AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9789055444328
303 pages
Éditeur : Ludion (15/01/2003)
4.39/5   9 notes
Résumé :
L'œuvre de René Magritte n'avait pas été présenté à Paris depuis vingt-trois ans. Cet ouvrage accompagnant l'exposition de la Galerie nationale du jeu de Paume qui souligne la dimension novatrice de l'artiste - permet donc de mesurer l'importance de Magritte, figure majeure du surréalisme, dont l'œuvre, en près d'un quart de siècle, n'a cessé de gagner en importance et en résonance. Depuis ses débuts décisifs, en 1925, jusqu'à sa mort, en 1967, peintures, gouaches, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cielvariable
  24 avril 2018
Quel artiste fascinant! J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ses oeuvres et sa vision du surréalisme dans cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlzieAlzie   22 juillet 2015
La peinture surréaliste et particulièrement celle de Magritte, a été qualifiée de littéraire. On pourrait proposer plusieurs raisons à un tel jugement.
En renouant, par-delà les écoles picturales soucieuses de nouvelles formes d'illusion (comme l'impressionnisme, le cubisme), avec une technique proche de celle qui permet de tromper l'oeil (comme c'est le cas dans l'oeuvre de Lubin Baugin), Magritte paraît présenter en peinture une épure de la réalité ; semblable aux images que nous gardons de lui quand nous l'évoquons les yeux fermés, le réel est net et contrasté. Les images de Magritte sont respectueuses de la dioptrique cartésienne ; et cependant elles surprennent par leur conception originale : elles ne nous donnent pas à voir le monde tel qu'on nous a appris qu'il est, mais tel qu'il devrait devenir. Chacun des objets peints est reconnaissable et nommable ; leurs images sont fidèles et non équivoques, mais leur accord reste énigmatique. Si on transpose à la peinture les éléments de l'art oratoire, on conviendra que "l'inventio" (la recherche des motifs) et l'équivalent de "l'elocutio" (la précision du dessin et la fidélité des couleurs) demeurent classiques ; le plan de la composition, la "dispositio", au contraire, est apparemment mystérieux. (p.23)
Une grande illusion, Jean Roudaut
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AlzieAlzie   22 juillet 2015
Jette-Bruxelles, le 24 juin 1946
135, rue Esseghem
Cher ami,
Je vous envoie aujourd'hui un petit tableau "La liberté des cultes". J'espère que vous le recevrez et me l'écrirez. La peinture de ma "période solaire" s'oppose évidemment à beaucoup de choses auxquelles nous avons tenu avant 1940. C'est là je crois la principale explication de la résistance qu'elle provoque. Je crois cependant que nous ne vivons plus pour prophétiser (toujours dans un sens désagréable, il faut bien le constater) ; à l'exposition internationale du surréalisme de Paris, il fallait trouver son chemin avec des lampes électriques portatives. Nous avons connu cela pendant l'Occupation et ce n'était pas drôle. Ce désarroi, cette panique que le surréalisme voulait susciter pour que tout soit remis en question, des crétins de nazis les ont obtenus beaucoup mieux que nous et il n'était pas question de s'y dérober. J'ai peint un tableau, "Le Drapeau noir", qui donnait un avant-goût de la terreur qui viendrait d'engins aériens et je n'en suis pas fier. Cela et le besoin de changement qu'il n'est pas nécessaire de tenir pour "le progrès" me semblent justifier cette "irruption" d'une nouvelle atmosphère dans mes tableaux et le désir de la connaître dans la vie. Contre le pessimisme général, j'oppose la recherche de la joie, du plaisir. Cette joie et ce plaisir qui sont si vulgaires et hors de notre portée, il me semble qu'il n'appartient qu'à nous, qui savons un peu comment on invente les sentiments, de les rendre accessibles pour nous ? Il ne s'agit pas d'abandonner la science des objets et des sentiments que le surréalisme a fait naître, mais de l'employer à d'autres fins que jadis, ou alors on s'ennuiera ferme dans les musées surréalistes aussi bien que dans les autres.
[...]
Magritte

ps. N'oubliez pas le savoir-vivre

(Lettre à André Breton, p. 240)

Le grand pont sémantique, Jean-Michel Goutier
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlzieAlzie   22 juillet 2015
certaines oeuvres semblent parfaitement closes sur elle-mêmes : singulières, elles paraissent, dans leur achèvement même, ne devoir susciter ni parallèles ni filiation. Ainsi en est-il de la peinture de Magritte. La situer dans son lien au surréalisme est déjà l'isoler. Car, à l'intérieur même du mouvement, elle relève moins d'une communauté de pratiques avec celles des découvreurs de technique - qu'il s'agisse du collage ou du frottage de Max Ernst, de l'écriture automatique des tableaux de sable de Masson ou des champs colorés de Miro, pour n'en citer que quelques-uns - qu'avec celles des plus rares peintres d'images (Dali, Tanguy...), tous initialement redevable à l'univers de De Chirico. Mais là encore, alors que Tanguy et plus encore Dali cherchent à fixer sur la toile les images imprévisibles du rêve, à rendre visible la nuit de la conscience, Magritte, plus fidèle en ceci à la leçon de De Chirico, s'attache au contraire à l'énigme, souhaite installer le mystère en pleine lumière. (p. 15)
La peinture innommable de René Magritte, Daniel Abadie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlzieAlzie   22 juillet 2015
Traitant des mots dans la peinture (Skira, 1969) et de leur signification, Michel Butor propose pour origine au tableau "L'Art de la conversation" (1950) le vers de Baudelaire : "Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre" ; ainsi commence le poème XVII des Fleurs du mal, intitulé "La Beauté". L'oeuvre de Magritte, selon Butor, est une "conversation" entre le peintre et Baudelaire. L'entretien du peintre avec le poète avait commencé bien avant 1950. Dès 1931, un tableau intitulé "La Géante" rappelle le poème XIX des Fleurs du mal. Réduit de façon imaginaire à la taille enfantine, le poète évoque son désir de se lover au creux poplité d'une femme géante ; il souhaite : "Parcourir à loisir ses magnifiques formes ; / Ramper sur le versant de ses genoux énormes."
Pour son tableau, Magritte retient la disproportion évoquée par Baudelaire : une femme nue dépasse en taille la porte d'une pièce vide et close, tandis que l'homme, bourgeoisement vêtu, n'atteint pas la hauteur des lambris. Lui, nous tourne le dos ; elle, nous regarde : aucun contact entre les deux n'est prévisible, alors que le poème de Baudelaire évoque au-delà de la complicité des deux corps une fusion de l'être et de la nature par l'intermédiaire d'une figure maternelle. La notion de communion est visuellement absente du tableau de Magritte. Cette transformation est, en partie, glosée dans le panneau latéral, à droite de l'oeuvre ; Magritte y a calligraphié un sonnet qu'il intitule, à son tour, "La Géante", et qu'il signe du nom de Baudelaire. [...] (p.26)
Une grande illusion, Baudelaire et Poe, Jean Roudaut
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AlzieAlzie   22 juillet 2015
Passionné de films de cow-boys, gangsters, Peaux-Rouges et rigolos, Magritte regarde chez lui, avec sa bande d'amis, des films de location tels ceux de Sinoel et autres comédies distrayantes et sans prétention, comme "Coup dur chez les mous" ou "Madame et son auto", qu'il préfère, à tort, aux "400 Coups" de François Truffaut qu'il n'aime pas. Influencé par les films muets de Mack Sennett, roi du burlesque, et des suspens policiers tel "Fantomas" de Louis Feuillade - qui enthousiasme les membres du mouvement surréaliste et inspire sans doute une oeuvre aussi emblématique que "L'Assassin menacé" (1927) -, il achète en 1956 une caméra 8mm et, laissant libre cours à son sens de l'insolite, à son goût de la blague et du déguisement, réalise une série de petits films avec ses amis et leurs épouses, qu'il campe dans des saynètes absurdes, étranges ou désopilantes, et dirrige comme un metteur en scène sévère et aussi consciencieux que farceur ou déconnant. (p. 40)
René Magritte à l'épreuve de lui-même, Patrick Roegiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Galerie nationale du Jeu de paume (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Galerie nationale du Jeu de paume
Les Etats Généraux ont commencé le 5 mai 1789. le 20 juin 1789, les députés du Tiers-Etat mécontents se réunissent dans une salle de Versailles où l'on pratiquait Le Jeu de Paume : ils prêtent serment ne pas se séparer sans avoir donné une constitution à la France. C'est l'acte fondateur de la démocratie française.
Le site l'Histoire par l'image https://histoire-image.org/fr est disponible gratuitement depuis 2001 et s'adresse à tous, familles, enseignants, élèves… mais aussi à tous les curieux, amateurs d'art et d'histoire. Il regroupe aujourd'hui 1530 articles et bientôt 3000 images. Son but est de décrypter les images à travers l'Histoire.
Abonnez-vous à notre chaine YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCyAiVPzrW_o5PuNl6UH3JNg
+ Lire la suite
autres livres classés : jeu de paumeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Galerie nationale du Jeu de paume (3) Voir plus




Auteurs proches de Galerie nationale du Jeu de paume
Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre