AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Névant (Traducteur)
ISBN : 2811201289
Éditeur : Milady (05/06/2009)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 257 notes)
Résumé :
Un siècle s'est écoulé depuis l'incroyable résistance de la forteresse de Dros Delnoch.
Mais aujourd'hui, le tyrannique empereur Ceska a pris le contrôle du territoire drenaï. Dans sa quête de pouvoir, il a trahi ses plus fidèles soldats, le corps d'armée du Dragon. Le massacre fut terrible et Tenaka Khan est le seul survivant. Il n'est pas près d'oublier la trahison de son maître. Dans ses veines coule le sang d'ancêtres mythiques : Regnak et Ulric, qui guer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  16 octobre 2013
J'ai lu tous les Gemmell. Je les ai tous adorés : celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Après avoir réalisé la version fantasy de Fort Alamo, DG s'est lancé dans la version fantasy des Sept Mercenaires (lui-même remake du formidable Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa). Tout est là, sauf qu'on est dans une vision assez dark de la fantasy : une société résignée à la dictature d'un crevard qui a sacrifié son peuple au nom d'intérêts supérieurs, avec toute une gallerie de personnages tourmentés par la peur, le doute, le regret…

Tenaka, c'est un Nadir qui reprend le rôle du leader jadis dévolu au mongol Yul Brunner. Il incarne un homme brisé par l'absence d'amour prêt à tout pour combler le vide de son coeur.
Ananaïs, c'est un homme hanté qui reprend le rôle du bras-droit jadis dévolu à Steve McQueen. Il incarne un homme brisé par un père meurtrier et incestueux qui s'est perdu dans les acclamations des jeux du cirque avant de perdre le visage dont il était fier.
Galand, c'est un proto Dakeyras qui s'accroche à son frère après la mort de sa famille.
Decado, c'est un proto Viruk qui recherche la paix de l'âme dans les jardins d'un monastère (marrant il ressemble beaucoup au Solomon Kane du film de Michael J. Bassett).
Renya, c'est une l'infirme transformée en Tigra de DC Comics (qui deviendra Ustarte dans "Wayalnder III").
Scaler, c'est un roublard qui n'arrive pas à porter l'immense héritage de ses ancêtres (marrant comme le relation Arvan / Belder va se reproduire une génération plus tard).
Païen, c'est à la fois Asmidir dans "Reine des batailles" et Nogusta dans "Les Guerriers de l'hiver" : un héros vengeur de blaxploitation qui vient châtier le tyran colonisateur !
Le roman est divisé en 2 parties : espoir et désespoir, aube et crépuscule. Dans la 1ère partie nous suivons la révolte de Skoda qui se termine par une bataille, dans la 2e partie nous suivons la révolution de Skoda qui se termine par un massacre.
DG oppose aux libérateurs les monstrueux Unis et les dangereux Templiers noirs. Chaque personnage suit les impératifs de sa mission et on sent arriver l'inéluctable fin. Evidemment on sent l'héritage du cape et d'épée à la Walter Scott et on devine rapidement que plane sur le roman le souvenir des exploits IRL du légendaire William Wallace.
Mais un s'agit surtout d'un véritable actionner d'héroïc fantasy sans aucun temps mort ! le style de l'auteur associe toujours au sang et aux larmes romance, poésie et mélancolie. Tous les personnages ont une histoire tourmentée, passée, présente au à venir. Et l'épilogue d'une tristesse infinie montre qu'on ne peut pas échapper au poids de la destinée. Et plein de réminiscences howardiennes et moorcockiennes qu'on retrouve avec plaisir. Et plein de réflexions sur la dualité de l'homme plein de forces et de faiblesses.
Il y a aussi plein de trucs qui ne marchent pas quand même :
- aucun méchant digne de ce nom car Ceska puisse dans la tradition des tyrans romains, entourés de tyranneaux sans âme, de pervers narcissiques divers et variés et de courtisans prêts à tout et au reste pour grappiller quelques miettes de pouvoir
- la précipitation du dénouement : des moments d'anthologie sont gâchés par des trucs mal fagotés (la trahison d'Orenta, la rédemption de Païen, l'eucharistie des Trente, le coup d'Etat de Scaler, la réunification de Tursk, l'armada de Tenaka…)
- le mélange action et palabre est brut de décoffrage avec des répliques eighties !
- des romances qui déboulent de nulle part et qui s'installent en 1 page !
- des personnages qui auraient pu nourrir des livres à eux-seuls mais qu'on ne fait qu'effleurer
- la désagréable impression d'arriver après un tome 1 qui n'existe pas (DG a écrit qu'il aurait adoré réaliser un roman sur le Dragon et les camarades des Tenaka avant leur chute)

Mais on s'en fout : c'est un roman d'aventure épique rempli d'héroïsme et d'humanisme ! le talent n'est pas forcément au rdv, mais le souffle lui est bel et bien là c'est clair. Et ce n'est que le 2e roman de l'auteur qui ne va cesser d'affiner sa formule pendant 30 livres…
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
fnitter
  03 juin 2012
Second tome du cycle Drenaï, publié en 1985, un an après Légende , mais 8ième dans l'ordre chronologique ( Légende est 7ième).
Un siècle après le siège de Dros Delnoch, Ceska, un tyran, a pris le pouvoir en Drenaï. Tenaka Khan descendant à la fois du Drenaï Regnak, compte de Bronze, et du Nadir Ulrik, ex général du Dragon, troupes d'élites de Ceska, trahi par ce dernier, va partir en croisade pour l'assassiner.
Tout au long de son voyage, Tenaka va rencontrer et recruter ancien et nouveaux compagnons, ayant tous une bonne raison de l'aider à accomplir son destin.
Dans ce volume, nous rencontrons de nouveaux type de personnages : Les Templiers noirs, pendant maléfique des Trente, prêtres guerriers aux pouvoirs magiques qui seront à nouveaux indispensables à la victoire. Et surtout les Unis, mi-hommes mi-bêtes, crées par de mystérieuses machines des Anciens (dont on ne saura d'ailleurs guère plus).
La trame reste classique. Une montée en puissance, émaillée de scènes de combats jusqu'à l'assaut final. Un siège à tenir, en cruelle infériorité numérique, une cause perdue d'avance, une défaite annoncée qui se transformera en victoire, au prix du sang et grâce à quelques retournements de situation bien à propos.
Cette seconde oeuvre est plus manichéenne (les méchants ne sont là que pour participer aux combats), mais les personnages semblent un peu plus consistants. C'est un plus.
Par contre, la fin aurait méritée un développement plus complet.
Conclusion : Une histoire, malgré un fin un peu bâclée, terriblement efficace qui vous prend aux tripes. Un très agréable moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
Tatooa
  14 août 2014
Mince alors, je crois que je deviens fan de Gemmell...
Même si ce livre a moins de souffle épique que Légende, il en a. Les personnages sont tous attachants, une fois de plus, et j'ai adoré les liens qui se nouent et se dénouent entre eux, même si au début que "chacun trouve sa chacune" aussi rapidement m'a un brin agacée.
Il y a un humour omniprésent extrêmement agréable, jusqu'aux toutes dernières pages pourtant dramatiques, et si je n'ai guère apprécié le retournement de Tenaka, ceux qui ont lu ce livre sauront de quoi je parle, je peux néanmoins le comprendre. Les héros de Gemmell sont plus humains que beaucoup d'autres héros de bouquins, et leurs failles sont à la hauteur de leurs qualités.
Les descriptions sont à couper le souffle, plusieurs fois je me suis dit en lisant "j'ai l'impression d'être devant un film à grand spectacle". C'est bien simple, je n'ai pas pu lâcher ce bouquin (il fait un temps tout pourri il faut dire) depuis que je l'ai commencé...
Sur le fond il est moins bon que Légende (bon je rectifie : il n'est pas "moins bon", c'est juste que le fond de l'histoire, pour moi, est moins "accrocheur" au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire), et pourtant j'ai quand même un coup de coeur assez énorme pour lui, c'est lié aux personnages formidables que Gemmell arrive à nous brosser en un bouquin. Tenaka, Ananaïs, Decado, Renya, Rayvan, Scalder, Païen, ils sont tous excellents, et je les aime. Même Balan est un "Trente" pénible et lourd assez génial, et Ceska un méchant qu'on aime haïr !
Bref, c'est de la fantasy épique et attachante comme je l'aime. Et comme je la vois avec les yeux de l'amour, les défauts (une fin un brin rapide et attendue, notamment) qu'elle peut avoir sont insignifiants pour moi ... Et donc je ne bouderai ni mon plaisir, ni ma note... :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
Skarn-sha
  15 mai 2011
Cent ans après l'héroïque résistance de la forteresse de Dros Delnoch, pendant laquelle mourut Druss la légende, Drenaï est dirigé par un tyran : l'empereur Ceska, qui a pris le contrôle de l'armée.
Massacrant sa propre population, il trahit également ses soldats les plus fidèles et les plus chevronnés : le corps d'élite du Dragon.
Il lance à leur trousse les Unis, chimère mi-homme mi-animal à la puissance dévastatrice, qui terrassèrent le Dragon.
Tenaka Khan fait partie, avec Ananaïs et Decado, des rares survivants.
Descendant directe de Regnak, le dernier Comte de Bronze, et d'Ulric, prince des Nadirs, il partira à la recherche de Ceska afin de l'assassiner.
Véritable meneur d'homme, sa quête se changera en véritable guerre au fur et à mesure que des compagnons, anciens alliés et nouvelles connaissances, se joindront à lui.
A Tenaka, surnommée l'Ombre par les mystiques, se joindront Ananaïs le Guerrier doré, Decado le Tueur glacé, Renya l'Unie mi-femme mi-animal, Païen le guerrier du lointain Sud et Scaler, son cousin du coté Drenaï.
Comme un siècle auparavant, le destin d'une nation complète dépendra de celui d'un seul homme.
C'est avec un grand plaisir que je replonge dans l'univers de Drenaï, renaissant sous la plume magique de David Gemmell.
Si Légende est un Fort Alamo à la sauce héroic-fantasy, le Roi sur le Seuil c'est Les sept samouraïs (Tenaka Khan,Ananaïs, Decado, Païen, Renya, Scaler. Comment ça, y'en a que six ?)
Les personnages, beaucoup plus travaillés que dans Légende, ont tous un passé assez tragique et un destin immuable.
Tenaka Khan, mi Nadir, mi Drenaï, n'est vraiment accepté nul part et tente de racheter son exil volontaire loin des combats en tentant de mettre un terme au règne d'un tyran, même au terme de sa vie.
Decado, ancien tueur impitoyable, se repend dans un monastère des Trente, à l'abri de la guerre afin de ne pas céder à la folie.
Les autres n'ont pas un passé plus enviable : Renya, mi femme, mi panthère, Ananaïs, le géant blond dont la beauté légendaire s'est envolée quand un Uni lui arracha le visage, Scaler qui ne produit aucun acte évoquant courage et force malgré sa parenté avec Tenaka et Païen, roi venu d'une lointaine contrée et désireux de venger son peuple afin tuer ses propres démons.
Malgré que le schéma de fond soit le même que Légende (beaucoup d'action, de guerre et de sièges, un solitaire dont la rencontre avec une femme changera le destin et celui du royaume), l'histoire est un peu plus complexe et les relations amoureuses entre les personnages sont mieux orchestrées.
Par contre, le roi sur le seuil, ne cherche pas à donner un bon rôle, ni même un coté un peu honorable, aux "méchants" : ils sont juste une nécessité.
Les hommes étaient vraiment stupides; ils ne comprenaient rien à la réalité de la vie.[...]
Il y aurait toujours des tyrans. Les hommes semblaient incapables de vivre sans. Parce que sans tyran, il ne pouvait pas y avoir de héros. Et un homme avait besoin de héros pour vivre.
Cependant, je suis un déçu par la fin, qui est un peu trop rapide.
Après avoir utilisé près de 400 pages pour mettre en place tout les pions sur l'échiquier, l'auteur met mat en seulement une dizaine.
De plus, l'épilogue enfonce encore le clou de l'absurde destinée à laquelle les hommes ne peuvent échapper.
Finalement, c'est encore un très bon livre de Gemmell dont le style, efficace et sans prétention, fait vite oublier les petites faiblesses.
Lire la suite :
Lien : http://lombredeskarnsha.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
frankgth
  10 novembre 2011
Un siècle après les aventures de "Légende" les Nadirs ne sont toujours pas entrés en Drenaï mais le royaume pourrit plutôt de l'intérieur. Car le règne sanguinaire de Ceska ne laisse que peu d'espoirs à une population martyrisée et effrayée par les Unis, des mutants redoutables à la solde du tyran. C'est alors que Tenaka, mi-Drenaï et mi-Nadir rejeté par les deux peuples, va tenter de soulager ses remords en allant débarrasser le monde de ce fléau. Mais le remède ne sera-t-il pas pire que le mal ?
Dans la droite ligne de Druss, Tenaka est d'abord un guerrier quasi-invincible poussé sur le devant de la scène par un destin retors. Et comme Druss, malgré ses défauts on s'attache rapidement au personnage en remontant régulièrement les évènements marquants de sa vie. Donc à part peut-être un léger manque d'originalité, difficile de reprocher quelque chose à l'histoire.
Pour le style, Gemmell continue à faire dans le simple et l'efficace. On vit les combats, on souffre avec les différents personnages, et on entame chaque chapitre avec avidité. Autant dire qu'une fois la dernière page fermée on ne peut que se laisser tenter par l'épisode suivant du cycle de Drenaï, "Waylander".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   24 septembre 2014
- J’ai eu un professeur comme ça dans le temps. Un drôle de personnage qui vivait dans un taudis sur la colline ouest. Il disait que dans la vie, il y avait trois genres de personnes : les gagnants, les perdants et les guerriers. Les gagnants le rendaient malades avec leur arrogance, les perdants avec leurs jérémiades et les guerriers avec leur stupidité.
- Dans quelle catégorie se rangeait-il ?
- Il disait qu’il avait essayé les trois et qu’aucune ne lui convenait.
- Et bien, au moins il aura essayé. C’est tout que qu’un homme peut faire, Lake. Et nous allons essayer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
fnitterfnitter   02 juin 2012
Je ne suis pas amoureux des causes perdues, prêtre.
Vous avez peut-être envie de mourir, mais pas moi. Je ne suis pas un héros - je suis un soldat. Quand la bataille est perdue, je bats en retraite et je rejoins les autres; quand la guerre est finie, je dépose les armes. Pas de dernière charge sabre au clair, pas de résistance futile et héroïque!
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   24 septembre 2014
- Qui est-ce ? demanda Irit.
- Breight. On le surnomme le Survivant. Je ne suis pas surpris – il a été conseiller pendant plus de quarante ans.
- C’est certainement un homme de main de Ceska, dit Irit.
- Non, il n’est l’homme de personne. Mais ce fut une sage décision de l’envoyer, car un patricien est un diplomate. Il pourrait te faire croire que les loups pondent des oeufs.
Commenter  J’apprécie          142
AlfaricAlfaric   24 septembre 2014
- Je t’offre le pardon royal ! Mon seigneur est gravement courroucé par tes actions contre lui, néanmoins tes actes passés t’ont gagné une place dans son cœur. En ton honneur il a pardonné à tous ceux qui se sont opposés à lui dans Skoda. De plus, il promet d’étudier personnellement chacun de tes griefs, réels ou imaginaires. Peut-on être plus honnête que cela ? […]
- Ceska ne connaîtrait pas la signification du mot « honnête », même si on le lui marquait au fer sur les fesses, déclara Ananaïs. C’est n’est pas un homme, mais un serpent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
frankgthfrankgth   31 octobre 2011
— Pour un étranger. Avec moi, inutile de mentir ou de faire semblant. Il n’y a qu’avec ses amis qu’on a besoin de masques.
Elle s’assit à côté du feu et étira ses longues jambes près des flammes.
— Comme c’est triste ! dit-elle doucement. C’est quand même auprès de ses amis qu’on peut se sentir en paix, non ?
— C’est plus facile avec les étrangers, car ils ne touchent votre vie qu’un court instant. Vous ne les décevrez pas, car vous ne leur devez rien, et ils n’attendent rien de vous. Les amis, on peut les blesser, car eux attendent beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de David Gemmell (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gemmell
Gemmell l'homme qui a changé le point de vue que l'on peut avoir de la Fantasy ;)
Par Geek Librairie
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1250 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre