AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alain Névant (Traducteur)
EAN : 9782811200329
448 pages
Éditeur : Bragelonne-Milady (02/10/2008)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.07/5 (sur 669 notes)
Résumé :
Le Roi de Drenaï a été assassiné. Une armée d’envahisseurs déferle sur le pays, avec pour mot d’ordre de tuer hommes, femmes et enfants. Mais tout espoir n’est pas perdu. Il repose sur les épaules de celui que la nation surnomme Waylander. Seul, il va s’aventurer en territoire nadir pour retrouver la célèbre Armure de Bronze, symbole de liberté.
Mais peut-on faire confiance à ce Waylander ?...
Après tout, c’est lui qui a assassiné le roi.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  03 mars 2013
John McClane, dans ses films, se promenait avec deux flingues en main, mais Waylander fait mieux que lui : une arbalète à deux arcs ! Plus complexe pour dézinguer et pas de chargeur ou de viseur infrarouge. John McClane peut aller se rhabiller !
C'est un mec, Waylander, un vrai, tout de noir vêtu (du cuir, huum), assassin à ses heures perdues (c'est son job, en fait, et sa petite entreprise ne connait pas la crise) usant de tous les stratagèmes possibles et imaginables pour arriver à éliminer ses victimes (des notables), désignées par contrats.
Waylander, c'est mises à mort, trahisons, magouille et compagnie... Drenaï, ton univers impitoyable. de plus, il fait son job correctement : il est plus silencieux qu'une ombre, il ne parle pas beaucoup et est implacable. C'est du satisfait ou remboursé.
Aie, catastrophe, le Roi de Drenaï a été assassiné ! Les Vagrians, une bande d'envahisseurs, déferlent sur le pays telles des tiques sur le dos d'un chien, avec, pour ordre de pilier et envahir le pays, sans oublier de tuer hommes, femmes et enfants au passage, dans l'ordre ou le désordre, mais d'épargner quelques femmes, s'ils veulent se soulager... Charmant.
Et pendant que ça gerroie au loin, Waylander croise la route de Dardalion et lui sauve même la vie. Un assassin qui sauve une vie ? Peut pas être tout à fait mauvais, le bougre ! Déjà qu'il n'occis jamais des femmes et des enfants. Réglo.
Dardalion, c'est un prêtre de la Source et on peut dire que c'est lui qui sera à l'origine de tout ce qui va arriver à Waylander dans ce premier tome.
Dardalion lui colle aux basques et ils vont bien vite se retrouver empétré dans cette foutue guerre entre Drenaï et les Vagrians.
Ben oui, une guerre, c'est le bordel et vu que les Vagrians ont envahis les Drenaï, ça chauffe !
Pour sauver le royaume, il faudrait retrouver la mythique Armure de Bronze... (et là un type se met à chanter dans ma tête : "les chevaaaliers du Zodiaaaque, s'en vont toujours à l'attaque..." ce qui me fait dire que je suis irrécupérable).
Cette protection magique est cachée dans une grotte en territoire Nadir. Pas trop complexe. Quoi ? Elle est remplie de loups-garous ? Waylander va avoir du mal à récupérer le catalyseur de l'espoir de Drenaï.
Au fait, vous savez qui a assassiné le roi Drenaï ? Non ? J'vous l'donne en mille : Waylander ! Et c'est à lui qu'on demande de sauver l'bazar ?
Gemmel ne fait jamais ses héros irrécupérable et Waylander ne fera pas exception.
Puisqu'il a été "touché" (pour ne pas dire infecté) par la pureté de Dardalion, le prêtre de la Source qu'il a sauvé, il accepte la mission, confié par le fantôme du père de sa précédente victime.
Oui, nous sommes bien dans du Gemmel ! C'est classique chez lui : les héros sont torturés, hanté par leur passé, avec des blessures secrètes, bien souvent causées par une femme qu'ils ont perdu (partie, enlevée ou morte assassinée) et qu'ils aimaient plus que tout.
Une fois de plus, le héros, en tuant le roi, a commis un meurtre qui s'avère être le meurtre de trop, celui qui lui fait prendre conscience que tuer c'est MAL, ça le fait vomir sur son existence, il se découvre un âme et réveille sa conscience qu'il croyait avoir laissé en gage au Mont de Piété ou à la consigne d'une gare.
Chez Gemmel, l'héroïsme est magnifié, par contre, les scènes de combats sont un peu pâlottes alors que nous sommes en pleine guerre. A croire que les guerriers furent passé dans un programme informatique qui a généré une armé de clones. Ma déclaration fiscale a plus d'épaisseur qu'eux.
Pire, Gemmell ne décrit pas son décor, du coup on doit faire le travail sois-même. Dommage. Une carte en début de roman n'aurait pas été du luxe.
Malgré ses défauts, Waylander est un personnage qui m'a bien plu.
Bien que froid et distant dès le départ, il changera au fil du roman et des deux autres tomes.
Sa rencontre avec Dardalion nous a changé l'assassin sociopathe en un homme plus ouvert aux autre et l'on découvrira que, sous cette carapace de tueur sans pitié, se cache en fait un homme qui n'attend plus rien de la vie, ayant déjà tout perdu.
D'accord, cela ne l'excuse pas ! le fait d'avoir tout perdu n'efface pas ses crimes, mais on comprend le cheminement : il n'avait rien d'un méchant, il a tout perdu et son premier crime de vengeance en a entrainé un autre et ainsi de suite. Après, il est trop tard. Un peu comme Druss.
Le seul bémol dans l'histoire fut sa relation avec Danyal. Trop guimauve, on aurait pu s'en passer largement ou alors, il aurait fallu changer un peu le personnage de cette femme, la creuser un peu plus, la rendre moins "roquet agressif". Mais bon, un détail.
Dardalion, le prête de la Source, est plus travaillé. Lui aussi il a évolué, comme Waylander, mais dans le sens inverse. Si le loup s'est fait agneau, l'agneau a fait pousser ses crocs. Il est devenu un Prêtre-guerrier.
Pour résumer, malgré ses défauts, le roman est intéressante et lire du Gemmel m'a toujours fait du bien, même si à la fin, les trames restent semblables.
Ce que j'aime, c'est que son héros doit s'impliquer - un peu malgré lui - dans cette guerre où il n'a rien à faire, changeant petit à petit et devenant plus humain.
Un peu comme Stanislas Lefort (de Funès) dans le film "La grande vadrouille" qui se retrouve, lui aussi, imbriqué dans une histoire dont il n'en a que faire et bien obligé de s'impliquer alors qu'il comptait se la couler douce tout en faisant des ronds de jambe devant l'ennemi.
C'est ça que j'aime ! le héros qui n'en est pas toujours un, avec ses faiblesses, ses défauts.
Sans compter ce que j'apprécie aussi par-dessus tout : les passages où Waylander flingue des gens plus vite que son ombre, dégainant son arbalète, lançant ses dagues... Paf, paf !
"T'es mort et tu ne le sais pas encore" (les fans auront reconnu la citation tirée de Ken - pas le mari de Barbie - mais le Survivant).
Oui, je suis une lectrice avide d'élimination de son prochain.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          449
Yendare
  11 juillet 2020
Bon je ne vais pas tourner autour du pot pour un livre avec lequel j'ai déjà perdu trop de temps, je regrette juste de n'avoir pas lu la critique d'Alfaric avant d'acheter ce premier tome. J'ai pris une semaine pour lire les 400 pages que forment ce premier tome et si je ne pas dire m'être ennuyé, je ne peux pas non plus dire que celui-ci m'a passionné.
Je suis très déçu de cette lecture, après avoir lu autant de bien sur Gemmell je m'attendais à passer une très chouette lecture, pour finir j'ai trouvé celle-ci plutôt médiocre dans l'ensemble. L'intrigue n'a rien d'extraordinaire en elle-même et ne m'a pas transporté, c'est dommage car il y a pourtant de bonne idée dans celle-ci mais pas assez/mal exploité, cela va vite on passe d'un personnage à l'autre sans logique toujours apparente, les personnages de Dardalion et ce fameux Waylander semble changer de comportement comme il change de chemise, et j'ai surtout parfois trouvé le tout très creux notamment lors des dialogues tel que ce dernier :
« - Je ne suis pas venu ici pour te tuer. Je suis ce que je prétend être.
- Alors tu étais prêtre ?
- Je suis toujours prêtre !
- Je sens la mort sur toi. Tu as tué.
- Oui. Un méchant homme
- Qui est-tu pour juger ?
