AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791026810674
Éditeur : Urban Comics Editions (20/01/2017)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Il était une fois, cinq génies excentriques. Après avoir empoisonné le XXIe siècle, ils doivent désormais trouver un moyen de survivre à un monde qui ne tolère plus la vie humaine sur son sol.
Contient : Injection vol.1 (#1-5)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  13 septembre 2018
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il comprend les épisodes 1 à 5, initialement parus en 2015, écrits par Warren Ellis, dessinés et encrés par Declan Shalvey, avec une mise en couleurs réalisée par Jordie Bellaire. Les couvertures ont été réalisées par Shalvey.
Dans l'hôpital de Sawlung, Maria Kilbride se dirige difficilement vers la fenêtre en s'appuyant lourdement sur sa canne, alors qu'un commentaire remarque qu'il ne reste plus grand chose en elle. Elle se rend à un entretien avec une vieille femme avec un chignon, désignée sous le nom de Control. En réponse à la question de Control, elle lui demande un sandwich puis se lance dans une explication sur son identité et sur l'évolution de la signification du sigle FPI, voulant aujourd'hui dire Force Projection International. Control lui explique qu'elle a besoin d'elle pour retrouver un artefact exploitable et un individu. Kilbride redemande un sandwich. Control fait une référence à un événement passé, la dissolution de la CCCU (Cultural Cross-Contamination Unit) et sa concomitance avec le début d'apparition de phénomènes surnaturels. Maria Kilbride retourne dans sa chambre et se souvient de l'arrivée de Robin Morel (cunning man, esotériste, chaman, philosophe) au sein de la CCCU où il fut accueilli par Maria Kilbride (professeur de sciences appliquées), Brigid Roth (informaticienne, spécialisée dans les intelligences artificielles), Simeon Winters (logicien, éthicien, détective), Vivek Headland (stratégiste + agent de terrain). Puis Maria Kilbride appelle Brigid Roth pour qu'elle la mette en contact avec Robin Morel.
Robin Morel est en train de se promener en pleine campagne, ce que le commentaire qualifie comme étant les veines et les artères de la Grande Bretagne. Il est interrompu dans sa marche par la Secrétaire permanente du Parlement du Ministère du Temps et des Mesures. Après avoir échangé quelques phrases sur leurs origines respectives (anglaise et galloise), elle lui propose de rejoindre une organisation appelée Breaker's Point, offre qu'il décline. Elle insiste en lui rappelant qu'il fait partie de la lignée des Cunning Men. Après un moment d'énervement, il préfère s'éloigner en réfutant sa condition de Cunning Man. Maria Kilbride est sortie de l'hôpital et est assise à l'arrière d'une voiture qui l'emmène dans l'installation du FPI abritant les locaux de l'Annexe de l'Archéologie Exploitable. Elle reçoit des informations du laborantin qui l'accueille : tout a commencé quand un archéologue a projeté du son sur une pierre ouvragée trouvée à Pennwith. En fait 3 personnes ont été portées disparues : l'archéologue et 2 gardes de la sécurité. Maria Kilbride pénètre dans la pièce où les événements ont survenu, découvrant un paysage baignant dans la pénombre avec un sol parsemé d'excroissances phosphorescentes, peut-être végétales.
Warren Ellis, Declan Shalvey et Jordie Bellaire avaient déjà collaboré pour les 6 épisodes de Moon Knight All new Marvel now 1 en 2014, imaginant une version de Moon Knight plus actuelle, à la fois plus terre à terre et plus mystérieux. Dans la foulée, le scénariste avait recommencé à écrire des comics indépendant en lançant la série Trees illustrée et mise en couleurs par Jason Howard. En entamant ce tome, le lecteur découvre une histoire qui n'a rien à voir avec Trees, mais dont certaines caractéristiques évoquent 2 séries antérieures. Sous un certain angle, les capacités des membres de la CCCU peuvent évoquer pour partie celles de quelques-uns des membres de The Authority, dessiné par Bryan Hitch. Sous un autre angle, le lecteur peut avoir la sensation que les missions effectuées par les membres de la CCCU s'apparentent à celle de l'équipe Planetary. Ces impressions sont bien réelles, mais elles n'impliquent pas qu'il s'agit d'une redite et il n'y a pas de superhéros en costume. En découvrant que certaines scènes bénéficient d'une voix off, le lecteur pense aussi à un dispositif similaire utilisé par Ellis dans l'extraordinaire Supreme: Blue Rose illustré par Tula Lotay. Là encore le lien reste cosmétique car le sens de ces commentaires est totalement différent.
Qu'il soit un lecteur avide des oeuvres de Warren Ellis ou non, le lecteur se rend vite compte qu'il n'a d'autre choix que de se livrer à la narration du scénariste qui utilise une savante alternance de scènes au présent et passé comme structure. Au temps présent, il découvre ce que font les 5 ex-membres de la CCCU ; au temps passé, il découvre comment le groupe s'est constitué et quel était son objectif. Il faut un peu de patience pour disposer d'assez de pièces du puzzle et comprendre ce qui se trame. Ce montage permet à Ellis de faire apparaître l'étrangeté des situations que le lecteur ne peut pas encore comprendre. Comme d'habitude il se repose sur fortement sur le dessinateur pour porter la narration et rendre ses concepts convaincants. Jordie Bellaire a fortement progressé depuis ses précédentes productions, sa mise en couleurs donnant une impression d'évidence naturelle. Elle applique les couleurs de manière assez simple en respectant les traits de contour sans dépasser, en faisant attention à ce que des couleurs pour des formes contiguës permettent de les faire ressortir l'une par rapport à l'autre, sans qu'elles ne jurent. Elle effectue également un travail très léger pour rehausser discrètement le relief de certaines surfaces ou la texture d'autres. Elle utilise les effets spéciaux infographiques avec parcimonie, essentiellement pour la luminescence. Elle peut aussi bien utiliser des aplats unis pour le vert de la campagne dans une vue aérienne, qu'une mise en couleurs très minutieuse pour les différentes teintes d'une façade. Il faut vraiment que le lecteur concentre son attention dessus pour se rendre compte des quelques moments où Bellaire s'écarte d'une approche naturaliste pour créer une forme de glissement vers un monde un peu moins réel, un peu plus spirituel ou artificiel.
Si Warren Ellis a décidé de retravailler avec Declan Shalvey, c'est qu'il avait dû être satisfait de sa prestation pour Moon Knight. En effet, c'est un scénariste très exigeant, à la fois parce qu'il conçoit des séquences visuelles ne souffrant pas les dessins stéréotypés, mais aussi parce qu'il se fait un point d'honneur à écrire une séquence muette par épisode ou presque. Dans l'épisode 2, Shalvey doit mettre en scène un combat muet sur 4 pages, dans une grande cuisine. L'affrontement physique est un grand classique des comics d'action, ce qui augmente le risque de clichés visuels. Or là, le lecteur assiste à un échange de coups aussi violents que rapides, avec des mouvements prenant en compte les obstacles dans la pièce, et des personnages ayant la présence d'esprit d'utiliser les accessoires s'y trouvant. Il ne s'agit pas tant d'une chorégraphie que d'une séquence de prise de vue rigoureuse et intelligente, efficace et bien rythmée. le dessinateur doit également relever le défi de représenter les paysages surnaturels dans lesquels se retrouve Maria Kilbride, ce qu'il fait avec une force de conviction peu commune, sans en rajouter pour épater la galerie, tout en conservant une originalité suffisante. Sur le plan spectaculaire, le lecteur a le souffle coupé quand il découvre Robin Morel dissipant une illusion par la force de sa conviction, pourtant un concept pas simple à donner à voir dans ce cas précis.
Declan Shalvey s'avère tout aussi à l'aise pour des séquences plus banales comme une promenade dans les champs, ou un déplacement en voiture. Bien évidemment chaque personnage dispose d'une apparence spécifique qui le rend facilement identifiable, sans qu'il n'en devienne caricatural, ce qui n'exclut pas une forme de théâtralité quand il s'y prête, par exemple pour la première apparition de Simeon Winters. Tout comme la colorisation de Jordie Bellaire, la narration visuelle de Declan Shalvey va tellement de soi, que le lecteur ne résiste pas au plaisir de revenir en arrière d'une ou deux pages de temps à autre pour revoir comment l'artiste a ainsi réussi à l'emmener ailleurs sans qu'il s'en aperçoive. Cela peut se produire lors d'un glissement du réel vers une réalité différente, comme quand Robin Morel s'allonge sur son lit d'hôtel et que la pénombre s'installe progressivement. Cela peut se produire de manière beaucoup plus insidieuse comme dans le chapitre 5 quand les membres de la CCCU discutent entre eux et que les environnements en arrière-plan se modifient de manière subtile et élégante. Même s'il se sent perdu au départ, le lecteur éprouve déjà un plaisir ineffable grâce à la narration visuelle.
Au départ, Warren Ellis donne une vague impression de se reposer sur ses lauriers, en ressortant le concept d'explorateurs de l'étrange ou du surnaturel, avec une louche de folklore britannique pour faire bonne mesure, et des individus étant des génies chacun dans leur domaine. Il lie tranquillement magie et science dans le concept dénommé Injection qui ne semble pas si innovant que ça une fois expliqué par l'un des membres de la CCCU. Là où Warren Ellis fait la différence par rapport à d'autres auteurs, c'est dans la cohérence et l'intelligence de ce qu'il imagine. L'Injection en elle-même n'est peut-être pas révolutionnaire comme concept, mais la manière dont elle est élaborée par les 5 membres de la CCCU la rende à la fois plus plausible et à la fois plus imaginative. Un scénariste moins cultivé aurait eu les pires difficultés à différencier les applications des capacités de chacun des 5 membres, alors que les dialogues d'Ellis mettent en lumière ses différences entre leurs compétences. Il sait aussi leur donner de l'épaisseur dans leur propos qui ne sont pas interchangeables, et glisser quelques pointes d'humour assez noir (par exemple, Brigid Roth suggérant de débrancher et rallumer un individu électrocuté). Dans le même ordre d'idée, le scénariste sait tisser des liens entre magie et science, en utilisant des notions scientifiques précises et identifiables telles que le test de Turing ou les quatre forces fondamentales (l'interaction nucléaire forte, l'interaction électromagnétique, l'interaction nucléaire faible, la gravitation). Il ne s'agit pas de propos volontairement incompréhensibles dans lesquels surnagent quelques mots à la mode, mais d'une direction prospective scientifique agrémentée d'une couche d'anticipation pertinente.
Ce premier tome est une petite merveille de narration sophistiquée, aux visuels séduisants et envoutants. Ainsi plongé aux côtés d'individus remarquables et faillibles, le lecteur se laisse mener dans une intrigue intelligente qui se dévoile progressivement, dans un mystère mêlant anticipation et folklore pour un questionnement sur la stagnation de l'innovation et la nécessité d'agir malgré le coût pour les individus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Windvaan
  06 mars 2019
Sous l'intimation d'une ONG, cinq génies vont créer un type d'intelligence artificielle semi-consciente, capable de tordre « les termes du futur, juste assez pour empêcher la stagnation du progrès » afin de rendre le monde plus intéressant. Mais l'IA, injectée dans le Net, va échapper au contrôle et ouvrira les portes de l'Outre-monde, obligeant ainsi les « apprentis sorciers » à tenter de limiter les dégâts par la suite...
« Injection » est un techno-thriller science-fictif, flirtant avec l'horreur, le polar et surtout le fantastique, issu des légendes celtiques.
C'est un récit complexe qui demande (au moins pour le 1e tome) une lecture attentive parce que W. Ellis sème autant de cailloux factuels que de pistes nébuleuses... au lecteur ensuite d'éclaircir les zones opaques et de savoir accepter des concepts parfois juste esquissés, afin de se faire une idée sur cette technologie visionnaire, qui, mal maîtrisée, peut avoir des conséquences désastreuses. (une mise en garde de l'auteur ?).
Un scénario qui m'a fascinée, déployant une trame qui aurait pu paraître loufoque mais qui s'avère parfaitement cohérente, des personnages qui intriguent (Maria la brillante scientifique frôlant la folie, dans le tome 1 ; Vivek, espèce de « Sherlock Holmes » possédant un esprit analytique exceptionnel, dans le tome 2 ; Brigid, une hackeuse irlandaise noire ayant su venir à bout du test de Turing et maîtrisant la réalité augmentée, dans le tome 3)...
... et un graphisme qui, sans être réellement remarquable, reste très plaisant, sachant parfaitement insuffler vie et ambiance dans cette histoire de high-tech, pour le moins... folklorique.

et maintenant je vais devoir attendre, attendre (!) le tome 4 qui mettra en scène, soit Siméon le musculeux stratège, soit Robin le rebouteux maugréant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pugoscope
  14 mai 2018
Originalement publié chez Image Comics, Injection est édité en France par Urban Comics avec trois tomes déjà disponibles et cette première introduction était aussi géniale que compliquée à suivre ! le rythme des nouvelles avancées technologiques ralentissant drastiquement, une équipe de cinq personnes aux esprits différents mais tous aussi brillants est chargée par le gouvernement britannique de trouver l'innovation de demain. Ils y sont finalement parvenus mais maintenant, il va leur falloir affronter les conséquences...
Nous suivons l'histoire sur deux époques différentes, celle ou l'Injection est créée et celle où l'équipe doit faire face à ses effets dangereux. La narration est assez particulière car on est en permanence dans l'action ce qui laisse peu de place à l'exposition, mais les dialogues et les allers-retours nous aident à recoller les morceaux du puzzle. La concentration est de rigueur pour lire ce tome, quitte à effectuer une seconde lecture accélérée pour donner un sens nouveaux à certains détails...
Lien : http://pugoscope.fr/2926-inj..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kikibaba
  22 mars 2017
Cinq personnes que l'on découvre au fil des pages. On comprend rapidement qu'ils ont travaillé ensemble à une époque. Aujourd'hui chacun vit de son côté mais leur passé commun a bouleversé le monde qui devient de plus en plus hostile l'homme. Une histoire un peu compliquée, des personnages pas forcément reconnaissables d'une page à l'autre. Je n'ai pas beaucoup pris de plaisir lire cette BD.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (6)
BoDoi   28 mars 2017
Ce premier tome ne vous fera pas faire un trip mémorable, mais le voyage n’est pas désagréable.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   31 janvier 2017
Un récit fantastique mêlant habilement folklore et SF.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDZoom   30 janvier 2017
Dans la nébuleuse Ellis, « Injection » est à la fois très classique quant aux thèmes chers à l’auteur et assez révélatrice d’une évolution narrative qui fuit la facilité et les normes comme la peste. Un comic pas facile d’accès, mais intéressant sur la longueur…
Lire la critique sur le site : BDZoom
ActuaBD   30 janvier 2017
Injection fait mine de nous plonger dans l’univers de l’espionnage pour glisser vers une forme de science-fiction mêlant anticipation scientifique et monde le magie et de l’occultisme. Un pari qu’une telle synthèse, et qui tient pour le moment la route, et une partie de ses promesses.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   24 janvier 2017
Voilà une entrée en matière exigeante, percutante et injectant tout ce qu’il faut pour devenir accro.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   06 janvier 2017
Une série en devenir qui interpèle et qui demande à avoir sa chance pour pouvoir se développer tranquillement !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Lire un extrait
Videos de Warren Ellis (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Warren Ellis
Vidéo de Warren Ellis
autres livres classés : folkloreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2986 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre