toutes les autres guerres. Ecrit en 1998, la guerre entre les Serbes et les Croates, le génocide des Tutsis au Rwanda, font aujourd'hui partie de notre Histoire, de notre passé, et ont été remplacées par de nouvelles guerres.

*
Pour conclure, mêlant fiction et Histoire, illustrations et documents historiques, cet album lauréat du prix Sorcières plaira aussi bien aux enfants qu'aux adultes en questionnant les lecteurs sur la pertinence des guerres sans être choquant.

J'ai trouvé cet album particulièrement touchant. Je pensais lire un album expliquant le conflit, et il va au-delà de mes attentes en invitant les lecteurs à réfléchir sur le sens et la fonction des guerres. Est-il possible qu'une guerre soit juste ou légitime ?
J'ai également aimé le ton du récit teinté d'un humour délicat qui permet de mettre une distance appréciable avec le texte et les illustrations.

A l'heure où les derniers Poilus se sont éteints, le travail et le devoir de mémoire s'imposent d'autant plus. Il est important que les enfants comprennent les enjeux et les conséquences de ce conflit vécu par nos aïeuls.
Cet album offre ainsi l'occasion de se questionner et par-dessus tout de transmettre les pages tragiques de notre passé aux jeunes générations qui n'ont pas connu la guerre et considèrent peut-être la paix comme naturel et normal.

Une très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          3128

Zappe la guerre

Quatre-vingt ans après la guerre de 1914, une armée de soldats quitte un monument aux morts pour aller découvrir la vie moderne : les grands immeubles, l'automobile, la télévision. Un des soldats fait la connaissance d'un petit garçon à qui il va raconter sa guerre.
C'est un récit irréel puisque les morts ne peuvent pas revivre. le texte passe brusquement du passé au présent. L'auteur a voulu faire revenir sur terre les soldats de la première guerre mondiale qui sont étonnés de voir une télévision mais sont déçus par les images de guerre qui défilent sur l'écran. La guerre n'aura servi à rien … C'est à la fois triste, pour cette raison, et drôle car les soldats croient que la télécommande est une grenade.
Tout d'abord pour en finir avec la guerre. A l'occasion du 80e anniversaire de la Première Guerre mondiale, des soldats sortent du monument aux morts d'une petite ville de province et essaient de savoir s'ils sont morts pour quelque chose.
Ensuite le titre de cet album de Pef est un message on ne peut plus évocateur. Sous couvert d'un récit fantastique, il permet d'aborder la difficile période historique de la Première guerre mondiale.
Cette fiction surnaturelle met en scène des fantômes de poilus s'évadant d'un monument aux morts pour aller faire le point, dans la société actuelle, sur l'utilité de leur sacrifice durant la Grande Guerre (mission spéciale de grande vérification).
A travers les rues du village, ils découvrent la société moderne et notamment la télé qui diffuse les infos internationales. Force est de constater que, quatre-vingt ans plus tard, le monde est bien loin de vivre en paix et que la cruauté et l'absudité de la guerre se répètent ici et ailleurs.
Parallèlement au texte, cet album est illustré de judicieux dessins de Pef croquant pudiquement les poilus et gueules cassées. de nombreux documents et photos historiques complètent l'ensemble harmonieusement.
Ce mélange de supports choisis facilite la compréhension des jeunes lecteurs sur cette tragédie humaine qui leur échappe bien souvent.
Parce que cet album mêle fiction et événements historiques, il est fort bien accueilli par les enfants et pose implicitement un questionnement sur la pertinence de la guerre.
Enfin Pef, de son vrai nom Pierre Elie Ferrier est né le 20 mai 1939 à Saint-Jean-des-Vignes, dans la Saône et loire. Fils d'une institutrice, il passe toute son enfance dans les cours de récréation. . Il a pratiqué les métiers les plus variés : journaliste, essayeur de voitures de course .En 1980, il invente le personnage du prince de Motordu.










Source :http://www.ricochet-jeunes.org/livres/livre/2176-zappe-la-guerre
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/10143
http://educalire.fr/Zappe_la_guerre.php
Commenter  J’apprécie          40
Voilà un album qui, si ma mémoire ne me fait pas défaut, était sorti à l'occasion du 80ème anniversaire de l'armistice, et qu'il ne faut pas hésiter à ressortir pour les commémorations du centenaire, tant Pef excelle encore une fois, comme il l'avait déjà prouvé avec le génial "Je m'appelle Adolphe", à expliquer habilement le traumatisme de la Grande Guerre sans pour autant écoeurer nos têtes blondes.
Le pitch est simple : les combattants morts pour la France d'une commune de l'Ouest, Rezé, sortent du monument le temps d'une nuit pour voir "si ça a servi quelque chose" qu'ils meurent.
Si l'état dans lequel ils se trouvent ne laisse pas de doute sur l'extrême violence des armes utilisées, l'auteur sait utiliser cela avec humour, de même qu'il joue habilement sur l'étonnement des anciens combattants quand ils découvrent des inventions qu'ils ne connaissaient pas, comme la télévision (Pef en profite au passage pour dire ce qu'il pense de cette "boîte à images").
À conseiller à partir de 7 ans.
Commenter  J’apprécie          10
Zappe la guerre, c'est une histoire originale pour parler de la Première Guerre Mondiale aux enfants. C'est une histoire qui se passe à Rezé (dans le 44), plus de 80 ans après la Première Guerre Mondiale. Seulement, on voit des soldats débouler dans les rues, quelques uns sont mutilés, et d'autres se trouvent avec un trou dans le front. Ils sont morts, bien évidemment, et découvrent le Monde tel qu'il est aujourd'hui. Très surpris, ils déambulent dans les rues.

C'est une histoire assez rigolote, ça reste un livre pour enfants, mais c'est aussi pour faire comprendre les choses aux enfants, et pour ne pas oublier le devoir de mémoire. Une belle réussite.
Lien : http://leslecturesdanais.blo..
Commenter  J’apprécie          70
C'est à la fois un documentaire avec des petites vignettes expliquant la guerre et une fiction. Cette façon de raconter l'horreur « un peu fantastique » est vraiment intéressante. Des soldats sortent du monument aux morts et ne doivent pas être vus. Ils viennent vérifier 80 ans plus tard s'ils ne sont pas morts pour rien. Dans une maison ils découvrent sur une TV que les guerres existent toujours et partout. Un petit garçon les voit et Monnier, l'instituteur fantôme, lui raconte alors la guerre 14-18.
Je frissonne pendant ma lecture. Il y a beaucoup d'émotion. Un documentaire-fiction très bien réalisé.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
De l’un était partie la moitié du visage. À l’autre, manquait une main ou un œil.
Des jambes presque emportées. Et cette boue séchée en plaques et toute cette poussière autour des molletières. Des pieds nus rétrécis par la terreur, orphelins de leurs godillots. Et tous ces fusils, certains tordus, d’autres fondus dans des mains qui s’agrippaient encore. Il y avait là deux cent quatre-vingt-huit soldats, debout comme ils étaient morts, regroupés en rangs brouillons. [...]
Voilà quatre-vingts ans qu’ils étaient tous morts.
Le temps d’une vie d’homme s’était écoulé et aujourd’hui, ils voulaient enfin savoir. Vérifier qu’ils avaient fait la guerre pour que cela en vaille leur peine.
Commenter  J’apprécie          150
On ne le regardait presque jamais.
Sur la place de Rezé, le monument aux morts était sans vie.
Ce soir-là, on ne le voyait carrément plus lorsque dans le brouillard, ils sont un à un apparus, se détachant lentement de sa masse de pierre.
Ni gens ni fantômes. Juste des apparences en manteaux bleu horizon dans leurs pantalons rouge sang d'août 1914.
A l'heure où toute la ville essaie de ne penser qu'à bien dormir, des dizaines de soldats quittaient leur monument pour un effrayant carnaval militaire.
Commenter  J’apprécie          40
Dans une course désarticulée, les trois soldats fuyaient. Les ordres étaient clairs. Il ne fallait pas être vus. Surtout par un enfant! Sorin poussa les deux autres dans le dos:
- Repli sous le monument, nom d'un chien! Faut disparaître! Monnier se soutenait le front en courant.
- Mais...faut peur-être qu'il la sache notre horreur, le gamin, pour pas qu'elle dure encore. Pour avancer, quoi...
Commenter  J’apprécie          30
On ne le regardait presque jamais. Sur la place de Rezé, le monument aux morts était sans vie. Ce soir-là, on ne le voyait carrément plus lorsque dans le brouillard, ils sont un à un apparus, se détachant lentement de sa masse de pierre.
Ni gens ni fantômes. Juste des apparences en manteaux bleu horizon dans leurs pantalons rouge sang d’août 1914. À l’heure où toute la ville essaie de ne penser qu’à bien dormir, des dizaines de soldats quittaient leur monument pour un effrayant carnaval militaire.

(Incipit)
Commenter  J’apprécie          10
- Zappe la guerre à la fin ! Y'a bien mieux à voir ou alors éteins-la !
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Pef (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Pef
Foire du livre 2016 – La place de l’illustration dans la littérature Jeunesse Il ne fait nul doute que l’illustration est un art à part entière, dont la vocation est notamment d’éduquer l’oeil des plus jeunes dans un monde ou ils sont saturés d’images. Plusieurs grands noms de l’illustration contemporaine - parmi lesquels Alain Serres, Juliette Vallery, Éric Veille et Zaü - nous donnent leur point de vue sur la place faite à l’illustration dans la production littéraire pour la jeunesse.
Cette émission s’intitule « La place de l’illustration dans la littérature Jeunesse », présentée par Raphaëlle Botte qui reçoit : - Alain Serres pour son livre « La Souris qui sauva toute une montagne », aux éditions Rue du Monde - Juliette Valléry pour son ouvrage « Patabulle cultive son jardin », aux éditions Encore - Eric Veillé pour son livre « Lionel », aux éditions Actes Sud Junior - ZAÜ pour sa publication « J’atteste contre la barbarie », aux éditions Rue du Monde - PEF
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (95) Voir plus



Quiz Voir plus

Zappe la Guerre

Où se situe le monument au mort ?

sur la place Rezé
sur la place Jean Martin
sur la place Marie

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Zappe la guerre - 1914-1918 la première des guerres de PefCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..