- Je ne l'ai pas jugé – ses actions l'ont fait pour lui. »
blablabla celui-ci s'étale sur deux pages, sans intérêt aucun. En bref une déception pour moi avec ce premier tome. Après je me dis que celui-ci peut plaire notamment au néophyte de ce genre car le tout est très accessible, reste malgré ses défauts tout de même cohérents et fonctionne même si pour moi ce n'est clairement pas un chef-d'oeuvre. En espérant que les 2 tomes suivants soient mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          465
fnitter
  02 juillet 2012
Waylander est le troisième livre par ordre de parution dans l'univers de Drenaï, mais le premier dans l'ordre chronologique.
Dros Delnoch n'est encore qu'une passe, sans forteresse. Drenaï est en déroute face aux chiens du chaos, envahisseurs Vagrians, cette fois venus du sud.
L'armée Drenaï, dirigée par Egel est en plein désarroi, une force condamnée à une ultime défaite ?
NON, car Waylander est là.:-)
Dès le premier chapitre d'introduction le personnage est posé ; puissant, efficace, impitoyable, mais humain et capable de miséricorde. Assassin de métier en quête de rédemption, il va accepter la quête de la célèbre Armure de bronze qui sauvera les Drenaï.
Nous assisterons encore à du siège désespéré. Dieux que Gemmell aime ces sièges où l'héroïsme est magnifié et Dieux que nous les aimons nous aussi. Certes, on a une grosse impression de redite, mais le style toujours aussi efficace et direct, le sang versé sur l'autel des braves remplit parfaitement son office.
Toujours les mêmes grosses ficelles, des situations désespérées qui se retournent grâce à une précédente bonne action, le deus ex machina n'a jamais aussi bien fonctionné qu'ici. Mais en ce qui me concerne, cela continue de fonctionner et je prends toujours autant de plaisir à cette lecture.
Le même défaut que dans les précédents tomes : La première femme rencontrée par le héros est toujours la bonne, elle est jeune, jolie, a toutes les qualités et elle aura une belle histoire d'amour avec le héros. On ne va pas s'encombrer de personnages secondaires féminins ; La guerre ne serait-elle qu'une histoire d'homme ? Oui, visiblement selon Gemmell.
Bref, un bon moment de lecture, on sait à quoi s'attendre et on n'est pas déçu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
iz43
  23 août 2020
Apparemment je ne commence pas ma découverte de David Gemmell par son meilleur titre mais waylander me tendait les bras dans un magasin de destokage. Difficile de résister.
Et finalement ça a plutôt bien marché pour moi. Tous les ingrédients sont là : un héros qui semble invincible et qui au départ est un méchant mais parce qu on lui a fait du mal ( faut suivre ), une guerre impitoyable, des situations désespérées, des combats à coup de hache, les muscles bandés , la sueur dégoulinant sur les biceps des valeureux guerriers... ( oh oh j ai pris un coup de soleil sur mon transat je dérape !!!!)
Une quête : trouver l armure de bronze
Une jeune femme en détresse
Des méchants qui se rachètent lors d une dernière et enfin bonne action.
Beaucoup de morts, aucun répit.
Un peu plus de romance m aurait plu mais en temps de guerre et investi d une mission on comprend bien que waylander ait autre chose à faire.
J ai bien aimé aussi le personnage du prêtre.
Commenter  J’apprécie          401
RosenDero
  20 avril 2018
Waylander l'assassin est un homme sans foi ni loi. Il vend ses services au plus offrant, il n'a ni ami, ni famille. Il ira même jusqu'à tuer son Roi pour une solde qu'il ne touchera d'ailleurs jamais.
Mais Waylander va faire une rencontre. Des rencontres. Et le feu de l'humanité va renaître en lui, petit à petit.
---
Voici donc venir Waylander. Premier tome dans l'histoire Drenaï, écrit après Légende mais dont l'action est bien antérieure (remember Karnak, le Fléau Nadir et le Comte de Bronze).
Le débat intérieur qui m'animait est désormais clos : je lirai la série dans l'ordre des événements, quitte a jongler avec l'évolution de style de Gemmell. D'ailleurs, à ce propos, j'ai bien trouvé quelques longueurs, notamment dans certains combats de grande envergure (les duels et affrontements en petit comités sont toujours aussi prenants), et quelques facilités dans les relations entre personnages et les tirades qu'ils sortent parfois.
Cela n'enlève rien à la puissance des dialogues, et tous devraient prendre place dans les citations à retenir.
Ajoutons y les nombreuses réflexions sur le moral face à l'adversité, l'humanité, la destinée, les choix et les motivations personnelles, les tiraillements intérieurs, les héros désabusés, les croyants en plein doute, les défenses héroïques et les combats épiques, une quête pour un artefact ou pour la rédemption, des hommes plus forts que des montagnes, des amis qui n'en sont pas et des ennemis qui le deviennent, de multiples rebondissements et des prophéties incontournables, des métamorphes et des mystiques, on obtient ce récit ultra prenant où l'on ne souffle jamais et où la fin nous emmène sur des montagnes russes émotionnelles :)
Il y aurait tant de choses à dire sur Waylander, sur les hommes et les femmes qui font ce récit, mais cela reviendrait à gâcher le plaisir de ceux qui n'auraient pas encore fait sa découverte, alors je n'en dirais pas plus. Juste que je pense que c'est une histoire que l'on ne peut pas oublier (même si certains détails sont encore meilleurs la deuxième fois ^^).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   03 juillet 2012

Lorsqu'ils furent partis, Kaem convoqua Dalnor. Le jeune officier rentra et Kaem lui offrit un siège.
Xertes rentre chez lui, l'informa Kaem
J'ai cru le comprendre, mon seigneur.
C'est un voyage dangereux.... Beaucoup de choses pourraient arriver.
Certes mon général.
Il pourrait croiser la route de Waylander l'Assassin, ne croyez-vous pas ?
Tout à fait possible mon général.
L’Empereur serait navré d'apprendre qu'un tel homme ait pu tuer un Vagrian de sang royal.
A n'en pas douter, mon général. Il utiliserait toutes les ressources dont il dispose pour que cet homme soit pris et tué.
Nous devons alors nous assurer que rien de tel n'arrive au jeune Xertes. Veillez à ce qu'on lui octroie une bonne escorte.
Je m'en occupe, mon seigneur.
Et, Dalnor...
Oui mon général ?
Waylander utilise une petite arbalète et des carreaux en fer noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
fnitterfnitter   01 juillet 2012
- Dites-moi, Orien, jusqu'à quel point êtes-vous mystique ?
- Comment cela ?
- Pouvez-vous voir dans le futur ?
- En partie, admit Orien.
- Quelles sont mes chances de succès ?
- Cela dépendra de qui t'accompagne.
- Eh bien, disons si la Source me choisit les bon compagnons ?
Le vieil homme frotta ses orbites vides et s'allongea.
- Alors nous dirons que tu n'as aucune chance.
- C'est bien ce que je pensais.
- Mais ce n'est pas une raison pour refuser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
RosenDeroRosenDero   11 avril 2018
Lorsqu’ils furent partis, Kaem convoqua Dalnor. Le jeune officier rentra et Kaem lui offrit un siège.
— Xertes rentre chez lui, l’informa Kaem.
— J’ai cru le comprendre, mon seigneur.
— C’est un voyage dangereux... Beaucoup de choses pourraient arriver.
— Certes, mon général.
— Il pourrait croiser la route de Waylander l’Assassin, ne croyez-vous pas ?
— Tout à fait possible, mon général.
— L’Empereur serait navré d’apprendre qu’un tel homme ait pu tuer un Vagrian de sang royal.
— À n’en pas douter, mon général. Il utiliserait toutes les ressources dont il dispose pour que cet homme soit pris et tué.
— Nous devons alors nous assurer que rien de tel n’arrive au jeune Xertes. Veillez à ce qu’on lui octroie une bonne escorte.
— Je m’en occupe, mon seigneur.
— Et, Dalnor...
— Oui, mon général ?
— Waylander utilise une petite arbalète et des carreaux en fer noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
nanetnanet   19 août 2010
Aujourd'hui il allait mourir.
Aujourd'hui il allait trouver la paix.
Au loin, il vit un nuage de poussière venir en direction de Roboas. Beaucoup de cavaliers galopaient vers la montagne, mais Waylander s'en moquait.
C'était son jour de gloire. Cette heure de beauté était la sienne.
Commenter  J’apprécie          280
BlackWolfBlackWolf   20 avril 2011
Le doute est un don qu'il nous faut chérir, car il nous force à nous remettre en question constamment. Il nous fait tendre vers la vérité. Je ne sais pas si nous avons eu raison de choisir le chemin sur lequel nous marchons aujourd'hui. Je ne sais pas si nous avons raison de faire ce que nous faisons. Mais nous le faisons dans la foi.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de David Gemmell (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gemmell
Gemmell l'homme qui a changé le point de vue que l'on peut avoir de la Fantasy ;)
Par Geek Librairie
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1762 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..